Massacre de Kafr Qassem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Mémorial de Kafr Qassem.

Le massacre de Kafr Qassem fait référence aux événements survenus dans la soirée du 29 octobre 1956, veille de l'invasion du Sinaï, quand des hommes du Magav, la police des frontières israélienne, abattirent de sang-froid 47 civils arabes israéliens, dont 15 femmes et 11 enfants âgés de 8 à 15 ans près du village de Kafr Qassem, en Israël[1].

Plus tôt dans la journée, un couvre-feu a été mis en place sur les 8 villages arabes du Triangle avec ordre de tir. Les habitants sont aux champs et n'en ont pas été informés. Les policiers en sont conscients mais abattront plusieurs groupes successifs de villageois lors de leur retour à Kafr Qassem.

Depuis octobre 2006, les écoles en Israël commémorent chaque année le massacre par une journée d’étude et de réflexion sur la nécessité de désobéir à des ordres illégaux[2]. En décembre 2007, le président d'Israël Shimon Peres, a officiellement présenté ses excuses pour les événements[3]. Son successeur, Reuven Rivlin, les réitère en octobre 2014[4].

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite de la guerre de 1948 et des accords d'armistice israélo-jordanien, la zone frontalière dite du « Triangle » qui comprend le village de Kafr Qassem est cédée à Israël. Elle comprend une quinzaine de villages arabes pour environ 12 000 habitants[5],[6] et est placée sous administration militaire dans le cadre de « Lois d'urgence » qui leur donnent tout pouvoir pour contrôler la population[7].

Entre 1949 et 1956, les plans israéliens d'installation des nouveaux immigrants sont mis à mal par les « infiltrations frontalières » menées par les Palestiniens et les bédouins, bien que pas toujours à des fins violentes. On décompte ainsi chaque année entre 10 000 et 15 000 incidents. Au total, ils provoqueront la mort de plus de 200 Israéliens et entre 2 700 et 5 000 infiltrés[8].

En octobre 1956, à la suite de la montée des tensions avec l'Égypte, les Israéliens préparent conjointement avec les Français et les Britanniques une offensive contre Gaza et le Sinaï qui doit les conduire jusqu'aux portes du Canal de Suez. De manière à parer d'éventuelles incursions de groupes armés venant de Jordanie, les unités du Magav, la police des frontières, se voient confier la mission de surveiller le front oriental et en particulier les villages arabes israéliens du « Triangle »[9]. Les services de renseignement israéliens s'attendant à ce que la Jordanie entre dans la guerre au côté de l’Égypte après l'attaque israélienne[10].

Mise en place du couvre-feu[modifier | modifier le code]

Le Magav est sous les ordres du colonel Issachar Shadmi, de Tsahal. Dans la journée du 29 octobre, il donne l'ordre pour que soit appliqué un couvre-feu sur 8 villages arabes du Triangle et que l'on tire sur toute personne qui ne le respecterait pas[9].

Vers 13 heures, le commandant du bataillon des gardes-frontières, Shmuel Malinki réunit ses officiers et leur transmet les ordres, ceux-ci devant être appliqués dès 17 heures. Certains objectent que des ouvriers arabes sont au travail dans leurs champs et qu'ils ne sont pas au courant du couvre-feu. S'ensuit alors une discussion. À la question : « Que faire dans ce cas ? », le commandant répond en arabe : « Allah Yarhamhum », ce qui signifie « Que dieu les prenne en miséricorde ». Quant à savoir ce qu'il faut faire pour les femmes et les enfants, Shmuel Malinki répond : « Sans sentiments », argumentant qu'il « [est] préférable que, dès le premier soir, il y ait des morts dans chaque village parce que cela facilitera le maintien du couvre-feu et aidera à l'exécution de la mission dans les jours qui suivr[o]nt »[9].

Massacres[modifier | modifier le code]

Le lieutenant Gabriel Dahan est responsable de l'application du couvre-feu à Kafr Qassem[9]. Il notera plus tard : « il était évident qu'il ne s'agissait pas de forces combattantes ou hostiles, mais de gens de retour à leur village qui ne cherchaient pas à se cacher, ils étaient en tenue de travail et portaient des corbeilles dans leurs mains[9]. »

Il interprète les instructions au pied de la lettre à plusieurs occasions[9].

  • Un camion transportant des femmes est arrêté. Elles demandent grâce. Elles sont abattues[11].
  • 15 personnes à bicyclettes sont interceptés et priés de descendre puis « sont criblés de balles »[11].
  • Plusieurs camions transportant des ouvriers sont successivement arrêtés. À chaque fois, passagers et conducteur sont abattus[11].

Sur quelques heures, ce sont 47 (ou 49[9]) villageois qui sont abattus à bout portant par les hommes de Malinsky, dont 15 femmes et 11 enfants âgés de 8 à 15 ans[1],[11].

Réactions immédiates[modifier | modifier le code]

La nouvelle du massacre fut censurée et le public israélien ne l'apprit qu'après quelques semaines, quand le premier ministre David Ben Gourion dévoila les conclusions d'une enquête secrète[12].

