Matsutarō Kawaguchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Matsutarō Kawaguchi
川口 松太郎

Naissance
Drapeau du Japon Tokyo, Japon
Décès (à 85 ans)
Drapeau du Japon Japon
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Japonais

Matsutarō Kawaguchi (川口 松太郎?), né le à Tokyo et décédé à l'âge de 85 ans le , est un romancier, dramaturge et scénariste japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kawaguchi est issu d'un milieu modeste du district d'Asakusa à Tokyo. Il est forcé de quitter le domicile familial à 14 ans pour chercher du travail. Il commence à écrire pendant son temps libre tout en effectuant divers travaux, dont l'un chez un prêteur sur gage, d'autres comme tailleur, policier ou postier. Il rencontre pendant cette période Mantarō Kubota qui l'encourage dans ses efforts littéraires.

Kawaguchi est arrêté à Kamakura en 1933, avec les autres écrivains Masao Kume et Ton Satomi, pour jeu de cartes illégal.

En 1935, Kawaguchi gagne le premier prix Naoki pour une histoire courte intitulée Tsuruhachi Tsurujirō. Il continue avec une série de roman, Aizen Katsura, sur une histoire d'amour mélodramatique entre une infirmière et un médecin, de 1936 à 1938. L'histoire devient un best-seller très populaire et lui apporte une célébrité considérable. Elle est plus tard adaptée au cinéma avec les acteurs Kinuyo Tanaka et Ken Uehara, et est à la base de nombreuses séries TV.

Après la Seconde Guerre mondiale, Kawaguchi reprend son activité littéraire et publie des pièces de théâtre et des romans. Il gagne le prix Yoshikawa Eiji pour son livre Shigurejaya Oriku, une série d'épisodes nostalgiques sur une prostituée qui devient propriétaire d'une maison close.

Beaucoup de ses romans seront adaptés au cinéma et il est longuement associé avec le studio Daiei Film (en). En 1965, il devient membre de l'académie japonaise des arts. Il est décoré de l'ordre de la Culture par le gouvernement japonais en 1973. Sa femme est l'actrice Aiko Mimasu.

Kawaguchi gagne une deuxième fois le prix Yoshikawa Eiji pour son roman Shigurejaya Oriku, l'histoire une jeune fermière, vendue à un bordel, et qui devient propriétaire d'un célèbre salon de thé de Tokyo. L'histoire sera traduite en anglais par Royall Tyler.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kawaguchi, Matsutarō. Mistress Oriku: Stories from a Tokyo Teahouse. Tran, Royall Tyler. Tuttle Publishing (2007). (ISBN 4-8053-0886-9)
  • Wakashiro, Kiiko. Sora yori no koe: Watakushi no Kawaguchi Matsutaro. Bungei Shunju (1988). (ISBN 4-16-342800-3)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]