Matriclans sérères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les matriclans sérères (sérère : Tim[1] ou Tiim ; Ndut : Ciiɗim[2]) sont les clans maternels des peuples sérères du Sénégal, de la Gambie et de la Mauritanie. Les Sérères sont à la fois patrilinéaires (simanGol[3] ou simangol[4]) et matrilinéaires[5],[6]. L'héritage dépend de la nature du bien hérité - c'est-à-dire s'il s'agit d'un bien maternel qui nécessite un héritage maternel (ƭeen yaay[5] ou den yaay[1]) ou d'un patrimoine paternel nécessitant un héritage paternel (kucarla)[5]. La femme sérère joue un rôle essentiel dans les affaires royales et religieuses. À l'époque pré-coloniale jusqu'à l'abolition de leur monarchie, un roi sérère serait tenu de couronner sa mère, sa tante maternelle ou sa sœur en tant que Lingeer (reine) après son propre couronnement. Ceci réaffirme la lignée maternelle à laquelle ils appartiennent tous les deux (Tim). Le Lingeer était très puissant et possédait sa propre armée et son propre palais. Elle était la reine de toutes les femmes et présidait les affaires féminines. D'un point de vue religieux, la femme sérère joue un rôle essentiel dans la religion sérère. En tant que membres de la classe sacerdotale sérère (les Saltigues), ils font partie des gardiens de la religion, des sciences, de l'éthique et de la culture sérères. Il y a plusieurs Serric Matriclans; tous ne sont pas énumérés ici. L’alliance entre matriclans en vue de la réalisation d’un objectif commun était et reste très courante. Le même clan peut être appelé un nom différent selon la partie du pays sérère dans laquelle on se trouve. Certains de ces matriclans font partie de la mythologie sérère et de l'histoire dynastique. La mythologie offerte à certains de ces clans établit des parallèles avec le récit de la création sérère, selon lequel: le premier être humain créé était une femme. De nombreux sérères qui adhèrent aux principes de la religion sérère estiment que ces récits contiennent de profondes vérités de nature historique ou préhistorique.

Terminologie[modifier | modifier le code]

  • Dans Serer, Tim (bon : o tim[4]) signifie matriclan[7] ou les origines maternelles d’un individu[4]. Le terme o tim ole (var : tim ola[4]) signifie le matriclan[8] ou le nom de la famille selon la lignée de la mère[4]. Le nom de la famille par la ligne du père (nom de famille) s'appelle Simangol. C'est le nom que portent les Serer par exemple : Sain, Joof, Faye, Sarr, Ngom, Njie, Ndour, Senghor, etc., (voir patronymes Sérères et noms Sérères pour les variations orthographiques en Gambie et Sénégal). Les sérères sont bilinéaires, c'est-à-dire patrilinéaires et matrilinéaires. Pour plus d'informations à ce sujet, voir ces articles ainsi que le nom de famille.
  • La tête d'un matriclan s'appelle Tokoor (ou Tokor). Le Tokoor est généralement un homme très âgé (l'aîné du clan) et une figure assez importante dans la famille maternelle[9].
  • ƭeen yaay[5] ou den yaay (var : den yay[7]) - signifie héritage maternel[5] ou matrilineage[7] selon le contexte.
  • A ndok ya - signifie littéralement la maison (ou la cabine) de la mère[6]. Au sens historique, cela peut aussi signifier tous ceux qui descendent d'un ancêtre maternel direct[6]. L'alternative paternelle est mbin (comme dans Mbin Semou Njekeh - voir la Maison royale de Semou Njekeh Joof). Tous les membres de la maison de cette mère participent au même matriclan[6],[7].
  • Maasir (Serer proprement dit) aussi appelé Kalir (var : Kal) est une relation de plaisanterie entre divers patronymes du même groupe ethnique (par exemple, entre la famille Faye et Joof - ethniquement des Serers) ou entre des cousins paternels et maternels (c'est-à-dire entre une personne et ses descendants) oncle ou tante paternelle)[10]. Le terme Gamo (du mot sérère Gamahou ou Gamohou, qui a des connotations religieuses sérères[11]) est utilisé dans le même but mais entre différents groupes ethniques (par exemple entre les Serer, Jola et Toucouleurs, ainsi que les Peuls). Gamo est le terme approprié pour décrire ces relations de plaisanterie interethniques, bien qu'il soit courant de l'entendre substitué aux termes maasir, kalir ou kal. Dans les traditions de ces groupes, ce sont des alliances historiques entre leurs ancêtres, parfois scellées de sang. Ces pactes historiques stipulent que ces groupes doivent s’entraider en cas de besoin; empêché de verser le sang d'un autre; donner des conseils ou même insulter les uns les autres d'une manière plaisante sans que le destinataire ne prenne l'offensive. Dans la plupart des cas, leurs descendants respectent cet ancien protocole, notamment entre les peuples Jola et Serer qui entretiennent des relations anciennes. Cette tradition, présente entre les Serer patriclans et dans la culture sénégambienne, est également présente chez les Serer matriclans. Ce sont des alliances historiques auxquelles leurs descendants adhèrent encore[10]. Pour plus d'informations à ce sujet, voir Serer - Maasir.

Les types[modifier | modifier le code]

Les sérums matriclans peuvent être divisés en deux types :

1. Ces clans qui sont Sérères par origine - à travers la lignée. Ils sont généralement vénérés dans la religion et / ou la légende ou la mythologie des Serer et font partie de l' histoire ancienne et dynastique des Serer (uniquement s'ils ont établi une dynastie maternelle). Ils ont tendance à être plutôt des clans anciens et beaucoup de leurs récits historiques sont perdus pour l'histoire[12].
2 Ceux qui sont assimilés à la culture sérère par le mariage (comme il a été indiqué) - font généralement partie de l’histoire de la dynastie sérère, en particulier de l’histoire médiévale sérère, mais n’ont aucune pertinence dans la religion, la légende, la mythologie ou l’histoire ancienne. Dans certains cas, certains de ces clans tentent de faire progresser leur légitimité mythologique en s’affiliant aux matriclans proto-sérères ou en adoptant comme totems des objets inscrits dans la mythologie sérère[13].

On peut encore classer les matriclans sérères en les divisant en groupes. Par exemple :

1. Le groupe Coofaan (var : Tiofane ou Tiofan) -: à savoir le Coofaan (lui - même un matriclan), SIAN, Pedior, Taa'boor (ou Tabor) et Jolax (var : Diolah) matriclans[14].

L'histoire[modifier | modifier le code]

Les sérères matriclans et le rôle des femmes sérères sont intimement liés à la cosmogonie et à la religion des sérères[15]. Dans leur cosmogonie, la déité suprême transédentale Roog (ou Koox parmi les Cangin) créa une femme avant que l'homme ne soit créé à partir du même placenta divin. Dans le symbolisme religieux et le nombre des Serer, les femmes partagent le même nombre avec Roog (le numéro 3). Le nombre 3 représente le monde céleste dans les symboles et les "nombres" sérères. Leur récit de création postule que : il y avait trois mondes, trois parties du cosmos et trois éléments essentiels[16]. Les femmes sont également liées au Divin, qui a créé l' univers via ses principes divins féminins[15].

Le contrôle rituel de la vie marine, comme le sel de mer et le poisson, et celui de la pluie et des rivières, y compris les incendies (pour les terres agricoles) sont attribués aux premiers Serric Matriclans[12]. Une grande partie des matriclans proto-sérères se trouvent dans les vieux villages de la Petite Côte, dans le pays sérère[12]. Le Faoye (var : Fa-oy, localité du Sine-Saloum située aux alentours de 25   km au sud de Fatick) est également riche en traditions comme à Ñakhar (ou Niakhar). Comme Ñakhar, Faoye compte pour beaucoup de matriclans Serer, y compris : Feejoor, Joofaan, Kare-Kare, Mengeeñ, Raaboor, Rik, Simala, Waale, Wagadu, Yiil, etc.[17] Ces matriclans ont été intégrés aux royaumes du Sine et du Saloum. Il est suggéré que leur rôle initial était de nature religieuse[12]. Comme les Serric patriclans (voir la famille Joof), chaque Serer matriclan a son totem associé, enraciné dans la nature ou dans l’environnement[18]. Les Serer Ndut appellent les ancêtres les éléments de l'environnement auxquels leurs matriclans sont associés, et ils diffèrent des totems patronymiques liés aux interdictions et aux tabous imposés à un individu par les guérisseurs sérères et la classe des prêtres. Ces croyances sont toujours répandues, en particulier dans les funérailles, qui devraient manifester ces "ancêtres", ainsi que lorsque l'espèce totémique (animal) a besoin de protection[18].

De nombreuses familles sérères peuvent réciter leur généalogie maternelle au moins jusqu'à dix générations, du membre vivant le plus âgé du clan[6].

Le groupe sérère et la matrilinéarité[modifier | modifier le code]

L'ethnie sérère est très diverse et comprend : le Seex (prononcé Seeh, c’est-à-dire le Seereer Siin, le plus nombreux parmi le groupe des Serer), le Ndut, le Saafi, le Laalaa, le Palor, le Midi, le Niominka, etc. Toutes ces personnes sont d'ethnie sérère, bien que certaines parlent peut-être la langue cangin plutôt que sérère ou seereer siin. Le Cangin n'est pas un dialecte de sérère. Pour plus d'informations à ce sujet, voir Serer people et les autres articles pertinents. Chacun de ces groupes dispose d’un moyen de stratifier son système matrilinéaire. La répartition géographique du groupe des sérères explique également les différents noms utilisés par ces groupes pour faire référence aux matriclans des sérères, ainsi que les variations linguistiques. Cependant, les matriclans, tout comme le groupe ethnique, sont tous interconnectés et, dans de nombreux cas, les variances sont minimes. Les matriclans Ndut se sont également installés dans le pays de Palor (appelé également Sili, qui signifie serer dans leur langue[19]) et leurs matrilinères ont toujours des droits fonciers et des parents éloignés parmi les Palor, ainsi que des cimetières ancestraux dans leur pays. La même chose est vraie à travers le groupe Serer[20]. Les Lébou ont également une ascendance sérère et il est courant qu’ils portent à la fois le nom de famille sérère et l’appartenance à l’un des matriclans sérères. La plupart des esprits ancestraux des Lebous sont en réalité les Serer Pangool (voir Saltigue). Les Palors et Ndut se trouvent à Cayor ; les Saafis, Midi et Laalaa à Baol[20] ; Seex à Sine, Saloum (qui comprend le Bas Saloum - Gambie actuelle ainsi que l'intérieur de la Gambie) et la Mauritanie, Niominka à la frontière entre la Gambie et le Sénégal.

Le tableau suivant donne certaines des variations des matriclans parmi les Palor, les Ndut, les Saafi, les Lebou et les Seex :

Clans Palor Clans Ndut Clans saafis Clans Lebou Clans Seex
Uuɗ Uuɗ Uuɗ Yuur -
Lemu Lemu Lemu - -
Joofa - Joofa - Cofa (var : Coofaan)
Caagis - Caages - Cegandum
Yookam Yookam Yokam Yokam (Dumbuur) Bagadou ou Bagadu (plus communément appelé Wagadou)[21]

Rôle des Tokoor[modifier | modifier le code]

Le Tokoor (ou Tokor[9]) est le chef du clan maternel, généralement un homme âgé. Il accumule et protège le patrimoine de la lignée maternelle au profit de tout le matriclan et joue un rôle majeur dans le mariage de ses neveux et nièces maternels[9]. Le mot tokoor vient du mot serer tokoor fee, qui signifie oncle maternel[22]. Un autre dérivé de la taxe tokoor est "Takor", qui est aussi un prénom sérère, ainsi que le nom d’un oncle maternel[4]. La plupart des foyers sérères ont un artefact ancien, qu’il s’agisse d’un bien maternel ou paternel[5],[23]. Certains d'entre eux sont de nature religieuse, d'autres sont du monde matériel[5],[23]. Il appartient à chaque membre de la famille d’acquérir un trésor (halal en sérère) afin d’accroître la richesse du clan[6]. Certains de ces trésors ou actifs peuvent être des bijoux, du bétail, des équipements mécaniques, des terrains, des meubles, etc.[5],[6],[23] À l'instar des avoirs paternels, les avoirs maternels d'un matriclan déterminé déterminent son "pouvoir collectif" et sa richesse, qui peuvent être utilisés à certaines occasions, telles que mariages, cérémonies de nomination ou en cas de besoin. Tout n'est pas attiré. Certains de ces actifs ou trésors sont beaucoup trop précieux pour le matriclan et font partie de l’ histoire de sa famille, c’est-à-dire les bijoux et la terre (voir Lamane et Lamane Jegan Joof)[6]. Les Tokoor sont responsables de l’utilisation judicieuse et appropriée de ces actifs. Les actifs qui ont été accumulés sont rarement, voire pas du tout "utilisés pour reproduire les moyens de production". Au lieu de cela, ils font partie de l'actif total aux fins de l'héritage maternel (ƭeen yaay). L'héritier n'est qu'un administrateur ou un dépositaire de ces biens au profit des cohéritiers. Il est empêché de détourner les richesses maternelles des activités qui pourraient profiter aux cohéritiers[6]. Dans l'ancienne tradition sérère, même de nos jours, le bétail représente une part importante du prix de la dot. En conséquence, beaucoup de Serric matriclans ont augmenté leur richesse et leur puissance grâce au bétail[6].

« [...] wealth, whether achieved initially through individual accumulation as in the Agni case, or through pooling, as in the Serer case, ultimately results in collective accumulation which preserves the ‘power’ of the community of Co-heirs. In the long run, competition and differentiation take place between matrilineages rather than individuals, and can be better represented in terms of ‘power’ - including demographic strength and symbolic power - than in terms of ‘wealth’[6]. »

Matriclans[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs clans maternels sérères. La liste des clans donnée ci-dessous n'est pas exhaustive. Nombre d'entre eux ont ensuite créé des dynasties royales en Sénégambie ou fourni certains des rois de la région. Tous les Serer matriclans n'ont pas ensuite créé des dynasties royales. D'autres sont de nature plus mythologique.

Gareh Kareh, Rik & Gogol[modifier | modifier le code]

Les matriclans Gareh Kareh (variations : Garé Karé, singulier : Kareh Kareh ou Karé Karé) et Rik (singulier : Tik) sont deux des anciens matriclans sérères enchâssés dans la légende des Sérères, en particulier la Gareh Kareh : Karé Karé (après son orthographe française au Sénégal). Le matriclan Gareh Kareh est l’un des plus connus des matriclans sérères. Selon la légende de ces deux clans, ils provenaient tous les deux de la même mère mais avaient divergé après une calamité. Leur divergence est élucidée par le proverbe : " ce qui se passe vient autour "[24]. À partir de 1983, le clan Gareh Kareh total dans l'arrondissement de Ñakhar est estimé à 1127 et 1336 pour Rik. À Baol, les Gareh Kareh s'appellent Gogol[13].

La légende de Gareh Kareh & Rik[modifier | modifier le code]

Le totem de ce clan matri est le moniteur de la savane, une espèce de lézard moniteur[25],[26].

Ces deux Tim venaient de la même mère[25]. Leur animal totem est le moniteur de savane[25],[26] - fasaax[26] (et / ou iguane[25]). Il est également interdit aux Rik de toucher l'arbre Guiera senegalensis - (l' arbre sacré NGuƭ)[26].

Quand leurs ancêtres étaient sur le point de mourir de soif dans le buisson, ils ont été guidés par un iguane qui a gravi un baobab et l’a étouffé de l’eau de pluie qui s’était accumulée dans la cavité d’un baobab (mbudaay-baak[27] ou ƥaak[28]). C'est cet animal qui les a conduits à une source d'eau pour se désaltérer et est désormais devenu le totem de cette famille. La légende a ajouté que les ancêtres de cette famille avaient désormais un pouvoir extraordinaire pour résister à la mort[24].

Suite à une famine et à une maladie qui avaient ravagé leur communauté, les ancêtres du matriclan Gareh Kareh se sont éloignés de la dépouille mortelle afin d'éviter que leurs membres ne subissent le même sort. Les parents appartenant aux autres matriclans (tim) sont allés rendre leurs derniers respects aux morts. Le matriclan Gareh Kareh qui avait une technique pour résister à la mort a appliqué ses pouvoirs afin d'empêcher la mort d'autres familles. Tous les fils aînés de la famille Gareh Kareh ont organisé une procession de l'entrée de la maison familiale aux chambres funéraires afin d'empêcher l'entrée de la mort. Quatre fois (le numéro 4 - symbole du monde masculin chez Serer - nombres et symbolisme) pour un homme et trois fois pour une femme (le numéro 3 - symbole du monde féminin dans Serer - les nombres et le symbolisme), ils ont effectué ce déplacement. portant dans leurs mains le bâton de l’arbre Nduy (bon : Ndo'oy[29], variante : Ndooy[30] - detarium senegalense[29],[30]) qu’ils ont commencé à frapper ensemble en syncope. Lors du dernier tour, ils ont heurté le toit d'une chambre funéraire avec un bâton pour empêcher la maladie qui avait tué leur père d'un autre matriclan de causer de nouveaux ravages dans la famille. La scission des deux matriclans s'est produite après la famine. Pendant la famine, une femme de Kareh Kareh a demandé de l'aide, ce qui a été accordé, mais avec mépris et humiliation[24]. Un jour, un donateur, Kareh Kareh, a envoyé une petite fille portant une calebasse[24]:

Dans Serere : "Reti bis saxal alé [aleh] o rik olehneh"
Traduction : "Portera la petite calebasse."[24]

Ayant été qualifié de "petite chose", le groupe fit sécession et déclara que leur matriclan serait désormais connu sous le nom de Rik. Le terme Rik signifie "la petite chose"[24]. Cette remarque est une remarque dérogatoire, faite en référence aux autres membres de la famille mais pas nécessairement dirigée vers la petite fille qui était de l’autre matriclan (ce qui est devenu le Rik). Dans les enseignements classiques de Ndut, les deux matriclans sont critiqués. Il existe une chanson spéciale sur la circoncision qui stigmatise la pauvreté du Rik et l' avarice du Gareh Kareh "dans un quatrain sans concession"[13] :

En Sérère :

"Rik un paanga naak
baa mbar o mbambe
Gare Kare [Gareh Kareh] mbaaxeer,
a mbar o mbusu! "[13]

Traduction :

Les Rik ont fini leurs vaches,
Et tue un gamin!
Les Gareh Kareh ne valent rien!
Ils tuent un bœuf !

