Matthew Henson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Matthew Henson
Image dans Infobox.
Matthew Henson en 1910.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Nanjemoy, dans le Comté de Charles, Maryland,
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Matthew Alexander Henson
Nationalité
Activités
Père
Lemuel Henson
Mère
Caroline Gaines Henson
Conjoint
Eva Helen Flint (1891 - 1897), Akatingwah (1905-1906), Lucy Ross Henson (1907-1955)
Enfant
Ahnahkaq Henson
Autres informations
Domaine
Membre de
Explorers Club de New York, National Geographic
Partenaire commercial
Robert Peary
Site web
Distinctions
Médaille Hubbard ()
Médaille Cullum (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
ANCExplorer Matthew Henson grave.jpg
Vue de la sépulture.

Matthew Alexander Henson né le à Nanjemoy (en) dans l'état du Maryland et mort le à New York est un explorateur américain qui a accompagné Robert Peary lors de sept expéditions dans l'Arctique, notamment pour l'expédition de 1908-1909 qui a atteint le pôle Nord géographique le . Après bien des débats, il a été établi que Matthew Henson a bel et bien été le premier homme à atteindre le pôle Nord en 1909 telle que sa position était calculée à l'époque avec une marge d'erreur admissible, mais la controverse sur le fait de savoir si l'expédition a réellement atteint le pôle est régulièrement relancée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Matthew Henson[1], né en 1866, dans une ferme de Nanjemoy (Maryland), est le fils de Lemuel Henson et de Caroline Gaines Henson, un couple de métayers afro-américains, nés libres. Matthew naît un an après l'abolition de l'esclavage et la fin de la Guerre de Sécession, il fait partie de la première génération d'Afro-Américain libres ce qui lui permettra de devenir un explorateur[2],[3].

Quand il a quatre ans, il perd sa mère, son père emménage à Washington pour chercher du travail, son père meurt quelques années après, à l'âge de dix ans Matthew Henson est orphelin[4],[5],[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

À douze ans, il part pour Baltimore et devient garçon de cabine dans la marine marchande sur le Katie Hines[7]. Le capitaine du navire sur lequel il travaillait le prend alors sous son aile et le traite comme son fils, en lui donnant une instruction. Il parcourt le monde entier, à ses vingt ans, il a visité la Chine, le Japon, les Philippines, la France, l'Afrique, la Russie, etc., et devient vite un marin expérimenté[8].

Après la mort de son protecteur, il occupe divers emplois dans la marine ou à terre. Alors qu'il est vendeur dans un magasin qui vend des chapeaux à Washington[9], il fait la connaissance de Robert Peary, ce dernier lui offre un emploi de coursier à la League Island Navy Yard de Philadelphie, job qu'il occupe jusqu'à la première expédition polaire de Robert Peary[10].

Henson devient ensuite le bras-droit de Robert Edwin Peary pour toutes ses expéditions.

Le , Henson établit le camp Jessup, quand Robert Peary arrive 45 minutes plus tard, il le salue en déclarant:« Je pense que je suis le premier homme à s'asseoir au sommet du monde ». Après avoir vérifié la position à l'aide d'un sextant, Peary confirme que Henson a raison que - selon lui - le camp Jessup est situé sur le pôle Nord. Dès qu'il atteint Indian Harbour (en) dans le Labrador, le il envoie un câble confirmant l'atteinte du pôle nord à Gilbert Hovey Grosvenor, président du National Geographic à Washington : « Have won out at last. The Pole is ours. With regards to yourself and Mrs. Grosvenor. / enfin nous avons réussi, le pôle nord est nôtre, respectueusement à vous et à madame Grosvenor »[11],[12]. Après bien des controverses, pour savoir qui de Frederick Cook ou de Peary / Henson avait atteint le premier le pôle Nord, en 1988, un rapport du National Geographic confirme que Matthew Henson est le premier à avoir atteint le pôle Nord[13]. Cela dit la controverse est régulièrement relancée pour savoir s'il oui ou non il a atteint le pôle, controverse où se côtoient arguments idéologiques et scientifiques et comme le souligne Tom Avery dans son essai To the End of the Earth: Our Epic Journey to the North Pole and the Legend of Peary and Henson, il y eut probablement des erreurs de calcul d'environs deux miles (3,2 km), voire de 5 miles (8 km), mais erreurs admissibles en l'état des moyens de localisation de l'époque et en regard des conditions météorologiques, Avery affirme bien que l'expédition de Peary / Hansen a bien atteint le pôle[14],[15],[16],[3],[17],[18], un autre rapport cite une erreur de 175 miles (280 km)[19],[20], rapport infirmé par une étude réalisée par la Navigation Foundation, une société de navigation professionnelle, qui a utilisé de nouvelles méthodes analytiques pour examiner les photographies, les observations célestes, et autres données consignées par l'expédition pour conclure que le dernier camp de Peary n'était pas à plus de cinq miles du pôle, pas des dizaines de kilomètres[13].

