Mathieu Faivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mathieu Faivre
Image illustrative de l’article Mathieu Faivre
En mars 2019 au Super Slalom de La Plagne.
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 2007 à aujourd'hui
Biographie
Nom complet
dans le pays d'origine
Mathieu Faivre
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Nationalité France
Naissance (29 ans)
Lieu de naissance Nice
Taille 175 cm
Poids de forme 78 kg
Club C.S. Isola
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde (individuel) 2 0 0
Championnats du monde (par équipes) 1 0 0
Coupe du monde (globes) 0 1 0
Coupe du monde (épreuves) 2 4 3

Mathieu Faivre, né le à Nice, est un skieur alpin français licencié à Isola 2000 dans les Alpes-Maritimes, double champion du monde.

Espoir du ski alpin français, il s'impose dans les championnats de France minimes de géant et super G, et cadets en descente, géant et super combiné avant de remporter le titre de champion du monde junior de géant le aux Houches à l'âge de dix-huit ans, succédant au palmarès à son compatriote Alexis Pinturault[1]. Chez les seniors, il obtient deux titres de champion de France, en slalom en 2010, et en super-combiné en 2011. Le 4 décembre 2016, il s'adjuge sa première victoire en Coupe du monde lors du slalom géant de Val d'Isère. Il remporte une première médaille d'or aux championnats du monde avec l'équipe de France, lors du Team Event des Mondiaux de Saint-Moritz 2017.

Il devient double champion du monde individuel lors des Mondiaux 2021 disputés à Cortina d'Ampezzo en remportant tout d'abord l'épreuve parallèle le 16 février, avant de s'imposer deux jours plus tard au terme des deux manches du slalom géant, 53 ans après Jean-Claude Killy, puis s'impose à Bansko une semaine plus tard en Coupe du monde, plus de quatre années après sa première victoire dans la discipline.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mathieu Faivre est le fils d'un moniteur de ski, a grandi à Isola 2000, station sur les pentes de laquelle il s'est initié au ski[2]. Il intègre ensuite la section ski-études de Saint-Étienne-de-Tinée puis le club des sports de la Plagne, bien que restant licencié à Isola 2000. Il continue ses études au lycée des métiers de la montagne[3] à Saint-Michel-de-Maurienne comme skieur de haut niveau. Il prépare alors un BEP.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Il se révèle tôt comme un grand espoir du ski alpin français, il participe au Festival olympique de la jeunesse européenne en février 2009 à Szczyrk (Pologne) où il remporte l'épreuve de slalom géant devant l'Allemand Stefan Luitz, puis à ses premiers Championnats du monde juniors en mars 2009 à Garmisch-Partenkirchen dans trois épreuves (descente, super G et slalom géant avec pour meilleure place 20e en super G).

En février 2010, il réalise son premier coup d'éclat lors de sa seconde participation aux Championnats du monde juniors en remportant le slalom géant aux Houches, toujours devant Stefan Luitz. Il réalise la semaine suivante son premier top 10 en Coupe d'Europe lors du slalom géant de Méribel puis son premier podium en mars 2010 en Italie avec une seconde place en combiné. En fin d'année, en tant que champion du monde juniors, il est invité lors des finales de la Coupe du monde où il prend la 15e place et y inscrit ses premiers points.

Lors de la saison 2011, il prend part à de nombreuses épreuves de Coupe d'Europe, il y intègre le top 10 du classement de slalom géant de la Coupe d'Europe où il y compte un podium avec une troisième place à Formigal (Espagne). Aux championnats du monde juniors, il ne parvient pas à conserver son titre en slalom géant mais prend la médaille de bronze à Crans Montana (Suisse) derrière son compatriote Alexis Pinturault et l'Autrichien Vincent Kriechmayr. Enfin, en Coupe du monde, il n'est aligné qu'à quatre reprises et ne marque des points qu'à une reprise lors du super-combiné de Bansko avec une 17e place.

Lors de la saison 2012, il affiche clairement son objectif de briller en Coupe d'Europe pour être promu en Coupe du monde. Il montera qu'à une reprise sur un podium mais ceci pour une victoire en slalom géant à Oberjoch. Régulier il termine à la quatrième place du classement de slalom géant. Aux championnats du monde junior, par deux fois, il reste au pied du podium avec une quatrième place en slalom géant et en descente. En Coupe du monde, il prend part à quatre épreuves au cours de la saison et inscrit ses premiers points en slalom géant avec une 23e place à Kranjska Gora avec un dossard 34.

La saison 2013 marque un tournant avec une spécialisation en slalom géant. Il intègre le groupe de l'équipe de France dans cette discipline en Coupe du monde tout en prenant aux Coupes d'Europe. En Coupe du monde, il monte petit à petit en puissance et obtient son premier top 10 à Alta Badia avec une 10e place. Sa bonne progression l'amène à être sélectionné pour les Championnats du monde de Schladming, où il y prend une 21e place en slalom géant.

En décembre 2013, il est tout près du podium à l'occasion du slalom géant de Beaver Creek, où il arrive quatrième. Lors de la saison 2013-2014, il compte trois autres tops 10. Il participe aux Jeux olympiques d'hiver de 2014, où il se classe 24e du slalom géant.

Le , il monte sur son premier podium en Coupe du monde en terminant deuxième du slalom géant de Naeba derrière Alexis Pinturault. Son deuxième podium intervient en mars lors des finales de Saint-Moritz à l'occasion d'un triplé de l'équipe de France, 3e derrière le vainqueur Thomas Fanara et Alexis Pinturault[4]. Le , il s'impose dans le slalom géant de Val d'Isère, sa première victoire en Coupe du monde. 2e temps de la première manche à 0"010 de seconde de Marcel Hirscher sur la piste O-K de la Daille, il signe le meilleur temps sur le deuxième tracé et devance finalement l'Autrichien d'une demi-seconde[5]. En 2018, il est septième aux Jeux olympiques de Pyeongchang en slalom géant.

Un nouvelle discipline individuelle est introduite lors des championnats du monde 2021 à Cortina d'Ampezzo : le parallèle. Le 16 février, Mathieu Faivre se qualifie en 9e position. Il élimine Samu Torsti en huitièmes de finale, passe de justesse le cap des quarts face à Fabio Gstrein, prend largement le meilleur sur Alexander Schmid en demi-finale, avant d'affronter Filip Zubčić en finale. Devancé de 0"230 en première manche, il le bat de 0"480 dans le deuxième acte, et s'adjuge le titre, devenant le premier champion du monde de cette épreuve[6].

Deux jours plus tard, il prend la 4e place de la première manche du slalom géant, laquelle est largement dominée par Alexis Pinturault[7].Il se place à 0"58 de son coéquipier. Lors du 2e acte, le skieur niçois réalise un temps qui lui permet de prendre les commandes de la course. Il devance à cet instant Marco Schwarz de 0"87. Alexander Schmid, 3e de la première manche, sort du tracé. Luca de Aliprandini, 2e sur le premier tracé, s'approche à 0"63. Puis Pinturault « referme le portillon », tandis que Mathieu Faivre patiente en bas de piste[8]. Mais le leader du classement général de la Coupe du monde commet une faute d'intérieur au bout de cinq portes et sort du tracé. Mathieu Faivre est le premier champion du monde français de la discipline depuis Jean-Claude Killy en 1968 à Grenoble[8]. Les Jeux Olympiques avaient alors valeur de championnats du monde pour le ski alpin. Deux ans plus tôt, Guy Périllat avait été sacré en géant aux Mondiaux de Portillo. Après son titre, Mathieu Faivre déclare : « Je suis venu ici en priorité pour le géant. Repartir avec la plus belle des médailles, c’est juste un sentiment incroyable. Ça fait 53 ans qu’il n’y avait pas eu de champion du monde de géant, c’est ma discipline, je ne fais quasiment que ça, donc ça représente énormément de choses. Et Killy c’est quand même la référence du ski alpin avec Alexis, qui a un palmarès incroyable. Inscrire mon nom après lui au palmarès c’est lourd de sens »[9].

La Coupe du monde reprend à Bansko pour deux slaloms géants les 27 et 28 février. Le premier jour, il se classe deuxième derrière Filip Zubčić, et le lendemain, il l'emporte avec 75/100e d'avance sur Marco Odermatt et 81/100e sur son compatriote Alexis Pinturault. Il s'agit donc de la deuxième victoire du skieur niçois, 1547 jours après la première gagnée en décembre 2016 sur la piste Oreiller-Killy à Val d'Isère.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En mars 2017, Mathieu Faivre se met en couple avec la skieuse et championne américaine Mikaela Shiffrin[10],[11]. Ils se séparent à l'été 2019[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
24e
JO 2018
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
7e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Parallèle Par équipes
Mondiaux 2013
Drapeau : Autriche Schladming
21e
Mondiaux 2015
Drapeau : États-Unis Vail - Beaver Creek
DNF 1/4 de finale
Mondiaux 2017
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
9e Médaille d'or, monde Or
Mondiaux 2019
Drapeau : Suède Åre
17e
Mondiaux 2021
Drapeau : Italie Cortina d'Ampezzo
Médaille d'or, monde Or Médaille d'or, monde Or

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 14e en 2017.
  • 9 podiums dont 2 victoires.

Classements[modifier | modifier le code]

Année/Classement Général Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2010 117e 16 - - - - 36e 16 - - - -
2011 135e 14 - - - - - - - - 35e 14
2012 126e 8 - - - - 44e 8 - - - -
2013 78e 71 - - - - 25e 71 - - - -
2014 44e 168 - - - - 11e 168 - - - -
2015 61e 111 - - - - 16e 111 - - - -
2016 21e 423 - - - - 4e 423 - - - -
2017 14e 440 - - - - 2e 440 - - - -
2018 48e 145 - - - - 12e 145 - - - -
2019 35e 239 - - - - 9e 239 - - - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Descente Super-G Slalom géant Slalom Super combiné Total
2016-2017 Drapeau : France Val-d'Isère 1
2020-2021 Drapeau : Bulgarie Bansko 1
Total 0 0 2 0 0 2

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Mathieu Faivre a remporté le aux Houches le titre de champion du monde junior de slalom géant. Il avait pris part l'année précédente aux mondiaux 2009 à Garmisch-Partenkirchen où sa meilleure performance est une 20e place en super G[13].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom
Mondiaux 2009
Drapeau : Allemagne Garmisch
31e 20e 32e -
Mondiaux 2010
Drapeau : France Mont-Blanc
42e Ab. Médaille d'or, monde Or Ab.
Mondiaux 2011
Drapeau : Suisse Crans Montana
Médaille de bronze, Coupe du Monde Bronze 7e

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Elite[modifier | modifier le code]

Jeunes[modifier | modifier le code]

12 titres de Champion de France (record)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « CM J. : Les Bleus en or », eurosport.fr, 1er février 2010, consulté le 2 février 2010.
  2. « Mathieu Faivre : "Je ne vais pas à Sotchi pour finir quinzième" », sur codesport.fr, (consulté le 11 février 2018)
  3. « Lycée des métiers de la montagne », sur lyceedesmetiersdelamontagne.org (consulté le 11 février 2018)
  4. François-Xavier Rallet, « Souvent tapi dans l'ombre, Mathieu Faivre a enfin tapé du poing », sur Eurosport, (consulté le 5 décembre 2016)
  5. Fédération Internationale de Ski, « Val d'Isère - Men's Giant Slalom - Results », sur fis-ski.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  6. « Mathieu Faivre se pare d'or - son 2e run en vidéo », sur eurosport.fr, (consulté le 17 février 2021)
  7. « Mondiaux de Cortina : la manche de murant de Pinturault sur le géant », sur eurosport.com, (consulté le 19 février 2021)
  8. a et b « Mondiaux de Carotina, Faivre réagit à son sacre surprise lors du géant », sur eurosport.fr, (consulté le 19 février 2021)
  9. Valentine Perazio, « Mathieu Faivre : « C’est juste un sentiment incroyable », après son titre mondial de géant », sur Ski Chrono/Le Dauphiné, (consulté le 19 février 2021)
  10. Ski Chrono, « Shiffrin : "Mathieu, il est super!" », sur Ski Chrono, Le Dauphiné, (consulté le 21 décembre 2017)
  11. Richard Vivion, « Ski : Mikaela Shiffrin reine de Courchevel », sur France Bleu, (consulté le 21 décembre 2017)
  12. Ski Chrono, « SKI ALPIN. Mikaela Shiffrin et Mathieu Faivre, c'est fini ! », sur Le Dauphiné/Ski Chrono, (consulté le 12 octobre 2019)
  13. (fr) Résultats de Mathieu Faivre aux mondiaux junior, fis-ski.com, consulté le 2 février 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]