Finale de la Coupe du monde de football de 1998

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brésil - France
Image illustrative de l’article Finale de la Coupe du monde de football de 1998
Zidane, au milieu de ses coéquipiers de l'équipe de France[1], soulève le trophée.
Contexte
Compétition Coupe du monde de football de 1998
Date (20 ans)
Stade Stade de France
Lieu Saint-Denis, Île-de-France
Drapeau de la France France
Affluence 80 000 spectateurs
Résultat
Drapeau : Brésil Brésil 0 - 3 Drapeau : France France
Temps réglementaire 0 - 3 0
Mi-temps 0 - 2 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) France
But inscrit après 27 minutes 27e Zidane (Petit Passe décisive)
But inscrit après 45+1 minutes 45+1e Zidane (Djorkaeff Passe décisive)
But inscrit après 90+3 minutes 90+3e Petit (Vieira Passe décisive)

Averti après 39 minute(s) 39e Deschamps
Carton jaune Carton jauneCarton rouge 48e, 67e Desailly
Averti après 56 minute(s) 56e Karembeu

Brésil
Averti après 33 minute(s) 33e Baiano

La finale de la Coupe du monde de football 1998, a vu la victoire du pays hôte, la France face au Brésil sur le score de trois à zéro et s'est déroulée le 12 juillet 1998 au Stade de France à Saint-Denis devant 80 000 spectateurs[2].

Repères[modifier | modifier le code]

Parvenue en finale de « sa » Coupe du monde, la France n'a concédé que 2 buts en 6 rencontres, dont un sur pénalty contre le Danemark. Mais l'animation offensive, point faible des Bleus depuis de très longs mois, continue à poser un problème, les journaux sportifs critiquant le style de jeu rigide défendu par Aimé Jacquet, le « football-champagne » n'étant plus à l'ordre du jour[3]. Après avoir gagné ses trois matchs de poule contre des équipes de faible niveau[4] (Arabie saoudite, Danemark et Afrique du Sud), la France a rencontré des difficultés à battre le Paraguay (victoire suite au but en or de Laurent Blanc), n'est pas parvenue à marquer et a dû attendre la session des tirs aux but pour vaincre l'Italie et n'a battu la Croatie qu'avec un but d'écart (victoire deux buts à un grâce à un doublé de Lilian Thuram) alors qu'elle partait favorite. L'absence pour suspension du libéro Laurent Blanc représente encore un problème supplémentaire selon Frank Lebœuf[5].

Feuille de match[modifier | modifier le code]

Match 64 Brésil Drapeau : Brésil 0 - 3 Drapeau : France France Stade de France, Saint-Denis

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 - 2)
But inscrit après 27 minutes 27e Zidane (Petit Passe décisive)
But inscrit après 45+1 minutes 45+1e Zidane (Djorkaeff Passe décisive)
But inscrit après 90+3 minutes 90+3e Petit (Vieira Passe décisive)
Spectateurs : 80 000
Arbitrage : Drapeau : Maroc Saïd Belqola
Júnior Baiano Averti après 33 minute(s) 33e Rapport Averti après 39 minute(s) 39e Deschamps
Carton jaune Carton jauneCarton rouge 48e, 68e Desailly
Averti après 56 minute(s) 56e Karembeu
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Brésil
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
France
Drapeau du Brésil
BRÉSIL :
Gardien de but 01 Cláudio Taffarel
02 Cafu
03 Aldair
04 Júnior Baiano Averti après 33 minute(s) 33e
06 Roberto Carlos
05 César Sampaio Remplacé après 73 minutes 73e
08 Dunga Capitaine
10 Rivaldo
18 Leonardo Remplacé après 46 minutes 46e MT
20 Bebeto
09 Ronaldo
Remplacements :
19 Denilson Entré après 46 minutes 46e  MT
21 Edmundo Entré après 73 minutes 73e 
Sélectionneur :
Drapeau : Brésil Mário Zagallo
BRA-FRA 1998-07-12.svg
Drapeau de la France
FRANCE :
Gardien de but 16 Fabien Barthez
15 Lilian Thuram
08 Marcel Desailly Carton jaune Carton jauneCarton rouge 48e, 68e
18 Frank Lebœuf
03 Bixente Lizarazu
07 Didier Deschamps Capitaine Averti après 39 minute(s) 39e
19 Christian Karembeu Averti après 56 minute(s) 56e Remplacé après 57 minutes 57e
17 Emmanuel Petit
10 Zinédine Zidane
06 Youri Djorkaeff Remplacé après 74 minutes 74e
09 Stéphane Guivarc'h Remplacé après 66 minutes 66e
Remplacements :
14 Alain Boghossian Entré après 57 minutes 57e 
21 Christophe Dugarry Entré après 66 minutes 66e 
04 Patrick Vieira Entré après 74 minutes 74e 
Sélectionneur :
Drapeau de la France Aimé Jacquet

Assistants :
Drapeau : Angleterre Mark Warren
Drapeau : Afrique du Sud Achmat Salie
Quatrième arbitre :
Drapeau : Arabie saoudite Rahman Al-Zaid

Laurent Blanc suspendu, Aimé Jacquet le remplace poste pour poste par Frank Lebœuf en défense centrale. Pour le reste, l'entraîneur conserve son schéma traditionnel à trois milieux récupérateurs utilisé à l'Euro 1996 et à nouveau depuis le quart de finale contre l'Italie[réf. souhaitée]. Didier Deschamps évolue dans l'axe tandis que Christian Karembeu et Emmanuel Petit sont décalés sur les côtés[réf. souhaitée]. Zinédine Zidane se voit confier l'animation du jeu et Youri Djorkaeff évolue dans un rôle libre en soutien de Stéphane Guivarc'h seul en pointe qui a été préféré à Christophe Dugarry.

Le Brésil aligne son équipe type[réf. souhaitée]. Pourtant, sur la première feuille de match communiquée à la presse quelques heures avant le match, c'est Edmundo et non Ronaldo qui est annoncé à la pointe de l'attaque[réf. souhaitée]. Après la rencontre, il s'avère que victime d'un curieux malaise avec perte de connaissance le matin même du match, Ronaldo était réellement très incertain pour la finale[6].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Ballon officiel utilisé lors de la finale (musée national du sport).

Les Français prennent dès le coup d'envoi le contrôle du milieu de terrain[7]. Dès la troisième minute, Stéphane Guivarc'h, sur une passe de Zinédine Zidane, obtient une occasion de but mais ne cadre pas son tir[8].

Alors que le match tend à s'équilibrer et que le Brésil se procure plusieurs occasions de buts (notamment un centre au-dessus de la transversale de Roberto Carlos à la 20e minute et une tête de Rivaldo à la 24e minute), les Bleus remettent la pression sur leur adversaire. À la 27e minute, suite à un coup de pied de coin concédé par Roberto Carlos, l'Équipe de France inscrit un but : sur un tir d'Emmanuel Petit, Zinédine Zidane, à 6 m au premier poteau, place une tête piquée en extension au centre du but[9],[7].

Le gardien français Fabien Barthez réalise une sortie spectaculaire à la 30e minute en passant au-dessus de Ronaldo dans un choc avec l'attaquant brésilien[10]. Alors que la première mi-temps se termine, l'équipe de France inscrit un deuxième but, à nouveau sur corner : tiré par Youri Djorkaeff, le ballon est dévié dans le but brésilien par Zinédine Zidane au premier poteau, lequel se retrouve démarqué suite à la glissade de Dunga[11],[12].

Dès l'entame de la seconde période, le sélectionneur brésilien décide de renforcer son attaque. Milieu de terrain relayeur, l'ancien joueur du Paris Saint-Germain, Léonardo, cède sa place à l'attaquant Denilson. De plus en plus pressants, les Brésiliens se créent une occasion lorsque, décalé par une transversale de Roberto Carlos, Ronaldo se trouve en position de frapper au but quasiment à bout portant. Mais fermant l'angle, Fabien Barthez bloque la frappe de l'attaquant brésilien[8], particulièrement amorphe depuis le début de la rencontre[13],[14].

À la 67e minute, Marcel Desailly, joueur d'importance pour la défense française, reçoit un second carton jaune en taclant irrégulièrement Cafu à l'issue d'une montée sur le côté droit du terrain et est donc exclu[15]. Aimé Jacquet remplace alors Youri Djorkaeff par le milieu défensif Patrick Vieira, tandis qu'Emmanuel Petit évolue à présent en tant qu'arrière central, qui n'est pas sa position habituelle, à la place de Marcel Desailly[16][réf. insuffisante].

En supériorité numérique, les Brésiliens multiplient les attaques, d'autant qu'un attaquant supplémentaire, Edmundo, entre au jeu. Cependant, malgré certaines tentatives dont une frappe de Denilson sur la barre transversale, l'équipe brésilienne ne parvient pas à marquer de but[8]. De son côté, l'attaquant Stéphane Guivarc'h se procure une nouvelle occasion à la 63e minute mais tire au-dessus du but Taffarel[10].

Alors que le match est sur le point de se terminer, Lilian Thuram concède un corner. Celui-ci est cependant récupéré par Christophe Dugarry qui part en contre-attaque. Ce dernier passe le ballon à Patrick Vieira, qui le passe immédiatement à Emmanuel Petit, esseulé. Le joueur français effectue une frappe croisée et trompe Taffarel, venu à sa rencontre, pour inscrire le troisième but de l'Équipe de France, qui devient championne du monde de football pour la première fois de son histoire[17].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le troisième but inscrit par Emmanuel Petit lors de cette finale est aussi le 1 000e but inscrit de l'histoire des Bleus[réf. à confirmer][16].

Ce score est aussi historique puisque il s'agit du plus grand écart jamais observé lors d'une finale de Coupe du monde (avec la finale de 1958 entre le Brésil et la Suède 5-2 et celle de 1970 entre le Brésil et l'Italie 4-1) et également de la plus grande différence de buts sans que l'équipe adverse n'en ait inscrit[réf. nécessaire]

Après-match[modifier | modifier le code]

Après leur victoire, les Bleus paradent sur l'avenue des Champs-Élysées dans un bus à impériale. À la différence de 2018, où le bus des Bleus progresse dans un couloir protégé par un barriérage, celui de 1998 évolue difficilement au milieu de la foule constituée de près d'1,5 millions de personnes[18]. Ils se rendent ensuite avec leur famille au palais de l'Élysée où ils sont reçus par le Président de la République Jacques Chirac[19]. Le 14 juillet, ils sont faits chevaliers de la Légion d'honneur[20], comme les champions de 2018[19].

Effet Mondial[modifier | modifier le code]

Un « effet Mondial » a souvent été évoqué, notamment pour qualifier l'impact positif sur l'économie de la France (dopage de la croissance et l'augmentation du moral des ménages), mais des études rétrospectives ont montré l'absence de « miracle économique » et attribuent même ce supposé effet économique à « une construction médiatique »[21]. L'effet ponctuel est cependant indéniable : « La presse sportive augmente sa diffusion et les droits télévisés connaissent une inflation qui profite aux clubs professionnels dont le nombre d'abonnés et de spectateurs vient d'augmenter, sans oublier les effets bénéfiques sur les partenaires des Bleus (marques) »[22].

Les retombées sportives sont transitoires puisque « les clubs de jeunes accueillent un mini baby-boom avec une augmentation de 12 % de licenciés »[22].

L'impact sociologique de cet « effet Mondial » relève également du mythe. Le sociologue Karim Souanef[23] montre comment les journalistes français se sont unis pour refléter un sentiment de concorde nationale, une France « Black Blanc Beur » qui devait réconcilier deux France séparées et être « représentative de la France des provinces, des DOM-TOM et de l'ancien empire colonial »[24]. Cette interprétation journalistique, révélatrice de la « desportivisation » de l’information au profit de la surpolitisation de cet événement footballistique, s'est faite selon Souanef par un « usage intensif et collectif de représentations stéréotypées tendant à imposer de nouveaux schèmes de représentations à l’opinion publique »[25]. Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, le gouvernement Jospin « aurait pu se servir de cette victoire en Coupe du monde comme d'un levier, pas simplement comme d'un cache-sexe montrant une belle image de la France à vendre aux touristes » mais les pouvoirs publics n'ont eu aucune politique volontariste pour capitaliser cet élan. Sopo estime que continuer à parler d' « effet Mondial » relève d'une forme d'escroquerie[26]. Selon Gilles Clavreul, « penser qu’une équipe de France diverse par ses origines va rendre la société plus harmonieuse et plus tolérante relève de la pensée magique » car le sport de haut niveau n’est pas représentatif de la société : « une équipe nationale, c’est la conjonction de talents individuels hors normes, de parcours où la chance a sa part (…) et d’un système de formation, d’entraînement, de sélection et de compétition qui repose à la fois sur des acteurs publics, des clubs, des investisseurs, etc. ». Le professeur de philosophie Éric Deschavanne voit pour sa part des valeurs intégratrices dans le football, estimant que « l’équipe de France de foot est devenue un vecteur d’identification nationale, et qu’elle représente en conséquence un symbole de la communauté nationale », et que « le 12 juillet 1998 incarne le rêve français de l’intégration réussie, Knysna, le cauchemar de la dislocation »[27]. Selon l'historien Frédéric Attal, les effets bénéfiques sur l'intégration n'ont pas eu lieu sans doute parce que n'était pas dissipée l'ambivalence, « entre valorisation des identités particulières ou au contraire fusion dans un collectif qui fasse abstraction de ces différences »[22].

