Matteo Sandonà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Matteo Sandona
Self-portrait of Matteo Sandonà, 1912.jpg
Autoportrait en 1912.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Matteo Sandonà, né le à Schio en Italie et mort en 1964, est un peintre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gertrude and Boots, 1914.

Il a grandi dans les Alpes. Il a immigré avec sa famille au New Jersey en 1894[1]. Deux ans plus tard, il revient en Europe pour quatre années d'études à l'Académie des Beaux-Arts de Vérone et à Paris sous Napoleone Nani et Mosè Bianchi. Après son retour aux États-Unis, il suit une nouvelle formation à la National Academy of Design. En 1901, lui et son père s'installèrent à San Francisco. Sandonà est cofondateur de la California Society of Artists en 1901. En 1903, il fait le premier de plusieurs voyages à Hawaï, où il a peint des portraits des élites du territoire[2]

Matteo Sandonà est surtout connu pour l'impasto (it) de ses portraits de la société. Le Honolulu Museum of Art, le Musée d'Oakland de Californie (Oakland, en Californie), le Musée des beaux-arts de San Francisco, et le Musée d'Art de Springville (Springville, Utah) sont parmi les collections publiques qui conservent les œuvres de Matteo Sandonà[3],[4]. En 1903, il a peint plusieurs membres de la famille Kawananakoa, des princes de Hawaï.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Matteo Sandonà », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit Accès payant, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  • Forbes, David W., Encounters with Paradise, Views of Hawaii and its People, 1778-1941, Honolulu Academy of Arts, 1992, 205-206.
  • Hughes, Edan, Artists in California 1786-1940, Sacramento, Crocker Art Museum, 2002.
  • Marignoli, Duccio Kaumualii & Marzia Ratti, Matteo Sandonà and Hawaiʻi: A Capital Ambition, Honolulu, Honolulu Academy of Arts, 2007. (ISBN 8836608213)
  • Severson, Ne R. Finding Paradise: Island Art in Private Collections, University of Hawaii Press, 2002, p. 104, 108.

Liens externes[modifier | modifier le code]