Massacre du Circeo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Decouverte et sauvetage de Donatella Colasanti

Le massacre du Circeo[1] ou massacre du Circé (massacro del Circeo) est le nom donné au rapt, aux tortures, aux viols et au meurtre infligés à deux jeunes femmes par trois jeunes bourgeois néofascistes dans la nuit du 29 au à San Felice Circeo, une commune balnéaire connue pour le phare du Mont Circé, dans le Latium italien.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les victimes étaient deux jeunes amies, Donatella Colasanti (1958-2005) et Rosaria Lopez (1956-1975) issues des quartiers modestes de Rome qui ont rencontré par hasard trois jeunes fils de la bourgeoisie romaine, par ailleurs militants néofascistes, Gianni Guido, Angelo Izzo et Andrea Ghira[2]. Elles sont emmenées sous prétexte d'une fête dans la villa du père d'Andrea Ghira où elles seront frappées et torturées pendant trente-six heures. Alors que Rosaria Lopez meurt sous les sévices des trois bourreaux, Donatella Colasanti parviendra à feindre la mort et sera retrouvée dans le coffre d'une voiture le lendemain[3].

Impact médiatique[modifier | modifier le code]

L'onde de choc médiatique qu'a représenté cette affaire dans l'Italie de l'époque a marqué les esprits. Italo Calvino, Pier Paolo Pasolini et plusieurs mouvements féministes participèrent activement à la médiatisation de ce procès des années de plomb en Italie, où les questions politiques de lutte des classes se mêlent à des interrogations féministes et sécuritaires[2],[4]. De nombreux films dans les années qui suivent font allusion à cet incident, par exemple dans des poliziotteschi comme Brigade spéciale, Violence à Rome ou Comme des chiens enragés[5]. Le roman d'Edoardo Albinati La scuola cattolica paru en 2016 ainsi que son adaptation cinématographique sortie en 2021 et réalisée par Stefano Mordini reviennent également sur ce crime.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cour européenne des droits de l'homme, « Affaire Maiorano et autres c. Italie » [PDF], (consulté le )
  2. a et b Eric Jozsef, « Le «mal absolu» revient hanter l'Italie », sur liberation.fr,
  3. (it) Nadia Francalacci, « Izzo, il massacro del Circeo e l'uccisione di Rossela Corazzin », sur panorama.it,
  4. Isabella Checcaglini, « J'aurais voulu hurler, et j'étais muet », sur cairn.info,
  5. (it) Roberto Chiti, Roberto Poppi et Enrico Lancia, Dizionario del cinema italiano : I film, Dizionari Gremese, , 417 p. (ISBN 978-88-8440-853-2)