Les retombées politiques sont également ponctuelles. L'effet transitoire sur les problèmes de l'extrême droite française sont résumés dans un dessin politique de Plantu publié dans L'Express après cette victoire : « pendant que l'équipe de France black-blanc-beur chante la Marseillaise et que le peuple français acclame Thuram, Zidane et Karembeu, un collaborateur console Le Pen en disant : « Ne pleure pas, Jean-Marie ! Si ça se trouve, la finale du prochain Mondial, ce sera peut-être Nigeria-Cameroun, » sur quoi Le Pen, tombe de sa chaise à la renverse[28] ». L'« effet Mondial » a également un impact éphémère sur l'opinion des français à l'égard de l'exécutif : le président de la République Jacques Chirac regagne immédiatement 15 points de cote de popularité, le Premier Ministre Lionel Jospin 10 points[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De gauche à droite, Stéphane Guivarc'h, Bernard Diomède, Robert Pirès, Bixente Lizarazu, Zidane, Marcel Desailly, Laurent Blanc et le capitaine Didier Deschamps.
  2. https://fr.fifa.com/worldcup/matches/round=1027/match=8788/index.html
  3. Hugh Dauncey, Geoffrey Hare, Les Français et la coupe du monde de 1998, Nouveau Monde éditions, , p. 24 et 76.
  4. Selon le journaliste Pierre Ménès, « on débute la compétition avec un groupe en bois, Danemark, Afrique du Sud et Arabie Saoudite ». Cf Pierre Ménès, Daniel Riolo, L'explication. Clash Football Club, Hugo Publishing, , 221 p. (lire en ligne).
  5. http://www.football365.fr/bleus-leboeuf-a-mal-vecu-preparation-de-finale-mondial-1998-2699617.html
  6. https://www.20minutes.fr/sport/872412-20120202-football-ronaldo-pu-mourir-12-juillet-1998
  7. a et b Guy Sitruk, Arnaud Tulipier, Coupe du monde 1998, TF1 éditions, , p. 139.
  8. a, b et c Guy Sitruk, Arnaud Tulipier, Coupe du monde 1998, TF1 éditions, , p. 143.
  9. Leonardo rappelle que c'est Ronaldo qui était normalement assigné au marquage de Zinedine Zidane mais le brief du match est réalisé sans l'attaquant brésilien, parti à l'hôpital. Cf Raphaël Cosmidis, Gilles Juan, Christophe Kuchly, Julien Momont, Comment regarder un match de foot ?, Place des éditeurs, , p. 87.
  10. a et b « Stéphane Guivarc'h. Un seul but lui manque », sur letelegramme.fr, .
  11. https://www.ladepeche.fr/article/1998/07/12/122837-une-finale-de-reve.html
  12. Raphaël Cosmidis, Gilles Juan, Christophe Kuchly, Julien Momont, Comment regarder un match de foot ?, Place des éditeurs, , p. 87.
  13. On apprendra par la suite que Ronaldo, victime d'un malaise la veille de la finale, a été transporté à la clinique parisienne des Lilas pour des examens cardiaques et neurologiques. Ses coéquipiers « qui n'ont pas été tenus informés de l'état de santé de leur coéquipier, sont traumatisés » à l'amorce de cette finale. Cf. Guy Sitruk, Arnaud Tulipier, Coupe du monde 1998, TF1 éditions, , p. 142.
  14. http://www.lesremplacants.com/le-mysterieux-malaise-de-ronaldo-en-1998/4425/
  15. Hugh Dauncey, Geoffrey Hare, Les Français et la coupe du monde de 1998, Nouveau Monde éditions, , p. 43.
  16. a et b https://dicodusport.fr/blog/finale-de-coupe-monde-de-football-1998/
  17. http://www.lepoint.fr/coupe-du-monde/mondial-1998-ce-reve-bleu-09-06-2018-2225584_2167.php
  18. « Les Champs-Elysées s'apprêtent à accueillir leurs champions », sur bfmtv.com, (consulté le 16 juillet 2018).
  19. a et b « Suivez la journée des champions du monde », sur lequipe.fr, (consulté le 16 juillet 2018).
  20. « EDF : meilleur que Platini », Spécial Thierry Henry - Au palais du Royaume Henry !, no 1,‎ , p. 19.
  21. Bastien Drut, Richard Duhautois, Sciences sociales football club, De Boeck Supérieur, (lire en ligne), p. 103.
  22. a, b et c Jean Garrigues, La France de la Ve République: 1958-2008, Armand Colin, , 648 p. (lire en ligne).
  23. Karim Souanef, « La victoire des “ Bleus 98” : de la psychologie populaire dans l'interprétation journalistique », dans André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel (dir.), Les usages politiques du football, éditions L'Harmattan, , 197 p., p. 55-82.
  24. a et b Patrick Clastres, Paul Dietschy, Sport, Société et culture XIXe à nos jours, Hachette Éducation, , 256 p. (lire en ligne).
  25. Éric David, « André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel, Les usages politiques du football », Lectures, Les comptes rendus, 2012,‎ (lire en ligne).
  26. Jean-Yves Guérin, Laurent Jaoui, Noirs en bleu: le football est-il raciste ?, A. Carrière, , p. 27.
  27. Gilles Clavreul, Éric Deschavanne, « L’effet Mondial de Football ? Ce que la France Black Blanc Beur de 2018 pourrait apprendre de Kylian M’Bappé pour ne pas se déliter comme celle d’il y a 20 ans », sur atlantico.fr, .
  28. Hugh Dauncey, Geoffrey Hare, Les Français et la coupe du monde de 1998, Nouveau Monde éditions, , p. 219.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]