Mathieu Laffite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mathieu Laffite
Fonction
Préfet
Seine
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Parentèle
Charles Laffite (d) (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mathieu Laffite, né à Cazaux-Villecomtal (Gers) le et mort à Paris (1er arrondissement) le [1], est un ancien secrétaire de la Préfecture de police et ancien avocat, journaliste libéral et négociant qui a racheté en 1850 puis dirigé le Bulletin de Paris avant de s'investir dans la création d'une agence de publicité avec Charles-Louis Havas, l'agence Havas-Laffite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mathieu Laffite est né le . Avocat puis secrétaire général du premier préfet de Paris à la préfecture de la Seine d'Ariste Jacques Trouvé-Chauvel. Il reprend avec Duport et Bullier en 1850 le Bulletin de Paris, correspondance des journaux, des départements et de l'étranger, fondée le par Adrien de Lavalette. Il était l'oncle de Jean Charles Mathieu Laffite, né le à Cazaux-Villecomtal, qui deviendra président de l'agence de publicité nommée Société Havas Laffite et Compagnie.

Le propriétaire du Bulletin de Paris[modifier | modifier le code]

Mathieu Laffite offrait sa correspondance gratuitement et en contrepartie le journal abonné au Bulletin de Paris insérait un certain nombre d'annonces publicitaires. Ce système coexistait alors avec la grande régie publicitaire fondée par Havas 15 ans plus tôt.

Le , Charles-Louis Havas, à la veille de se retirer, avait absorbé le très rentable Bulletin de Paris[2]. Lors de l'union du Bulletin de Paris en 1855, les annonces étaient payées par Bullier-Duport et Cie groupés autour de Mathieu Laffite. La société réunit en 1856 Laffite, Bullier et Mercier, les associés du Bulletin de Paris. La Société générale des annonces s'unit un an plus tard à l'Agence Havas.

L'associé d'Havas[modifier | modifier le code]

En 1857 se sont regroupées Havas et la SGA, celle-ci devient Havas, Fauchey, Laffite, Bullier & Cie, appelée ensuite Société Havas Laffite et Compagnie.

En 1865, c'est l'union totale — sans fusion néanmoins — du groupe Mathieu Laffite et de l'Agence Havas. L'agence Havas poursuit son ascension et supplante définitivement, en 1867, le groupe Mathieu. Le deuxième traité Havas-Reuter, datant du , qui met en commun tous les services télégraphiques quelconques présents et à venir, cite deux signataires, la Reuter’s Telegram Company et la Société Havas Laffite et Compagnie], qui aura droit comme par le passé à la moitié des bénéfices de cette double exploitation commune[3].

Édouard Lebey le fils de Jacques-Édouard Lebey, un des associés de la Société Havas Laffite et Compagnie deviendra en 1879 directeur de l'Agence Havas.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris acte de décès no 967 dressé le 19/10/1882, vue 10 / 16
  2. "Histoire de la presse, 1914 à 1939" par Raymond Manevy, Éditions Corréa & cie, 1945, page 138
  3. Desbordes, Rhoda, « Migrations et réseaux d’information au XIXème siècle  : Les agences ... », sur revues.org, Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM. Les Cahiers ALHIM, groupe de recherche Amérique Latine Histoire et Mémoire de l’Université Paris-VIII, (ISSN 1777-5175, consulté le ).