Massif du Mercantour-Argentera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Massif de l'Argentera)

Massif du Mercantour-Argentera
Massifs des Alpes occidentales
Géographie
Altitude 3 297 m, Mont Argentera
Massif Alpes
Longueur 80 km
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Région
Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Piémont
Départements

Province
Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence
Coni
Géologie
Âge 350 millions d'années
Roches Gneiss, granite, calcaire, schiste, grès

Le massif du Mercantour-Argentera est un massif des Alpes situé à cheval entre les départements français des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence et le Piémont italien. Le nom du massif provient respectivement de la cime du Mercantour, un sommet central secondaire, et du mont Argentera, point culminant du massif, à 3 297 m, entièrement en Italie.

Le massif est partiellement couvert par deux parcs naturels, le parc national du Mercantour côté français et le parc naturel des Alpes maritimes côté italien. Ces espaces protègent des espèces animales et végétales rares, comme le Spélerpès de Strinati, ou présentes uniquement au sein du massif, comme la Saxifrage à nombreuses fleurs, ancien symbole du parc du Mercantour. Le massif est riche en cours d'eau et en lacs. Ces derniers, issus largement de la dernière glaciation, sont situés dans les cuvettes des roches cristallines du massif.

Ce territoire est occupé par l'homme, d'abord de manière saisonnière, depuis l'âge du bronze ancien. Ces traces d'occupation sont visibles notamment sur le site de la vallée des Merveilles, dans la haute vallée de la Roya. Cette occupation humaine se développe durant l'Antiquité, puis au Moyen Âge avec la route du sel, et se poursuit aux XXe et XXIe siècles, le massif devenant une zone de villégiature et de tourisme. De nombreuses activités et sports de montagne peuvent être pratiqués au sein du massif. Les aménagements permettent de s'adonner, entre autres, au ski de randonnée, au ski alpin, au ski de fond, à la randonné pédestre, à l'alpinisme et au canyoning. Au XXIe siècle, l'économie du massif est d'ailleurs tournée préférentiellement vers le secteur du tourisme, lequel domine largement les activités agricoles et industrielles.

Le massif est associé à un important patrimoine culturel, à travers une typicité gastronomique et linguistique. Il inspire également les artistes, comme en témoigne ses représentations et apparitions dans la peinture, le cinéma, la musique et la littérature.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En France, en dehors des milieux académiques, on désigne habituellement le massif sous le nom de massif du Mercantour. Cette dénomination fait généralement référence à la partie française du massif[1], qui tend à être confondue avec le territoire du parc national éponyme[2], bien que ce dernier soit de taille plus restreinte.

L'appellation massif du Mercantour, qui, au XXIe siècle, est passée dans le langage courant, résulte en réalité d'une erreur des topographes militaires français du XIXe siècle qui faisaient des visées de triangulation depuis la Côte d'Azur. Ils apercevaient une cime qui leur semblait la plus haute et, se rendant sur les lieux, ils apprirent des bergers que cette montagne était la cime du Mercantour. En fait, celle-ci n'atteint pas 3 000 mètres d'altitude mais, vue depuis la côte, elle avait masqué le mont Argentera qui était derrière elle, dans l'axe de visée[3],[4],[5].

La partie italienne de ce territoire est appelée massif de l'Argentera en France, bien qu'en Italie l'intégralité du massif soit nommée Alpi Marittime. Le milieu académique, en France, ne sépare pas la partie française de la partie italienne du massif et nomme l'ensemble massif de l'Argentera-Mercantour[6].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Au sens strict, le massif s'étend sur la partie frontalière de la chaîne de montagnes comprise entre le rocher des Trois-Évêques (près du col de la Bonette) et le col de Tende. Au sens élargi, notamment touristique et d'organisation géographique, on y rattache certaines régions plus au nord et à l'ouest.

Vue schématique du massif du Mercantour-Argentera et de ses vallées.
Vue schématique du massif du Mercantour-Argentera et de ses vallées.

Il est donc compris entre le massif du Parpaillon et l'Ubaye au nord-ouest, le massif de Chambeyron et la Stura di Demonte au nord, les Alpes ligures et la Vermenagna à l'est, les Préalpes de Nice et la Vésubie au sud-est, les Préalpes de Castellane et le Var au sud, et enfin le massif du Pelat à l'ouest. Il fait partie des Alpes maritimes.

Le parc national du Mercantour englobe entre autres le massif du côté français, à l'exclusion de la zone située entre la station d'Isola 2000 et le lac de Rabuons. Le parc naturel des Alpes maritimes couvre quant à lui le massif sur sa partie italienne.

La mer Méditerranée au premier plan et les montagnes enneigées du massif dans le lointain.
Le massif du Mercantour vu de la baie des Anges en hiver.

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Le massif est constitué d'un chaînon principal, orienté nord-ouest / sud-est, qui sert de frontière naturelle franco-italienne. La ligne de crête de ce chaînon représente un peu plus de 70 km[6]. Quatre nœuds orographiques principaux dépassant 3 000 m d'altitude se distinguent, de l'est à l'ouest[6],[7] :

  • le groupe Gélas-Malédie-Clapier (culminant à 3 143 m), le Gélas étant le plus haut sommet du massif côté français ;
  • le groupe de l'Argentera (culminant à 3 297 m), dont la cime sud est le sommet le plus haut du massif ;
  • le groupe Malinvern-Matto (3 097 m) ;
  • le groupe du Corborant-Ténibre (3 037 m).

Six vallées principales traversent ou délimitent les frontières naturelles du massif :

Ces vallées sont en général très encaissées, formant des gorges infranchissables dans leur partie basse, mais s'élargissant aux altitudes intermédiaires (600 à 1 000 m), où se retrouve la majorité des occupations humaines[8].

La déclivité est particulièrement forte dans cette zone des Alpes maritimes : on dit souvent que « les Alpes s'y jettent dans la mer »[9]. En effet, le relief passe de sommets de plus de 3 000 m d'altitude, à la mer Méditerranée, sur une distance d'une quarantaine de kilomètres à vol d'oiseau.

Le relief du massif couvre toute la moitié nord du département des Alpes-Maritimes, en France, et l'extrémité est de la province de Coni, en Italie.

Accès[modifier | modifier le code]

L'ouest du massif est accessible par la route, au sud, depuis la métropole de Nice, en empruntant le « boulevard du Mercantour » (anciennement « route de Grenoble »[10]), qui dessert les routes M2205 et M2565, respectivement dans les vallées de la Tinée et de la Vésubie. L'est du massif est accessible depuis Nice également, par la D2204, ou depuis Vintimille, par la SS20, qui rejoignent chacune la vallée de la Roya[11].

Le massif est également accessible par voie ferroviaire : le train des Pignes, qui relie Nice à Digne-les-Bains, longe l'extrémité sud-ouest du massif[12]. Coté est du massif, les lignes de Nice à Breil-sur-Roya et de Coni à Vintimille, communément appelées lignes de Tende ou « train des Merveilles »[13], permettent de rejoindre la commune de Tende.

Les principaux cols routiers du massif, ou en limite de massif, sont les suivants :

Nom Altitude Situation Vallée 1 Vallée 2 Coordonnées Illustration
Bonette 2 715 mètres Massif du Mercantour-Argentera, Alpes-Maritimes Vallée de l'Ubaye Vallée de la Tinée 44° 19′ 12″ N, 6° 48′ 25″ E Bonette.jpg
Lombarde 2 347 mètres Mercantour-Argentera
Frontière franco-italienne
Vallée de la Tinée Vallée de la Stura di Demonte 44° 12′ 10″ N, 7° 09′ 00″ E Frontière Col de la Lombarde.JPG
Cayolle 2 324 mètres Pelat / Mercantour-Argentera, Alpes-Maritimes Vallée de l'Ubaye Vallée du Var 44° 15′ 32″ N, 6° 44′ 38″ E Col de la Cayolle2326m.jpg
Larche 1 991 mètres Chambeyron / Mercantour-Argentera
Frontière franco-italienne
Vallée de l'Ubaye Vallée de la Stura di Demonte 44° 25′ 18″ N, 6° 53′ 55″ E Colle della Maddalena-Col de Larche-IMG 1184.JPG
Tende 1 871 mètres Mercantour-Argentera / Alpes ligures
Frontière franco-italienne
Vallée de la Roya Val Vermenagna 44° 08′ 57″ N, 7° 33′ 43″ E Colle di Tenda edited.jpg
Couillole 1 678 mètres Mercantour-Argentera Cians Tinée 44° 03′ 36″ N, 7° 00′ 44″ E Col de la Couillole 0567.JPG
Valberg 1 672 mètres Mercantour-Argentera Var Cians 44° 05′ 22″ N, 6° 55′ 09″ E Col de Valberg.jpg
Saint-Martin 1 500 mètres Mercantour-Argentera Vésubie Tinée 44° 02′ 29″ N, 7° 07′ 54″ E Col St Martin.JPG

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Schéma des 15 cimes de plus de 3 000 m sur le versant italien.
Panorama légendé du chaînon principal du massif de l'Argentera.
Panorama légendé du chaînon principal du massif de l'Argentera en territoire italien.
Panorama légendé du massif du Mercantour.
Panorama légendé du massif du Mercantour.
Panorama documenté du massif du Mercantour-Argentera, pris du sommet du Caïre Archas.
Panorama documenté du massif du Mercantour-Argentera, pris du sommet du Caïre Archas.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La partie française du massif correspond assez largement aux bassins versants des affluents de rive gauche du Var (notamment la Tinée et la Vésubie) et de rive droite de la Roya[14],[15] (notamment la Bévéra). Sur la partie italienne, la massif correspond au bassin versant de rive droite de la Stura di Demonte, jusqu'à Coni (incluant notamment ses affluents Gesso et Vermenagna)[16].

Lacs[modifier | modifier le code]

Il existe un peu plus de 200 lacs répertoriés dans le massif. Leur l'origine est quasi intégralement d'origine glaciaire, ces étendues d'eau se situant dans des cuvettes creusées par l'érosion des glaciers, durant la glaciation de Würm[17].

Principaux lacs du massif en France[17] :
Nom Altitude Nom Altitude Nom Altitude
Lac Long (vallée de la Gordolasque) 2 560 m Lac du Basto 2 341 m Lac du Boréon 1 473 m
Lac Long supérieur (vallée des Merveilles) 2 110 m Lac Noir 2 278 m Lac de Tavels 2 235 m
Lac Long inférieur (vallée des Merveilles) 2 095 m Lac Vert 2 221 m Lacs de Terre-Rouge 2 417 à 2 452 m
Lac Fourca 2 165 m Lac de la Fous 2 180 m Lac de Rabuons 2 500 m
Lacs de Prals 2 275 m Lac de la Muta 2 274 m Lac Blanc 2 665 m
Lac Nègre 2 354 m Lac de l'Agnel 2 645 m Lac Clapière 2 625 m
Lac Autier 2 275 m Lac du Mercantour 2 454 m Lacs des Adus 2 130 m
Lacs Bessons 2 550 m Lacs de Vens 2 275 à 2 327 m Lac de Trecolpas 2 150 m
Principaux lacs du massif en Italie[17] :
Nom Altitude Nom Altitude Nom Altitude
Lac Vei del Bouc 2 054 m Lac Brocan 2 000 m Lac du Claus 2 344 m
Lac de la Rovine 1 535 m Lac Sottano della Sella 1 882 m Grand lac Valscura 2 274 m
Lac Chiotas 1 978 m Lac Soprano della Sella 2 329 m Lac Malinvern 2 123 m
Lac des portettes 2 361 m Lacs de Fremamorte italiens 2 359 à 2 380 m Lacs Lausfer 2 357 à 2 370 m

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le massif bénéficie d'une pluviométrie plus abondante que les basses vallées et plaines environnantes et joue le rôle d'une réserve d'eau pour ces dernières[18]. Les cours d'eau notables au sein du massif sont les suivants :

Principaux cours d'eau en France[18] Principaux cours d'eau en Italie[16]
Torrent de Vens Rivière Tinée Torrent Gesso di Entracque Torrent Vermenagna
Torrent de Gialorgues Torrent du Boréon Torrent Gesso della Valletta Rivière Gesso
Torrent de Rabuons Rivière Gordolasque Torrent Valle Grande Rivière Stura di Demonte
Torrent Tuébi Fleuve Var Torrent del Cros Torrent Sottana
Torrent de Sestrières Rivière Vésubie Torrent Rio Roaschia Torrent Bousset
Rivière Cians Fleuve Roya Torrent Colomart Torrent Bucera
Rivière Bévéra Torrent de la Barlatte Torrent Vallasco Torrent della Valletta
Torrent de la Roudoule Torrent Sant'anna Torrent Rio Freddo

Glaciers[modifier | modifier le code]

Le massif abritait encore plusieurs glaciers au début du XXe siècle[7]. Sur les versants italiens, au début des années , ils totalisaient une surface d'environ 200 hectares[6]. Au début du XXIe siècle, ces glaciers ont disparu, ou sont réduis à l'état de glace inerte située sous la moraine[19]. Au début du XXe siècle, les principaux glaciers du massif étaient les suivants :

Nom Surface vers 1930 Nom Surface vers 1930
Glacier du Clapier 40 ha Glacier de Cessole 5 ha
Glacier de Peirabroc 15 ha Glacier du Lourousa 12 ha
Glacier de la Malédie 31 ha Glacier du Corborant 7 ha
Glacier Murajon 14 ha Glacier de Schiantala 11 ha
Glaciers du Gélas (est, nord-est, nord et ouest) 43 ha Glacier de l'Ubac 9 ha

Géologie[modifier | modifier le code]

Orogenèse[modifier | modifier le code]

Carte géologique du massif du Mercantour-Argentera soulignant la forme elliptique du massif cristallin.
Carte géologique du massif du Mercantour-Argentera (forme elliptique schématisée en noir).

Le massif, au sens géologique, possède une forme elliptique d'axe nord-ouest – sud-est[20] et fait partie de l'ensemble des massifs cristallins externes de la chaîne des Alpes, dont il est le plus méridional. Le massif est donc un fragment de la croûte continentale de la chaîne hercynienne[21]. Il a subi par la suite les déformations et le métamorphisme alpin : les événements de l'orogenèse alpine s'y superposent donc aux événements paléozoïques[22], pour constituer un massif de roches cristallines très anciennes (au moins 350 millions d'années).

Quatre complexes principaux peuvent être distingués au sein du massif[22],[23] :

Les géologues associent aussi le dôme de Barrot au massif principal. En effet, cet îlot situé au sud-ouest de la zone est géologiquement proche du massif du Mercantour-Argentera : il contient comme ce dernier des formations permiennes, et possède une unité tectonique avec le massif principal[25].

