Match de football Angleterre — Hongrie (1953)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Angleterre-Hongrie
Image illustrative de l’article Match de football Angleterre — Hongrie (1953)
Contexte
Compétition Match amical
Date
Stade Stade de Wembley
Lieu Londres
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Affluence 105 000 (ou 100 000) spectateurs
Résultat
Drapeau : Angleterre Angleterre 3-6 Drapeau : République populaire de Hongrie Hongrie
Mi-temps 2-4 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) Drapeau : République populaire de Hongrie Nándor Hidegkuti, Ferenc Puskás et József Bozsik
Drapeau : Angleterre Jackie Sewell, Stan Mortensen et Alf Ramsey

Le match Angleterre — Hongrie du 25 novembre 1953 est un match amical de football entre l'Angleterre et la Hongrie, se déroulant au stade de Wembley, à Londres.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onze d'or hongrois.

Invaincue toutes compétitions depuis 1950, l'équipe de Hongrie est surnommée le Onze d'or hongrois. Juste avant ce match, la Hongrie de l’entraîneur Gusztáv Sebes remporte la médaille d'or aux Jeux olympiques d'Helsinki en 1952[1],[2],[3]. De plus, les Magyars s'impose en Coupe internationale, débutée en 1948[3], devant la Tchécoslovaquie et l'Autriche. L'équipe est notamment menée par son buteur et capitaine Ferenc Puskás, considéré comme « l'un des meilleurs footballeurs au monde » par France Football, qui met en avant ses capacités exceptionnelles de dribbleur[1].

Si l'Angleterre n'est pas dans une même forme, les Three Lions sont invaincus à domicile depuis le début de leur histoire face à une équipe du continent.

Déroulement de la rencontre[modifier | modifier le code]

Au-delà du score, les joueurs anglais se montrent dépassés face aux innovations tactiques du sélectionneur hongrois Gusztáv Sebes, comme la position en retrait de l’avant-centre Nándor Hidegkuti, la participation au jeu du gardien Gyula Grosics ou encore le système tactique en 4-2-4 qui faisait la part belle à l’offensive[1].

La Hongrie s'impose devant 100 000 spectateurs, avec le triplé de Hidegkuti, le doublé de Puskás et le but de Bozsik[4].

Ferenc Puskás marque son deuxième but du match en réalisant une nouvelle technique, le « drag-back »[5]. Ce but, souvent utilisé dans le football moderne, consiste à, lors d'une course avec le ballon, arrêter brusquement le ballon, faire un demi-tour et tirer au but[5]. Cette technique permet ainsi de surprendre les défenseurs, mais aussi le gardien de but[5].

Drapeau : Angleterre Angleterre 3 - 6 Drapeau : République populaire de Hongrie Hongrie Wembley Stadium
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres Sewell But inscrit après 13 minutes 13e
Mortensen But inscrit après 38 minutes 38e
Ramsey But inscrit après 57 minutes 57e
Hidegkuti But inscrit après 1 minutes 1re But inscrit après 20 minutes 20e But inscrit après 53 minutes 53e
Puskás But inscrit après 24 minutes 24e But inscrit après 27 minutes 27e
Bozsik But inscrit après 50 minutes 50e
Spectateurs : 105 000
Arbitrage : Leo Horn (Pays-Bas) Drapeau : Pays-Bas
(Rapport)
GK 1 Gil Merrick (Birmingham City)
RB 2 Alf Ramsey (Tottenham Hotspur)
LB 3 Bill Eckersley (Blackburn Rovers)
RH 4 Billy Wright (Wolverhampton Wanderers) (capitaine)
CB 5 Harry Johnston (Blackpool)
LH 6 Jimmy Dickinson (Portsmouth)
RW 7 Stanley Matthews (Blackpool)
IR 8 Ernie Taylor (Blackpool)
CF 9 Stan Mortensen (Blackpool)
IL 10 Jackie Sewell (Sheffield Wednesday)
LW 11 George Robb (Tottenham Hotspur)
Entraîneur :
Drapeau de l'Angleterre Walter Winterbottom
GK 1 Gyula Grosics (Honvéd) (capitaine) Remplacé après 78 minutes 78e
RB 2 Jenő Buzánszky (Dorogi)
LB 3 Mihály Lantos (Vörös Lobogó)
DM 4 József Bozsik (Honvéd)
CB 5 Gyula Lóránt (Honvéd)
CB 6 József Zakariás (Vörös Lobogó)
RW 7 László Budai (Honvéd)
FW 8 Sándor Kocsis (Honvéd)
AM 9 Nándor Hidegkuti (Vörös Lobogó)
FW 10 Ferenc Puskás (Honvéd)
LW 11 Zoltán Czibor (Honvéd)
Remplacements :
GK 12 Sándor Gellér (Vörös Lobogó) Entré après 78 minutes 78e 
Entraîneur :
Drapeau de la Hongrie Gusztáv Sebes

Conséquences et réactions[modifier | modifier le code]

Après avoir concédé leur première défaite de l’Histoire sur leur sol, les Britanniques furent à nouveau humiliés, le , en perdant 7 buts à 1 devant les 70 000 personnes accourues au Népstadion de Budapest[1].

Le , la Hongrie réalise son exploit le plus retentissant face à l'Angleterre au Stade de Wembley pour une rencontre amicale. L'équipe anglaise, invaincue sur son sol contre une équipe du continent, est dépassée par les qualités techniques des joueurs hongrois et la vitesse de leur jeu. Tactiquement, l'organisation en « WM » des Anglais, utilisée depuis les années 1920, se montre obsolète face au 4-2-4 des Hongrois[6]. La Hongrie l'emporte sur le score de 6-3[7]. Cette rencontre est considérée comme un tournant de l'histoire du football[2],[5]. Cette rencontre est qualifiée par la presse britannique de « match of the century » (en français : « match du siècle »)[5]. Le , les deux équipes se rencontrent à nouveau, en Hongrie cette fois-ci, au Népstadion, inauguré un an plus tôt[8]. La Hongrie entre donc de plain-pied dans l'histoire du football[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Paul Dietschy, Histoire du football, Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 551), (1re éd. 2010), 655 p. (ISBN 9782262048419, lire en ligne), p. 241
  2. a et b (en) « Hungary 1950s », sur footballsgreatest.weebly.com (consulté le 11 mars 2015)
  3. a et b (en) Nabil N. Jamal, The Second Harvest, Partridge Singapore, , 112 p. (lire en ligne), p. 74
  4. (en) « Ivor Broadis - International carrer », sur qosfc.com (consulté le 24 mars 2015)
  5. a, b, c, d et e « England v Hungary - a football match that started a revolution », sur bbc.co.uk, (consulté le 16 mars 2015)
  6. Hubert Artus, Donqui Foot, Don Quichotte, , 496 p. (ISBN 9782359490466, lire en ligne)
  7. Didier Braun, « Le mythe de la grande Hongrie », sur wearefootball.org
  8. (en) « Hungary 7 - 1 England », sur englandstats.com (consulté le 24 mars 2015)
  9. (en) « Hungary's 1953 Wembley tactics revealed in newly found notebook », The Guardian,

Lien connexe[modifier | modifier le code]