Jolax[modifier | modifier le code]

Comme la Gareh Kareh, le Jolax (var : Diolah, singulier : Colax[24]) est l’un des anciens Serric matriclans. Contrairement aux Gareh Kareh, ce matriclan est l’un des plus redoutés selon la légende des Serer en raison de leur longue implication dans l’occulte et de ses pouvoirs surnaturels qui leur permettent d’utiliser une magie indésirable s’ils en ont la nécessité[24].

Leur totem est le moineau africain[26]. C'est de cet animal qu'ils tirent leur nom - Jolax (moineau)[24],[26]. Il est rapporté que ce matriclan ne semble pas avoir beaucoup de membres. En 1983, 375 personnes seulement seraient membres de ce réseau, principalement dans l' arrondissement de Ñakhar (Sénégal)[24]. Les clans Jolax, Siañ ', Pedior et Taa'boor sont classés dans le groupe Coofaan (var. : Tiofane ou Tiofan)[14].

Simala[modifier | modifier le code]

Les Simala sont l’un des trois principaux matriclans sérères, les deux autres étant Fatik et Koyeh (var : Koyé). Les Simala sont aussi généralement appelés les "hommes de la mer ". Ce que l'on sait sur ce matriclan provient de la tradition orale des sérères. Selon la tradition, les ancêtres de ce clan étaient les Serers de Kaabu. Leurs ancêtres sont venus de Kaabu par voie maritime. Après avoir négocié les fleuves de Kaabu jusqu'à la mer, ils ont longé la côte atlantique par le nord, jusqu'au delta du Saloum. De là, ils se sont dirigés vers le marigot[31] de Simal - en amont de N'Dangane. C'est là qu'ils ont décidé de s'installer et ont fondé le village de Simal dans le virage de Rias[13],[32]. Leurs premiers descendants se sont ensuite répandus dans le royaume précolonial du Sine, vivant autour du Fatik, juste au nord de la ville de Fatick. La Simala et ses alliés (maasir) constituent collectivement le plus dense de tous les temps en termes de propagation de la population. Autour de la Sagne au Sénégal, ils représentent ensemble 43,29% de la population totale et environ 20,81% dans l’ arrondissement de Ñakhar (estimations de 1983). Cependant, les Simala ne sont pas bien représentés au nord du Sine. Dans le royaume de Baol, où ils sont également présents, leur clan s'appelle Rada Rada. Le totem de cette famille est le serpent noir (Saamaand)[13]. Cette famille matrilinéaire qui vit de la pêche a un lien ancien avec la mer. Leurs ancêtres adoraient la mer, ce qu’ils font encore souvent[32]. La tradition veut que la mort d'un Simala soit un rhume[4],[26],[32].

Fatick[modifier | modifier le code]

Il existe différentes branches du matriclan Fatik (ou Fatick) qui se sont propagées du Royaume du Sine à Saloum et au-delà (voir ci-dessous: Siañ, Xuter, Siwaña et Fata Fata). Comme la Simala, il est l’un des principaux matriclans sérères[13]. La ville de Fatick au Sénégal et la région du même nom tirent leur nom du terme sérère "Fati Ubadik" - ce qui signifie "nous avons encore beaucoup à faire".[33]

Siagne, Xuter, Siwaña & Fata Fata[modifier | modifier le code]

Ces quatre matriclans sont de la même famille. Ils sont appelés par des noms différents selon la région du pays sérère dans laquelle on se trouve. Dans le royaume de Sine, ils s'appellent Siañ ; dans le royaume de Baol, ils s'appellent Xuter ; dans la Petite Côte, ils sont appelés Siwaña ou Fata Fata. Le nom Fata Fata est communément trouvé dans les travaux scientifiques. En tant que groupe, leur récit se trouve dans la légende de Siañ, selon laquelle le totem animal de leur clan est le pélican[34]. Le Siwaña et le Fata Fata appartenaient au même matriclan. La division de ce matriclan a eu lieu lorsque leurs ancêtres ont commencé à se quereller pour un poisson (le mulet pour être exact, appelé "carox" en sérère). Après avoir divisé les poissons entre eux, ils se sont séparés pour toujours, d'où les différents noms. Selon leur coutume, il est interdit aux membres de ce matriclan [s] de manger toute partie de l'arbre de Njenje (erythrina senegalensis[35] - partie d' erythrina), dont les feuilles peuvent provoquer une dépression nerveuse chez ce clan, selon leurs convictions[34]. Collectivement, leur nombre total à Niakhar en 1983 serait de 1590, ce qui en ferait le sixième matriclan sérère le plus important en termes de force numérique[34]. Avec leur totem, il est également interdit aux Siwaña de toucher le lézard moniteur du Nil (cas)[26].

Les Fata Fata sont aussi appelés Pata Fata (var : Patafata[32]), Pata Pata ou Patik[36]. Patik Matriclan a fondé le village de Ñirohmol, aujourd'hui pratiquement un village désert de Diokoul, dans le royaume précolonial du Saler[37]. Comme pour certains Serer matriclans, les Patik sont désignés par des noms différents selon les régions. Parmi les Serer Niominka (un sous-groupe des Serers) de Gandoul, ce matriclan est appelé Pata Pata. Dans d'autres régions du pays sérère telles que Boyard, Dioffior et Fadial, le matriclan s'appelle Fatick ou Fatik[37]. La Pata Fata invoque le mythe de l'héroïne Bandé Nambo (var : Bande Ñambo), elle-même affiliée aux Pata Pata ou Pata Fata (c’est-à-dire Fata Fata) matriclan. Ce sont des termes utilisés par les sérères du Saloum pour désigner le matriclan de Fatik (de Sine)[38]

Bande Ñambo était un membre du Sarr patrilineage patrilineage et du pata Fata matrilineage[39]. Elle n'était pas la fondatrice de ce matriclan mais une des matriarches sérères. Elle est considérée comme une princesse ou fondatrice de Gandun[40]. Alors que les matriclans de Simala sont associés à la mer, les Pata Fata sont considérés comme les maîtres des salines (fata)[32].

Koyeh[modifier | modifier le code]

Le Koyeh (var Koyé ou Koyer) constituent le troisième des trois principaux matriclans. Ils sont généralement appelés "les hommes de précipitation "[13]. En 1983, les Koyeh, Fatik et Simila représentaient collectivement 20,81% des résidents de l’arrondissement de Ñakhar[13].

Cegandum & Kagaw[modifier | modifier le code]

Le récit historique du Cegandum (var : Tiégandoum[41], pluriel : Jegandum) et Kagaw (pluriel : Gagaw) se trouvent dans l' herméneutique de la religion et des traditions sérères Beaucoup pensent qu’ils sont deux des matriclans proto-sérères[42],[43]. Les principaux éléments du récit historique de ces deux-là se résument comme suit :

1. On se livre au cannibalisme sans le savoir[43],[44],
2 Roog, l'entité de principe transcendantale suprême (que certains Cangins considèrent comme Koox) intervient[43],[44]
3 On se voit accorder le plus grand honneur spirituel dans la religion sérère[43],[44].

La légende de Cegandum & Kagaw[modifier | modifier le code]

Le matriclan de Cegandum vivait avec les Kagaw. Un jour, une famine a éclaté. Deux membres de ces matriclans ont parcouru une longue distance (s’accompagnant mutuellement) à la recherche de nourriture. En raison de la faim et de la fatigue, le Cegandum est tombé au sol et était incapable de bouger. Le membre du clan Kagaw était impuissant à aider son compagnon car il n'y avait pas de nourriture dans les environs. Il posa son compagnon et le supplia d'attendre pendant qu'il partait chercher de la nourriture. Après avoir marché à une certaine distance de la vue de son compagnon, il coupa un morceau de son muscle de la cuisse, se fit un feu, cuit la chair humaine et l'emmena manger à son compagnon (le Cegandum). Le Cegandum l'a mangé sans savoir qu'il mangeait de la chair humaine. Ayant retrouvé ses forces, ils ont tous les deux repris la marche. Après avoir parcouru une certaine distance, le Kagaw a commencé à perdre du sang et s'est soudainement effondré. Le Cegandum lui demanda quel était le problème et le Kagaw répondit en ces termes :

Le Cegandum n'a pas pu sauver son compagnon de son état. En ce moment, Roog, la divinité suprême de la religion sérère, intervint et ouvrit les cieux. Une forte pluie est arrivée. Cette eau bénite les a non seulement nourris, mais a également guéri la plaie du Kagaw[43],[44]. À partir de ce jour, la tradition orale des Serer se réfère généralement au matriclan de Gagaw sous le nom de Fog Roog, terme génial qui signifie parent et amis de Roog. Bien que Roog n'ait pas de cousins ni de parents, la religion sérère et la tradition orale confortent la proximité entre le clan Gagaw et le Divin. Tous deux affirment que "le matriclan Gagaw a été le premier adorateur de Roog et le premier à posséder des pouvoirs surnaturels pour accomplir des miracles ". Ils ont poursuivi en affirmant que "le jour où tout le clan Gagaw mourra, les précipitations ne seront plus abondantes"[43],[44]. Le Jegandum a deux totems : un type de serpent appelé Cocom in Serer, et le taureau à rayures (Mbac)[43]. Il leur est également interdit de travailler le dimanche, mais il s’agirait d’un ajout récent[26]. Dans l'arrondissement de Ñakhar, au moins 1744 et 2050 habitants ont été signalés aux membres des matriclan Jegandum et Kagaw respectivement (chiffres de 1983)[43].

Bien que les récits de Cegandum et de Kagaw soient bien inscrits dans la religion et la tradition sérères, un matriclan différent, appelé Bagadu ou Bagadou in Serer, et plus communément appelé Wagadou (ou Wagadu) apporte une dimension différente à la narration bien établie. Selon les avocats du matriclan Bagadou, l'aventure historique qui a suivi la famine s'est déroulée entre un Kagaw et un Bagadou (et non un Cegandum). Cependant, ce n'est pas l' opinion généralement acceptée. Le matrilinéaire Bagadou était une dynastie maternelle dans Sérère et l' histoire dynastique médiévale de Sénégambie (voir ci-dessous Wagadou & Jaafun). Ils n'ont aucune signification dans la religion des sérères. En essayant d'associer le Bagadou au Kagaw, il est simplement considéré comme une tentative de conférer une légitimité religieuse aux Bagadous. Cependant, il est suggéré que les trois matriclans Kagaw, Cegandum et Bagadou soient des alliés[43].

Joofaan[modifier | modifier le code]

Ce matriclan est lié à un ancêtre de la famille Diouf et, à Faoye (Sénégal), ce sont toujours les membres de la patrilinérance Joof qui sont à la tête de ce matriclan (à partir de 2002)[45]. À l'instar de leur ancêtre paternel lamanique, associé à un saint sérère - c'est-à-dire le justicier Fangool - Lunguñ Joof[46] ce matriclan est également vénéré dans la religion sérère, notamment par l'intermédiaire du sérère pangool. Bien que le Fangool[47] Ngolum Joof (un autre Fangool de cette famille) soit l’un de ces anciens Pagol exigeant un sacrifice en sang (c’est-à-dire du bétail), le totem de ce matriclan interdit un sacrifice en sang[48].

Soos[modifier | modifier le code]

L'origine de ce clan est Mandé. Pendant plusieurs siècles (c'est-à-dire à partir de l' époque médiévale), ce matriclan a formé autant d'alliances que possible avec nombre de matriclanes sérères, par le biais du mariage[49].

Les Soos (ou Sos) sont devenus si "sérérisés" et assimilés que la plupart des facettes de leur origine Mandé ont été perdues. L’assimilation de Soos à la culture sérère est considérée par certains spécialistes comme une simple preuve de la forte culture sérère. Cependant, les Soos sont peu nombreux parmi les matriclans qui sont devenus sérères par le mariage, mais qui jouissaient d'une grande estime, en particulier dans la tradition orale des sérères. Les soos sont l’un des matriclans sérères les plus connus. Pendant plusieurs siècles, ils ont constitué un élément permanent de la culture et du pays sérères[49]. Selon leur tradition, il est interdit aux Soos de toucher une perdrix (ceбel dans Serer)[4],[26] ou le lézard moniteur du Nil (cas dans Serer)[26].

Peƴoor[modifier | modifier le code]

Le matriclan Peƴoor est l’un des anciens matriclans sérères qui, semble-t-il, aurait exercé des pouvoirs sacrés, en particulier sur l’environnement, en particulier la vie marine. Il est suggéré que ce matriclan détenait un grand pouvoir économique jusqu'à l'arrivée des Guelowars à Sine (en 1335[50])[32]. Le matriclan Peƴoor a acquis une importante propriété dans le pays sérère, en particulier dans le Sine[32]. Les feux de forêt pour acquérir des domaines (jour ou lamanat) étaient très courants dans cette famille. Selon la tradition sérère, ces matriclans seraient les maîtres du feu et de la pluie, rôles principalement réservés aux anciennes classes Lamanes ou Lamanic et aux Saltigues, respectivement[51]. Cela fait d'eux l'un des rares, voire le seul matriclan, associé à la "maîtrise du feu et de la terre", généralement associé aux Lamanes, eux-mêmes considérés comme les maîtres de la Terre, hérités de la ligne patrilinéaire. La tradition a ajouté que la présence d’un membre du clan activerait un feu et que la pluie accompagnerait sa mort, ce que seuls leurs prêtres (yaal pangol) peuvent arrêter[32].

Caxanora[modifier | modifier le code]

Un peu lié au matriclan Peƴoor, le matriclan proto-Caxanora (variations : Caxanoora[26] ou o Tahanora[4]) bénéficient de pouvoirs surnaturels dans la mythologie et la légende sérères. Selon leur mythe, ils auraient jadis le pouvoir de commander la mer et de pêcher à Fadiouth et au sud de Palmarin, où ils sont toujours présents. Leurs prêtres devaient plonger dans la rivière pour faire des offrandes au Fangool Mama Ngec qui réside dans les bras de la mer de Joal et de Fadiouth. Cette coutume est encore pratiquée par les grands prêtres de ce clan. Mama Ngec, l'entité surnaturelle, est vénérée rituellement dans le but d'accroître la pêche ou en période de sécheresse[32]. A l'instar des Gareh Kareh et Rik (voir ci-dessus), il est interdit à un Caxanora de toucher un moniteur de savane (il est totémique)[4],[26].

Les Caxanoras sont liés au matriclan Pufun ainsi qu'au clan Coofaan du Saloum. Ils sont considérés comme le même clan. Ils se sont simplement ramifiés et ont adopté des noms différents[4]. Selon le mythe des Serer, si la mort d’une Simala est un rhume, la mort d’un Caxanora entraîne la disparition d’un poisson mourant sur les rives[4],[26].

Wagadou et Jaafun[modifier | modifier le code]

Les wagadous (sérère : Bagadou, autres variantes (Wagadu ou Ougadou) sont originaires du royaume de Wagadou au début du Moyen Âge, affiliés au roi Kaya Magan Cissé dont les descendants ont ensuite créé l' Empire du Ghana (voir peuple Soninké)[52],[53]. Les princesses Wagadou ont été mariées à la noblesse sérère telle que la famille Joof, etc., et elles ont conjointement dirigé le Royaume de Baol avec d'autres États précoloniaux sénégambiens[54],[55]. En 1350, la dynastie maternelle Wagadou s'est effondrée dans de nombreux pays sérères, en particulier dans le Sine. Cependant, ils ont continué à régner dans de nombreuses régions de la Sénégambie, notamment à Baol et à Cayor. La mère du premier "vrai"[56] Damel de Cayor - Amari Ngoneh Sobell Faal (ou Amari Ngoné Sobel Fall) était une Wagadou. Son nom était Lingeer Ngoneh Sobell Njie[57] (de la famille Njie)[58]. Comme les Guelowars (voir ci-dessous), ce matriclan a été assimilé à la culture sérère par le mariage[54].

Les Wagadous of Sine sont liés au matriclan Lokam de Joal et au Wagan (sérère proprement dit). : Waagaan[26]) clan du Saloum. Bien que les clans Lokam et Wagan tirent leurs noms de la langue sérère, ils sont généralement considérés comme le même clan ou les membres de la famille élargie des Wagadous[4]. Les Wagadous n'ont aucune importance dans l'histoire ancienne, la mythologie ou la religion des Serer (voir la légende de Cegandum & Kagaw "ci-dessus)[43] mais ils constituent une partie importante de l' histoire dynastique et médiévale des Serer. Boulègue postule que les Jaafuns (Serer proprement : Jaafuñ, autre variante : Diafoune[59]) sont des Soninkes et sont donc liés aux Wagadous[60]. Il a ensuite spéculé sur le fait qu'ils (les Jaafuns) pourraient avoir pris leur nom de l'État Soninke de Jaafunu, situé dans le sud-ouest de Wagadu, fondé par un fils du fondateur de Wagadou à l'époque médiévale[60].

Bien qu'ils n'aient aucune signification en termes de religion ou de mythologie sérères[43], en pays sérère, ils ont adopté comme totem familial l' arbre Mbos ou Mboosé, l'un des arbres sacrés inscrits dans la cosmogonie sérère et les enseignements classiques du Ndut[61]. Les Jaafuns, comme leurs parents Wagadou, font partie des Serer matriclans ayant de forts liens royaux, en particulier avec le Royaume de Baol[62] où ils ont épousé les patrilineages des Serer, gouvernés par le titre de Serer Teigne[63].

Joos[modifier | modifier le code]

La dynastie maternelle Joos est issue du royaume précolonial du Sine, sérère. Le premier ancêtre recensé du clan Joos est Lingeer Fatim Beye (v. 1335). Sa petite fille - Lingeer Ndoye Demba a fondé cette dynastie à Waalo au XIVe siècle (vers 1367) après son mariage avec le roi de Waalo - Brak Caaka Mbaar. La dynastie des Joos du Waalo a duré près de 600 ans et s'est effondrée en 1855, année où le Waalo est tombé aux mains des Français. Le Joos en tant que matriclan remonte à l'époque lamanique.

