Mathieu-François Geoffroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mathieu-François Geoffroy
Mathieu François Geoffroy. Line engraving by F. Chéreau, 171 Wellcome M0015517.jpg
Gravure par François Chéreau, d'après un portrait réalisé par Nicolas de Largillière.
Fonction
Échevin de Paris
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Enfants

Mathieu-François Geoffroy , né à Paris le et mort le à Paris, est un pharmacien français, ayant joué un rôle important dans la société des savants de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une célèbre dynastie d'apothicaires parisiens, il est lui-même reçu maître apothicaire le 22 novembre 1666. À son officine (rue du Bourg-Tibourg), citée comme l’une des plus importantes de Paris par le Dr Martin Lister (1638-1712), il aura notamment pour clients réputés le duc de Chaulnes, Louvois, ou encore Mme la chancelière Le Tellier. Il organisa également chez lui la tenue des conférences de Jean-Dominique Cassini, du Père Sébastien, de Louis Joblot, de Joseph-Guichard Du Verney ou bien de Guillaume Homberg.

Commissaire aux pauvres en 1677 et marguillier de l'église Saint-Paul en 1683, il devient garde de la communauté en 1684.

Lors de l’affaire des poisons entre 1679 et 1682, il est nommé expert et aura à charge l'ensemble des expertises de l'affaire.

En 1685, il est élu échevin de Paris. Il reçoit Louis XIV à l'hôtel de ville lors de sa visite de Paris.

Le 28 mars 1686, il est à l'inauguration de la place des Victoires, puis, le 18 novembre de cette même année, il est à Versailles auprès du roi Louis XIV, lors de son opération de la fistule par le chirurgien Charles-François Félix.

Le 23 mars 1690, il est convoqué à Versailles pour faire prendre à Madame la dauphine de l'extrait de quinquina en petites pilules dorées.

Il devient premier consul en 1694.

Il est nommé auditeur des comptes en 1707.

Son portrait se trouve à la Salle des Actes de la Faculté de pharmacie de l'Université Paris-Descartes.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Baptiste Geoffroy,
    • Étienne I Geoffroy (1586-1673), marié avec Marie Nicolas,

Références[modifier | modifier le code]


Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Journal de Matthieu-François Geoffroy, maître apothicaire de Paris (1644-1708), publié par le Dr Paul Dorveaux (lire en ligne)
  • Léon Guignard, Centenaire de l'École supérieure de pharmacie de l'Université de Paris, 1803-1903, portrait n° 38, p. 382 (lire en ligne)
  • Gustave Planchon, La dynastie des Geoffroy, apothicaires de Paris, dans Journal de pharmacie et de chimie, vol. 8, 1898, p. 292
  • Olivier Lafont, M.-F. Geoffroy et son jour de gloire, dans Moniteur des Pharmacies, no 1883, 17 mars 1990, p. 94, 96, 98 et 101
  • Michel Bouvet, Les apothicaires, échevins de Paris, dans Revue d'histoire de la pharmacie, 1952, Volume 40, no 135, p. 433-446 (lire en ligne)
  • Olivier Lafont, Mayvonne Lafont, Personnalisation des rapports individu-puissance publique, ou Geoffroy et la famille Le Tellier, dans Revue d'histoire de la pharmacie, 1991, Volume 79, no 288, p. 15-23 (lire en ligne)
  • Olivier Lafont, Echevins & apothicaires sous Louis XIV, la vie de Mathieu-François Geoffroy, bourgeois de Paris.- Paris, 2008