Mathilde Corr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mathilde Lagache)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mathilde Corr
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Fratrie

Mathilde Corr (Bruxelles 1813- Nointel 1888) est une aquarelliste et pastelliste bruxelloise, sœur de Erin Corr et de Fanny Corr-Geefs, l'épouse de Guillaume Geefs.

Enfance[modifier | modifier le code]

Anne Charlotte Mathilde (dite Mathilde) naît, avec sa sœur jumelle Catherine Emilie Corr, à Bruxelles le dans une famille d’artistes émigrée d’Irlande à la fin du XVIIIe siècle.

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des cours de dessin et de peinture à Bruxelles, Mathilde Corr se rend à Paris et s’y spécialise dans les scènes de genre, les portraits et les scènes d’inspiration littéraire, principalement exécutés au pastel et à l’aquarelle. Durant les années 1840 et 1850, elle suit encore quelques séances d’apprentissage dans l’atelier bruxellois de son beau-frère, le sculpteur royal Guillaume Geefs. Elle expose aussi ses œuvres dans différents salons européens et bénéficie du soutien et de la réputation de son frère Erin et de sa sœur Fanny, épouse Geefs. En 1835, elle épouse Pierre Lagache, un écrivain français. Leur union restera sans descendance. Même mariée, Mathilde continue à exposer dans les salons du nord de la France et dans quelques salons belges durant les années 1830 et 1840. Dès les années 1860, elle se fait plus rare dans le milieu artistique et semble se consacrer à une carrière d’enseignante. Elle décède en 1888 à Nointel.

Production[modifier | modifier le code]

Tout comme sa sœur Fanny, la production de Mathilde Corr-Lagache se concentre principalement sur les portraits féminins, les scènes de genre et les sujets religieux ou littéraires. Elle ne se hasardera cependant pas à essayer la peinture d'histoire. Certains de ses pastels envisagent les sentiments intérieurs et la mélancolie, une approche héritée du romantisme. Le style de Mathilde Corr est assez proche de celui de sa sœur et témoigne de quelques maladresses dans le rendu des anatomies.

Œuvres répertoriées[modifier | modifier le code]

  • Portrait d'Elisabeth Müller, future troisième épouse de Jean-Baptiste Meeûs, habillée en Cérès, jeune déesse des moissons.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]