Commission d'enquête[modifier | modifier le code]

« Sulha »[modifier | modifier le code]

Le 20 novembre 1957 (soit un an et une semaine après les événements), les autorités israéliennes organisent une cérémonie dite de « réconciliation » (ou « sulha » en arabe, qui désigne une méthode traditionnelle de résolution de conflits entre des familles ou des clans au Moyen-Orient[13]) réunissant plus de 400 dignitaires, dont des ministres et des membres de la Knesset du parti Mapaï, des représentants du gouvernorat militaire de la région et des notables de villages voisins[14].

La cérémonie commence par une minute de silence en mémoire des victimes, et est marquée par un fastueux repas ainsi que de nombreux discours appelant les villageois à dépasser la tragédie pour reprendre la coexistence pacifique avec leurs voisins juifs, leur promettant de « généreuses » réparations financières. Selon le journal Davar et la Jewish Telegraphic Agency (en) — médias proches du pouvoir de l'époque –, Haj Abdalah Calef qui participe à la commission d'enquête, Ibrahim Rbi au nom des victimes et Ahmed Sarsour ainsi que le maire de Kafr Qassem (dans une déclaration lue par son petit-fils) présentent leurs condoléances aux familles des victimes ainsi qu'au gouvernement israélien, déclarant notamment « il s'agit aussi d'une tragédie pour le gouvernement israélien et le peuple tout entier ». Le grand rabbin de Petah Tikva, présent à la cérémonie, adresse ses vœux aux participants. Selon la JTA, le montant global des indemnités versées par le gouvernement israélien a été d'environ 400 000 livres israéliennes (en), soit entre 6 000 et 8 000 livres par famille (soit entre 3 000 et 4 000 dollars selon le cours de la livre israélienne en 1955[15]).

À l'époque, si le journal israélien Davar donne — comme la plupart des médias « mainstream »[16] — un compte-rendu plutôt favorable à la cérémonie[17], les journaux arabes israéliens, Al-Ittihad et Al-Mirsad — soutenus par le parti communiste anti-sioniste MAKI et d’extrême gauche MAPAM — dénoncent cette sulha comme « une escroquerie destinée à escamoter le procès », et affirment que les participants arabes ont subi de « très fortes pressions pour assister à la cérémonie »[14]. Dans une étude publiée en 2006, l'universitaire Shira Robinson présente cette cérémonie comme « extravagante » et « minutieusement orchestrée pour permettre au gouvernement de s'approprier une coutume bédouine afin d'élaborer une version artificielle de l'histoire » qui « célèbre » la « réconciliation » de deux parties en conflit dans un contexte « de prétendue violence symétrique ». Par ailleurs, pour Shira Robinson, le fait que le gouvernement ait tenté de faire participer les accusés du massacre à la cérémonie — seul point auquel les villageois ont pu s'opposer à l'époque — accrédite la thèse des autorités locales actuelles de Kafr Qassem selon laquelle « la cérémonie était principalement destinée à alléger le verdict de la cour et préparer la voie à une libération anticipée des accusés ». Du point de vue arabe, pour ceux qui ont vécu ces événements ou qui en ont entendu parler, « la cérémonie elle-même est aujourd'hui rétrospectivement considérée comme une agression à la dignité des victimes » et une « tache indélébile » dans l'histoire israélienne »[18]. Dans un article publié en 2008, le professeur Susan Slyomovics corrobore cette perspective sur la cérémonie, s'appuyant notamment sur le témoignage d'Ibrahim Sarsur — originaire de Kafr Qassem dont il a été maire, actuel parlementaire israélien élu sur la Liste arabe unie — pour qui « Ben Gourion avait besoin d'une « sulha » avant la fin du procès », notamment pour « dégager la responsabilité du gouvernement envers les victimes ». Ibrahim Sarsur conclut : « Jusqu'à ce jour, à Kafr Qassem, pas une seule personne n'approuve la façon dont le gouvernement israélien a traité le massacre et ses conséquences »[19].

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

Les policiers responsables sont jugés et condamnées à de courtes peines de prison. L'événement suscite une importante réflexion en Israël dans le domaine judiciaire (sur la question pour les militaires et les policiers de désobéir aux ordres illégaux). Ce drame est également à l'origine d'un changement politique sur les responsabilités des gouvernements israéliens vis-à-vis de leurs citoyens d'origine arabe[6].[pas clair] Onze policiers des frontières et les soldats impliqués dans le massacre ont été accusés d'assassinat. Le 16 octobre 1958, huit d'entre eux ont été reconnus coupables et condamnés à des peines de prison. Malinki fut condamné à 17 ans d'emprisonnement, Dahan à 15 ans. Le fait que d'autres commandants locaux désobéirent à l'ordre Shadmi a été cité par la Cour comme l'une des raisons pour rejeter l’allégation de Dahan qu'il « n'avait pas le choix ». À la suite de diverses remises de peine, Malinki et Dahan restèrent emprisonnés 5 ans.

Répercussions légales, éthiques et culturelles[modifier | modifier le code]

En octobre 2006, Yuli Tamir, ministre de l'éducation israélien, a ordonné aux écoles à travers le pays de commémorer le massacre de Kafr Qassem et de réfléchir sur la nécessité de désobéir à des ordres illégaux[2],[20]. En décembre 2007, le président israélien, Shimon Peres, a présenté des excuses pour le massacre. Lors d'une réception dans le village pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha, il a déclaré être venu à Kafr Qassem pour demander aux villageois leur pardon. « Un événement terrible s'est passé ici dans le passé, et nous en sommes sincèrement désolés » a-t-il dit. Le fondateur du Mouvement Islamique en Israël, Sheikh Abdullah Nimr Darwish, prit la parole pendant la cérémonie pour appeler aux dignitaires religieux des deux côtés à construire des ponts entre les Israéliens et les Palestiniens[21].

Le procès du massacre de Kafr Qassem fut le premier qui considéra la question de savoir quand des membres des forces de sécurité israéliennes sont tenus de désobéir à des ordres illégaux. Les juges ont décidé que des soldats n'ont pas l'obligation d'examiner chaque ordre reçu dans le détail quant à sa légalité et qu'ils ne sont pas en droit de désobéir aux ordres simplement sur la base d'un sentiment subjectif mais que si certains ordres sont manifestement illégaux, on doit leur désobéir[22]. Dans son rendu, le juge Benjamin Halevy (en) a ainsi déclaré que[23] :

« La marque de distinction d'un ordre manifestement illégal est qu'au-dessus d'un tel ordre devrait flotter, comme un drapeau noir, un avertissement : 'Interdit !'. Pas une illégalité formelle, dissimulée ou partielle dissimulée, pas une illégalité qui n'est apparente qu'aux juristes; mais : une violation évidente et claire de la loi, une illégalité certaine et impossible à manquer qui est immédiatement apparente dans un ordre, la nature criminelle claire d'un ordre ou d'actions que les ordres commandent de faire, une illégalité qui bouleverse et outrage le cœur, quand l'œil n'est pas aveugle et le cœur n'est pas imperméable et corrompu. C'est le niveau d'illégalité requis pour nier le devoir du soldat d'obéir et lui faire porter la responsabilité criminelle de ses actions. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles académiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Articles de presse d'époque[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Benny Morris, Israel's border wars, 1949-1956: Arab infiltration, Israeli retaliation, and the Countdown to the Suez War, Oxford University Press, p.433.
  2. a et b (en)« Education Minister orders schools to commemorate Kafr Qasem massacre », sur Haaretz, (consulté le 9 janvier 2012)
  3. (en) Yoav Stern, President Peres apologizes for Kafr Qasem massacre of 1956, Haaretz, 21 décembre 2007.
  4. Frédérique Schillo Les excuses d'Israël, Times of Israël, 28 octobre 2014
  5. Ilan Pappé, La Guerre de 1948 en Palestine, 2000, pp. 252-256.
  6. a et b Benny Morris, The Birth of the Palestinian Refugee Problem Revisited, 2003, pp.530-532.
  7. Tom Segev, The First Israelis, Owl Books, 1986, pp.50-51.
  8. Benny Morris, Victimes, (2003), pp.285-286
  9. a, b, c, d, e, f et g Sami Cohen, Tsahal à l'épreuve du terrorisme (2009), pp.66-70.
  10. (en) Benny Morris, Righteous Victims, p.289
  11. a, b, c et d John Conroy, Unspeakable Acts, Ordinary People: The Dynamics of Torture, University of California Press, 2001, pp.138-139.
  12. (en) « Kfar Kassem », sur Jewish Virtual Library
  13. Doron Pely, Resolving Clan-Based Disputes Using the Sulha, the Traditional Dispute Resolution Process of the Middle East, Dispute Resolution Journal, Vol. 63.4, Novembre 2008
  14. a et b "Robinson, 2006", p. 104
  15. Yair Zalmanovitch, « Policy making at the margins of government: the case of the Israeli Health System », sur Google Books, State University of New York), p. 221
  16. "Robinson, 2006", p. 103
  17. (he)Extrait du journal Davar
  18. "Robinson, 2006", p. 114-115
  19. Susan Slyomovics et Waleed Khleif, Palestinian Remembrance Days and Plans. Kafr Qasim, Fact and Echo, in Sandy Isenstadt et Kishwar Rizvi, Modernism and the Middle East, University of Washington Press, 2008, chap. 8, pp. 186-220
  20. Baudoin Loos, « Les excuses de Peres aux victimes de Kafr Kassem », (consulté le 9 janvier 2012)
  21. (en) Yoav Stern, « President Peres apologizes for Kafr Qasem massacre of 1956 », sur Haaretz,
  22. http://www.ynet.co.il/yaan/0,7340,L-137551-MTM3NTUxXzU3MTUzMzA2XzE0ODY4NzIwMAeqeq-FreeYaan,00.html
  23. David Zonsheine, Patently irrelevant: Discussion of what constitutes a 'patently illegal order' has been shrouded by the Kafr Qassem massacre.', Haaretz, 4 août 2011. (Consulté le 28 novembre 2011).