Mate Boban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mate Boban
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
MostarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Distinction
Order of Ante Starčević (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mate-boban-Grude01278.JPG

plaque commémorative

Mate-boban-grob08563.JPG

Vue de la sépulture.

Mate Boban, né le [1] à Sovići, Royaume de Yougoslavie (aujourd'hui en Bosnie-Herzégovine) et mort le à Mostar, était un politicien croate d'Herzégovine et l'un des principaux leader des Croates de Bosnie-Herzégovine durant la guerre de Bosnie. Il fut le premier et dernier président de la République d'Herceg-Bosna, province autonome auto-proclamée et jamais reconnue qui exista entre 1991 et 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la guerre de Bosnie[modifier | modifier le code]

Mate Boban est né le à Sovići, dans la municipalité de Grude dans le Royaume de Yougoslavie (aujourd'hui en Bosnie-Herzégovine). Il s'occupe d'une société de publication à Imotski (RS Croatie) puis travaille dans une fabrique de tabac à Zagreb. Il était membre du parti communiste.

Lors de sa création en 1989, il rejoint le HDZ (Union démocratique croate), et se fait élire au parlement de Bosnie-Herzégovine. Il est nommé vice-président puis président du HDZ en Bosnie-Herzégovine.

République d'Herceg-Bosna[modifier | modifier le code]

Le , Mate Boban proclame l'existence de la « communauté croate d'Herzeg-Bosna » comme un « ensemble politique, culturel, économique et territoriale » sur le territoire de la RS Bosnie-Herzégovine selon la politique de division de la Bosnie-Herzégovine entre Croates et Serbes, défini par Franjo Tuđman et Slobodan Milošević lors de la rencontre de Karađorđevo[2],[3]. Boban rencontre Radovan Karadžić, le président de la Republika Srpska (République serbe de Bosnie) en mai 1992 à Graz en Autriche et les deux leader se mettent d'accord pour une coopération dans la division de la Bosnie-Herzégovine[2]. Les deux hommes se rencontrent une nouvelle fois le au Monténégro pour coordonner leurs actions après le rejet du plan Vance-Owen par les Bosniaques.

Selon le TPIY, Mate Boban est suspecté d'avoir ordonné l'assassinat de Croates de Bosnie-Herzégovine qui s'opposaient à ses plans[4] notamment Stjepan Kljuić, Blaž Kraljević et Tomislav Dretar.

Guerre de Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Bosnie-Herzégovine.

L'accord entre Mate Boban et Radovan Karadžić prévoyait l'aide des Serbes aux Croates contre l'Armée de la République de Bosnie-Herzégovine (majoritairement bosniaque) et l'union d'une partie de la Bosnie-Herzégovine à la Croatie. Les tensions entre Croats et Bosniaques s'intensifie entre juin 1992 et 1993 et à la suite de nombreuses provocations et actes hostiles des Croates, la guerre ouverte débute en avril 1993[5]. Une milice croate, le HVO (Conseil de défense croate) attaque et expulse des Bosniaques au centre et au sud de la Bosnie-Herzégovine et est responsable des massacre de Stupni Do et d'Ahmici (en).

Devant le prix élevé, tant politique qu'économique, du soutien de la République de Croatie à la guerre en Bosnie et au HVO, les États-Unis forcent un traité de paix, les accords de Washington entre les Croates et la république de Bosnie-Herzégovine en mars 1994 et avec l'aide du pape Jean-Paul II force l'exclusion de Mate Boban[6].

Après guerre[modifier | modifier le code]

À la suite des accords de Washington et de la fin de l'Herzeg-Bosna, Boban prend sa retraite. En juillet 1997, il a un accident vasculaire cérébral et meurt trois jours plus tard à l'hôpital de Mostar. Il a été évoqué la possibilité que sa mort ait été mise en scène afin d'éviter sa mise en accusation par le TPIY[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (hr) « Mate Boban », vecernji.hr,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) (en) Laura Silber et Allan Little, The Death of Yougoslavia, Londres, Penguin Books Ltd, , 400 p. (ISBN 978-0-1402-6168-4)
  3. « ICTY: Naletilić and Martinović verdict - A. Historical background »
  4. [html] « IT-98-34-T, the Prosecutor versus Naletilic and Martinovic », ICTY, (consulté le 23 juin 2009) : « Q. Well, sir, during the time that you lived in Mostar, during these years, and in that region, did you ever -- did you understand that HOS was
    a unit that -- an organisation that believed more in a multi-ethnic Bosnia of the Croats and Muslims working together? ... wasn't it because of the HDZ's conflict with that philosophy, that Mr. Kraljevic was ultimately murdered? »
  5. « ICTY: Kordić and Čerkez verdict - IV. Attacks on towns and villages: killings - C. The April 1993 Conflagration in Vitez and the Lašva Valley - 3. The Attack on Ahmići (Paragraph 642) »
  6. « US Behind Sacking Of Top Bosnian-Herzegovinian Croats », IWPR, (consulté le 15 novembre 2006)
  7. « Bosnia herzegovina war: Main players », BBC News, (consulté le 23 juin 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

,