Robert Enoch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mathias Lübeck)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lübeck.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enoch.


Robert Enoch, aussi connu sous le nom de plume de Mathias Lübeck, (né le 16 octobre 1903 - décédé le 8 juillet 1944, fusillé par la Gestapo), est un poète et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Enoch est un neveu des éditeurs de musique Enoch. Il passe sa jeunesse au 164 rue de Courcelles à Paris, dans le même immeuble que le dessinateur Daniel Thouroude de Losques.

Il signe ses œuvres sous des noms divers dont le plus connu est « Mathias Lübeck », mais aussi « Bohémond Smaragdus » et bien d'autres... Il publie ses poèmes dans des publications éphémères comme L'Œuf dur (seize numéros) dont il trouve d'ailleurs le titre, mais il ne laissera aucun recueil littéraire de son vivant. Il participe activement au mouvement surréaliste[1].

Ses parents sont déportés pendant l'Occupation. En juin 1944, il est arrêté par la Gestapo entre Lyon et Saint-Étienne, et emprisonné à la prison Montluc. Le 8 juillet 1944, il est fusillé avec d'autres otages à Portes-lès-Valence.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Ballade des nègres du temps jadis (1920)
  • La Famille des joyeux sansonnets

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Kahnweiller ou l’Œuf dur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Lévêque, Le Triomphe de l'art moderne : Les Années folles, 1992, ACR Édition, (ISBN 2-86770-054-X), p. 400, extraits consultables en ligne sur Google Books