Gueloware[modifier | modifier le code]

Les Guelowares étaient originaires du royaume de Kaabu. Ils auraient été vaincus par la puissante dynastie maternelle Ñaanco lors de la prétendue bataille d'eignebang en 1335[50] une guerre prétendument dynastique entre les maisons royales de Guelowar et de Ñaanco. En rapportant cette tradition, Henry Gravrand n'a pas remarqué qu'il s'agissait en réalité d'une description de la bataille de Kansala de 1867 (ou de 1865), bien que le départ du Guelowar puisse probablement s'expliquer par une guerre ou un conflit de succession[64]. Après leur défaite, la tradition dit qu'ils se sont échappés de Kaabu, leur pays de naissance, et se sont rendus à Sine où l'asile leur a été accordé par le conseil sérère de Lamanes[50],[65]. Les femmes Guelowar ont été mariées à la noblesse sérère et se sont assimilées à la culture et aux traditions sérères. Ces mariages royaux ont créé la dynastie maternelle Sélel et Saloum Guelowar qui a duré 600 ans (1350[50] - 1969 dans le Siné[66],[67] et 1493[68] - 1969 dans le Saloum[67]). Certaines sources suggèrent que Yembe Kame Guélaware est la matriarche ou le plus ancien ancêtre maternel connu de ce matriclan[65],[69]. Yembe Kame Guélaware était une reine épouse (Maisata) de Bala Diakha - un roi médiéval (Mansa) de l'une des provinces de Kaabu. L’année du règne de Bala Diakha et Yembe Kame Guélaware est incertaine, mais on pense qu’ils ont précédé Mansa Tiramakan Traoré (un des généraux de Sundiata Keita au XIIIe siècle, vers 1235) qui a par la suite conquis Kaabu[65],[69]. D'autres sources suggèrent qu'ils étaient les descendants maternels de la princesse Tenemba[65],[70]. Dans l'histoire médiévale des Serer jusqu'à nos jours, les Guelowars sont considérés comme les derniers matriclans des Serer. Contrairement aux matriclans proto-sérères qui ont une signification religieuse et qui sont inscrits dans la légende des Serer, les Guelowars sont simplement considérés comme la dernière dynastie maternelle dans les royaumes des Serer, mais n'ont aucune signification religieuse dans la religion ou la légende des Serer[71]. Tout lien entre les Serers et les Guelowars avant la bataille de Troubang aurait eu lieu à Kaabu entre les ancêtres des Serers de Kaabu et les ancêtres des Guelowars[72],[73].

Mouïoy[modifier | modifier le code]

Le Mouïoy[74] (nombreuses variantes : Mooyoy[75] ou Moyoy[76]) sont l’un des plus anciens matriclans sérères[76]. Au Moyen Âge, ils étaient l'un des rivaux des Wagadous. La notoriété des Mouïoy est venue plus tard, notamment à Cayor et à Baol. Certains des premiers Damels de Cayor étaient des Mouïoys (XVIe siècle). Deche Fou Njoogu (père d'Amari Ngoneh Sobell) est considéré comme le premier Damel, bien que son bref successeur (1549, décédé la même année) soit un Mouïoy[56], tout comme Biram Yassin Boubou : Biram Yacine Boubou, a régné : c. 1664 - 1681[77])[78] et Ma Fali Gaye (règne : c. 1683 *[79] - 1684[78]) qui a été assassiné en 1884[78] De 1549 à la suite de la bataille de Danki à 1697 après la montée de la dynastie maternelle Geej de Cayor et de Baol, les Mouïoy ont été au moins une des dynasties maternelles dominantes de ces deux pays[78].

La légende des frères Mouïoy[modifier | modifier le code]

Selon la tradition orale des Serer, les premiers Mouïoy étaient deux frères de noble naissance, dont l'aîné était destiné à devenir roi. Cependant, dans sa jeunesse, il (l'aîné) a tué un homme d'une famille étrangère. Dans ce passé, à distance, Sérère loi religieuse dicte qu'un meurtrier doit payer avec du sang pour son action ou, dans certains cas, de livrer lui - même ou un membre de la famille à la famille des victimes de travailler dans la servitude, si telle est la volonté de la famille de la victime dans un assassiner audience à des fins de responsabilité délictuelle. Le tueur a omis de se livrer à la famille en deuil. Comme il n'avait personne d'autre à faire que son frère cadet, le jeune homme a été livré à la famille de la victime. Au lieu que la famille de la victime ait tué le jeune homme, il a été tenu en servitude pour l'acte de son frère aîné. Sans repos, le jeune homme devait travailler toute la journée et la nuit, il était enchaîné dans la hutte la plus habitable. Il a passé la majeure partie de sa jeunesse dans la servitude[76].

La tradition sérère ne dit pas si cette famille étrangère était ou non une royauté d'un pays étranger. Cependant, il a ajouté que lorsque le frère aîné a pris le pouvoir dans le pays et est devenu roi, il a pensé à libérer son frère cadet et a donc organisé une grande armée pour le libérer de la servitude. Le frère cadet a été libéré avec succès et ramené au palais. Cependant, la stigmatisation de la servitude, en particulier pour un prince royal, était désagréable pour la communauté sérère de cette époque et il n'était considéré que comme un serf libéré malgré son sang royal. Par conséquent, l’ambition de devenir roi un jour était peu probable. En tant que tel, le frère cadet a modifié ses ambitions royales de royauté pour devenir membre du gouvernement local ou même commandant militaire. Il s’installa près du palais pour s’occuper des affaires constitutionnelles autant que de droit. Un homme doué de sagesse et de pouvoirs surnaturels est devenu le père de deux Mouïoy. Cet homme, considéré comme le Tokoor du clan, avait caché avant sa mort un talisman secret à un endroit spécial du palais afin que personne ne puisse y avoir accès et en révéler les pouvoirs. En raison de l'afflux de visiteurs dans le palais, le frère aîné a confié les charmes à son frère cadet pour le garder en sécurité. En tant que tel, le jeune frère devint le gardien des secrets de la famille. Avant de partir en campagne militaire, le roi (le frère aîné) laissait passer les charmes secrets (coq) dans le cas de son frère cadet pour des consultations de lavage sacré et de divination. Le jeune frère, devenu progressivement un devin compétent, était capable d'interpréter le matériel de divination. Il utilisa un pilon qu'il placerait en équilibre près des lieux sacrés. S'il reste debout, cela signifie que les présages étaient favorables. Si elle tombe sur la main, cela signifie un mauvais présage, car cela signifie que le roi subirait non seulement une défaite sévère à la guerre, mais serait également tué au combat. Les pouvoirs nouvellement acquis du jeune frère lui valurent un grand respect et une faveur, du moins aux yeux de son grand frère. Cependant, l'estime et le respect que lui témoigne son frère aîné ne sont pas égalés par la communauté sérère de cette époque, qui le considère toujours comme un serf libéré. Lorsque son frère aîné est décédé, non seulement il lui a été interdit de succéder à son frère décédé, mais il a également été interdit à toute sa descendance de monter sur le trône. Il "languit de chagrin" et mourut plus tard. Les Mouïoys qui ont ensuite dirigé certaines parties de la région de la Sénégambie ne faisaient pas partie de sa ligne directe[76].

Beye[modifier | modifier le code]

Beye[80] (Bey ou Bèye après son orthographe française au Sénégal) est à la fois un nom de famille sérère et un matriclan sérère. Ce matriclan a pris une importance particulière à Cayor et à Baol (sous les titres respectifs de Damel et de Teigne), en particulier à la fin du XVIIe siècle. Ils ont eu plus de succès à Baol qu'à Cayor où ils ont fourni un Damel du nom de Dé Tialao - le roi aveugle qui a tenté de dissimuler son handicap physique mais a ensuite été découvert et destitué (règne : 1693 - 1697[80])[81],[82]. La disparition de cette dynastie maternelle n'était pas simplement due à la discrimination de Dé Tialao, mais a également coïncidé avec l'introduction d'une nouvelle dynastie maternelle de Cayor et de Baol (la création de la dynastie maternelle Geej)[83],[84].

Geej[modifier | modifier le code]

Le Geej (nombreuses variations : Guedj ou Gedj) matriclan a pris de l'importance à la fin du XVIIe siècle. La princesse sérère - Lingeer Ngoneh Jaye (var : Ngoné Dièye) de la famille Jaye de Saloum était la mère de Damel - Teigne Latsoukabe Ngoneh Faal (le roi de Cayor et Baol)[83]. Après avoir lutté contre ses demi-frères et cousins paternels, ce roi (Latsoukabe) a introduit le clan Geej (son propre matriclan) dans son royaume, en faisant ainsi de la dynastie maternelle régnante de Cayor et de Baol[83]. De 1697 à la fin du XIXe siècle (les deux pays sont tombés aux mains des Français), le Geej fut la principale dynastie maternelle régnante de ces pays. Ce matriclan a fourni plusieurs rois sénégambiens, dont Lat Jorr Ngoneh Latir Jobe, l’un des rois les plus connus de la royauté sénégambienne du XIXe siècle.

La famille Geej de Cayor et Baol sont apparentées à la famille Soos de Sine et Saloum, leur pays de naissance. Ils sont généralement considérés comme des parents élargis[4].

Gaanguuna[modifier | modifier le code]

Le Gaanguuna (chanter : O Kaanguuna) sont les plus nombreux dans le Sine et constituent le cinquième plus grand matriclan du district de Niakhar. Selon la légende et l'histoire de leur famille, ils revendiquent une descendance d'un pouvoir ancien et invisible - Kangeer, l'un des Pangool de religion Serer. Le clan Gaanguuna est responsable des sacrifices Kangeer à l'ancienne reine royale Lingeer, qui aurait éclaté au moment de sa mort sans verser de sang. Kangeer, ancienne reine et canonisée sous le nom de Pangool, est l’un des pangool les plus respectés et les plus vénérés de Diakhao in Sine, ainsi que les localités plus anciennes telles que Fa Yil (également dans le Sine), où ce clan est également présent. Ce matriclan précise les affaires religieuses et des sacrifices au culte de Kangeer[13].

