Massimo Bottura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Massimo Bottura
Description de cette image, également commentée ci-après
Massimo Bottura au concours des meilleurs restaurants du monde
Naissance (58 ans)
Modène
Nationalité Italie
Profession
L'osteria Francescana de Massimo Bottura

Massimo Bottura est un cuisinier italien né le à Modène. Il est le chef triplement étoilé au guide Michelin du restaurant L'Osteria Francescana à Modène, deux fois élu meilleur restaurant du monde au World's 50 Best Restaurants[1] en 2016 et 2018.

Massimo Bottura est le fondateur de plusieurs restaurants solidaires et il est notamment président de l’association Refettorio Paris 14, un restaurant associatif lancé à Paris en avec le soutien, entre autres, de l'homme d'affaires Jean-François Rial et de l'artiste contemporain JR. Installé dans les cryptes de l’église de la Madeleine[2], ce restaurant offre des repas élaborés aux sans-abri et aux réfugiés tout en luttant contre le gaspillage alimentaire[3].

En juin 2020, avec d'autres chefs, des architectes, des lauréats du prix dit Nobel d'économie, des dirigeants d'organisations internationales, il est signataire de l'appel en faveur de l'économie mauve (« Pour une renaissance culturelle de l'économie ») paru dans le Corriere della Sera[4], El País[5] et Le Monde[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 50 winners sur theworlds50best.com
  2. Colette Monsat, « Massimo Bottura, le beau, la gloire et le réfectoire », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 mars 2019)
  3. Mikael Corre, « A Paris un chef étoilé ouvre un restaurant solidaire sous la crypte de la Madeleine », sur la-croix.com, (consulté le 16 avril 2018)
  4. (it) « Per un rinascimento culturale dell'economia », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)
  5. (es) « “Por un renacimiento cultural de la economía”: el manifiesto de una veintena de intelectuales para una nueva época », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)
  6. « En dépit de son importance croissante, le culturel n’a pas suffisamment été pensé comme un écosystème », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]