Mat du couloir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mat du couloir est, dans le jeu d'échecs, un mat donné par une dame ou une tour sur la dernière rangée (la 8e avec les Blancs, ou la 1re avec les Noirs). Le roi, qui a déjà effectué le roque, et alors bloqué par ses propres pièces (en général des pions) et ne peut pas s'enfuir sur la rangée du dessus.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour blanche sur case blanche c8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Mat du couloir.

Description[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Tour noire sur case blanche c8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case noire b6
Fou noir sur case blanche c6
Reine noire sur case noire a5
Reine blanche sur case blanche c4
Pion blanc sur case blanche b3
Tour blanche sur case blanche d3
Pion blanc sur case blanche a2
Fou blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Exemple d'utilisation du mat du couloir.

Ce type de mat arrive souvent lors des matchs entre joueurs de faible niveau, car ceux-ci n'anticipent pas le départ des pièces de la première rangée (donc la dernière pour l'adversaire), alors qu'une dame ou une tour peut atteindre cette rangée.

Dans des matchs entre joueurs aguerris, il est très rare. C'est surtout la menace de ce type de mat qui est utilisée, afin d'obtenir un avantage ailleurs, soit en gagnant une pièce, soit en améliorant la position, soit encore en détruisant la position de l'adversaire.

Dans l'exemple illustré à gauche, les Blancs peuvent jouer 1.Dxc6, alors que les Noirs ne peuvent prendre la Dame avec la tour (1...Txc6) à cause de la menace de mat du couloir des tours blanches (2.Td8+ Txd8 3.Txd8#). Les Noirs perdent donc un fou, et ils sont dans une mauvaise position à cause des menaces de la dame (Dxa8 ou Dxc8). Par exemple : 1...Da6 2.Dxa8! Txa8 3.Td8+ Txd8 4.Txd8# (échec et mat). Et si les Noirs essaient de défendre la dernière rangée, les Blancs peuvent prendre une pièce supplémentaire : 1...b5 (défense contre la prise en d8) 2.Df3! (les tours ne peuvent toujours pas bouger) ou 1...g6 (le pion g6 avance et permet une case de fuite pour le Roi) 2.Df6! (il n'y a plus de case de fuite) et les Noirs ne peuvent toujours pas prendre à cause du mat du couloir.

Les menaces de mat du couloir peuvent être anticipées en avançant un des pions du roque (un des pions adjacents au Roi une fois qu'il a fait son roque), mais, d'après une règle générale aux échecs, les pions ne doivent être déplacés qu'en cas de nécessité. Les coups de pions peuvent en effet affaiblir la position en créant des ouvertures, exploitables pour l'adversaire, mais ils peuvent aussi être une perte de temps.

Exemple[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Reine noire sur case noire b6
Tour blanche sur case noire c3
Pion blanc sur case noire e3
Pion blanc sur case blanche a2
Reine blanche sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Bernstein - Capablanca, après le 29e coup des Blancs.

L'une des parties les plus connues de José Raúl Capablanca utilise le mat du couloir. Il s'agissait d'un match d'exhibition joué à Moscou, en 1914, contre Ossip Bernstein (Capablanca avait les pièces noires). La position illustrée à droite est obtenue après le 29e coup des Blancs. Capablanca joue alors sa dame 29...Db2! La réponse plus simple est 30.Dxb2 (la dame blanche prend la dame noire), mais elle n'est pas possible en raison du mat du couloir avec la tour : 30...Td1#.

Mais il y a plusieurs autres idées dans ce coup. Par exemple, 30.De1, qui semble défendre la menace de la tour, perd à cause de 30...Dxc3 (si 31.Dxc3 alors ...Td1+ 32.De1 Txe1#); 30.Tc2 ne parvient pas empêcher 30...Db1+ 31.Df1 Dxc2; et 30.Dc2 perd à cause de 30...Da1+ 31.Dc1 Td1+ 32.Dxd1 Dxd1#, ou 30...Dxc2 31.Txc2 Td1#. Après le déplacement de la tour (30.Tc8), il semble que les Blancs peuvent renverser la situation, mais 30...Txc8? permet 31.Dxb2 et l'échange d'une dame contre une tour. Cependant, Capablanca peut donner un échec intermédiaire avec sa dame (30...Da1+ , ou Db1+), et ce sont les Blancs qui perdent une tour après 31.Df1 Dxf1+ 32.Rxf1 Txc8. Bernstein doit donc abandonner.

Une dernière remarque : si Capablanca avait tenté directement le mat du couloir par 29...Db1+ 30.Df1 Td1?? (30...Dxa2 serait plus raisonnable), il aurait alors lui-même perdu sur un mat du couloir à cause de la tour adverse: 31.Tc8+ Td8 32.Txd8#.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]