À l'est du massif, on rencontre des roches sédimentaires plus récentes comme du calcaire, du schiste, ou le grès violacé de la vallée des Merveilles. C'est également le cas au nord et à l'ouest du massif, sur les bordures des vallées de l'Ubaye, de la Tinée et du Var, où les alluvions sont encore présentes[20].

Sur le terrain, des affleurements de granite sont visibles au Caïre de Préfouns, à la tête de Claus ou à la pointe Giegn par exemple. La zone du dôme de Barrot permet quand à elle, sur un espace réduit, d'observer un paysage d'une grande richesse géologique[25].

Glaciations[modifier | modifier le code]

L'impact des glaciations sur le massif est connu à travers l'étude des glaciations alpines. Si la connaissance des glaciations très anciennes à anciennes, relativement au massif, reste parcellaire au début du XXIe siècle, l'impact des glaciations de Riss et de Würm sur le massif est mieux établi depuis le début du XXe siècle[26], et ce, même si la glaciation de Würm a notablement remodelé les paysages et altéré les traces morainiques de la glaciation de Riss[27]. L'analyse des données de terrain, en particulier dans la vallée italienne de la Stura di Demonte, permettent d'établir le maximum glaciaire durant la période de Riss[27]. Cette avancée maximale de la langue glaciaire, se situait, par exemple dans la Vésubie coté français, entre les localités de Saint-Martin-Vésubie et de Lantosque. Durant la période würmienne, le glacier de la Gordolasque par exemple, particulièrement conséquent, atteignait une épaisseur de 300 mètres[27].

Les traces laissées par ces glaciers sont visibles : les blocs erratiques[27] ainsi que les roches raclées ou polies par l'action des glaces (appelées chiappes) y sont répandues, en particulier dans les vallées des Merveilles et de Fontanalbe[28].

Sismicité[modifier | modifier le code]

La partie française du massif est située majoritairement dans une zone de sismicité moyenne (niveau 4 sur l'échelle nationale française allant de 1 à 5, 5 étant le niveau de risque le plus élevé)[29]. La vallée de la Vésubie en particulier a été touchée par des séismes importants au cours des XVe, XVIe et XVIIe siècles[30]. La partie italienne du massif se situe en zone de sismicité faible à moyenne (niveau 3 sur l'échelle nationale italienne allant de 1 à 4, 1 étant le niveau de risque le plus élevé)[31].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du massif est de type montagnard[32]. Les étés sont chauds et secs, et les hivers sont doux[33]. Cependant, les situations climatiques au sein du massif sont particulièrement riches. En effet, celui-ci est soumis à l'influence alpine, au nord, et à l'influence de la Méditerranée, au sud[34]. Le massif a donc tendance à bénéficier de températures, en moyenne, plus douces que les massifs situés plus au nord[35]. Les précipitations y sont abondantes (plus de 1 000 mm par an), et en général violentes, particulièrement à l'automne[36]. Le massif est soumis au réchauffement climatique, à hauteur de 0,3 °C par décennie sur la période -[37].

Moyennes, extremums de températures et cumuls de précipitations relevés à la station de Tende-Castérino (1 550 m) entre et [38]
Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Record de température maximale (C°), et année d'observation 19,0

(2007)

20,0

(2016)

19,0

(2018)

21,3

(2022)

29,0

(2015)

27,5

(2004)

30,0

(1982)

30,0

(2017)

27,0

(2007)

22,5

(2018)

19,5

(2015)

15,5

(1986)

Température maximale moyenne (C°) 3,3 4,4 6,9 9,1 13,5 17,7 21,0 20,8 16,5 12,3 7,2 3,8
Température minimale moyenne (C°) -7,5 -7,6 -4,5 -1,9 1,9 5,0 7,2 6,8 3,8 0,9 -3,0 -6,1
Record de température minimale (C°), et année d'observation -22,0

(1985)

-22,0

(1986)

-20,0

(2005)

-14,5

(1991)

-11,0

(1991)

-3,0

(2006)

-0,5

(1993)

-4,5

(1986)

-6,0

(2001)

-11,0

(2003)

-17,0

(2010)

-18,0

(2005)

Cumul de précipitations moyen (mm) 103,2 59,7 77,8 125,7 116,4 89,7 75,2 71,9 98,7 166,5 181,0 109,0

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Le massif du Mercantour-Argentera bénéficie d'une richesse biologique exceptionnelle, avec un taux d'endémisme très élevé[39].

Flore[modifier | modifier le code]

Le massif abrite plus de 2 000 espèces végétales, ce qui représente plus de la moitié des espèces présentent en région Provence-Alpes-Cote-d'Azur, et plus de 40 % de la flore indigène française[40].

L'étage supra-méditerranéen[41] est dominé par des forêts de Frêne commun (Fraxinus excelsior) et de Châtaignier (Castanea sativa). Du côté de l'adret, les pentes sont largement peuplées par des formations de Genévrier (Juniperus thurifera)[39].

À l'étage subalpin[41], le Mélèze (Larix decidua) et le Pin cembro (Pinus cembra) dominent, en mixité avec des landes à Rhododendron (Rhododendron ferrugineum). Des mégaphorbiaies bien développées de l'Adenostylion alliariae[42], bordent les nombreux cours d'eau de l'étage subalpin. Ces friches humides comprennent des espèces endémiques, comme le Chérophylle élégant (Chaerophyllum elegans[43]), le Séneçon de balbis (Tephroseris balbisiana[44]), le Cirse des montagnes (Cirsium alsophilum[45]) ou le Doronic d'Autriche (Doronicum austriacum[46]). Lacs et bassins acides à Laîche noire (Carex nigra) permettent d'observer Caricion fuscae[47] qui abritent des espèces rares telles que la Drosera à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), la Laîche courte (Carex canescens) et diverses espèces de sphaignes (Sphagnum auriculatum[48], Sphagnum teres[49], Sphagnum russowii[50], Sphagnum warnstorfii[51])[39].

Les parois rocheuses siliceuses, situées sur les étages subalpins à alpins, sont dominées par des espèces endémiques : le Silène à feuilles en cœur (Silene cordifolia[52]) et la Saxifrage à fleurs nombreuses (Saxifraga florulenta[53]). Les parois calcaires sont également peuplées d'espèces endémiques : le Silène campanule (Silene campanula[54]) et la Raiponce à feuilles en cœur (Phyteuma cordatum[55])[39].

À l'étape alpin[41], les lacs, nombreux dans le massif, sont peuplés de Rubanier à feuilles étroites (Sparganium angustifolium) du Littorellion uniflorae[56]. Les combes à neige silicicoles[57], également répandues à l'étape alpin, permettent le développement du Salicetum herbaceae[58],[39].

Faune[modifier | modifier le code]

Le massif est peuplé de très nombreuses espèces animales, avec 94 d'intérêt patrimonial dont 47 sont déterminantes.

Les mammifères du massif sont souvent des espèces rares ou menacées localement[39], telles que : le Bouquetin des Alpes (Capra ibex, déterminant), ruminant alpin dont les effectifs restent peu élevés, vivant entre 2 000 m et 3 500 m d'altitude, le Lièvre variable (Lepus timidus), le Loup gris (Canis lupus, déterminant), carnivore à nouveau présent depuis 1992 et le Campagnol de Fatio (Microtus multiplex), petit rongeur particulièrement bien adapté au milieu montagnard jusqu'à 2 000 m d'altitude. Différentes espèces de chauve-souris sont également présentes : le Grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum, déterminant), la Grande noctule (Nyctalus lasiopterus), le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) espèce en régression présente jusqu'à 2 000 m d'altitude, la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri), présente jusqu'à 2 200 m d'altitude, la Sérotine de Nilsson (Eptesicus nilssonii, déterminante), espèce en danger, présente jusqu'à 2 300 m d'altitude, le Vespère de Savi (Hypsugo savii), espèce forestiere pour la chasse et rocheuse pour les gîtes, présente jusqu'à 2 400 m d'altitude, la Barbastelle commune (Barbastella barbastellus, déterminante), espèce vulnérable et en régression, présente jusqu'à 2 000 m d'altitude, le Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis), espèce dont les effectifs restent faibles, présente jusqu'à 2 500 m d'altitude et le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus, déterminante)[39].

De nombreuses espèces d'oiseaux sont présentes, dont 3 sont déterminantes : le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus), présente jusqu'à 2 300 m d'altitude, et la Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum). Plusieurs autres espèces remarquables peuplent le massif, telles que : Aigle royal (Aquila chrysaetos), Lagopède alpin (Lagopus mutus), Tétras lyre (Tetrao tetrix), Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), Grand-duc d'Europe (Bubo bubo), Cincle plongeur (Cinclus cinclus), Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), Monticole de roche (Monticola saxatilis), Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), Gros bec casse noyaux (Coccothraustes coccothraustes), Venturon montagnard (Carduelis citrinella), Niverolle alpine (Montifringilla nivalis) et Bruant ortolan (Emberiza hortulana)[39].

Quelques amphibiens et reptiles se trouvent également dans le massif. Chez les amphibiens, citons le Spélerpès de Strinatii (Speleomantes strinatii), très localisée dans la région, présente entre 0 et 2 400 m d'altitude. Chez les reptiles, citons le Lézard des souches (Lacerta agilis, déterminante), présent jusqu'à 2 000 m d'altitude et dont les populations locales sont isolées et fragmentées[39].

Les insectes sont également représentés par des espèces rares ou endémiques. Citons la Cordulie des Alpes (Somatochlora alpestris[59], déterminante), présente jusqu'à 2 200 m d'altitude, le Criquet de la Bastide (Chorthippus saulcyi daimei[60], déterminant), l'Analote ligure (Anonconotus ligustinus[61], déterminante), sauterelle aux ailes atrophiées, l'Analote du Mercantour (Anonconotus mercantouri[62]), sauterelle endémique de la haute vallée de la Vésubie, Acalypta visolensis[63] (déterminante), menacée d'extinction. 6 espèces de coléoptères sont également déterminantes (Amara lantoscana[64], Licinus oblongus[65], Cychrus angulicollis[66], menacée d'extinction, Bembidion decorum decorum[67], Trechus delarouzeei[68], Tragosoma depsarium[69])[39].

Enfin, chez les mollusques gastéropodes, citons l'Escargot de Nice (Macularia niciensis niciensis[70]), protégée en France, et présente jusqu'à 2 500 m d'altitude[39].

Populations[modifier | modifier le code]

Urbanisation et démographie[modifier | modifier le code]

Les principales zones urbanisées du massif, sur sa partie française, sont constituées de communes rurales, de types « bourgs ruraux », ou appartenant à des « zones rurales à habitat dispersé ou très dispersé », au sens de la grille communale de densité de l'INSEE[71]. Au sein du massif, sont présents les villes et villages suivants :

La zone centrale du massif est couverte par la structure intercommunale constituée par la métropole Nice Côte d'Azur. L'urbanisation y est réglementée depuis le 25 octobre 2019[72] par le plan local d'urbanisme métropolitain (PLUM), lequel intègre la charte du parc national du Mercantour[73],[74]. La densité de population, sur la partie française du massif, est faible : de l'ordre de 10 habitants au km²[75]. Le développement de ce territoire est en effet contraint par un relief très accidenté, et il ne comporte que de rares surfaces artificialisées ou agricoles. Les infrastructures de transport y sont également peu développées[75].

Les villes et villages du massif sont soumis à un exode rural depuis le début du XXe siècle, qui perdure toujours au début du XXIe siècle, en particulier sur la partie italienne du massif[76],[77]. Cependant, côté français, certains villages voient leur population augmenter de nouveau depuis le début du XXIe siècle (par exemple à Clans[78], Saint-Martin-Vésubie, Valdeblore, Belvédère, Saint-Étienne-de-Tinée ou Entraunes)[79].

Sur la partie française du massif, l'aire d'adhésion du parc national du Mercantour couvre quant à elle, en , 23 communes, représentant 20 600 habitants[80],[81]. Et sur la partie italienne du massif, les 5 communes du parc naturel des Alpes maritimes (Aisone, Entracque, Roaschia, Valdieri et Vernante) représentent en un peu plus de 3 000 habitants[77].

Les hameaux les plus hauts côté français sont Mollières, dans le haut Boréon (1 572 m), et Bousieyas (1 960 m, rattaché à la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage). Au début du XXIe siècle, ces hameaux ne sont plus occupés que de façon saisonnière[82].

Architecture[modifier | modifier le code]

Deux types d'habitat sont à distinguer au sein du massif : le bâti concentré et urbain d'une part (villes et villages), qui correspond à un habitat permanent, et le bâti dispersé et rural d'autre part, qui correspond à un habitat temporaire (granges, cabanes...)[77].

L'architecture traditionnelle du massif possède certains traits caractéristiques du bâti montagnard : adaptation des constructions à la pente, implantation sur l'adret, utilisation de matériaux disponibles localement sur le site de construction. Mais au-delà du bâti destiné à l'habitat, le massif possède des éléments architecturaux caractéristiques comme les fontaines et lavoirs, les terrasses de culture, des moulins à huile (jusqu'à 700 m d'altitude) et certaines décorations colorées présentes en façade[82].

Une nette influence italienne est visible dans la vallée de la Roya, avec des maisons aux couleurs rouges ou ocres, de petites places avec des arcades, de nombreuses loggias, des clochers à bulbes avec des tuiles de couleurs… Cette influence italienne diminue dans la vallée de la Vésubie. Mais on y voit apparaître, tout comme dans la Tinée, de nombreuses petites granges, dispersées des fonds de vallée jusqu'à l'alpage, à environ 2 000 m d'altitude[82]. À l'intérieur de l'enceinte des villages du massif, l'espace est souvent réduit : les ruelles sont étroites, et les maisons sont hautes, avec parfois des différences de hauteur du bâti, d'un côté à l'autre des rues, du fait de la déclivité[82].

En ce qui concerne les toitures, la tuile canal domine dans les basses vallées, mais celle-ci est remplacée par la lauze de schiste ou le bardeau de mélèze dans les hautes vallées. La chaume de seigle est également utilisée, en particulier pour les granges. Le mortier de chaux est utilisé pour la maçonnerie, et la pierre, en blocs généralement non équarris, y est abondante, voire dominante sur la partie italienne du massif[82],[77].

Le grenier-séchoir, élément architectural caractéristique du massif, est placé au-dessus de la maison. Il servait au séchage et à la conservation des denrées, dans des villages vivant en quasi-autarcie. Son utilisation est donc d'autant plus présente que l'on s'éloigne du littoral[82]. D'une manière générale, les espaces de stockage et de séchage représentent une part visible importante des bâtiments du massif[77].

Les granges sont généralement constituées d'une base en pierres sèches ou maçonnées, et d'une partie haute constituée d'un ou deux étages. Cette partie haute, la plupart du temps en mélèze, ou parfois en pin sylvestre[83] est généralement formée de rondins de bois empilés, de type blockbau[84],[85]. L'ensemble est surmonté d'un fenil. L'étage d'habitation étant toujours l'étage intermédiaire[82].

Les fontaines et les lavoirs sont très présents dans les villages du massif. Ils faisaient partie des lieux de fréquentation importants, l'eau courante n'étant disponible que depuis quelques dizaines d'années dans les villages[86].

Les terrasses de culture, indispensables du fait des pentes souvent abruptes, ont été créées au prix d'un effort très important des population locales. Elles visent deux objectifs : la prévention de l'érosion par l'eau des terres cultivables, et l'extension de la surface cultivable, en particulier du fait de la poussée démographique des XVIe siècle et XVIIe siècle[82].

Au niveau décoratif, le bâti des vallées est d'autant plus coloré que l'on se rapproche de l'Italie. Les façades sont peintes avec des couleurs chaudes, et peuvent inclure des motifs, des frises ou des trompe-l'œil[87],[88].

Depuis les années , on voit se développer une conscience de la valeur du patrimoine bâti du massif, avec par exemple la publication de manuels de recommandations relatifs à l'architecture et la restauration du bâti[89],[90]. En effet, les granges d'altitude du massif, constituées principalement de bois, tendent à disparaître.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Le massif est géographiquement et historiquement placé sur une zone linguistique charnière, entre la zone occitane à l'ouest, et les zones ligures et piémontaises à l'est[91],[92]. Ce positionnement en fait un bassin linguistique riche et complexe[93].

Distribution des dialectes historiques au sein du département français des Alpes-Maritimes.
Distribution des dialectes historiques au sein du département français des Alpes-Maritimes.

Les langues parlées historiquement dans le massif varient donc selon les vallées et les villages. La tendance linguistique qui se dessine est une influence de l'occitan à l'ouest du massif, et une influence du ligure et du piémontais à l'est du massif. Cependant, les langues du massif forment un groupe linguistique à part entière, avec des caractéristiques propres, qui les distinguent de leur voisines provençales et transalpines[94],[93]. Ce groupe linguistique comprend un dégradé de dialectes, dérivés les uns des autres et s'influençant mutuellement. Cette diversité de dialectes est dominée par le vivaro-alpin[93] ou gavot, mais inclus également des dialectes locaux, comme le tendasque ou le brigasque[95]. Des dictionnaires édités au XXIe siècle existent, de et vers le français, pour plusieurs de ces dialectes locaux[96],[97].

Les vallées du Gesso, de la Stura et de la Vermenagna font d'ailleurs partie d'un ensemble plus large, appelée vallées occitanes, et dont les populations sont reconnues légalement en Italie comme « minorité linguistique historique occitane » depuis [98].

Le nombre de locuteurs des langues occitane et ligure alpines est cependant en diminution[99] et celles-ci sont répertoriées[100] dans l'Atlas des langues en danger dans le monde, publié par l'UNESCO. En effet, les langues nationales que sont le français et l'italien tendent à supplanter les dialectes locaux de part et d'autre du massif.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du massif par l'homme commence au Néolithique, et la colonisation des vallées alpines remonte au Ve millénaire av. J.-C. Viennent ensuite l'organisation de la transhumance et l'exploitation des pâturages, activités attestées dès l'âge du cuivre[89]. Les gravures rupestres de la vallée des Merveilles, témoignage par excellence du passage de l'homme dans le massif, sont situées entre 2 000 et 2 600 m d'altitude. Elles sont datées de l'âge du cuivre et de l'âge du bronze. Ces gravures témoignent de préoccupations religieuses, agricoles, ou de tentatives de mesure de l'écoulement du temps[117]. Durant l'âge du bronze, l'activité métallurgique se développe et le semi-nomadisme se poursuit[89] : des abris de bergers sont identifiées dans cette zone comme lieux de passage saisonniers[118],[101]. Cependant, le développement des activités humaines d'altitude connaît un fort ralentissement entre et , du fait d'un refroidissement du climat dans l'arc alpin[89],[119]. En revanche, des traces de rapports entre communautés protohistoriques sont visibles, y compris à longue distance, à travers certaines armes importées (lance carpatique retrouvée à Coni par exemple)[120]. La documentation archéologique augmente à partir de l'âge du bronze final, et indique une stabilisation des zones de peuplement. Les traces d'une présence humaine continue sont visibles par exemple à Valdieri, ou une nécropole fréquentée durant l'âge du bronze récent et final a été identifiée sur la commune : le rituel funéraire y est à incinération et recouvrement de l'urne[89],[120]. Au début de l'âge du fer, le peuplement du massif s'intensifie, ainsi que les échanges entre les communautés[89].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, la fréquentation du massif et l'utilisation de ses cols, tant par des peuples romains que barbares, sont attestés par les découvertes effectuées à l'occasion des fouilles archéologiques. Les cols sont empruntés pour la circulation des hommes et des marchandises (en particulier le col de Tende). À l'est du massif, ont été identifiés, entre autres : une voie pavée romaine, entre Limone Piemonte et le col de Tende[121], des pièces de monnaie romaines (retrouvées sur ce même col)[121], des céramiques et de la monnaie romaine dans la grotte-sépulture de la Babula, à Tende[122], et une cuillère romaine en bronze sur la commune de La Brigue[122]. Le site archéologique de la cime de la Tournerie est un sanctuaire gaulois majeur, dont la fréquentation s'étale entre les Ve et IIe siècles av. J.-C. Il se situe sur la commune de Roubion. De nombreux bijoux et pièces d'armement y ont été retrouvées[123]. Concernant justement la maîtrise des métaux, dans le Valdeblore par exemple, des mines et dépôt de scories ont été identifiés, témoignant d'une activité métallurgique du fer sur le massif, étalée entre le IIe siècle av. J.-C. et le VIIe siècle[124].

La conquête et la pacification des peuples alpins sont dues à l'empereur Auguste. Une inscription retrouvée à Saint-Dalmas-le-Selvage en témoigne[125],[126] : « […] FVLVIVS […] DEVICTIS ET SVPERATIS LIGVRIBVS VAGIENNIS VEDIANTIBVS MONTANIS ET SALLAVICIS », qui peut se traduire par : « (le légionnaire) Fulvius (…) a vaincu et soumis les (tribus) ligures des Bagienni, Vediantii, Montani et Sallavici ». Les « Montani » étant un terme générique latin désignant les tribus montagnardes[126]. Cette conquête alpine est glorifiée à travers le trophée d'Auguste, ou trophée des Alpes, situé au pied du massif, à La Turbie et datant de 7-6 av. J.-C. La liste des 44 peuples alpins conquis par Rome est gravée sur le monument lui-même, incluant des peuples celto-ligures, présents dans la région du massif[127].

À la fin du Ier siècle, les parties ouest et centrale du massif sont incluses dans la province romaine des Alpes maritimes, et sa partie est se trouve quand à elle dans la IXe région italienne[128].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la puissance monastique dominante du massif est l'abbaye San Dalmazzo da Pedona, créée au VIIe siècle, et idéalement située dans la ville de Borgo San Damazzo (anciennement Pédone), à la confluence des 3 vallées italiennes du Gesso, de la Stura et de la Vermenagna. Elle domine la circulation des personnes et des biens entre la plaine du Pô et la Provence[129]. Elle possède également des prieurés et possessions dans les vallées françaises voisines, notamment à Saint-Dalmas-le-Selvage[130] et Saint-Martin-Vésubie[131].

Au XIe siècle, le massif fait partie des États de Savoie. Par la suite, entre le XIIIe et le XIVe siècle, le massif fait partie de la baillie du val de Lantosque, du comté de Vintimille et du comté de Tende[132]. Au XIVe siècle, par dédition de Nice à la Savoie, est créé le comté de Nice, dont l'ouest et le centre du massif font partie.

Pendant le Moyen Âge, le massif reste un lieu de passage important pour les bergers, de part et d'autre de la ligne de partage des eaux. Au XIIIe siècle, on assiste à de véritables flux migratoires liés à la transhumance, et au XVIe siècle, les bergers de Vinadio et Sambuco se rendent dans les pâturages de la Vésubie en passant par les cols du massif et inversement. Ces pratiques unissaient les communautés et ceci est visible dans les registres des villages des deux versants, qui contiennent des noms en français côté italien et inversement[77].

Les routes du sel[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le transport du sel entre la France et l'Italie emprunte largement le massif. Côté français, la gabelle de Nice organise la logistique, et les chemins empruntés passent par les vallées du Paillon, pour rejoindre différents cols du massif permettant d'accéder au Piémont : col de Sainte-Anne, col de Cerise, col de Frémamorte et surtout col de Fenestre et col de Tende. Au XVIe siècle, 800 tonnes de sel transitent annuellement par la vallée de la Vésubie. Ces « routes du sel » (en réalité des chemins muletiers) ainsi que les nombreux ponts qu'elles empruntaient, devaient être entretenues régulièrement, et voyaient passer un nombre important de marchands, de porteurs et de troupes militaires. Ces activités ont contribué à l'essor économique du massif jusqu'au XIXe siècle[133],[134].

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Partition du massif[modifier | modifier le code]

À la fin XVIe siècle, le comté de Tende se rattache aux États de Savoie[135]. Le comté de Nice faisant déjà partie des États de Savoie, le massif se situe désormais entièrement dans les possessions de la maison de Savoie. En , par échange de la Sicile avec la Sardaigne, se crée le royaume de Sardaigne, dans lequel le massif bascule. Le , le traité de Turin entérine le rattachement du comté de Nice à la France. La majorité du massif (parties ouest et centrale), jusqu'ici partie du royaume de Sardaigne, est donc rattachée à la France. La partie est du massif et le nord des vallées de la Vésubie et de la Tinée, deviennent italiens.

Développement des infrastructures de transport[modifier | modifier le code]

La topographie accidentée du massif a toujours rendu son accès difficile et au moment du rattachement du comté de Nice à la France, en , les voies qui le desservent ne sont encore que des chemins muletiers[136]. Cependant, un important programme de développement des infrastructures routières permet de relier la vallée de la Tinée à une route carrossable en . La route atteint également la haute vallée de la Vésubie en [137]. Cependant, la circulation des voitures à chevaux sur ces routes tourmentées reste peu pratique et en 1900 est avancée l'idée de relier les vallées françaises du massif au réseau ferré général. Les travaux sont entrepris et, à partir de 1909 et 1912, deux lignes de tramways électriques, exploitées par les Tramways des Alpes-Maritimes (ou TAM) desservissent respectivement les vallées de la Tinée et de la Vésubie. Ces lignes sont exploitées durant une vingtaine d'années, mais déficitaires et rapidement concurrencées par l'autocar pour le transport de voyageurs, elles ferment respectivement en et [137]. Cette fermeture permet un élargissement des routes des vallées au profit du transport automobile[137]. Ces travaux d'aménagement et d'élargissement routiers se poursuivent toujours au début du XXIe siècle[138],[139].

Conquête du massif[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, une large partie des sommets du massif est encore vierge[140]. Cependant, entre et , Victor de Cessole en organise de nombreuses ascensions et leur documentation systématique[108]. Ces expéditions sont d'abord effectuées en été, puis, à partir de , Victor de Cessole s'attaque aux montagnes du massif en hiver. La cime sud de l'Argentera, point culminant du massif, est ainsi atteinte pour la première fois en hiver le [141]. Victor de Cessole effectue ces nombreuses ascensions accompagné de ses guides, généralement Jean et Jean-Baptiste Plent, mais également Hippolyte Bernart en Vésubie, Charles Gallean en Tinée ou Andrea Ghigo et B. Piacenza sur l'Argentera[141]. Parmi ses ascensions les plus notables figurent deux sommets réputés inaccessibles à l'époque : le Corno Stella, atteint le 22 août 1903, et les aiguilles de Pelens, atteintes en août 1905[141]. Le travail de documentation systématique, quasiment scientifique, de Victor de Cessole, est également accompagné d'une importante base iconographique, avec près de 7 200 photos relatives aux sorties en montagnes[142].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À partir du , le massif est le théâtre d'affrontements entre l'armée des Alpes française, et le groupe d'armées ouest italien, pendant la bataille des Alpes. Face à une efficace défense française, les troupes italiennes ne gagnent que quelques centaines de mètres de terrain sur les crêtes d'altitudes, dans le Boréon et la Gordolasque. Dans la vallée de la Roya, les gains sont plus significatifs avec l'occupation du village de Fontan. Dès le 24 juin, l'armistice est signé[143],[144].

La libération du massif a lieu durant l'opération Canard, pendant la deuxième bataille des Alpes. Les buts de cette opération sont : récupération des lignes de crêtes, de la haute Roya, et reconquête de la zone de l'Authion. Cette opération, lancée par le général de Gaulle depuis Nice, lors de son discours du , dure du 10 au , et voit s'affronter dans le massif, au cours de violents combats, les troupes italo-allemandes et françaises[145]. S'en suit l'occupation française de la vallée de la Roya.

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, la signature du traité de Paris, par report de la frontière sur les lignes de crête du massif, entérine le transfert de l'Italie à la France, du nord des vallées de la Vésubie et de la Tinée, et de l'est de la Roya, qui redeviennent françaises[146].

Activités[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Historiquement, le massif abrite plutôt une agriculture vivrière ou de subsistance, qui tend à s'orienter depuis la fin du XXe siècle vers un marché plutôt local, avec des produits à forte valeur ajoutée ou issus de l'agriculture biologique, mais dont la production reste artisanale[147]. L'agriculture est essentiellement non extensive, notamment de par la dispersion des parcelles exploitables et les pentes[77]. La mécanisation reste très faible, en particulier sur la partie française du massif[147].

L'aspect visuel de ce territoire est en grande partie le résultat historique de l'exploitation agricole. La disposition des villages et des pâturages a souvent été déterminée par leur facilité d'exploitation : possibilités d'irrigation, emplacement des sentiers et drailles de transhumance[148]… Les paysages du massif sont principalement constitués d'alpages (pelouses calcaires, landes à rhododendron, zones humides). Au début du XXIe siècle, ces paysages représentent un peu plus de 50 % du territoire du parc national du Mercantour[149],[150].