Une étude de la La première randonnée terrestre incontestée vers le pôle Nord n'a été faite qu'en 1968, par une expédition dirigée par Ralph Plaisted, depuis des expéditions se sont succédé établissant de façon précise la position du pôle par géolocalisation et autres outils technologiques[21],[22],[23].

Une étude lancée par l'université du Delaware arrive à la conclusion qu'en regard des mouvements de la banquise, le drapeau planté Matthew Henson ne pouvait qu'être déplacé aussi, il est quasiment impossible de trancher le fait de savoir si oui ou non Matthew Henson a été le premier à atteindre le sommet du monde[24],[25].

Peary reçut seul tous les honneurs, la présence de Matthew Henson fut occultée ou quand il est cité il est réduit à n'être qu'un porteur[26], cela à cause des préjugés racistes de l'époque[17],[27]. Certains doutaient même qu'un Afro-Américain ait pu vivre dans le froid polaire[28].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Mattthew Henson épouse Eva Helen Flint, le couple divorce en 1897[29].

En septembre 1907, il épouse Lucy Ross Henson[29].

Lors de l'expédition Peary de 1905-1906, Matthew Henson, a une relation avec une femme inuit, Akatingwah, de leur union, naît en 1906, un fils nommé Ahnahkaq, qui est le seul enfant de Matthew Henson[30],[31].

En 1955, Matthew Henson est enterré au cimetière Woodlawn de New York, puis en 1987 sur une requête du docteur S. Allen Counter (en) de l'Université Harvard adressée au Président Ronald Reagan, les corps de Matthew Henson et de son épouse, Lucy Ross Henson, sont déplacés pour être inhumés avec les honneurs militaires au Cimetière national d'Arlington[32],[33],[34],[35],[27].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1944, le Congrès décerne à Henson une médaille collective pour la découverte du Pôle Nord. Sa réalisation fut de plus reconnue par le Président Truman en 1950 et par le Président Eisenhower en 1954.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Sheldon N Ripley, Matthew Henson, arctic hero, Houghton Mifflin, , 200 p. (OCLC 8989386, lire en ligne),
  • (en-US) Edward F. Dolan, Matthew Henson, Black Explorer, Dodd Mead, , 216 p. (ISBN 9780396077282, lire en ligne),
  • (en-US) Michael Gilman, Matthew Henson, Chelsea House Publications, , 110 p. (ISBN 978-1-55546-590-2),
  • (en-US) David Armentrout & Patricia Armentrout, Matthew Henson, y Rourke Publishing, janvier 2003, rééd. juin 2004, 32 p. (ISBN 9781589526587, lire en ligne),
  • (en-US) Dolores Johnson, Onward : A Photobiography of African-American Polar Explorer Matthew Henson, National Geographic Children's Books, , 64 p. (ISBN 978-0-7922-7914-3),
  • (en-US) Carole Boston Weatherford (ill. Eric Velásquez), I, Matthew Henson : Polar Explorer, Walker Childrens, (réimpr. 1 janvier 2008), 40 p. (ISBN 9780802796882, lire en ligne),
  • (en-US) Kathleen Olmstead, Matthew Henson: The Quest for the North Pole, Sterling, , 132 p. (ISBN 9781402744419, lire en ligne),
  • (en-US) Tom Avery, To the End of the Earth: Our Epic Journey to the North Pole and the Legend of Peary and Henson, St. Martin's Press, , 360 p. (ISBN 9780312551865, lire en ligne),
  • Simon Schwartz (trad. de l'allemand), Dans les glaces, Paris, Editions Sarbacane, , 175 p. (ISBN 978-2-84865-640-3),
  • (en-US) Catherine Johnson (ill. Katie Hickey), Race to the Frozen North : The Matthew Henson Story, Barrington Stoke, , 96 p. (ISBN 978-1-78112-840-4),
  • (en-US) Blake A Hoena, Matthew Henson : Arctic Adventurer, Capstone Press, , 32 p. (ISBN 9780736861984, lire en ligne),
  • (fr) Matthew Henson, Journal d'un explorateur noir au pôle Nord, Bruxelles, Zones sensibles, , 160 p. (ISBN 9782930601458, lire en ligne),

