Massongex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massongex
Blason de Massongex
Héraldique
Image illustrative de l'article Massongex
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Saint-Maurice
Localité(s) et Communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Daviaz, Les Giettes, Les Ilettes
Communes limitrophes :
Monthey, Saint-Maurice, Vérossaz, Bex
Président(e) Bernard Moulin
Code postal 1869
N° OFS 6215
Démographie
Gentilé Les Massongérouds
Population 1 699 hab. (31 décembre 2013)
Densité 256 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 00″ N 6° 59′ 00″ E / 46.2333333333, 6.9833333333346° 14′ 00″ Nord 6° 59′ 00″ Est / 46.2333333333, 6.98333333333
Altitude 399 m
Superficie 663 ha = 6,63 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Massongex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Massongex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Massongex
Liens
Site web www.massongex.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Massongex est une commune suisse du canton du Valais, dans le district de Saint-Maurice. Elle est située au confluent du Rhône et de l'Avençon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La dernière consonne est rarement prononcée, ou bien sa prononciation indique l’origine étrangère du locuteur. Pour les noms multisyllabiques, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé dans sa langue d'origine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Massongex semble avoir été, sous le nom de Tarnadae (Itinéraire d'Antonin, fin du IIIe siècle), la principale localité du peuple celte des Nantuates et le centre religieux des quatre tribus valaisannes (outre les Nantuates, les Véragres, les Sédunes et les Ubères) avant la conquête romaine. Taranis, divinité celte lui a peut-être donné son nom antique. Elle semble avoir été un point de batellerie et de rupture de charge : en effet, à deux kilomètres en amont, la cluse de Saint-Maurice rend la navigation sur le Rhône impossible. C'est probablement à Tarnadae que les bateaux et les barges étaient chargées et déchargées.

Sous la domination romaine, Tarnadae est restée une localité importante comme en témoignent les thermes romains construits au début de notre ère, vers 10 / 15?, soit avant la fondation de Forum Claudii Vallensium, futur chef-lieu de la Civitas Vallensium. Une mosaïque de 1,47 m sur 1,48 m représentant deux pugilistes, datée des années 30 a été retrouvée dans ce que l'on peut identifier comme l'apodyterium (vestiaire).

Des aménagements du fleuve paraissent y avoir été entrepris au début du IIe siècle et des restes de ce qui semble avoir été un pont y ont été découverts.

Elle périclita après l'invasion des Alamans, vers 260-275, comme toutes les localités du Chablais situées en aval de la cluse de Saint-Maurice, celle-ci étant plus facile à défendre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :