Matélé (chaîne de télévision belge)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Matélé
Image illustrative de l’article Matélé (chaîne de télévision belge)

Langue Français
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Statut Chaîne régionale de la Communauté française
Siège social Rue Joseph Wauters, 22
5580 Jemelle[1]
Ancien nom Vidéoscope (1977-2006)
Site web www.matele.be
Diffusion
Câble VOO analogique
VOO numérique : chaîne n°59
Orange : chaîne n°69
IPTV Proximus TV : chaîne n°340
Web matele.be/direct
Aire Arrondissement de Dinant (Belgique)

Matélé est la chaîne de télévision belge[2] régionale diffusée dans l'arrondissement de Dinant, en province de Namur. Elle fait partie de la Fédération des Télés Locales[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1974 à 1980[modifier | modifier le code]

Les prémices de ce qui deviendra Vidéoscope remontent à 1974. À l’époque, le cercle vidéo amateur de la Maison des Jeunes de Rochefort réalise de petits reportages qui sont diffusés dans différentes salles de l’entité.

En 1977, à l’initiative du Ministre Henri-François Van Aal, Vidéoscope sera une des premières « télévisions communautaires ». Canal Zoom à Gembloux, TEAC à Charleroi, RTC à Liège, Vidéoscope à Rochefort et Notélé à Tournai profitent de l’élan de reconnaissance du Ministère de la Culture. Elles relèvent plus de l’éducation permanente que d’une réelle démarche journalistique.

Vidéoscope se définit comme une télévision communautaire faite par les gens et pour les gens. Il s’agit donc de mettre un matériel à la disposition d’amateurs afin qu’ils remplissent trois missions : l’information locale, l’éducation permanente et les programmes participatifs.

, la première émission de Vidéoscope est diffusée sur le câble. Elle brosse le portrait des 21 conseillers communaux élus à la suite de la récente fusion des communes du grand Rochefort. À cette époque, Vidéoscope ne dispose pas encore d’un canal propre et « emprunte » ceux de RTL et Télé 2 aux heures creuses.

L’image en noir et blanc vacille, le studio est abrité dans une tente de la Croix-Rouge, les animateurs et les techniciens sont de simples amateurs de vidéo légère. Bref, c’est le règne du bricolage et de la débrouille. 4 000 téléspectateurs peuvent suivre les programmes de Vidéoscope.

De 1980 à 1990[modifier | modifier le code]

Dès 1981, Vidéoscope diffuse en couleur. Cette année voit aussi l’apparition d’un nouveau standard de matériel, l’U-MATIC, comparable au matériel utilisé dans les télévisions nationales. Cependant, tout n’est pas professionnalisé pour autant, les locaux sont toujours exigus et dispersés : la régie (une benne de la Poste) et le studio (un préfabriqué de chantier) se trouvent à trois kilomètres des bureaux installés au 2e étage de l’Hôtel de Ville de Rochefort.

La zone de diffusion s’étend à la proche commune de Houyet.

En 1985, la périodicité des émissions change : elle passe d’une émission mensuelle à une émission hebdomadaire. En outre, Vidéoscope dispose enfin d’un canal propre de diffusion.

En 1989, Vidéoscope déménage vers de nouveaux locaux situés dans l’ancienne gare de Rochefort.

De 1990 à 2006[modifier | modifier le code]

En 1990, la zone de diffusion s’étend aux communes de Ciney et de Hamois ; en 1992 aux communes de Dinant et d’Yvoir.

Pendant ce temps, la zone de diffusion s’est encore étendue. Vidéoscope couvre les communes de Hastière, Onhaye et Havelange à partir de 1995, les communes de Beauraing et Gedinne à partir de 1999, ainsi que les communes de Bièvre et Vresse-sur-Semois depuis 2000. En 2000, Anhée rentre dans le giron de Vidéoscope.

En 2001, Vidéoscope connaîtra un tournant avec le départ à la retraite de Marie-Louise de Loncin et l'arrivée de son successeur Philippe Halloy. Une nouvelle dynamique est lancée. Rapidement l'équipe de 13 travailleurs s'étoffe. Un JT quotidien est lancé.

De 2006 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2006, Vidéoscope devient Matélé et déménage à Jemelle dans des locaux plus adaptés à son fonctionnement et à sa taille. Le nouveau matériel numérique révolutionne l'organisation du travail. Les journalistes deviennent monteurs. Matélé entre dans une nouvelle ère.

En 2014, Matélé revoit toute son organisation interne pour se déployer sur le terrain numérique[4].

En 2016, Matélé lance une opération numérique d'envergure #tousàtable[5]. Les smartphones remplacent les caméras. 2 000 participants se retrouvent dans des auberges espagnoles virtuelles et réelles. Connecter les internautes entre eux, les aider à partager et à échanger, c’est l’essence même d’un média de proximité du 21e siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Programmes[modifier | modifier le code]

L'Actu 
Journal télévisé - Tous les jours sauf le samedi à 18h
L'invité 
Tous les jours après L'Actu
Babel Café 
Talk Show - Du mardi au jeudi à 18h30
Xtra-balles 
Émission de sport ballon - Tous les dimanches à 20h
Challenge 
Actualité sportive - Tous les lundis à 18h30
Li pti téyat 
Divertissement en wallon - Tous les mardis à 16h
Bienvenue chez vous 
Découverte de votre région - Les 3èmes dimanches du mois à 17h00
Ex Cathedra 
Conférences - Tous les jeudis à 20h30
Trajectoires 
Émission sports automobiles - Les 4èmes dimanches du mois à 17h00
Pêche d'enfer 
Programme d'exercices sportifs - Tous les matins
Émissions d'autres chaînes
Table et terroir (TV Lux), DBranché (TV Com), Le Geste du Mois (Canal Zoom), Au Champs du Coq (TV Lux)

Zone de diffusion[modifier | modifier le code]

Matélé couvre les 15 communes de l'arrondissement de Dinant :

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction

  • Directeur : Philippe Halloy

Rédaction

  • Rédactrice en chef : Céline Sérusiaux
  • Rédactrice en chef adjoint : Morgane Halloy
  • Journalistes : Nicolas Debatty, Laurent Dosimont, Fiorine Guery, Nicolas Lembrée, Benjamin Mars, Isabelle Martiat, Lyla Montout, Philippe Palamin, Antoine Peret, Arnaud Wuyard

Technique

  • Responsable technique : Arnault Ronval
  • Réalisateur : Melvin Wittocx
  • Techniciens : Mickael Danse, François De Ryck, Jean Doutrepont, Christel Geonet, Claude Goffin, Paul Gourmet, François Mercy, Maxime Nihoul, Pierre Morleghem, Dimitri Renaud
  • Infographiste : Julien Pinera
  • Assistante de production : Isabelle Maldague

Commercial

  • Responsable Commercial : Céline Alonso
  • Conseillers commerciaux : Jean-Samuel Defays, Laetitia Streignard

Administratif

  • Responsable RH : Céline Alonso
  • Secrétaire de direction : Marylène Heindrichs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations légales », sur matele.be (consulté le 25 décembre 2017)
  2. [vidéo]TV en direct, sur matele.be, consulté le 25 décembre 2017
  3. « Fédération des Télévisions Locales », sur www.teleslocales.be (consulté le 8 janvier 2018)
  4. « Anne Pirson nouvelle rédactrice en chef de Matélé - Ciney », sur ciney.blogs.sudinfo.be (consulté le 8 janvier 2018)
  5. « #tousàtable, une expérience journalistique et médiatique inédite | Association des journalistes professionnels », Association des journalistes professionnels,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]