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Herbert M. Frisby, « Matthew Henson Memorial », Negro History Bulletin, Vol. 25, No. 8,‎ , p. 195-196 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Ward McAfee, « The Travail of Matthew Henson », Phylon (1960-), Vol. 36, No. 4,‎ , p. 407-410 (4 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Bradley Robinson, « Matthew A. Henson (1866-1955) », Arctic, Vol. 36, No. 1,‎ , p. 106-107 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Larry Schweikart, « Polar Revisionism and the Peary Claim: The Diary of Robert E. Peary », The Historian, Vol. 48, No. 3,‎ , p. 341-358 (18 pages) (lire en ligne) Accès payant,
  • (en-US) Lyle Dick, « Robert Peary's North Polar Narratives and the Making of an American Icon », American Studies, Vol. 45, No. 2,‎ , p. 5-34 (30 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) David Campos, « Explorer Matthew Henson: Ten Steps to a "Constructivist" Lesson », Black History Bulletin, Vol. 68, No. 2,‎ , p. 4-14 (11 pages) (lire en ligne),
  • (en-GB) Jenny Higgins, « The North Pole », sur Newfoundland and Labrador Heritage, ,
  • (en-US) Beth Miller, « From the North Pole to University of Delaware », sur UD Daily, ,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Matthew Alexander Henson | American explorer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 23 août 2019)
  2. (en-US) « Matthew Henson | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 11 février 2020)
  3. a et b (en-US) « The Legacy of Arctic Explorer Matthew Henson », sur National Geographic, (consulté le 11 février 2020)
  4. (en-US) Secondary Education M. S.Ed et Creative Writing M. F.A., « Seven Courageous Achievements of Explorer Matthew Henson », sur ThoughtCo (consulté le 11 février 2020)
  5. (en-US) « Matthew Alexander Henson | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 11 février 2020)
  6. (en-US) « Matthew Henson », sur Biography (consulté le 19 septembre 2020)
  7. (en-US) « Did You Know... A Customs Employee was the 'First Man to Sit on Top of the World?' | U.S. Customs and Border Protection », sur www.cbp.gov (consulté le 11 février 2020)
  8. (en-US) Matthew C. Whitaker, « Matthew Henson (1866-1955) • », sur Black Past, (consulté le 11 février 2020)
  9. (en-US) « Matthew Henson », sur Biography (consulté le 11 février 2020)
  10. « Did You Know... A Customs Employee was the 'First Man to Sit on Top of the World?' | U.S. Customs and Border Protection », sur www.cbp.gov (consulté le 11 février 2020)
  11. « Image 272 of Beinn Bhreagh Recorder by Alexander Graham Bell, from July 24, 1909 to October 19, 1909 », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 11 février 2020)
  12. (en-US) Lyle Dick, « Robert Peary's North Polar Narratives and the Making of an American Icon », American Studies, Vol. 45, No. 2,‎ , p. 5-34 (lire en ligne)
  13. a et b (en-US) Warren E. Leary et Special To the New York Times, « Peary Made It to the Pole After All, Study Concludes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 19 septembre 2020)
  14. (en-US) « Young Explorer Retraces Peary's Historic Journey to North Pole | Voice of America - English », sur www.voanews.com, (consulté le 19 septembre 2020)
  15. (en-US) Tom Avery, To the End of the Earth: Our Epic Journey to the North Pole and the Legend of Peary and Henson, St. Martin's Press, , 321 p. (ISBN 9780312551865, lire en ligne), p. 272-308
  16. (en-US) Warren E. Leary et Special To the New York Times, « Peary Made It to the Pole After All, Study Concludes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  17. a et b (en-US) Ward McAfee, « The Travail of Matthew Henson », Phylon (1960-), Vol. 36, No. 4,‎ , p. 407-410 (lire en ligne)
  18. (en-US) in History | March 5th et 2020 1 Comment, « How African-American Explorer Matthew Henson Became the First Person to Reach the North Pole, Then Was Forgotten for Almost 30 Years », sur Open Culture (consulté le 19 septembre 2020)
  19. (en-US) Brook Sutton, « Matthew Henson Was The Best Polar Explorer You've Never Heard Of », sur Adventure Journal, (consulté le 19 septembre 2020)
  20. « Today in History - May 6 », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 19 septembre 2020)
  21. (en) « North Pole Controversy - Who WAS the first person to reach it? », sur Chimu Adventures Blog, (consulté le 19 septembre 2020)
  22. (en-US) « Who Discovered the North Pole? », sur Smithsonian Magazine, (consulté le 11 février 2020)
  23. (en-US) National Geographic Society, « North Pole », sur National Geographic Society, (consulté le 19 septembre 2020)
  24. (en-US) Beth Miller, « From the North Pole to UD | UDaily », sur www.udel.edu, (consulté le 19 septembre 2020)
  25. (en-GB) Jenny Higgins, « The North Pole », Heritage Newfoundland & Labrador,‎ (lire en ligne)
  26. (en-US) « Opinion | Matthew Henson: Black Explorer Used and Discarded by Peary », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  27. a et b (en-US) B. Drummond Ayres Jr et Special To the New York Times, « Matt Henson, Aide at Pole, Rejoins Peary », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  28. (en-US) Special to the New York Times, « A World Away, Explorers' Kin Meet », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  29. a b et c (en-US) « MATTHEW HENSON: EXPLORER, SCIENTIST »
  30. (en-US) Ap, « Ahnahkaq Henson, 80, Dies; A Son of Explorer With Perry », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  31. (en-US) « Matthew Henson genealogy, Henson family tree », sur matthewhenson.com (consulté le 11 février 2020)
  32. (en-US) « Remembering S. Allen Counter », sur Harvard Gazette, (consulté le 11 février 2020)
  33. (en-US) William Grimes, « S. Allen Counter, Who Championed an Unsung Black Explorer, Dies at 73 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  34. (en-US) « Matthew Henson », sur www.arlingtoncemetery.mil (consulté le 11 février 2020)
  35. (en-US) « Matthew Alexander Henson », sur Find a Grave
  36. (en-US) « Virtual Exploration Society - Matthew Hensen », sur www.unmuseum.org (consulté le 11 février 2020)
  37. (en-US) « The Explorers Club - », sur explorers.org (consulté le 11 février 2020)
  38. (en-US) Michael Buchanan, « Who is this pioneering Arctic explorer? », sur ShareAmerica, (consulté le 11 février 2020)
  39. (en-US) Special to People’s World, « This week in history: Sesquicentennial of African-American explorer Matthew Henson », sur People's World, (consulté le 11 février 2020)
  40. (en-US) Ken Ringle, « The Arctic Explorer Rediscovered », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  41. (en-US) « Cullum Geographical Medal », sur American Geographical Society | Since 1851 (consulté le 11 février 2020)
  42. (en-US) « Art Conservation at UD », sur www.artcons.udel.edu (consulté le 11 février 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]