Massif d'Andringitra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massif d'Andringitra
Carte de localisation du massif.
Carte de localisation du massif.
Géographie
Altitude 2 658 m, Pic Boby
Longueur 62 km
Largeur 10 km
Administration
Pays Drapeau de Madagascar Madagascar
Régions Haute Matsiatra, Vatovavy-Fitovinany, Atsimo-Atsinanana, Ihorombe
Géologie
Âge Précambrien
Roches Roches plutoniques majoritairement granitiques

Le massif d'Andringitra est un massif montagneux de Madagascar. La zone a été déclarée parc national depuis 1999[1] et reconnue au patrimoine mondial en 2007[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le massif à l'aube

Situé dans la partie méridionale de l'île, à 120 km au nord du tropique du Capricorne, et à une centaine de kilomètres de l'océan Indien, ce massif a une orientation générale nord/sud (plus exactement NNO/SSE). D'une longueur de 62 km et d'une largeur moyenne de 3 km (10 km au centre du massif), son altitude varie de 500 à 2 658 m.

Il est situé en partie sur la commune rurale de Antambohobe.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Au sommet du pic Boby

L'Andringitra culmine au pic Boby (2 658 m), qui est le deuxième sommet de Madagascar. À l'extrême sud du massif, en situation un peu isolée, se dresse le pic Ivohibe (2 069 m)

Géologie[modifier | modifier le code]

Formé au Précambrien, ce massif est constitué essentiellement de granite, de syénite à pyroxène ou de granite syénitique.

La plupart des failles qui fracturent le massif sont longitudinales, ou disposées en étoile.

La roche cristalline dure a été fortement érodée par les eaux de ruissellement, qui ont creusé des sillons de dimension métrique.

Climat[modifier | modifier le code]

Ces caractéristiques font de lui une barrière topographique faisant obstacle à l'alizé, limitant sa pénétration vers l'ouest du pays. Cet alizé apporte beaucoup d'humidité au massif (plus de 2 000 mm de précipitations par an).

En quelques kilomètres, le climat change entre le versant océanique à l'est, humide et exposé à l'alizé, et le versant continental plus sec à l'ouest.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

L'Andringitra est peuplé de nombreuses espèces endémiques non seulement à l'île de Madagascar, mais aussi plus spécialement à ce massif.

Populations[modifier | modifier le code]

Trois principales ethnies habitent aux abords du massif :

  • les Bara Haronga vivent dans la forêt tropicale à l'est du massif. Ils cultivent le riz, le café, la canne à sucre et des arbres fruitiers. Ils pratiquent aussi l'élevage de bovins ;
  • les Betsileos vivent sur les contreforts septentrionaux de l'Andringitra. Ils ont construit des terrasses sophistiquées sur les flancs de la montagne et organisé un réseau d'irrigation destiné à la culture du riz ;
  • les Bara vivent à l'ouest et au sud du massif. Ils utilisent les ressources naturelles de la savane claire (exploitation agropastorale).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Andringitra servit autrefois de refuge pour les populations Betsileo de la plaine lors de raids menés par les Sakalava ou les Merina.

Henri Perrier de La Bâthie, qui a exploré ce massif en 1925, obtint de l'administration de faire de la zone centrale du massif une réserve naturelle sur environ 31 200 hectares en 1927.

En 1999, la réserve a été déclarée parc national[1] et reconnue au patrimoine mondial en 2007[2].

Parc national d'Andringitra[modifier | modifier le code]

Le parc national d'Andringitra a été initialement créé en 1927 en tant que réserve naturelle intégrale[3] puis classé parc national en 1999[4].

Il est l’un des six parcs classés, en 2007, au Patrimoine naturel mondial des forêts humides de l’Atsinanana[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ivan R. Scales, Conservation and Environmental Management in Madagascar, Routledge, coll. « Earthscan Conservation and Development », , 398 p. (ISBN 978-1-13630-908-3, lire en ligne), p. 227.
  2. a, b et c UNESCO, Centre du patrimoine mondial, « Forêts humides de l’Atsinanana », sur whc.unesco.org (consulté le 17 janvier 2017)
  3. « Andringitra | Protected Planet », sur www.protectedplanet.net (consulté le 17 janvier 2017)
  4. « Parc National Andringitra | Madagascar National Parks », sur www.parcs-madagascar.com (consulté le 17 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Steven M. Goodman (dir.), A Floral and faunal inventory of the eastern slopes of the Réserve naturelle intégrale d'Andringitra, Madagascar : with reference to elevational variation, Field Museum of Natural History, Chicago, 1996, 219 p.
  • (fr) Collectif, Dictionnaire illustré des merveilles naturelles du monde, Reader's Digest, 1982
  • (fr) R. Paulina, J.-M. Betsch, J.-L. Guillaumet (et al.), « Étude des écosystèmes montagnards dans la région malgache. I, Le massif de l'Andringitra, 1970-1971, géomorphologie, climatologie et groupements végétaux », in Bulletin société écologique, 1971, t. II, 2-3 p. 189-266
  • (fr) Henri Perrier de La Bâthie, Le Tsaratanana, l'Ankaratra et l'Andringitra, Imprimerie moderne de l'Emyrne, G. Pitot et cie, Tananarive, 1927, 70 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :