Mathilde Wesendonck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mathilde Wesendonck (1850).
Portrait par Karl Ferdinand Sohn

Agnes Mathilde Wesendonck, née Luckemeyer le à Elberfeld (aujourd'hui Wuppertal) et morte le dans la villa Traunblick à Altmünster au bord du Traunsee, en Autriche, fut une amie de Richard Wagner (de 1852 à 1863), connue pour avoir été l'inspiratrice de son opéra Tristan und Isolde. Elle est également l'auteur des cinq poèmes mis en musique par Wagner, appelés pour cette raison Wesendonck-Lieder.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (de) Wesendonk Lieder : I. — Der Engel (L'Ange) ; II. Stehe still (Suspends ton vol !) — III. Im Treibhaus (Dans la serre) ; — ; IV. Schmerzen (Douleurs) ; V. — Träume (Songes).
  • (de) Naturmythen, 1865
  • (de) Genoveva, 1866
  • (de) Gudrun, Schauspiel in 5 Akten, 1868 ; texte en ligne
  • (de) Deutsches Kinderbuch in Wort und Bild, 1869
  • (de) Friedrich der Große, dramatische Bilder, 1871
  • (de) Edith oder die Schlacht bei Hastings, 1872
  • (de) Gedichte, Volksweisen, Legenden und Sagen, 1874
  • (de) Alte und neue Kinderlieder, 1890

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Richard Wagner à Mathilde Wesendonk : journal et lettres, 1853-1871, traduction par Georges Khnopff, Alexandre Duncker, éditeur, 1905 ; texte sur wikisource

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing: Mathilde Wesendonck. Die Frau und die Dichterin. Im Anhang: Die Briefe C(onrad) F(erdinand) Meyers an Mathilde Wesendonck. Schroll, Wien 1942, (Veröffentlichungen der Abteilung für Kulturwissenschaft. Kaiser-Wilhelm-Institut für Kunst und Kulturwissenschaft im Palazzo Zuccari, Rom. Reihe 1. Vorträge 32/33).
  • (fr) Judith Cabaud: Mathilde Wesendonck ou le rêve d´Isolde. Actes Sud, Arles 1990, (ISBN 2-86869-572-8).
  • (de) Wolfgang Golther (Hrsg.): Richard Wagner an Mathilde Wesendonck. Tagebuchblätter und Briefe 1853-1871. 74. - 83. Auflage. Breitkopf & Härtel, Leipzig 1920.
  • (de) Axel Langer, Chris Walton: Minne, Muse und Mäzen. Otto und Mathilde Wesendonck und ihr Zürcher Künstlerzirkel. Museum Rietberg, Zürich 2002, (ISBN 3-907070-96-8).
  • (de) Martha Schad: Meine erste und einzige Liebe, Richard Wagner und Mathilde Wesendonck. Verlag Langen Müller, München 2002, (ISBN 3-7844-2881-9).
  • (fr) Édouard Schuré, Femmes inspiratrices et poètes annonciateurs, ch. I. — Mathilde Wesendonk et son rôle dans la vie de Richard Wagner (La Genèse de « Tristan »), p. 3-59 ; texte en ligne sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

À sa création (2 mars 2011), cet article est partiellement issu de l’article allemand intitulé également Mathilde Wesendonck.