Massif du Changbai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massif du Changbai
Carte sous licence libre bienvenue !
Géographie
Altitude 2 744 m, Mont Paektu
Massif Alpes de Corée
Longueur 80 km
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Provinces
Province
Jilin, Liaoning
Ryanggang

Le massif du Changbai (Changbaishan, chinois simplifié : 长白山脉 ; chinois traditionnel : 長白山脈 ; pinyin : cháng bái shānmài), ou massif de Paektu (coréen : 장백산맥 ; hanja : 長白山脈 ; romanisation : Jangbaeksanmaek), est un ensemble montagneux situé entre la Chine et la Corée du Nord. Il culmine à 2 744 m d'altitude au mont Paektu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Changbaishan signifie littéralement « région de montagne perpétuellement blanche »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

Le massif s'étend sur 80 km de long sur un axe nord-sud dans le Nord-Est des Alpes de Corée, depuis les districts d'Antu, Fusong et Changbai dans la province chinoise du Jilin jusque dans le Ryanggang en Corée du Nord[2]. Ce terme est parfois aussi appliqué à l'ensemble des montagnes de la Mandchourie orientale. Son point culminant est un volcan, le mont Paektu (ou mont Changbai) qui culmine à 2 744 m d'altitude.

Le Songhua, le Tumen et le Yalou prennent leur source dans le massif[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du massif est caractérisé par des hivers longs et froids mais avec peu de précipitations. Celles-ci se concentrent essentiellement en été et en automne. Elles s'élèvent en moyenne à 1 400 mm par an[4].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Les zones basses sont couvertes d'une forêt de feuillus (frêne de Mandchourie, phellodendron de l'Amour) qui, avec l'altitude, laisse de plus en plus la place aux conifères avec des pins de Corée et des mélèzes de Dahurie puis aux bouleaux d'Erman et aux bouleaux nains et finalement à la toundra avec de la myrtille des marais et du lycopode des Alpes[5].

Le massif abrite trois grandes espèces menacées d'extinction : le tigre de Sibérie, le léopard des neiges et l'ours noir[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le massif est le lieu de naissance de Bukūri Yongšon, ancêtre de Nurhachi et de la famille impériale Aisin Gioro, fondateurs de la dynastie Qing d'origine mandchoue.

Activités[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Vue du massif du Changbai depuis Wangtian'e.

La plus grande réserve naturelle de Chine se trouve dans le massif du Changbai. C'est aussi une zone pour la protection de la biosphère de l'UNESCO[2]. Elle s'étend sur 1 965 km2 dont 1 397 pour son cœur à une altitude de 720 à 2 961 m. Elle ne compte que 2 000 habitants[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Le massif est réputé pour une espèce de ginseng qui y pousse. Les revenus générés par l'exploitation forestière et le tourisme sont en constante hausse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pamela Kyle Crossley, A Translucent Mirror: History and Identity in Qing Imperial Ideology, University of California Press, février 2000 (ISBN 9780520234246), page 202.
  2. a, b et c Daniel Gomà Pinilla, « Les litiges frontaliers entre la Chine et la Corée du Nord », Perspectives chinoises, 81, janvier-fevrier 2004, mis en ligne le 1er mars 2007, consulté le 25 novembre 2013 [lire en ligne]
  3. (en) Changbai Mountains -- Scenic Wonderland
  4. (en) Changbai Mountains mixed forests (PA0414)
  5. a et b Fiche de l'Unesco