Les troupeaux sont principalement de type ovin viande (66 %, soit 120 000 ovins en 2010, les Alpes du Sud étant traditionnellement orientées vers ce type d'élevage[148]), suivi par les bovins viande (20 %)[151]. Des activités de maraîchage sont présentes dans le sud des vallées de la Roya, Bévéra et Vésubie (avec présence d'oliveraies par exemple, témoignant de l'influence méditerranéenne)[152]. La vallée de la Tinée et les basses vallées italiennes du massif sont spécifiquement productrices de châtaigne[153],[154], la châtaigne de Coni bénéficiant d'une IGP qui recouvre la partie italienne du massif[155],[156]. La commune d'Entracque est quant à elle réputée pour sa production de pomme de terre de montagne[157],[158].

Les activités de fauches restent modestes et ne couvrent que la moitié des besoins locaux, les terrains accidentés limitant ce type d'exploitation[148].

Sur la partie italienne du massif, dans la vallée la Stura, se trouve notamment une fromagerie d'importance économique locale, qui est également l'un des plus gros producteurs laitiers du massif[159].

Au début du XXIe siècle, il existe sur les territoires du massif un contraste entre une activité agricole sédentaire soumise globalement à la déprise, et un pastoralisme d'altitude très dynamique[148].

Industrie[modifier | modifier le code]

À l'exception de la production hydroélectrique, le secteur industriel est très peu développé au sein du massif, du fait de l'éloignement des centres urbains, des difficultés de communication et de la faiblesse des ressources naturelles[77],[160].

Le massif possède cependant une petite industrie minière. Sur la partie italienne du massif existent l'usine de production de silice de Robilante[161], et l'usine d'extraction de calcaire de Roaschia[162]. Sur la partie française du massif se trouve l'usine de granulats de la Courbaisse[163].

Barrage du réservoir supérieur du Chiotas de la centrale d'Entracque au premier plan, lac de retenue au second plan.
Barrage du réservoir supérieur du Chiotas de la centrale d'Entracque, à 1 978 m d'altitude.

L'industrie hydroélectrique est en revanche extrêmement développée au sein du massif, tant sur ses parties française qu'italienne. Ce sont les besoins croissants du littoral en électricité, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, qui ont conduit à la construction de nombreuses centrales hydroélectriques[164]. En France, le groupe Énergie Electrique du Littoral Méditerranéen (EELM) fut largement impliqué dans ce développement. 14 des 18 ouvrages hydroélectriques du département des Alpes-Maritimes sont situés au sein ou en limite du massif : ils sont alimentés par ses nombreux lacs, permettant la production de 13 % de la consommation du département[165]. En France se trouvent notamment les centrales du Bancairon, de Pienne-Basse à Breil-sur-Roya[166] et de Saint-Martin-Vésubie. Cette dernière, construite en , produit annuellement la consommation électrique de 63 000 personnes[167]. Sur la partie italienne du massif, la centrale hydroélectrique d'Entracque, située à 1 978 m d'altitude, est la plus importante du parc hydroélectrique italien, et l'une des plus grosses d'Europe[168].

Au sein de la vallée de la Stura se trouve l'usine d'embouteillage d'eau minérale de Vinadio, d'une capacité de plusieurs centaines de millions de bouteilles par an[169],[170].

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Les stations de sport d'hiver du massif accueillent chaque année plusieurs millions de visiteurs, locaux comme internationaux[171], et proposent plusieurs centaines de kilomètres de piste de ski alpin[172]. Elles disposent d'espaces nordiques, pour la pratique du ski de fond ou de la raquette à neige[171]. Elles sont au nombre de 10 dans le massif :

Ski de randonnée[modifier | modifier le code]

Trois skieurs en randonnée à l'approche d'un sommet, et d'autres sommets enneigés au second plan.
Pratique du ski de randonnée dans le Haut-Boréon, parc national du Mercantour.

Le massif, réputé pour le ski de randonnée[173], propose plus de 400 itinéraires[174]. Les sorties s'effectuent pour la plupart à la journée, même si des raids sur plusieurs jours sont possibles, grâce à la présence de nombreux refuges d'hiver. La période idéale pour le ski de randonnée s'étale de décembre à mai ou juin, selon les itinéraires et les conditions d'enneigement[175].

Randonnées pédestres[modifier | modifier le code]

Altitudes et heures de marche affichés sur un panneau, à l'office de tourisme de Saint-Martin-Vésubie.
Altitudes et heures de marche, à l'office de tourisme de Saint-Martin-Vésubie.

Le massif accueille plusieurs centaines de milliers de randonneurs chaque année[176]. Le parc national du Mercantour, situé au sein du massif, entretient 1 700 km de sentiers de randonnée, dont 550 km dans la zone centrale du parc[177]. Dans la partie italienne du massif, le parc naturel des Alpes maritimes est parcouru par 400 km[178] de sentiers de randonné. Le massif est notamment traversé par les sentiers GR 5 et GR 52. La grande traversée des Alpes (ou GTA) constitue d'ailleurs un segment du GR 5 qui emprunte le massif sur sa partie française, son équivalent sur la partie italienne du massif étant la Grande Traversata delle Alpi.

Des itinéraires de tous niveaux sont envisageables dans le massif, la plupart pouvant s'effectuer à la journée[179], et les plus longs, comme la Grande traversée du Mercantour (ou GTM)[180],[181], nécessitant plus de deux semaines.

Autres activités sportives[modifier | modifier le code]

Il est également possible de pratiquer le traineau à chiens[182], la pêche[183] et l'alpinisme[104]. La luge d'été[184], ainsi que le VTT[185],[186] sont praticables, hors saison, dans plusieurs stations de sports d'hiver. Le « parc Alpha », situé au Boréon, propose un parcours éducatif sur le thème du loup[187]. La station de la Colmiane dispose également de l'une des plus grandes tyroliennes d'Europe[188]. Le col de Turini est régulièrement emprunté lors du rallye de Monte-Carlo[189]. Depuis , la commune de Saint-Martin-Vésubie accueille chaque année une épreuve de kilomètre vertical[190], ainsi qu'une épreuve d'ultra trail depuis [191],[192]. Plusieurs communes du massif ont aménagé des via-ferrata[193],[194]. Les vallées de la Tinée, de la Vésubie, de la Roya et de la Bévéra disposent de plusieurs parcours de canyoning[195],[196]. En , la commune de Saint-Martin-Vésubie s'est dotée d'un pôle montagne, le « Vesúbia Mountain Park », qui dispose de 3 000 m2 de structures consacrées à l'escalade, au canyoning, à la spéléologie, ainsi que de plusieurs espaces aquatiques[197].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

L'industrie touristique se développe au sein du massif à partir du milieu de XIXe siècle[77], et connait notamment une croissance importante après-guerre, pendant les Trente Glorieuses. Cette période voit s'inverser les flux de population entre les villages de montagne et les villes des plaines : les migrations temporaires des alpins vers les centres urbains, à la recherche d'emplois saisonniers, se voient remplacées par l'arrivée des hivernants de la côte, dans les stations de montagne[77]. Cette croissante connait cependant un ralentissement à partir de la fin du XXe siècle[198], même si au XXIe siècle, l'industrie touristique au sein du massif reste supportée par plusieurs centaines d'entreprises[199]. Au début du XXIe siècle, l'industrie touristique est en mutation. L'écotourisme, ou tourisme durable, se développe en réaction notamment à l'impact touristique sur les zones protégées du massif[200],[201].

Activités touristiques[modifier | modifier le code]

Le massif présente des sites d'intérêt historique ou culturel, tels que la vallée des Merveilles et ses milliers de gravures rupestres, le sanctuaire de la madone de Fenestre, et son pèlerinage annuel, ou le hameau de Mollières dans du haut Boréon, qui est l'un des lieux habités les plus hauts de ce territoire[82]. Les vallées du massif possèdent également un riche patrimoine religieux (architectural et pictural)[202], dont plusieurs édifices sont classés monument historique, comme par exemple la chapelle Saint-Sébastien de Venanson, l'église de l'Invention-de-la-Sainte-Croix de Saint-Dalmas, ou le monastère de Saorge. La chapelle Notre-Dame de la Ménour et son pont-escalier, situés dans la commune de Moulinet, sont également un lieu de pèlerinage important. Enfin, la visite du col de Tende permet de découvrir l'une des routes historiques les plus importantes du massif[203].

Dans la partie italienne du massif, le jardin botanique de Valdieri et le musée de la civilisation du seigle[204] se visitent au sein du parc naturel des Alpes maritimes. Dans le secteur d'Aisone, il est également possible de visiter le secteur des grottes préhistoriques[205]. Enfin, le centre d'information « Luigi Einaudi », permet de comprendre le fonctionnement de l'importante centrale hydroélectrique d'Entracque, laquelle se visite également[206].

Le massif est également riche en fortifications et ouvrages militaires[105], en particulier à proximité du secteur fortifié des Alpes-Maritimes. Le massif de l'Authion, site stratégique pendant la Seconde Guerre mondiale, se visite à travers le circuit de l'Authion[207]. Quant aux vallées de la Vésubie et de la Tinée, elles abritent entre autres et respectivement les importants ouvrages de Flaut et de Rimplas.

Dans les zones naturelles du massif, les gorges du Cians, canyon taillé par l'eau dans le schiste rouge, sont surnommées le « Colorado niçois »[208]. Ce surnom est également utilisé pour désigner les gorges de Daluis, tout aussi impressionnantes, situées dans le Haut Var, en limite du massif. Plus au nord, le pont de la Mariée, ouvrage historique, permet de franchir le fleuve. Les zones de la haute Gordolasque et du haut Boréon permettent de découvrir le massif à pied, de l'alpage aux zones minérales d'altitude[209]. Enfin, les lacs de Prals sont une des destinations classiques de randonnée pour découvrir les lacs du massif[210].

Le massif possède également deux stations thermales d'altitude, l'une à Valdieri (1 368 m, en Italie)[211], l'autre à Berthemont-les-Bains (hameau sur la commune de Roquebilière, en France, à 1 000 m d'altitude)[212].

Hébergement[modifier | modifier le code]

Plus de vingt refuges de montagne[213],[214],[215],[216],[217],[218] accueillent les visiteurs, avec notamment :

Refuges en France
Dans la vallée de la Roya Dans la vallée de la Vésubie Dans la vallée de la Tinée
Refuge de Valmasque Refuge de la Madone de Fenestre Refuge de Vens
Refuge des Merveilles Refuge de la Cougourde Refuge de Rabuons
Refuge de Fontanalbe Refuge de Nice
Refuges en Italie
Dans la vallée du Gesso Dans la vallée de la Stura
Refuge Remondino Refuge Migliorero
Refuge Bozano Refuge Zanotti
Refuge Questa Refuge Prati del Vallone
Refuge Federici-Marchesini al Pagari Refuge Becchi Rossi
Refuge Genova-Figari Refuge Malinvern
Refuge Elena Refuge de Laus
Refuge Ellena-Soria
Refuge Morelli-Buzzi
Refuge Livio-Bianco
Refuge Valasco

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'isolement des villages du massif a toujours favorisé l'utilisation de productions locales. Bien que certains produits (riz ou maïs, cultivés dans la plaine piémontaise ou préparations en salaison par exemple) aient été importés vers les hautes vallées, l'économie d'autosuffisance restait la norme, et ce mode de vie a influencé la culture gastronomique du massif. La cuisine traditionnelle est donc principalement basée sur des produits locaux[77].

Les parties française et italienne du massif possèdent une culture gastronomique et des recettes qui souvent se ressemblent (comme les oignons farcis ou la porchetta) et les recettes des hautes vallées sont influencées par celles des basses vallées et de la plaine : depuis Nice ou Vintimille par exemple[77].

L'un des traits caractéristiques de la cuisine du massif est de n'inclure que rarement de la viande dans les recettes. Historiquement, les animaux d'élevage fournissent laine, lait ou sont utilisés aux champs, et sont en général trop précieux pour contribuer à l'alimentation. On ne retrouve de la viande dans les recettes qu'à l'occasion des fêtes (comme Pâques), ou quelquefois de la viande de porc (donnant les trulles ou la porchetta par exemple), ou provenant des produits de la chasse[77],[219],[220]. L'utilisation de viande ou de poisson impliquait souvent d'effectuer des salaisons, de sorte à pouvoir conserver la nourriture pendant le transport ou durant la saison froide[220]. Les substituts à la viande et au poisson sont les produits laitiers et l'œuf.

Enfin, la cuisine niçoise, dont fait géographiquement partie la cuisine du massif[221], est inscrite au patrimoine culturel immatériel français depuis le [222].

Recettes[modifier | modifier le code]

Un oignon et une tomate farcis, dans une assiette.
Farcis d'oignon et de tomate.

L'oignon farci est typique des vallées de Vermenagna, du Gesso et de la Stura[223] ainsi que de tout le pays niçois. Il est l'un des plats importants pouvant inclure de la viande au sein de la farce, en plus du riz et de l'œuf, bien que ce ne soit pas systématique[77]. Ce plat est dénommé cipolle ripiene sur la partie italienne du massif[220],[223]. L'utilisation de l'oignon n'est pas systématique : d'autres légumes, comme la tomate ou la courgette, peuvent être utilisés.

Parmi les spécialités de la vallée de la Roya figurent les boursouzes ou barbajuans, farcis de forme carrée ou triangulaire, frits[77],[224].

Des gnocchi verts dans une assiette.
Gnocchi verts ou « merda dé can ».

Au début du XIXe, la pomme de terre devient l'une des denrées de base de l'alimentation alpine, et du massif en particulier[77]. On peut noter que la « Piatlina d'Entracque » et la « Quarantina d'Entracque » sont deux variétés de pomme de terre propres au massif[225]. Après son introduction, la pomme de terre est ensuite dérivée en spécialités locales, par exemple sous forme de gnocchi, lorsqu'elle est associée à la farine et à l'œuf. Les gnocchi aux blettes sont une préparation traditionnelle de tout le pays niçois, appelé localement « merda dé can »[219],[226].

La polenta, les pates et leurs dérivés sont également très présents dans la culture gastronomique du massif, par exemple les raviolis à la courge, et les raviolis aux épinards[220].

La courgette longue de Nice, profondément encrée dans la culture gastronomique locale, est consommée de différentes façons selon son degré de maturité[227]. Elle peut se préparer sous forme de salade ou de farcis par exemple, lorsqu'elle est immature, jeune et verte (on parle de la cougourdéta en niçois). Mais les paysans du massif laissent aussi enfler une courgette sur chaque plan, à la fin de l'été : en murissant, celle-ci prend une teinte orangée et peut atteindre 1 mètre pour 5 à 6 kilos (on parle alors de cougourda en niçois)[219]. Elle se consomme dans ce cas plutôt sous forme de soupe, de tourte ou de gratin, durant la saison froide[228].

Le poisson est généralement absent de la culture gastronomique locale, à l'exception de la truite, qui est présente dans les torrents du massif, et de quelques poissons en salaison comme les anchois ou la morue[77]. Cette dernière se prépare généralement en ragout, donnant l'estocaficada, ou avec des poireaux[219],[220].

La présence de châtaigniers dans une large partie du massif[153], et la facilité de conservation de la châtaigne, permettent son utilisation comme substitut aux céréales. Elle est consommée fraiche (bouillie ou grillée), ou sèche et utilisée broyée comme une farine, dans la préparation de polenta, ou en soupe[220].

Une part de tourte de blettes sucrée dans une assiette.
Tourte de blettes sucrée.

Enfin, dans les recettes sucrées figurent les ganses (ou baijie), sorte de beignet à base de blé[229], le nougat[230], et la tourte de blettes, celle-ci pouvant se déguster indifféremment sucrée ou salée, mais froide en général[228].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Victor-Emmanuel II, grand chasseur, constatant une diminution des populations de chamois et de bouquetins dans le massif, est le premier à y créer une « réserve royale de chasse », le [231]. Cependant, les populations de bouquetins continuent de diminuer, jusqu'à atteindre l'extinction dans les Alpes du Sud[232]. Une campagne de réintroduction sur la partie italienne du massif est lancée entre et , utilisant 25 individus prélevés sur le massif du Grand-Paradis[233],[232]. Le est créée par arrêté la « réserve de chasse du Boréon », couvrant 3 500 ha sur la commune de Saint-Martin-Vésubie[103]. En , la réserve de chasse « de Valdieri-Entracque », de plus de 20 000 ha, est créée par les autorités italiennes[103]. En est créée la Riserva del Bosco e dei Laghi di Palanfré, et, en , le Parco naturale dell’Argentera, l'une et l'autre étant située sur la partie italienne du massif[234]. La fusion de ces deux parcs donne naissance, en , au Parco naturale delle Alpi Marittime, couvrant une surface de 278 km2[234]. Concernant la partie française du massif, le parc national du Mercantour, couvrant plusieurs centaines de kilomètres carrés, est créé le . Malgré ces initiatives de protection des populations animales, le nombre de bouquetins restant faible, des campagnes de réintroduction ont lieu en et dans le parc du Mercantour. Entre et , le gypaète barbu est également l'objet de campagnes annuelles de réintroduction, par des lâchers dans les parcs français et italien, par alternance[235]. Le est créé le premier parc naturel européen, par la rapprochement des parc français du Mercantour, et italien des Alpes Maritimes[236]. Le est créée la troisième réserve intégrale de France, sur le site de la roche Grande, sur la commune d'Entraunes[237]. D'une surface d'environ 500 ha[238], elle se situe en limite ouest du massif.

Côté français, le massif est également protégé au titre de la directive oiseaux depuis [239] et au titre de la directive habitat depuis [240].

Culture[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Le massif du Mercantour-Argentera a inspiré plusieurs artistes peintres au cours des siècles. Au XIXe, Claude Monet a réalisé plusieurs huiles sur toile représentant le massif, vu d'Antibes, ainsi que de la vallée de la Nervia. Différents aquarellistes ont également représenté les lieux, notamment Alexis Mossa, avec des œuvres du Boréon et du Haut-Boréon, ainsi que la Gordolasque[241]. Albert Thiole a également représenté le Boréon[241] et Jules Defer le torrent de la Gordolasque, au fusain[241]. Fin XIXe et début XXe, Pierre Comba, dans plusieurs de ses aquarelles, a mis en scène des bataillons de chasseurs alpins évoluant au sein du massif[242]. Alban Larousse[243] et Michel Rohmer[244] au XXe puis Alexis Nouailhat[245],[246] au XXIe, ont produit de nombreuses aquarelles représentant le massif, ainsi que sa faune et sa flore.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans la Gordolasque, la haute vallée a servi de décors à la série Belle et Sébastien[247], ou au film Sauvage, de Jean-François Amiguet[248]. Le village de Belvédère, quant à lui, sert de décors aux premières scènes du film Le Gendarme de Saint-Tropez, avec Louis de Funès[249].

La vallée de la Vésubie apparaît également dans le film Le Cas du docteur Laurent, avec Jean Gabin, tourné dans les villages de Saint-Martin-Vésubie et Venanson[250]. Plus haut dans la vallée, la diffusion du de l'émission En vue direct de…, réalisée par Jacques Ertaud, se déroule sur la face ouest de la Cougourde, avec les alpinistes Jean Grinda, Jean-Marie Morisset, Gaston Rébuffat et Maurice Baquet[251],[252].

Dans la vallée de la Roya, le film La Fille sur le pont, avec Daniel Auteuil et Vanessa Paradis, est réalisé par Patrice Lecomte pour partie dans la zone du village de Breil-sur-Roya[253].

Et plus généralement dans le massif : Minuscule : La Vallée des fourmis perdues est un film d'animation sur décors réels, utilisant les paysages du parc du Mercantour comme décors[254] ; Naïs au pays des loups est un documentaire tourné par un père et sa fille durant trois ans, allant à la rencontre du loup au cœur du parc du Mercantour[255],[256]. La montagne aux histoires est un film issu d'échanges avec des habitants des vallées du massif, réalisé à l'occasion des 40 ans du parc du Mercantour[257],[258]. Face au vide est un documentaire réalisé en , mettant en lumière l'alpinisme amateur, et réalisé pour partie au sein du massif[259].

Musique[modifier | modifier le code]

« Les folies des lacs » est un festival annuel de musique, créé en par le maire de Valdeblore[260], auquel participe régulièrement le pianiste François-René Duchâble[261], et ayant pour caractéristique de se dérouler au bord des lacs du massif. Julien Doré a composé son album & dans un chalet de Saint-Martin-Vésubie[262], et a enregistré une version acoustique de Coco câline dans les montagnes du massif[263].

Littérature[modifier | modifier le code]

Nice et Savoie, ouvrage commandé par Napoléon III et publié en , contient des lithographies représentant les départements nouvellement rattachés à la France en , et plus particulièrement de différents villages du massif[264],[265]. La Suisse niçoise, recueil des écrits de Victor de Cessole et Fernand Nœtinger, retrace l'histoire de la conquête du massif[108]. Jean Siccardi, écrivain niçois, met en scène deux frères bergers au cœur du massif, dans son livre Les brumes du Mercantour[266]. Le roman d'Alain Grinda Madone de Fenestre se déroule en partie au sein du massif, dans la zone du sanctuaire de la Madone de Fenestre[267]. Étoile errante, ouvrage de J.M.G. Le Clézio, se déroule en partie à Saint-Martin-Vésubie[268].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de l'alpinisme, Victor de Cessole, après avoir rejoint le Club alpin français en , est l'auteur d'un très grand nombre de premières ascensions sur les sommets du massif, accompagné de ses guides[108]. Fin XXe et début XXIe, les guides Stéphane Benoist et Patrick Berhault sont également les auteurs de nombreuses ouvertures ou premières au sein du massif[269],[140]. Hervé Gourdel est un guide ayant exercé son métier au sein du massif[270].

Dans le domaine du spectacle, les « géants Ugo » (francisé ultérieurement en « géants Hugo ») sont deux frères de taille exceptionnelle, originaires de la ville italienne de Vinadio. Ils émigrèrent à Saint-Martin-Vésubie, en France, avant de connaître une carrière internationale, sous le nom de « géants des Alpes »[271],[272].

Influences culturelles dans le massif[modifier | modifier le code]

L'art et les édifices religieux du massif sont largement touchés par l'influence baroque, mouvement artistique initié en Italie au XVIe siècle[273],[274]. Entre les XVIIe et XVIIIe siècles, des stucateurs parcourent le comté de Nice pour y décorer les édifices religieux[275]. Au XXIe siècle, un parcours culturel nommé « route du baroque nisso-ligure » permet de parcourir le massif et de visiter ces monuments d'influence baroque[276].

Légendes et imaginaire liés au massif[modifier | modifier le code]

Différents contes et légendes existent en relation avec le massif ou le prenant pour décors[277],[278],[279],[280].

Les êtres surnaturels qui reviennent le plus régulièrement dans ces récits sont les fées[280], les sorcières[279] et les farfadets[277],[280]. Selon les légendes, différentes « grottes aux fées » existeraient au sein du massif[280].

Les légendes du massif sont parfois liées à la toponymie de certains lieux (bien qu'il soit en général difficile de savoir lequel, de la légende ou du toponyme, est apparu en premier). La légende du tyran de Valdeblore, et de sa femme en fuite dans les montagnes fait partie de cette catégorie de récits : elle donne une explication imagée des toponymes du baus de la Frema (« rocher de la femme », un sommet de la commune de Valdeblore), du mont Pepouiri (« pied pourri », un autre sommet de la commune de Valdeblore), et de la cime de Frémamorte (« femme morte », un sommet du haut Boréon)[277].

Enfin, sur les lieux à vocation religieuse, des légendes d'apparition de la Vierge sont assez communes. L'une d'entre elle se rapporte par exemple au sanctuaire de la Madone de Fenestre : la Vierge serait apparue à différentes personnes, à la « fenêtre » rocheuse du caïre de la Madone, un sommet des lieux[281],[282].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Mérienne, Mercantour, Alpes du Sud, éditions Rando, (ISBN 2841822915)
  • Ouvrage collectif, L'ABCdaire du Mercantour, Flammarion, (ISBN 2080117793)
  • Christine Michiels, Parc national du Mercantour, montagnes du soleil, éditions Milan, (ISBN 2841136884)
  • André Verdet et Eric Melis, Monts et merveilles, Melis Éditions, (ISBN 2352100011)
  • Jacqueline Romain et Patrick Focquet, Randonnées classiques et sauvages dans le Mercantour, Serre, coll. « Équilibre  », (ISBN 2864103559)
  • Vincent Paschetta, Haut pays niçois, Mercantour Sud : Merveilles, Haute-Roya, Haute-Vésubie, Argentera, Didier et Richard, (ISBN 2-7038-0017-7 et 978-2-7038-0017-0)
  • Claude Raybaud, Lacs des massifs cristallins du Mercantour et de l'Argentera : Alpes du Sud, France-Italie, Gilletta / Nice-matin, (ISBN 2-903574-46-4 et 978-2-903574-46-8)
  • Pascal Bersac, Claude Raybaud et Richard Wacongne, Sommets des Alpes d'Azur, t. 1, Gilletta / Nice-matin (ISBN 2903574901 et 9782903574901)
  • Jacqueline Romain, Le massif du Mercantour : guide géologique avec 18 itinéraires & randonnées, Serre, (ISBN 2-86410-025-8 et 978-2-86410-025-6)
  • Michelangelo Bruno, Cols des Alpes de Provence, Gribaudo, (ISBN 88-8058-215-1 et 978-88-8058-215-1)
  • Claude Raybaud, Forteresses des frontières : du Mercantour à la Méditerranée : Ubaye et proche Italie, Gilletta / Nice-Matin, (ISBN 235956157X et 978-2359561579)
  • Victor de Cessole et Fernand Nœtinger, La Suisse niçoise, Sirius, (ISBN 2-904027-00-9 et 978-2-904027-00-0)
  • Christian Boitel, Le Mercantour à skis : 130 courses et 10 raids dans les Alpes du Sud, Serre, (ISBN 2-86410-001-0 et 978-2-86410-001-0)
  • Christiane Lorgues-Lapouge, Alain Philippon et Jacques Thirion, Trésors des vallées niçoises : Les peintures murales du Haut Pays, Serre, (ISBN 2864101424 et 978-2864101420)
  • Pascal Colletta, Camille Cauvin-Chaix et Catherine Chaix, La cuisine du Haut-Pays niçois, Mémoires Millénaires, (ISBN 2919056840 et 978-2919056842)
  • Alexis Nouailhat, Le massif du Mercantour, Éd. du Fournel, (ISBN 978-2-36142-011-6 et 2-36142-011-2)

Cartographie[modifier | modifier le code]

  • Carte no 112 au 1/25 000 de l'Istituto Geografico Centrale : « Valle Stura, Vinadio, Argentera »
  • Carte no 113 au 1/25 000 de l'Istituto Geografico Centrale : « Parco naturale Alpi Maritime - Entracque, Valdieri, Mercantour, Gelas »
  • Carte no 114 au 1/25 000 de l'Istituto Geografico Centrale : « Limone Piemonte, Valle delle Meraviglie »
  • Carte 3741OT au 1/25 000 de l'IGN : « Vallée de la Vésubie - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3640OT au 1/25 000 de l'IGN : « Haut Cians - Valberg - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3540ET au 1/25 000 de l'IGN : « Haute vallée du Var - Gorges de Daluis - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3639OT au 1/25 000 de l'IGN : « Haute Tinée 1 - Auron - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3640ET au 1/25 000 de l'IGN : « Haute Tinée 2 - Isola 2000 - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3641ET au 1/25 000 de l'IGN : « Moyenne Tinée - La Colmiane - Valdeblore - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3741ET au 1/25 000 de l'IGN : « Vallées de la Bévéra et des Paillons - Parc national du Mercantour »
  • Carte 3841OT au 1/25 000 de l'IGN : « Vallée de la Roya - Vallée des Merveilles - Parc national du Mercantour »
  • Carte TOP200203 au 1/200 000 de l'IGN : « Alpes du Sud »
  • Carte TOP75010 au 1/300 000 de l'IGN : « Mercantour »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le territoire du Parc national du Mercantour | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  2. Office de tourisme du Val d'Allos, « Le parc national du mercantour est situé sur la commune d'Allos », sur www.valdallos.com (consulté le )
  3. Jean Vernet, Nos amies les cimes : récits de montagne, Serre, (ISBN 2-86410-090-8 et 978-2-86410-090-4, OCLC 466119522, lire en ligne), p. 11
  4. Lee Brossé, « Revue mensuelle du Touring-Club de France », sur Gallica, (consulté le )
  5. Vincent Paschetta, Haut pays niçois, Mercantour Sud : Merveilles, Haute-Roya, Haute-Vésubie, Argentera, Didier et Richard, (ISBN 2-7038-0017-7 et 978-2-7038-0017-0, OCLC 417586826, lire en ligne)
  6. a b c et d Anne Faure-Muret, Études géologiques sur le massif de l'Argentera-Mercantour et ses enveloppes sédimentaires, Ministère des Travaux Publics, (OCLC 961321321, lire en ligne)
  7. a et b Umberto Monterin, « Les glaciers des Alpes-Maritimes », Revue de géographie alpine, vol. 18, no 2,‎ , p. 327–341 (DOI 10.3406/rga.1930.4532, lire en ligne, consulté le )
  8. « Atlas et politique du paysage pour les Alpes-Maritimes », Conseil Général des Alpes-Maritimes,‎ (lire en ligne)
  9. Jean-Charles Verguet, « Voyager avec Le Mag. Les Alpes-Maritimes où monts et mer veillent », sur www.republicain-lorrain.fr, (consulté le )
  10. « Inauguration du Boulevard du Mercantour », sur Métropole NCA | Inauguration du Boulevard du Mercantour (consulté le )
  11. « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le )
  12. « Le parcours », sur Train des Pignes à Vapeur (consulté le )
  13. SNCF, « Train des Merveilles », sur https://m.ter.sncf.com (consulté le )
  14. Sandre, « Le var [Y6--0200] - Cours d'eau selon la version Carthage 2017 », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le )
  15. Sandre, « La roya [Y66-0400] - Cours d'eau selon la version Carthage 2017 », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le )
  16. a et b « Istituto Geografico Militare — IGM E-Commerce Site », sur www.igmi.org (consulté le )
  17. a b et c Claude Raybaud, Lacs des massifs cristallins du Mercantour et de l'Argentera : Alpes du Sud, France-Italie, Gilletta / Nice-matin, (ISBN 2-903574-46-4 et 978-2-903574-46-8, OCLC 469455827, lire en ligne)
  18. a et b Claude Roggero, Il reste encore des rivières... Alpes du Sud, Éditions Serre, (ISBN 2-86410-004-5 et 978-2-86410-004-1, OCLC 461830915, lire en ligne)
  19. Philippe Fiammetti, « À la découverte des derniers glaciers du Mercantour », Nice Matin,‎ (lire en ligne)
  20. a et b Jacqueline Romain, Le massif du Mercantour : guide géologique avec 18 itinéraires & randonnées, Serre, (ISBN 2-86410-025-8 et 978-2-86410-025-6, OCLC 9646883, lire en ligne)
  21. Louis Latouche et Serge Bognanoff, « Évolution précoce du massif de l'Argentera : apports des éclogite et des granulites », Les massifs cristallins externes - Géologie alpine, vol. 63,‎ (lire en ligne)
  22. a et b Michel Faure, « La chaîne varisque en France, un édifice multi-collisionnel et poly-cyclique / La branche varisque orientale — Planet-Terre », sur planet-terre.ens-lyon.fr, ENS Lyon, (consulté le )
  23. Matteo Simonetti, Rodolfo Carosi, Chiara Montomoli, Antonio Langone, Enrico D’Addario et Elisa Mammoliti, « Kinematic and geochronological constraints on shear deformation in the Ferriere-Mollières shear zone (Argentera-Mercantour Massif, Western Alps): implications for the evolution of the Southern European Variscan Belt », International Journal of Earth Sciences, vol. 107,‎ (lire en ligne)
  24. a b c et d Serge Bogdanoff, René-Pierre Ménot et Gérard Vivier, « Les massifs cristallins externes des Alpes occidentales françaises, un fragment de la zone interne varisque / The external crystalline massifs of the French western Alps, a part of the internal variscan zone », Sciences Géologiques, bulletins et mémoires, vol. 44, no 3,‎ , p. 237–285 (DOI 10.3406/sgeol.1991.1868, lire en ligne, consulté le )
  25. a et b Jean Vernet, « Sur la tectonique du socle permo-werfemen du dôme de Barrot », Géologie Alpine,‎ (lire en ligne)
  26. (de) Albrecht Friedrich Karl Penck et Eduard Brückner, Die Alpen im Eiszeitalter, Leipzig, Chr. Herm. Tauchnitz, , 3 vol.
  27. a b c et d Maurice Julian, Les glaciations des Alpes Maritimes : essai de mise au point, Éditions de la Sorbonne, (ISBN 979-10-351-0126-8, lire en ligne)
  28. Borchiellini Serge, Géologie des Alpes-maritimes, Serre, (OCLC 780417277, lire en ligne)
  29. « Tremblements de terre et séismes en France », sur Ministères Écologie Énergie Territoires (consulté le )
  30. « Séismes de l'arrière pays Niçois | ORRM », sur observatoire-regional-risques-paca.fr (consulté le )
  31. (it) « Classificazione sismica », sur rischi.protezionecivile.gov.it (consulté le )
  32. Mariana Bonet et Serge Ferreri, Aménagement des pistes de Riounet / Butières : Syndicat mixte des stations du Mercantour, (lire en ligne)
  33. Archives Départementales, « La montagne des Alpes-Maritimes à l'aube du tourisme », Catalogue de l'exposition itinérante,‎ (lire en ligne)
  34. « Le territoire du Parc national du Mercantour | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  35. Paul Ozenda, « Caractères généraux des Alpes-Maritimes (Relief, sol, climat, végétation) », Bulletin de la Société Botanique de France, vol. 97, no 10,‎ , p. 7–17 (ISSN 0037-8941, DOI 10.1080/00378941.1950.10834838, lire en ligne, consulté le )
  36. « Qu’est-ce que l’épisode méditerranéen, phénomène climatique courant sur la Côte d’Azur, actuellement dans le Gard ? », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  37. « Cahier thématique GT Montagne : Impacts du changement climatique et transition(s) dans les Alpes du Sud », sur calameo.com (consulté le )
  38. « Normales et records climatologiques 1982-2022 à Tende - Castérino - Infoclimat », sur www.infoclimat.fr (consulté le )
  39. a b c d e f g h i j et k Henri Michaud, V. Noble, Stéphane Beltra, L. Thuillier, Benoit Offerhaus, Stéphane Bence, Julien Renet, Mathias Pires et Sonia Richaud, « MERCANTOUR, DE LA VALLÉE DES MERVEILLES À LA HAUTE TINÉE », INPN, SPN-MNHN,‎ (lire en ligne)
  40. « Une extraordinaire richesse floristique | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  41. a b et c Luc Garraud, « Les étages de la végétation dans le sud-est de la France », Publications de la Société Linnéenne de Lyon, vol. 67, no 7,‎ , p. 188–190 (DOI 10.3406/linly.1998.11233, lire en ligne, consulté le )
  42. « Adenostyles alliariae (Gouan) A.Kern., 1871 - Adenostyle à feuilles d'alliaire, Adénostyle alliaire, Adénostyle à têtes blanches, Cacalie à feuilles d'alliaire », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  43. « Chaerophyllum elegans Gaudin, 1828 - Cerfeuil élégant, Chérophylle élégant », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  44. « Tephroseris balbisiana (DC.) Holub, 1973 - Téphroséride de Balbis, Séneçon de Balbis, Téphroséris de Balbis », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  45. « Cirsium alsophilum (Pollini) Soldano, 1994 - Cirse d'Allioni, Cirse des montagnes », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  46. « Doronicum austriacum Jacq., 1774 - Doronic d'Autriche », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  47. « 64.0.2.0.1 - Caricion fuscae Koch 1926 (Unités phytosociologiques des Cahiers d'habitats) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  48. « Sphagnum auriculatum Schimp., 1857 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  49. « Sphagnum teres (Schimp.) Ångstr., 1861 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  50. « Sphagnum russowii Warnst., 1886 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  51. « Sphagnum warnstorfii Russow, 1888 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  52. « Silene cordifolia All., 1785 - Silène à feuilles en cœur, Silène à feuilles en forme de cœur, Silène à feuilles cordées », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  53. « Saxifraga florulenta Moretti, 1823 - Saxifrage à nombreuses fleurs, Saxifrage à mille fleurs », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  54. « Silene campanula Pers., 1805 - Silène campanule », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  55. « Phyteuma cordatum Balb., 1809 - Raiponce cordée, Raiponce en forme de cœur, Raiponce de Balbis », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  56. « Littorellion uniflorae Koch 1926 (Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  57. Léa Bizard, Ugo Schumpp et Noémie Fort, « Combes à neige : Guide des espèces végétales caractéristiques », Conservatoire botanique national alpin,‎ (lire en ligne)
  58. « F61-15 - Salicetum herbaceae Braun-Blanq. in Braun-Blanq. & H. Jenny 1926 (Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  59. « Somatochlora alpestris (Selys, 1840) - Cordulie alpestre (La) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  60. « Gomphocerippus saulcyi daimei (Azam, 1893) - Criquet de la Bastide », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  61. « Anonconotus ligustinus Galvagni, 2002 - Analote ligure », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  62. « Anonconotus mercantouri Galvagni & Fontana, 2003 - Analote du Mercantour », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  63. « Acalypta visolensis Péricart, 1976 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  64. « Amara lantoscana Fauvel, 1888 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  65. « Licinus oblongus Dejean, 1826 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  66. « Cychrus angulicollis Sella, 1874 », sur Inventaire National du Patrimoine Naturel (consulté le )
  67. « Bembidion decorum decorum (Zenker, 1801) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  68. « Trechus delarouzeei Pandellé, 1867 », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  69. « Tragosoma depsarium (Linnaeus, 1767) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  70. « Macularia niciensis (A. Férussac, 1821) - Escargot de Nice », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  71. « La grille communale de densité | Insee », sur www.insee.fr (consulté le )
  72. Métropole NCA, « Métropole NCA - PLU Métropolitain - Son rôle », sur www.nicecotedazur.org (consulté le )
  73. Métropole NCA, « Métropole NCA | PLUm approuvé le 25.10.2019 », sur www.nicecotedazur.org (consulté le )
  74. Parc national du Mercantour, « Charte du parc national du Mercantour », PLU Métropolitain,‎ (lire en ligne)
  75. a et b « Alpes-Maritimes - Une population qui stagne malgré l’arrivée de jeunes diplômés - Insee Analyses Provence-Alpes-Côte d'Azur - 27 », sur www.insee.fr (consulté le )
  76. (it) « Andamento demografico », sur www.parcoalpimarittime.it (consulté le )
  77. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Isabelle Lhommedet et Irene Borgna, Atlas transfrontalier du patrimoine culturel, [Parc national du Mercantour], (lire en ligne)
  78. « Clans, le village où il fait bon vivre », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  79. « Recensement en Paca : les petites communes attirent de plus en plus d'habitants », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  80. « Le territoire du Parc national du Mercantour | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  81. « INPN - Mercantour [Aire D'Adhésion], Parc national, aire d'adhésion - Communes », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  82. a b c d e f g h et i Philippe de Beauchamp, L'architecture rurale des Alpes-Maritimes, Edisud, (ISBN 2-85744-612-8 et 978-2-85744-612-5, OCLC 28632606, lire en ligne)
  83. Lisa Shindo, Vincent Labbas, Jean-Louis Édouard et Frédéric Guibal, « La construction en mélèze dans les Alpes du Sud depuis le xe siècle : une nouvelle lecture dendrochronologique de l’occupation humaine en montagne et des ressources forestières, données et méthodologies inédites », ArcheoSciences. Revue d'archéométrie, no 2018,‎ , p. 63–75 (ISSN 1960-1360, DOI 10.4000/archeosciences.5877, lire en ligne, consulté le )
  84. Vincent Labbas, « Remploi et mobilité des bois de construction dans le bâti subalpin médiéval et moderne : le cas du massif du Mercantour (Alpes françaises) », dans Des ressources et des hommes en montagne, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques », (ISBN 978-2-7355-0888-4, lire en ligne)
  85. Vincent Labbas, « Les constructions traditionnelles d'alpage dans le Mercantour : le cas des granges de Bousieyas (Saint-Dalmas-le-Selvage, 06) », Communication dans un congrès, Direction régionale des Affaires Cuturelles de Provence-Alpes-Côte d'Azur,‎ , p. 187 (lire en ligne, consulté le )
  86. C. Pezon, Le service d’eau potable en France de 1850 à 1995, (ISBN 978-2-906967-05-2, lire en ligne)
  87. Collectif, Façades peintes des Alpes-Maritimes, Le monde alpin et rhodanien,
  88. Denise Santi et Paul Castela, Les façades peintes, de la Ligurie au Comté de Nice, Institut d'études niçoises,
  89. a b c d e f et g Luisa Ferrero, Maria Cristina Preacco et Sofia Uggé, Identités culturelles dans l'espace naturel protégé de montagne Mercantour / Alpi Marittime : Territoire, établissements et viabilité dans la zone des Alpes maritimes entre la préhistoire, l'époque romaine et le haut Moyen Âge, Éditions du musée d'anthropologie préhistorique de Monaco, (lire en ligne), p. 33-42
  90. (it) Luigi Dematteis, Giacomo Doglio et Renato Maurino, Recupero edilizio e qualità del progetto, Primalpe, stampa 2003 (ISBN 88-88681-26-4 et 978-88-88681-26-9, OCLC 956203532, lire en ligne)
  91. Charlène Chaupré-Berki, « Le royasque en France : un dialecte ligurien alpin ? : Origines, classification, représentations et réalité sociolinguistique à la frontière franco-italienne », École doctorale Humanités Nouvelles, Université de Lorraine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  92. Domergue Sumien, « Classificacion dei dialèctes occitans », Linguistica Occitana, vol. 7,‎ (lire en ligne)
  93. a b et c Quentin Garnier, « Le vivaro-alpin : progrès d’une définition », Géolinguistique, no 20,‎ (ISSN 0761-9081, DOI 10.4000/geolinguistique.1992, lire en ligne, consulté le )
  94. Werner Forner, « Études de linguistique gallo-romane : Menton, ou essai d’explication variationnelle des marques de pluriel romanes », sur Cairn,
  95. Université de la Côte d'Azur, « Histoire Orale d’une « Frontière » », sur https://hal.univ-cotedazur.fr/,
  96. Jacques Guido, Parlu tendascu : dictionnaire français-tendasque, Hapax, (ISBN 978-88-88000-43-5 et 88-88000-43-7, OCLC 956074408, lire en ligne)
  97. Didier Lanteri, Dictionnaire français-brigasque, TAC-Motifs des rRgions, (ISBN 2-9521601-9-8 et 978-2-9521601-9-3, OCLC 237136854, lire en ligne)
  98. Silvia Chiarini, « La construction d'un territoire de minorité entre revendications, conflits et institutionnalisation. Le cas des Vallées occitanes d'Italie », Belgeo. Revue belge de géographie, no 3,‎ (ISSN 1377-2368, DOI 10.4000/belgeo.11446, lire en ligne, consulté le )
  99. Filip Noubel, « Le recul de l'occitan: Échec des initiatives culturelles ou défaillance de l'État? », sur Global Voices en Français, (consulté le )
  100. Christopher Moseley et Alexandre Nicolas, « Atlas des langues en danger dans le monde », sur unesdoc.unesco.org, (consulté le )
  101. a et b Nathalie Magnardi et Silvia Sandrone, « Les premiers résultats de la prospection-inventaire dans la haute vallée de la Roya (Alpes-Maritimes, France) », dans Archéologie de la montagne européenne : Actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre-1er octobre 2008, Publications du Centre Camille Jullian, coll. « Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine », (ISBN 978-2-9571557-3-6, lire en ligne), p. 57–65
  102. Michelangelo Bruno, Cols des Alpes de Provence, Gribaudo, (ISBN 88-8058-215-1 et 978-88-8058-215-1, OCLC 728772570, lire en ligne)
  103. a b c et d « L'histoire de la création du Parc | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  104. a et b Jean-Marie Morisset, Les Alpes du soleil : Haut-Var Vésubie Tinée Roya Saint-Jeannet Ubaye Queyras Viso, Denoël, (ISBN 2-207-22492-9 et 978-2-207-22492-2, OCLC 742955093, lire en ligne), p. 80
  105. a et b Claude Raybaud et Sébastien Botella, Forteresses des frontières : du Mercantour à la Méditerranée, Ubaye et proche Italie, Gilletta / Nice-Matin, (ISBN 978-2-35956-157-9 et 2-35956-157-X, OCLC 1291182230, lire en ligne)
  106. Claude Raybaud, Les fortifications françaises et italiennes du 18ième et 19ième siècles dans les Alpes du Sud, Serre, (ISBN 286410377X)
  107. « Site Officiel de l'exposition : Victor de Cessole 2002 : Biographie », sur www.victordecessole.org (consulté le )
  108. a b c et d Victor de Cessole et Fernand Nœtinger, La Suisse niçoise, Sirius, (ISBN 2-904027-00-9 et 978-2-904027-00-0, OCLC 466119505, lire en ligne), p. 460
  109. C.B., « En 1992, il fut le premier à avoir revu le loup dans le Mercantour », sur www.ledauphine.com, (consulté le )
  110. Antoine Peillon, « Le retour du loup (1992…) », sur longsformats.com, (consulté le )
  111. (it) « Parco Naturale Alpi Marittime », sur www.parcoalpimarittime.it (consulté le )
  112. « Éboulement, routes coupés, coupures d'électricités... Les Alpes-Maritimes font face à la tempête Alex », sur Franceinfo, (consulté le )
  113. « VIDEOS. Tempête Alex : de premières images aériennes montrent l'ampleur des dégâts dans les Alpes-Maritimes », sur Franceinfo, (consulté le )
  114. « Tempête Alex : huit personnes, dont deux pompiers, recherchées dans les Alpes-Maritimes », sur Franceinfo, (consulté le )
  115. Jules Masson Mourey, « De l’ancienneté du « Christ », dans la vallée des Merveilles », Préhistoires Méditerranéennes, no 6,‎ (ISSN 2118-8211, DOI 10.4000/pm.1501, lire en ligne, consulté le )
  116. Patrimoine du Haut-Pays : L'Authion 1945, évènements, témoignages, mémoires, Amont, (ISBN 978-2-919088-10-2)
  117. Jérôme Magail, « Les gravures rupestres du Mont Bego des activités et des rituels en leurs temps », Bulletin du Musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco, no 46,‎ , p. 96–107 (lire en ligne, consulté le )
  118. Thomas Huet, « Etude des gravures protohistoriques de la zone des lacs (zones I, II, III et V) de la région du mont Bego, Tende, Alpes-Maritimes (Master 2) », Thèse, Université Nice Sophia Antipolis,‎ (lire en ligne, consulté le )
  119. Michel Magny, Gilles Bossuet, Emilie Gauthier et Hervé Richard, « Variations du climat pendant l’Âge du Bronze au centre-ouest de l'Europe: vers l’établissement d'une chronologie à haute résolution », Environnements et cultures à l'âge du Bronze en Europe occidentale,‎ (lire en ligne)
  120. a et b (it) Marica Venturino Gambari, Ai piedi delle montagne: la necropoli protostorica di Valdieri, LineLab., (lire en ligne)
  121. a et b Paola Puppo, « Pro itu et pro reditu : les chemins de l'époque romaine le long de la vallée de la Roya », dans Des routes et des hommes : la construction des échanges par les itinéraires et les transports, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques », (ISBN 978-2-7355-0889-1, lire en ligne)
  122. a et b Joël Serralongue, Silvia Sandrone et Jean-Marie Strangi, Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines : Numéro spécial consacré aux Actes du XVe Colloque sur les Alpes dans l’Antiquité de la Préhistoire au Moyen Âge, La haute vallée de la Roya et la région du mont Bégo (Alpes Maritimes) : culture matérielle archéologique et gravure rupestres comme reflet d'une identité transalpine mouvante, Saint-Gervais, Société Valdôtaine de Préhistoire et d’Archéologie, (lire en ligne)
  123. Franck Suméra, Benjamin Girard, Patrice Méniel et Aurore Schmitt, « Un lieu de culte monumental gaulois dans le Mercantour : le site de la Cime de la Tournerie (commune de Roubion, Alpes-Maritimes) », dans Sanctuaires de l'âge du Fer. Actes du 41e colloque international de l'Association française pour l'étude de l'âge du Fer (Dole, 25-28 mai 2017), AFEAF, coll. « Collection AFEAF », (lire en ligne), p. 131–147
  124. Denis Morin et Patrick Rosenthal, « Mine et métallurgie du fer à haute altitude dans les Alpes du Sud-Ouest », Pallas. Revue d'études antiques, no 90,‎ , p. 257–277 (ISSN 0031-0387, DOI 10.4000/pallas.1005, lire en ligne, consulté le )
  125. A. Carlone, Vestiges épigraphiques de la domination gréco-massalioté et de la domination romaine dans les Alpes-maritimes, F. le Blanc-Hardel, (lire en ligne), p. 129
  126. a et b Hervé Noble et Jean-Bernard Lacroix, « Archives communales de Saint-Dalmas-le-Selvage », Archives départementales des Alpes-Maritimes,‎ (lire en ligne)
  127. Sophie Binninger, « Le Tropaevm Alpivm et l’Héraclès Monoikos. Mémoire et célébration de la victoire dans la propagande augustéenne à La Turbie », dans La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain, Ausonius Éditions, coll. « Études », (ISBN 978-2-35613-269-7, lire en ligne), p. 179–203
  128. Stéphane Morabito, « Entre Narbonnaise et Italie : le territoire de la province des Alpes Maritimae », Gallia - Archéologie de la France antique, vol. 67, no 2,‎ , p. 99–124 (lire en ligne, consulté le )
  129. Eric Gili, Histoire de Saint-Martin-Vésubie : des origines à la Deuxième guerre mondiale, (ISBN 978-2-919088-19-5 et 2-919088-19-X, OCLC 1305157852, lire en ligne)
  130. Jacques Thirion, « L'église Saint-Dalmas de Valdeblore », Bulletin Monumental, vol. 111, no 2,‎ , p. 157–171 (DOI 10.3406/bulmo.1953.4207, lire en ligne, consulté le )
  131. Jean-Claude Poteur, L'inventaire départemental du patrimoine culturel : Éléments d'étude des communes de Saint-Martin-Vésubie et Venanson, Alpes-Maritimes, Conseil général des Alpes-Maritimes, (lire en ligne)
  132. Philippe Jansen, « Les droits comtaux dans les vigueries de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 », Rives méditerranéennes, no 37,‎ , p. 57–84 (ISSN 2103-4001, DOI 10.4000/rives.3937, lire en ligne, consulté le )
  133. Henry Mouton, La route du sel dans les Alpes-Maritimes, Serre, (ISBN 2-86410-242-0 et 978-2-86410-242-7, OCLC 467989312, lire en ligne)
  134. Éric Gili et Alain Otho, Les routes du sel dans le haut pays niçois, Éditions de l'AMONT, (ISBN 978-2-919088-15-7)
  135. Luc F. Thevenon, Frontières du comté de Nice: "à la recherche des bornes perdues" : sur l'ancienne limite des royaumes de France et de Piémont-Sardaigne, SERRE EDITEUR, (ISBN 978-2-86410-429-2, lire en ligne)
  136. Olivier Liberge, « Le désenclavement routier de la vallée du Var du milieu du XIXe à 1930 », sur https://www.departement06.fr/, Recherches régionales 141,
  137. a b et c Jean Robert, Les tramways de Nice et de la Côte d'Azur, Jean Robert,
  138. « Route de la Vésubie : les valléens satisfaits », Nice Matin - Nice Vallées,‎
  139. « Vallée de la Tinée : un nouveau pont sur la route du ski », sur WebtimeMedias, (consulté le )
  140. a et b Jean-Paul Gass, Guide des Alpes Maritimes - Massif du Mercantour, Alticoop Editions, , 617 p. (ISBN 2-908039-05-2)
  141. a b et c Jean-Paul Potron, « La croisade du chevalier pour la montagne », sur http://www.victordecessole.org/,
  142. Jean-Paul Potron (Ville de Nice, Service du Patrimoine historique), « Victor de Cessole, « l’inventeur » des Alpes maritimes »,
  143. J.L. Panicacci, « La campagne de juin 1940 dans les Alpes-Maritimes », Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale,‎ (lire en ligne)
  144. Giorgio Rochat, « La campagne italienne de juin 1940 dans les Alpes occidentales », Revue historique des armées, no 250,‎ , p. 77–84 (ISSN 0035-3299, lire en ligne, consulté le )
  145. Jean-Louis Riccioli, « La deuxième bataille des Alpes : printemps 1945 », Cahiers de la Méditerranée, vol. 52, no 1,‎ , p. 93–118 (DOI 10.3406/camed.1996.1161, lire en ligne, consulté le )
  146. Nitart-Gastaldi, « Le rattachement de Tende et La Brigue à la France en 1947 : Étude de presse comparée Nice-Matin et Le Patriote », Résumé d'un mémoire de maîtrise préparé sous la direction de M. SCHOR et soutenu devant la Faculté de Lettres de Nice,‎ (lire en ligne)
  147. a et b Parco naturale Alpi Marittime et Parc national du Mercantour, « La montagne vécue »
  148. a b c et d Mireille Delrieu et Monique Brunel, « Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) », Notice d’information du territoire « Parc National du Mercantour »,‎ (lire en ligne)
  149. Lionel Laslaz, « Terre d’élevage ou « nature préservée » en zone centrale des parcs nationaux français des Alpes du Sud ? », Méditerranée,‎ (lire en ligne)
  150. « Agriculture et pastoralisme | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  151. « Gestion des alpages et parcours | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  152. Marc, « Une expérience en passe de réussir: les Potagers de la Vésubie | Assises de la Transition Écologique et Citoyenne » (consulté le )
  153. a et b Mohamed Ben Jeddou, Jean-Marie Castex, Éric Bailly, Gourgen Davtian, Éric Gili et Isabelle Mor, « Réflexions sur l’accessibilité aux châtaigniers et ses conséquences dans la haute vallée de la Tinée (Parc national du Mercantour) », Géomag,‎ (lire en ligne)
  154. Raoul Blanchard, « L'agriculture du versant piémontais des Alpes occidentales : les Basses Vallées », Revue de Géographie Alpine, vol. 39, no 2,‎ , p. 258 (DOI 10.3406/rga.1951.4144, lire en ligne, consulté le )
  155. Règlement (CE) n° 1050/2007 de la Commission du 12 septembre 2007 enregistrant certaines dénominations dans le registre des appellations d’origine protégées et des indications géographiques protégées [Mejillón de Galicia ou Mexillón de Galicia (AOP) — Café de Colombia (IGP) — Castagna Cuneo (IGP) — Asparago Bianco di Bassano (AOP)], (lire en ligne)
  156. (en-US) « Qualigeo - Castagna Cuneo PGI », sur Qualigeo : Banca dati europea dei prodotti DOP IGP STG (consulté le )
  157. « Traçabilité Cuneo – Produits : pommes de terre - Projet de la Chambre de Commerce de Cuneo », sur www.tracciabilitacuneo.it (consulté le )
  158. « Gusto: la patata di montagna di Entracque », sur www.notiziepiemonte.it (consulté le )
  159. (it) Alberto Prieri, « Latte Alberti venderà anche Valle Stura », sur La Stampa, (consulté le )
  160. G. Gonzalez, Schéma départemental des carrières des Alpes-Maritimes, BRGM, (lire en ligne)
  161. (en) « Sibelco Robilante », sur www.sibelco.com (consulté le )
  162. « B.U. n. 44 », sur www.regione.piemonte.it (consulté le )
  163. « Granulats Vicat La Courbaisse - Alpes-Maritimes », sur www.granulats-vicat.fr (consulté le )
  164. Département des Alpes-Maritimes, « L’hydroélectricité », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  165. EDF, « L’hydroélectricité, 1ère énergie renouvelable en Région Provence Alpes Côte d’Azur », sur https://www.edf.fr/
  166. « Hydrelect - Breil », sur hydrelect.info (consulté le )
  167. Lauriane Sandrini, « L'usine hydroélectrique de Saint-Martin-Vésubie en consolidation », sur Nice-Matin, (consulté le )
  168. (en) « Entraque hydroelectric plant, Italy », sur www.enelgreenpower.com (consulté le )
  169. (it) « Fonti Vinadio, il miracolo di Sant'Anna cosi Bertone venderà acqua ai cinesi », sur la Repubblica, (consulté le )
  170. (it) « Sant’Anna lancia acqua “Mia – Valle Stura” », sur Distribuzione Moderna (consulté le )
  171. a et b Fernand Blanchi, Alain Brandeis, Gianluca Barale et Patrizia Rossi, « Dossier de candidature CETD », sur https://fr.marittimemercantour.eu, (consulté le )
  172. « Alpes-Maritimes, à chacun sa station de sports d'hiver ! », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  173. « [Ski de rando] Raid à ski dans le Mercantour », sur Montagnes Magazine : actu montagne, Himalaya et test de matériel d’alpinisme, ski rando et de randonnée (consulté le )
  174. « Itinéraires », sur www.camptocamp.org (consulté le )
  175. Christian Boitel, Le Mercantour à skis : 130 courses et 10 raids dans les Alpes du Sud, Serre, (ISBN 2-86410-001-0 et 978-2-86410-001-0, OCLC 465361233, lire en ligne)
  176. Parc national du Mercantour et Observatoire du Tourisme CRT Riviera Côte d’Azur, « La fréquentation estivale du parc national du Mercantour », sur http://www.cotedazur-touriscope.com, (consulté le )
  177. « Les activités de pleine nature | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  178. (en) « Excursions », sur en.parcoalpimarittime.it (consulté le )
  179. « Rando Marittime Mercantour, un site dédié à la randonnée | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  180. « Grande Traversée du Mercantour », sur rando.marittimemercantour.eu (consulté le )
  181. Département des Alpes-Maritimes, « Grande Traversée du Mercantour », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  182. « Casterino : dans la peau d'un musher », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  183. « La pêche du Boréon », sur saintmartinvesubie.fr (consulté le )
  184. « Luge d'été - Valberg - Station de Montagne des Alpes du Sud », sur www.valberg.com (consulté le )
  185. « VTT », sur www.colmiane.com (consulté le )
  186. « Pistes VTT », sur Isola 2000 - station du Mercantour, (consulté le )
  187. « Alpha Parc Animalier », sur www.saintmartinvesubie.fr (consulté le )
  188. « Alpes-Maritimes : à la découverte de la plus grande tyrolienne d'Europe », sur Franceinfo, (consulté le )
  189. « Rallye Monte-Carlo: le mythique col du Turini », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  190. « KV de St-Martin-Vésubie : l'ascension vertigineuse », sur Nice-Matin, (consulté le )
  191. « Une épreuve qui grandit », sur Nice-Matin, (consulté le )
  192. « Ultra-Trail Côte d'Azur Mercantour », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  193. Christophe Cirone, « Elles ferment les unes après les autres: on fait le point sur les 9 via ferrata de la Côte d'Azur », sur Nice-Matin, (consulté le )
  194. « Via Ferrata », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  195. « Clues et canyons », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  196. « C'est le retour du canyoning: mais au fait, savez-vous de quoi il s'agit? », sur Nice-Matin, (consulté le )
  197. S. G., « Le Vesúbia Mountain Park a un an et un bilan au-delà des espérances », sur Nice-Matin, (consulté le )
  198. Région Provence-Alpes-Cote d'Azur, « Plan de croissance de l’économie touristique », Schéma régional de développement touristique 2017-2022,‎ (lire en ligne)
  199. Imed Ben Mahmoud et Bernard Massiera, « La gouvernance d’un territoire naturel face aux enjeux du tourisme sportif et des pratiques de bien-être. Le cas du Parc national du Mercantour », Téoros. Revue de recherche en tourisme, vol. 40, no 1,‎ (ISSN 0712-8657, lire en ligne, consulté le )
  200. Parco naturale Alpi Marittime et Par national du Mercantour, « La charte européenne du tourisme durable », (consulté le )
  201. Vincent-Xavier Morvan, « Surtourisme : le Mercantour réduit la taille des parkings », sur Les Echos, (consulté le )
  202. Christiane Lorgues-Lapouge, Alain Philippon et Jacques Thirion, Trésors des vallées niçoises : Les peintures murales du Haut Pays, Nice, Serre
  203. « Grands sites de la Roya Bévéra | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  204. « Parco delle Alpi Marittime: Centres d'accueil: Musée de la Civilisation du Seigle », sur www.parks.it (consulté le )
  205. « Parco delle Alpi Marittime: Points d'intérêt », sur www.parks.it (consulté le )
  206. « Parco delle Alpi Marittime: Centres d'accueil: Centre d'informations et centrale Enel "Luigi Einaudi" », sur www.parks.it (consulté le )
  207. Marie Cardona, « Balade nature chargée d’histoire dans la Bévéra », sur Nice-Matin, (consulté le )
  208. Hugues Dérouard, « Les gorges de Daluis et du Cians : le Colorado niçois », sur Détours en France, (consulté le )
  209. « Grands sites de la Vésubie | Parc national du Mercantour », sur www.mercantour-parcnational.fr (consulté le )
  210. Département des Alpes-Maritimes, « Lacs de Prals », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  211. « Virée thermale à Valdieri, en Italie », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  212. Karol Lory, « Bonne nouvelle ! Les thermes de Berthemont-les-Bains rouvrent leurs portes lundi. », sur Nice-Matin, (consulté le )
  213. « Refuges du sud des Alpes - Mercantour Argentera Ubaye - Refuges du Mercantour », sur sud.alpes-refuges.fr (consulté le )
  214. « Refuges du sud des Alpes - Mercantour Argentera Ubaye - Refuges de l'Argentera », sur sud.alpes-refuges.fr (consulté le )
  215. « RIFUGIO MIGLIORERO », sur www.caifossano.it (consulté le )
  216. « Vallée Gesso », sur www.limoneturismo.it (consulté le )
  217. « Refuge Ervedo Zanottiv », sur www.camptocamp.org (consulté le )
  218. « Refuge Prati del Vallone | GTA Piemonte », sur gtapiemonte.it (consulté le )
  219. a b c et d Jacques Médecin, La cuisine du comté de Nice, (ISBN 2-260-00025-8 et 978-2-260-00025-9, OCLC 13907893, lire en ligne)
  220. a b c d e et f Pascal Colletta, Camille Cauvin-Chaix et Catherine Chaix, La cuisine du Haut-Pays niçois, Mémoires Millénaires,
  221. Jean-Michel Bessi, Jacques Dalmasso, André Giordan, Thierry Rosso, Michel Seyrat et Jacques Tiberi, « Les pratiques culinaires du pays niçois, de la mer à la montagne », Fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel,‎ (lire en ligne)
  222. Jonathan Hauvel, « La cuisine niçoise inscrite au patrimoine culturel immatériel français », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  223. a et b (it) « Aspettando la Fiera Freddatra lumache e altre specialità », sur La Stampa, (consulté le )
  224. Calypso Santamaria, « Patrimoine culinaire », sur La vallée de la Roya, terre de frontières, (consulté le )
  225. (it) « Patata di entracque PAT », sur ViVi GREEN, (consulté le )
  226. « Merda de can – les gnocchis verts », sur Cuisine Niçoise (consulté le )
  227. « La courge longue de Nice – Maison des Semences Paysannes Maralpines » (consulté le )
  228. a et b Alex Benvenuto et Jérôme Kelagopian, Carnets de cuisine du comté de Nice, Serre éditeur, (ISBN 978-2-86410-642-5 et 2-86410-642-6, OCLC 1059279157, lire en ligne)
  229. Musset Danielle, Les Plantes alimentaires de la vallée de la Roya, Ministère de la Culture, (lire en ligne)
  230. Marie Rostagni, Jean-Marie Rostagni et Danielle Musset, « Une native de Breil parle des plantes cultivées et consommées dans la vallée de la Roya et des recettes pour accomoder ces plantes », sur http://stq4s52k.es-02.live-paas.net, (consulté le )
  231. « Le parc national du Mercantour fête ses 40 ans : découvrez son histoire », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  232. a et b Marie Canut, « Projet de renforcement de la diversité génétique d’une population de Bouquetin des Alpes (Capra ibex) située dans le Parc national du Mercantour », Fond européen de développement régional,‎ (lire en ligne)
  233. Dominique Gauthier et Jean-Charles Villaret, « La réintroduction en France du Bouquetin des Alpes », Rev. Eco. ( Terre Vie), Suppl. 5,‎ (lire en ligne)
  234. a et b « Parco Naturale delle Alpi Marittime », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  235. AFP, « Dernier lâcher de gypaètes barbus dans les Alpes du Sud », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  236. « Mercantour et Alpi Marittime forment le premier parc naturel européen », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  237. Ministère de la Transition écologique, « Projet de décret portant classement de la réserve intégrale de Roche Grande dans le cœur du parc national du Mercantour », sur vie-publique.fr, (consulté le )
  238. « Parc national du Mercantour : Roche Grande devient la 3ème réserve intégrale française | Portail des parcs nationaux de France », sur www.parcsnationaux.fr (consulté le )
  239. « INPN - FSD Natura 2000 - FR9310035 - Le Mercantour - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  240. « INPN - FSD Natura 2000 - FR9301559 - Le Mercantour - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  241. a b et c Acadèmia nissarda, Le pays de Nice et ses peintres au XIXe siècle, Acadèmia nissarda, (ISBN 2-9512955-0-2 et 978-2-9512955-0-6, OCLC 40618149, lire en ligne)
  242. Alain Bexon, Un peintre chez les chasseurs alpins, Pierre Comba, 1859-1934 : De la Côte d'Azur aux champs de bataille de 1914-1918, Itinera Alpina, (ISBN 2-913190-05-7 et 978-2-913190-05-4, OCLC 224941903, lire en ligne)
  243. Alban Larousse, Parc national du Mercantour, Gallimard-Nouveaux loisirs, (ISBN 2-7424-1046-5 et 978-2-7424-1046-0, OCLC 470141864, lire en ligne)
  244. Pierre Berringer, Regards sur le Mercantour, Éd. Gilletta-Nice-Matin, impr. 2014 (ISBN 978-2-35956-047-3 et 2-35956-047-6, OCLC 893848613, lire en ligne)
  245. Marie-Anne Bourgeois, « Saint-Bonnet-en-Champsaur. Le Mercantour et le Piémont italien croqués par Alexis Nouailhat », sur www.ledauphine.com, (consulté le )
  246. Alexis Nouailhat, Le massif du Mercantour, Ed. du Fournel, (ISBN 978-2-36142-011-6 et 2-36142-011-2, OCLC 742955415, lire en ligne)
  247. J.-M. Chevalier, « "Belle et Sébastien": Medhi revient sur les lieux du tournage dans la Gordolasque », sur Nice-Matin, (consulté le )
  248. « Le bougon et la rebelle », sur 20 minutes, (consulté le )
  249. « Belvédère, lieu de tournage du Gendarme de Saint-Tropez », sur nimotozor99.free.fr (consulté le )
  250. Julien Avinent, « Cinq bonnes raisons d'aller au "Cycle Jean Gabin" ce soir à Sospel », sur Nice-Matin, (consulté le )
  251. « "En direct"... de la Cougourde », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  252. Jaques Ertaud, « En vue directe de : face ouest de la cougourde » (vidéo publiée sur le compte Facebook de l'office de tourisme de Saint-Martin-Vésubie), (consulté le )
  253. « Tournages en France : les Alpes du Sud, face caméra », sur Provence-Alpes-Côte d'Azur Tourisme (consulté le )
  254. Ghislaine Milliet et Anne Le Hars, « Le Mercantour décor naturel du film "Minuscule" en salles ce mercredi », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le )
  255. « "Naïs au pays des loups", l'histoire vraie d'un père et de sa fille partis sur les traces des loups dans le parc du Mercantour », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  256. « Programme TV - Naïs au pays des loups », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le )
  257. Sophie Pencenat, « Valberg : les 40 ans du parc du Mercantour illuminent le Garibeuil », sur Nice-Matin, (consulté le )
  258. « La montagne aux histoires », sur FFV - Festival du Film Vert, (consulté le )
  259. « De la Sainte-Victoire au Massif du Mercantour : "Face au vide", un film qui révèle un autre visage de l’alpinisme », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  260. Pa. H., « Valdeblore-La Colmiane : un dimanche de Folies des lacs ! », sur Nice-Matin, (consulté le )
  261. Danièle Gastaldi, « François-René Duchâble fait ses adieux à La Colmiane », sur Nice-Matin, (consulté le )
  262. « Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : Julien Doré à Saint-Martin-Vésubie "c'est le cœur qui s'arrache" », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  263. « Julien Doré a enregistré une version acoustique de "Coco Câline" au milieu des montagnes azuréennes », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  264. Louisa Leblanc, « Paysages en vie, paysages en vues... en Haute-Savoie. Élaboration d’une exposition estivale au Conseil Général de la Haute-Savoie, Direction des Affaires Culturelles, Service des collections départementales », Dépôt universitaire de mémoire après soutenance,‎ (lire en ligne)
  265. Joseph Dessaix et Félix Benoist, Nice et Savoie, Édition de la Tour Gile, (ISBN 2-87802-150-9)
  266. Jean Siccardi, Les brumes du Mercantour, Paris, Presses de la Cité, (ISBN 2-258-07640-4)
  267. Alain Grinda, Madone de Fenestre, Éd. de Bergier, (ISBN 2-9507852-9-8 et 978-2-9507852-9-9, OCLC 465781813, lire en ligne)
  268. « Charles Berling lit Le Clézio à St-Martin-Vésuvie », sur Nice-Matin, (consulté le )
  269. (it) « Le Alpi di Patrick Bérhault, dalla Slovenia alle Marittime », sur PlanetMountain.com (consulté le )
  270. « Le village de montagne d'Hervé Gourdel rassemblé et recueilli », sur Challenges, (consulté le )
  271. (it) Manuela Vetrano, « I giganti di Vinadio: Battista e Paolo Ugo, dalle Alpi a Barnum », (consulté le )
  272. (en) Wouter de Herder, « Familial gigantism », Clinics (São Paulo, Brazil), vol. 67 Suppl 1. 29-32,‎ (lire en ligne)
  273. La rédaction, « Riviera Française: cet été, osez l’Escapade Baroque », sur Nice-Matin, (consulté le )
  274. Département des Alpes-Maritimes, « Route du baroque - Édifices par villes », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  275. Jacques Thirion, « L'influence lombarde dans les Alpes françaises du Sud », Bulletin Monumental, vol. 128, no 1,‎ , p. 7–40 (DOI 10.3406/bulmo.1970.5002, lire en ligne, consulté le )
  276. Département des Alpes-Maritimes, « Route du baroque », sur Département des Alpes-Maritimes (consulté le )
  277. a b et c Pascal Colletta et Florent Dubreuil, Sous les étoiles de la Tinée : contes et légendes, Mémoires Millénaires, (ISBN 978-2-919056-62-0 et 2-919056-62-X, OCLC 1055143891, lire en ligne)
  278. Édouard Chanal, Contes et légendes du pays niçois, Serre, (ISBN 2-86410-002-9 et 978-2-86410-002-7, OCLC 461780804, lire en ligne)
  279. a et b Antonin Steve dit Toni Baloni, Légendes vésubiennes, Éditions de l'AMONT, (ISBN 978-2-9520869-9-8, EAN 9782952086998, ISSN 1967-0567)
  280. a b c et d Cyril Isnart, « Êtres fantastiques des Alpes du Sud », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, vol. 29, no 4,‎ , p. 92–96 (DOI 10.3406/mar.2001.1752, lire en ligne, consulté le )
  281. Alain Fournier, « Pèlerinages à Notre-Dame de Fenestre (Alpes-Maritimes) », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, vol. 2, no 2,‎ , p. 146–154 (DOI 10.3406/mar.1974.961, lire en ligne, consulté le )
  282. Hélène France, « La Madone de Fenestre, dans le Mercantour, à nouveau accessible en voiture », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le )