Masque Kanaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kanaga.
Masques kanaga (rangée supérieure) au Musée du quai Branly
Drapeau du Soudan français et de la République soudanaise (Actuel Mali)

Le masque Kanaga est un masque facial du peuple dogon (Mali), utilisé traditionnellement par les membres de la société Awa, en particulier lors des cérémonies du culte des morts du dama (cérémonies du levée de deuil).

Symbolique[modifier | modifier le code]

Le masque Kanaga évoque le Dieu créateur Amma. Il présente une forme en double croix, qui rappelle aux initiés les épisodes de la création du monde dansée lors des cérémonies funéraires où il est utilisé par les membres de la société Awa[1]. Le grand public non initié a tendance à y voir divers sujets animaliers : le kommolo tebu (un oiseau)[2], le lézard, l’iguane, le barâmkamza dullogu (un insecte d'eau), ou encore la main de Dieu ou l’esprit féminin des arbres (gyinu ya)[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Fédération du Mali

Il est évoqué notamment sur le drapeau du Soudan français (1892-1958) et de l’éphémère République soudanaise (1958-1959). Ainsi que celui de la Fédération du Mali (1959-1960) regroupant le Sénégal et la République soudanaise. Dans le dessin-animé Clémentine des épisodes sont consacrés au Kanaga.

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Masque Kanaga » (consulté le 2 octobre 2013)
  2. Selon Marcel Griaule in Masques dogons, thèse de doctorat de 1938, plusieurs fois rééditée
  3. Dogon… mais encore, Département d'Ethnologie, Université de Strasbourg [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, Le renard pâle : 1 Le Mythe cosmogonique, fasc. 1 La création du monde, Institut d'Ethnologie, Paris, 1991 (rééd.), p. 171-172
  • Nadine Martinez, Écritures africaines: esthétique et fonction des écritures Dogon, Bamana et Sénoufo, L'Harmattan, Paris, 2010, 272 p. (ISBN 9782296117341)
  • Famedji-Koto Tchimou, Langage de la danse chez les Dogons, L'Harmattan, Paris, 1995, 174 p. (ISBN 9782296294660)

Liens externes[modifier | modifier le code]