Massacre de Monchio, Susano et Costrignano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Massacre de Monchio, Susano et Costrignano
Date
Lieu Palagano, Drapeau de l'Italie Italie
Victimes Civils italiens
Morts 136
Auteurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Participants Hermann Goering Division Logo.svg 1re division Fallschirm-Panzer Hermann Göring
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 44° 19′ 00″ nord, 10° 39′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Massacre de Monchio, Susano et Costrignano

Le massacre de Monchio, Susano et Costrignano (hameaux de la commune de Palagano au sud-est de Modène dans l'Italie du nord)[1] a eu lieu le 18 mars 1944 : cette exécution de 136 civils a été perpétrée par l'armée allemande en représailles à l'action de la Résistance italienne qui s'intensifie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le massacre de Monchio, Susano et Costrignano a été accompli par deux compagnies de la division Hermann Goering commandées par le capitaine Christian von Loeben en représailles à des attaques des Résistants ayant tué un officier et deux soldats allemands [2].

Au total 136 personnes ont été abattues. On a dénombré ce jour-là 129 morts : 71 à Monchio, 34 à Costrignano et 24 à Susano, auxquels s'ajoutent 7 autres civils tués peu après. Parmi les morts se trouvaient 6 enfants de moins de 10 ans, 7 adolescents de moins de 16 ans, 7 femmes dont une au dernier mois de sa grossesse, et 20 personnes de plus de soixante ans, dont un demi-paralysé.

L'événement a peu marqué la mémoire collective italienne : une stèle a été érigée en 1950 mais c'est seulement en 1984 après des polémiques que le souvenir a été honoré avec l'érection d'un Christ de la fraternité puis dans les années 1990 la création d'un parc de la mémoire.

Un film auto-produit, Sopre Le Nuvole de Sabina Guigli et Ricardo Stefani, a été tourné sur ce massacre méconnu et présenté en avant-première au festival du film Italien d'Ajaccio en octobre 2009 [3].

En 2005, une action en justice a été intentée par les familles des victimes contre les soldats allemands et un procès s'est ouvert à Vérone en octobre 2009.

Ce massacre de masse a été le premier d'une longue série qui a ensanglanté le nord de l'Italie, en 1944, voir par exemple[4]:

  • 13 avril 1944 Stia (Arezzo) 108 victimes au hameau de Valluciole [5]
  • 16 avril 1944 San Severo (Arezzo) 17 victimes
  • 29 juin 1944 Civitella in Val di Chiana (Arezzo) 189 victimes
  • 29 juin 1944 Guardistallo (Pisa) 63 victimes
  • 12 juillet 1944 Cavriglia (Arezzo) 212 victimes
  • 14 juillet 44 San Polo (Arezzo) 48 victimes
  • 12 août 1944 Sant'Anna di Stazzema (Versilia) 560 victimes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]