Autres matriclans[modifier | modifier le code]

Voici quelques-uns des autres principaux matriclans :

  • Matriclan Taa'boor (var  : Tabor) - leur clan est lié au Pangool >Laga Ndong, dont la libation est à la tête de cette famille maternelle[85].
  • Sass[86] ou Saas - le nom de leur clan est lié à l' arbre de Saas, enchâssé dans la cosmogonie sérère.
  • Didink[86]
  • Bangai[86]
  • Siagne[86]
  • Biban[86]
  • Attaché[86]
  • Tioka[14]
  • Mise en balle[59]

Alliances (Maasire)[modifier | modifier le code]

Les alliances (maasir) entre matriclans, qui sont de nature historique, étaient et sont encore répandues. Certaines des alliances matrilinéaires les plus connues sont données ci-dessous :

1. Le groupe Coofaan qui comprend : la Coofaan, Siañ, Pedior (également : Feejoor ou Peeĵoor), Taa'boor et Jolax (ou Diolah) sont des alliés des Gareh Kareh, Kogol, Haleh (ou Halé), Rik, Lumel, Saas ou Sass, Tioka et Sasan[14].
2 Les Kagaw sont des alliés du Cegandum et du Wagadou (ou Bagadou)[43].
3 Les Joofaan sont des alliés du Feejoor (Peeĵoor[26] ou Pedior); les Waale ont un lien de cousinage avec les Rik et les Simala sont alliés avec les Wagadou[17]
4 Les Gaanguuna sont l'un des principaux alliés de la Simala[13].
5 Les Soos sont des alliés des Jegandum, Kagaw, Coofaan, Taa'boor, Jaxanora, Siañ et Wagadou[49].

Noms de famille des matriclans[modifier | modifier le code]

Le peuple sérère ne porte pas les noms de famille de ses matriclans mais il les connaît[87]. Le tableau suivant donne certains clans matri, leurs observances totémiques / mythes et noms de famille :

Matriclan Observation totémique / mythe Nom du clan
Peeĵoor[26] (var : Pédor[87], singulier : Feeĵoor) La mort d'un Pedor apportera la pluie[26],[87] Mbasor[87]
Leket Interdit de toucher les tourterelles[26],[87] Sukan[87]
Siwaña (ou Sivana[87]) Interdit de toucher le lézard du moniteur du Nil (voir ci-dessus)[26],[87] Mbangu[87]
Simala La mort d'un Simala est un rhume[26],[87] Das[87]
Caxanora[88] Interdit de toucher les écrans de savane (cas) (voir ci-dessus)[26],[87] Puham[87]
Pata Fata - Bam[87]
Waagaan[89] Une de leurs observances stipule qu'ils ne doivent rien faire le dimanche, mais on pense que ceci est une nouvelle addition[26],[87]. Tampon[87]
Soos[26] (ou Sos) Interdit de toucher une perdrix (ceбel) - (voir ci-dessus)[26],[87] Banda[87]

Liste de matriarches[modifier | modifier le code]

Ce qui suit est une liste de matriarches ou fondateurs de dynasties sérères connus. Ceux qui sont connus pour être des reines, des reines mères ou des princesses royales sont précédés du titre royal Lingeer :

  • Fatim Beye, reine du Sine vers 1335, matriarche de la dynastie maternelle Joos
  • Lingeer Bande Ñambo Sarr, une matriarche du clan Pata Fata[90].
  • Lingeer Ndoye Demba, reine et reine mère de Waalo, v. 1367, petite fille de Lingeer Fatim Beye. Lingeer Ndoye Demba a fondé la dynastie maternelle Joos à Waalo.
  • Lingeer Ngoneh Jaye (var : Ngoneh Jaaye / Jaay ou Ngoné Dièye) du Saloum, fondateur de la dynastie maternelle Guedj (var : Geej ou Gedj[91]) de Cayor et Baol. Mère de Latsoukabe Fall (Damel de Cayor et Teigne de Baol, titres respectifs du roi de Cayor et de Baol, régnèrent) : 1697-1719). Elle a été donnée en mariage à la Teinge de Baol - Che Yassin Demba Noudj[83]. C'est de ce mariage que vient Lat Soukabe[83].
  • Linge Bassine Soureh (var : Bassine Souré), matriarche des dynasties maternelles Beye de Cayor et Baol et mère de Dé Tialao : 1693)[84].

En disant[modifier | modifier le code]

Comme la révérence des plus anciens - les patriarches sérères (Mam o Kor)[92] la révérence des Serer matriclans est également préservée dans le dicton populaire suivant du Sine précolonial :

[C'est le bâton maternel qui trace le Sine].

Le projet Ñakhar de 1983[modifier | modifier le code]

Le projet Ñakhar 1983 a été un effort de collaboration par divers chercheurs et institutions telles que Charles Becker, Léonce Crétois, Henry Gravrand, Victor Martin, Centre National de la Recherche Scientifique, etc., à la recherche et documenter les matriclans Sérères de Niakhar ou Ñakhar arrondissement dans Sénégal[93] Ñakhar a été choisi notamment parce qu’il fait partie des pays sérères dans lesquels la religion sérère est dominante, non pénétrée par l’islam ou le christianisme[93]. C'est aussi un endroit riche en traditions sérères, lui-même situé dans la région de Fatick, qui abrite de nombreux sites sacrés des sérères[93]. La portée du projet comprenait la documentation sur le Tim dans cet arrondissement sénégalais, la population et la propagation démographique, la mythologie associée aux clans, etc.[93],[94] La recherche était un long processus, mais il a en fait été documenté en 1983[93]. Un projet similaire avait été entrepris précédemment par Gravrand, Martin et Crétois[93],[94] et même avant eux par Lamoise en 1873 avec son travail sur le "Grammaire de la langue Serer" qui répertorie certains des Serer patriclans et matriclans et les mythes qui leur sont associés[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Boumi et l'oiseau pélican (1990) de Phillipe Cassard, Paris[18].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Dupire, Marguerite, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut, KARTHALA Editions (1994). For tim and den yaay (see p. 116). The book also deals in depth about the Serer matriclans and means of succession through the matrilineal line. See also pages : 38, 95-99, 104, 119-20, 123, 160, 172-74 [1]
  2. Dupire, "Totems sereer et contrôle rituel de l'environnement", p. 40
  3. Kalis, p 299
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o (fr) Lamoise, LE P., "Grammaire de la langue Serer" (1873)
  5. a b c d e f g et h (fr) Becker, Charles: "Vestiges historiques, trémoins matériels du passé clans les pays sereer", Dakar (1993), CNRS - ORS TO M. [2] (Retrieved : 31 July 2012)
  6. a b c d e f g h i j et k (fr) Gastellu, Jean-Marc, "Petit traité de matrilinarité. L'accumulation dans deux sociétés rurales d'Afrique de l'Ouest", Cahiers ORSTOM, série Sciences Humaines 4 (1985) [in] (en) Gastellu, Jean-Marc, "Matrilineages, Economic Groups and Differentiation in West Africa: A Note", O.R.S.T.O.M. Fonds Documentaire (1988), p. 1, 2-4 (p. 272-4), 7 (p. 277) [3]
  7. a b c et d Gastellu, Jean-Marc, "L'Egalitarisme économique des Serer du Sénégal", IRD Editions (1981), p. 97, (ISBN 2709905914)
  8. Kalis, Simone, "Médecine traditionnelle religion et divination chez les Seereer Sine du Senegal", La connaissance de la nuit, L'Harmattan (1997), p. 300, (ISBN 2-7384-5196-9)
  9. a b et c Gravrand, "Cosaan", p. 210-12
  10. a et b (fr) Faye, Ousmane, Diop, Adama, "Contribution a l'étude de l'histoire de Fa-oy des origines aux grandes migrations (XIIIe – XXe siècle): approche historique et ethnographique", Université Cheikh Anta Diop de Dakar (2002), p. 64-70
  11. Diouf, Niokhobaye, «Chronique du royaume du Sine, suivi de Notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin (1972)», (1972). Bulletin de l'IFAN, tome 34, série B, n ° 4, 1972, p. 706-7 (p. 4-5), p. 713-14 (p. 9-10)
  12. a b c et d Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", p. 118 (Henry Gravrand, "La civilisation Sereer" - Cosaan, 1983, pp 154-155 [en] Dupire)
  13. a b c d e f g h i j et k Gravran, "Cosaan", p. 202
  14. a b c et d BIFAN (1983), p. 359
  15. a et b (en) Universität Frankfurt am Main, Frobenius-Institut, Deutsche Gesellschaft für Kulturmorphologie, Frobenius Gesellschaft, "Paideuma: Mitteilungen zur Kulturkunde, Volumes 43-44", F. Steiner (1997), p. 144-5, (ISBN 3515028420) (Henry Gravrand, "La civilisation Sereer - Pangool" [in] "Paideuma: Mitteilungen zur Kulturkunde, Volumes 43-44")
  16. (fr) Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer - Pangool", vol. 2, Les Nouvelles Editions Africaines du Sénégal (1990), p. 194-195, (ISBN 2-7236-1055-1)
  17. a et b (fr) Faye, Ousmane, Diop, Adama, "Contribution a l'étude de l'histoire de Fa-oy des origines aux grandes migrations (XIIIe siècle - XXe siècle) : approche historique et ethnographique", p. 64-8, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (2002)
  18. a b et c Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", pp 98-9
  19. Palor dans Ethnologue (2007) : Lewis, M. Paul (ed.), 2009. "Ethnologue: Langues du monde", seizième édition. Dallas, Texas: SIL International. [4]
  20. a et b Dupire, "Totems sereer et contrôle rituel de l'environnement", p. 40-4
  21. Adapté de Dupire "Totems contrôlés et contrôlés de l'environnement", p. 42
  22. Kalis, p. 300
  23. a b et c Gravrand, "Pangool", p. 208-9
  24. a b c d e f g h i et j « Myth of Gareh Kareh & Rik » & « Myth of Jolax » [in] Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer - Cosaan", Nouvelles Editions africaines (1983), p. 201-202, (ISBN 2723608778)
  25. a b c et d Gravrand, "Cosaan", p 201
  26. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y (fr) Crétois, Léonce, Becker, Charles "Le vocabulaire sereer de la faune", (Editor: Charles Becker), Centre de linguistique appliquée de Dakar (1983), p v
  27. (fr) Thiaw, Issa laye, "Mythe de la création du monde selon les sages sereer", p. 45-50, 59-61 [in] "Enracinement et Ouverture" – "Plaidoyer pour le dialogue interreligieux", Konrad Adenauer Stiftung (23 and 24 June 2009), Dakar [5] (Retrieved : 3 August 2012)
  28. Kalis, p 292
  29. a et b Kalis, Simone, "Médecine traditionnelle religion et divination chez les Seereer Sine du Senegal", La connaissance de la nuit, L'Harmattan (1997), p. 291, (ISBN 2-7384-5196-9)
  30. a et b (fr) Lericollais, André, « La gestion du paysage ? Sahélisation, surexploitation et délaissement des terroirs sereer au Sénégal », Afrique de l'ouest, Dakar (21–26 November 1988), ORSTOM, [6]. For the name of Serer medicinal plants and their corresponding Latin names, see : Ndooy page 9 [7] (Retrieved 3 August 2012)
  31. Un petit ruisseau
  32. a b c d e f g h et i Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", p 119
  33. (fr) Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département d'Histoire, "Ñirohmol, un village déserté du Diokoul (Saloum) (XIVe – XXe siècle) : histoire et archéologie", p 24
  34. a b et c «Mythe de Siañ» [en] Gravrand, "Cosaan", p. 200
  35. (fr) Njenje [in] ALFOUTIYOU PLANTES MEDECINALES (note spelling error) — (Retrieved : 3 August 2012)
  36. Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département d'Histoire, " Ñirohmol, un village déserté du Diokoul (Saloum) (XIVe – XXe siècle): histoire et archéologie", (2001), p. 110
  37. a et b Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département d'Histoire, "Ñirohmol, un village déserté du Diokoul (Saloum) (XIVe – XXe siècle): histoire et archéologie", (2001), p. 26
  38. Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département d'Histoire, "Ñirohmol, un village déserté du Diokoul (Saloum) (XIVe – XXe siècle): histoire et archéologie", (2001), p. 30
  39. "Bulletin. Série B: Sciences humaines, Volume 41" (1979), p 745
  40. Gravrand, "Cosaan", p. 181
  41. (fr) "Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire: Sciences humaines, Volume 45", Institut fondamental d'Afrique noire, IFAN (1983), pp 387, 398, 401
  42. BIFAN (1983), p. 387-401
  43. a b c d e f g h i j k et l Gravrand, "Cosaan", p. 200
  44. a b c d et e « The myth of Cegandum and Kaw » [in] Henry Gravrand, "La civilisation Sereer - Cosaan" p. 200 [in] Diouf, Léon, "Église locale et crise africaine: le diocèse de Dakar", KARTHALA Editions (2001), p. 147, (ISBN 2845861710) (fr) [8] (Retrieved : 3 August 2012)
  45. Faye & Diop, "Contribution à l'étude de l'histoire des origines des grandes migrations (XIIIe – XXe siècle): approche historique et ethnographique", p. 66-8, 134
  46. Gravrand, "Pangool", p. 342-3, 349
  47. Fangool est le singulier de Pangool.
  48. (fr) Faye, Amade., & Agence de coopération culturelle et technique, "Le thème de la mort dans la littérature Seereer: Essai", Nouvelles éditions africaines du Sénégal (1997), p. 28, (ISBN 2723611078)
  49. a b et c Gravrand, "Cosaan", p. 199
  50. a b c et d Sarr, Alioune, "Histoire du Siné-Saloum (Sénégal), Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker. Version légèrement remaniée par celle qui a paru en 1986-87. P 19"
  51. Voir : Galvan, "L'Etat doit être notre maître du feu"
  52. Gravrand, "Cosaan", p. 75-6, 155
  53. Boulègue, p. 39-40
  54. a et b (en) Phillips, Lucie Colvin, "Historical dictionary of Senegal", Scarecrow Press (1981), p. 52-71 (ISBN 0-8108-1369-6)
  55. (fr) Institut fondamental d'Afrique noire, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, Volume 38, IFAN (1976), p. 557-504
  56. a et b Deche Fou Njoogu (var : Détié Fou Ndiogou) - Le père d'Amari Ngoneh n'a pas régné longtemps. Il est mort trop tôt. C'était un Wagadou (var : Ouagadou). Voir Brigaud (1964), p. 22-3
  57. Variation : Pour la mère d'Amari Sobell (Ngoneh Sobell Njie - également orthographié Ngoné Ndiaye) et Wagadou orthographié Ouagadou, voir : Brigaud, 1964, p. 22-3
  58. (fr) Brigaud, Félix, "Histoire du Sénégal: Des origines aux traités de protectorat", Clair-Afrique (1964), p. 22-3
  59. a et b BIFAN (1983), p. 385-6
  60. a et b Boulègue, Jean, "Le Grand Jolof, (XVIIIe – XVIe siècle)", (Paris, Édition Façades), Karthala (1987), p. 40
  61. (fr) Kesteloot, Lilyan, Veirman, Anja, "Le mboosé: mythe de fondation et génie protecteur de Kaolack", IFAN (2006), p 36
  62. Kesteloot, Lilyan, & Veirman, Anja, p 57
  63. Boulègue, p. 39
  64. Sarr, Alioune, Histoire du Siné-Saloum (Sénégal) Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker. 1986-87, p. 19
  65. a b c et d (fr) Ngom, Biram: "La question Gelwaar et l’histoire du Siin", Dakar, Université de Dakar, (1987) [9] (Retrieved 1 August 2012)
  66. The last king of Sine was Maad a Sinig Mahecor Joof who died in 1969. See (fr) Faye, Louis Diène. Mort et Naissance le monde Sereer. Les Nouvelles Editions Africaines, 1983. (ISBN 2-7236-0868-9). p. 59
  67. a et b (en) Klein, Martin A, "Islam and Imperialism in Senegal Sine-Saloum, 1847-1914." Edinburgh University Press (1968), p XV"
  68. (fr) Ba, Abdou Bouri. Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip. Avant-propos par Charles Becker et Victor Martin. Publié dans le Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire. p. 10-27
  69. a et b (fr) Centre I.F.A.N. (Sénégal). Ministère de l'éducation nationale, C.R.D.S. (Sénégal), "Connaissance du Sénégal", Part 1, Centre I.F.A.N. (Sénégal) (1962), p. 268
  70. (fr) Girard,Jean, "L'or du Bambouk: une dynamique de civilisation ouest-africaine", Georg (1992), p. 206-8, (ISBN 2825704512) (Note error in referring to the word Guelowar as a Wolof word. It is not Wolof.)
  71. Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", p. 110, 119, 121
  72. Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", p. 118
  73. Gravrand, Henry, "La civilisation Sereer, Pangool", p. 10
  74. Brigaud (1964), p. 22-3, 64
  75. BIFAN (1983), p. 401
  76. a b c et d «La mythologie du Mouïoy [ou Moyoy ]» [en] Henry Gravrand, "La civilisation Sereer : Cosaan ", p. 205-6
  77. Brigaud (1964), p 64
  78. a b c et d Brigaud (1964), pp 23, 24, 63-64
  79. According to Brigaud among others, Ma Fali Gaye (variation : Mafaly Faly Gueye) reigned from 1683 - 1684, and is reported to have been assassinated in 1684 by a follower of the marabout—Ndiaye Sall, a member of Nasir Al Din's religious movement for not respecting the quran after claiming to be a Muslim. Although these sources including Brigaud state that he reigned from 1683-4, they agree that he succeeded Dece Maram (variation : Déthiao Maram Ngalgou) as Damel. However, Dece Maram was killed in 1673 at Khéléré and not 1683 according to European writers at the time such as Chambonneau, who titled these wars the War of the Marabouts. That event was so important in Cayor's history that it was reported by these early writers in Senegal. As such, Ma Fali must have reigned in c. 1673 and not 1683, unless the throne was vacant for 10 years (highly unlikely). See Fall. Also see Fall [in] Glinga, Werner, "Literatur in Senegal: Geschichte, Mythos und gesellschaftliches Ideal in der oralen und schriftlichen Literatur", D. Reimer (1990), p. 178, (ISBN 3496004606)
  80. a et b Brigaud (1964), p. 63
  81. Brigaud (1964), p 24
  82. (fr) Fall, Tanor Latsoukabé, "Recueil sur la Vie des Damel", Introduit et commenté par C. Becker et V. Martin, BIFAN, Tome 36, Série B, no 1, janvier 1974
  83. a b c d et e Che Yassin Demba Noudj s'épelle Tègne Thié Yasin Demba Noudj, Voir : «Fall» [dans] Bulletin. série B: Sciences humaines, Volume 36, IFAN (1974), p. 111
  84. a et b Brigaud, p 22
  85. Gravrand, "Pangool", p 352
  86. a b c d e et f Dupire, "L'Egalitarisme économique des Serer du Sénégal", p. 519, 520 & 535
  87. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Lamoise (1873)
  88. Variations : Caxaanoora ou Tahanora
  89. L'orthographe correcte est Waagaan. D'autres variations incluent : Wagan ou Vagan
  90. Voir :
  91. Dupire, "Sagesse sageer: Essais sur la pensée sereer ndut", p. 104
  92. a et b Gravrand, "Cosaan", p 210
  93. a b c d e et f (fr) Crétois, Léonce, Becker, Charles "Le vocabulaire sereer de la faune", (Editor: Charles Becker), Centre de linguistique appliquée de Dakar (1983), p 24
  94. a et b Dupire, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", pp 7, 91, 111

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dupire, Marguerite, "Sagesse sereer: Essais sur la pensée sereer ndut", KARTHALA Editions (1994), (ISBN 2865374874) (fr) [10] (Retrieved : 31 July 2012)
  • Dupire, Marguerite, "Totems sereer et contrôle rituel de l'environnement", [in] Persee (fr) [11] (Retrieved : 9 August 2012)
  • Kalis, Simone, "Médecine traditionnelle religion et divination chez les Seereer Sine du Senegal", La connaissance de la nuit, L'Harmattan (1997), (ISBN 2-7384-5196-9)
  • Becker, Charles: "Vestiges historiques, trémoins matériels du passé clans les pays sereer", Dakar (1993), CNRS - ORS TO M. (fr) Excerpt (Retrieved : 31 July 2012)
  • Faye, Louis Diène. "Mort et Naissance le monde Sereer", Les Nouvelles Editions Africaines (1983), p. 59, (ISBN 2-7236-0868-9)
  • Faye, Amade., & Agence de coopération culturelle et technique, "Le thème de la mort dans la littérature Seereer: Essai", Nouvelles éditions africaines du Sénégal (1997), (ISBN 2723611078)
  • Faye, Ousmane, Diop, Adama, "Contribution a l'étude de l'histoire de Fa-oy des origines aux grandes migrations (XIIIe – XXe siècle) : approche historique et ethnographique", Université Cheikh Anta Diop de Dakar (2002)
  • Crétois, Léonce, Becker, Charles "Le vocabulaire sereer de la faune", (Editor: Charles Becker), Centre de linguistique appliquée de Dakar (1983)
  • Sarr, Alioune, "Histoire du Sine-Saloum (Sénégal), Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker. Version légèrement remaniée par rapport à celle qui est parue en 1986-87
  • Lericollais, André, « La gestion du paysage ? Sahélisation, surexploitation et délaissement des terroirs sereer au Sénégal », Afrique de l'ouest, Dakar (21–26 November 1988), ORSTOM, [12]. (fr) [13] (Retrieved 3 August 2012)
  • Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer - Pangool", vol. 2, Les Nouvelles Editions Africaines du Sénégal (1990), (ISBN 2-7236-1055-1)
  • Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer - Cosaan", Nouvelles Editions africaines (1983), (ISBN 2723608778)
  • Universität Frankfurt am Main, Frobenius-Institut, Deutsche Gesellschaft für Kulturmorphologie, Frobenius Gesellschaft, "Paideuma: Mitteilungen zur Kulturkunde, Volumes 43-44", F. Steiner (1997), p. 144–5, (ISBN 3515028420)
  • Centre I.F.A.N. (Sénégal). Ministère de l'éducation nationale, C.R.D.S. (Sénégal), "Connaissance du Sénégal", Part 1, Centre I.F.A.N. (Sénégal) (1962), p. 268
  • Girard,Jean, "L'or du Bambouk: une dynamique de civilisation ouest-africaine", Georg (1992), p. 206–8, (ISBN 2825704512)
  • Ngom, Biram: "La question Gelwaar et l’histoire du Siin", Dakar, Université de Dakar, (1987) (fr) [14] (Retrieved 1 August 2012)
  • Gastellu, Jean-Marc, "Petit traité de matrilinarité. L'accumulation dans deux sociétés rurales d'Afrique de l'Ouest", Cahiers ORSTOM, série Sciences Humaines 4 (1985)
  • Gastellu, Jean-Marc, "Matrilineages, Economic Groups and Differentiation in West Africa: A Note", O.R.S.T.O.M. Fonds Documentaire (1988), p. 1, 2-4 (p. 272–4), 7 (p. 277) (en) [15] (original publication in French : "Petit traité de matrilinarité") — (Retrieved : 31 July 2012)
  • Gastellu, Jean-Marc, "L'Egalitarisme économique des Serer du Sénégal", IRD Editions (1981), (ISBN 2709905914) (fr) [16] (Retrieved : 31 July 2012)
  • Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département d'Histoire, "Ñirohmol, un village déserté du Diokoul (Saloum) (XIVe – XXe siècle): histoire et archéologie", (présenté par Mamadou Lamine Camara), (2001)
  • BIFAN, "Bulletin. serie B: Sciences humaines, Volume 41" (1979)
  • Institut fondamental d'Afrique noire, "Bulletin: Sciences humaines, Volume 28", (1966), p. 610, 602 (BIFAN 1966)
  • Thiaw, Issa laye, "Mythe de la création du monde selon les sages sereer", p. 45–50, 59-61 [in] "Enracinement et Ouverture" – "Plaidoyer pour le dialogue interreligieux", Konrad Adenauer Stiftung (23 and 24 June 2009), Dakar (fr) [17] (Retrieved : 3 August 2012)
  • "Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire: Sciences humaines, Volume 45", Institut fondamental d'Afrique noire, IFAN (1983), p. 387–401
  • Diouf, Léon, "Église locale et crise africaine: le diocèse de Dakar", KARTHALA Editions (2001), p. 147, (ISBN 2845861710) (fr) [18] (Henry Gravrand, "Cosaan" [in] Diouf) — (Retrieved : 3 August 2012)
  • Ba, Abdou Bouri. Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip. Avant-propos par Charles Becker et Victor Martin. Publié dans le Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire. pp 10–27
  • Klein, Martin A, "Islam and Imperialism in Senegal Sine-Saloum, 1847-1914." Edinburgh University Press (1968), p XV
  • Monteil, Vincent, "Le Dyolof et Al-Bouri Ndiaye," in Esquisses senegalaises (Dakar, 1966)
  • Lamoise, LE P., "Grammaire de la langue sérère avec des exemples et des exercises renfermant des documents très utiles", Imprimerie de la Mission (1873)
  • Kesteloot, Lilyan, Veirman, Anja, "Le mboosé : mythe de fondation et génie protecteur de Kaolack", IFAN (2006)
  • Boulègue, Jean, "Le Grand Jolof, (XVIIIe – XVIe siècle)", (Paris, Edition Façades), Karthala (1987)
  • Phillips, Lucie Colvin, "Historical dictionary of Senegal", Scarecrow Press (1981) (ISBN 0-8108-1369-6)
  • Institut fondamental d'Afrique noire, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, Volume 38, IFAN (1976)
  • Brigaud, Félix, "Histoire du Sénégal: Des origines aux traités de protectorat", Clair-Afrique (1964)
  • Glinga, Werner, "Literatur in Senegal: Geschichte, Mythos und gesellschaftliches Ideal in der oralen und schriftlichen Literatur", D. Reimer (1990), (ISBN 3496004606)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Dupire, Marguerite, "Totems sereer et de l'Contrôle rituel environnement", [en] Persée (fr) [19]
  • Thiaw, Issa Laye, La femme seereer (Sénégal), L'Harmattan, Paris, , (ISBN 2-7475-8907-2)
  • Camara, Fatou Kiné (PhD) et Seck, Abdourahmane (PhD), "Laïcité et liberté de religion au Sénégal: entre roche constitutionnelle et dure réalité", (26/11/2010) [20] (Récup. : )
  • Zewde, Bahru, "Société, État et identité dans l'histoire africaine", African Books Collective (2008), (ISBN 9994450255) (fr) [21] «Histoire négrière et identité identifiée dans l'espace sénégambien : L’exemple du Sereer du nord-ouest (Sénégal) d’Ismaila Ciss, à partir de la page 23 »(Récupéré : )
  • Niang, Mor Sadio, "CEREMONIES ET FÊTES TRADITIONNELLES", [en] Ethiopiques no 31 de la culture Revue socialiste Négro-3e quarter africaine (1982) (fr) [22] (Récupéré : )
  • Martin, Victor & Becker, Charles, "Lieux de culte et d'occupations célèbres dans les pays voisins" (Sénégal), Publié dans le Bulletin de l' Institut Fondamental d'Afrique Noire, Tome 41, Série B, n ° 1, , (fr) [23] (Récupéré : )