Massacre de Ma'alot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Massacre de Ma'alot
Image illustrative de l'article Massacre de Ma'alot
Tombes des victimes du massacres

Localisation Israël; Ma'alot-Tarshiha
Cible Citoyens et enfants israéliens
Date 15 mai 1974
Type Meurtres en série, Tuerie en milieu scolaire,
Armes armes automatiques, grenades
Morts 31 morts dont 22 enfants (et 3 assaillants)
Blessés 70 blessés
Auteurs Front démocratique pour la libération de la Palestine
Participants 3
Organisations Front démocratique pour la libération de la Palestine

Le massacre de Ma'alot [1] est un acte terroriste, durant lequel une centaine d'élèves pris en otage dans une école de la ville de Ma'alot par trois militants du Front démocratique pour la libération de la Palestine, sont ensuite massacrés le 15 mai 1974, par ceux-ci. 22 écoliers et 3 enseignants furent tués ainsi qu'un couple et leur enfant de 4 ans.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 15 mai 1974, trois membres armés du Front démocratique pour la libération de la Palestine pénètrent en Israël à partir du Liban[2]. Peu de temps après, ils ont attaqué un fourgon, tuant deux femmes arabes israéliennes en blessant une troisième et sont entrés dans un immeuble d'appartements dans la ville de Ma'alot, où ils ont tué un couple et leur fils de 4 ans. De là, ils sont partis vers la Netiv Meir Elementary School, où ils ont pris plus de 115 personnes (dont 105 enfants) en otage.

La plupart des otages étaient des adolescents d'une école secondaire à Safed en visite pour une nuit à Ma'alot-Tarshiha[3]. Les preneurs d'otages ont très rapidement émis leurs exigences qui concernaient la libération de 23 militants palestiniens des prisons israéliennes. À défaut ils menaçaient de tuer les otages. Le deuxième jour, une unité de la Brigade Golani a pris le bâtiment d'assaut.

Lors de la fusillade, les preneurs d'otages tuent des enfants avec des grenades et des armes automatiques. En fin de compte, 25 otages, dont 22 enfants, ont été tués et 68 autres ont été blessés[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]