Maschinengewehr 42

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maschinengewehr 42
Image illustrative de l'article Maschinengewehr 42
MG42 sur un de ses trépieds
Présentation
Pays Drapeau de l'Allemagne Troisième Reich
Type Mitrailleuse
Munitions 7,92 mm x 57 (7,92 mm Mauser)
Période d'utilisation à partir de 1942
Production Environ 393 000 jusqu'en 1945
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 11,5 kg sur bipied - 18 kg sur trépied léger antiaérien - 32 kg sur trépied d'infanterie
Longueur(s) 1 230 mm
Longueur du canon 530 mm
Caractéristiques techniques
Cadence de tir 1 200 à 1 300 coups/min
Vitesse initiale 750 m/s (selon munition)
Capacité Bandes de 50 et 250 cartouches
MG42 sur son bipied déplié
MG42 avec son bipied replié

La "Maschinengewehr 42" allemande, plus connue sous son code de nomenclature « MG42 » (le « M » de Maschinen et le « G » de Gewehr), est considérée comme l'une des meilleures mitrailleuses de la Seconde Guerre mondiale. Les premières armes arrivent dans les unités au cours de l'année 1942. Elle est largement utilisée par l'infanterie de la Wehrmacht pendant la deuxième moitié de la Seconde Guerre mondiale et ses dérivés modernes comme la « MG3 », la « M53 » ou la « MG42/59 », chambrés en 7,62 OTAN, sont encore en service dans de nombreux pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'armée allemande lance la conception de la « MG42 » pour pallier le principal défaut de sa mitrailleuse précédente, la « MG34 ». Celle-ci, bien que très efficace et polyvalente, a un coût de fabrication trop élevé pour une nation en guerre, et exige beaucoup de matériaux et de main d'œuvre spécialisée car elle comporte un nombre important de pièces requérant un usinage de précision. Metall und Lackierwarenfabrik Johannes Grossfuss AG, spécialiste du métal embouti, est chargée du développement de la nouvelle arme en 1939. Le principe du court recul du canon, déjà en vigueur sur la « MG34 », est conservé avec un accélérateur de recul faisant aussi office de cache-flamme en bout de canon. Mais le mécanisme de verrouillage de la culasse est repensé en utilisant le brevet, no US2089671 du 8 juillet 1933, du polonais Edward Stecke (Panstwowe Wytworine Uzbrojenia). Il utilise deux galets situés dans la tête de culasse poussés contre le canon pour verrouiller l'ensemble. Durant le recul, ils sont resserrés, séparant le canon et culasse. Le chargeur d'assaut de son prédécesseur et sa fixation sont abandonnés pour simplifier l'ensemble. La méthode de fabrication s'inspire de celle du « MP-40 », avec un recours important à l'estampage et à l'assemblage par soudure, le montage étant réalisable dans des ateliers de mécanique standards, selon un mode de production déjà mis en œuvre pour le Chauchat. Le modèle créé, appelé « MG39 », se montre encore assez similaire à la « MG34 » mais sa construction requiert deux fois moins de temps, 75 heures au lieu de 150, et moins de métal. Son prix de revient est de 250 Reichsmark contre 327. L'étude est poursuivie pour améliorer encore l'arme, le sélecteur de tir est lui aussi abandonné et la construction encore simplifiée. Cette version est officiellement adoptée par la Wehrmacht sous le nom de MG42. Au moins quatre sociétés sont chargées de la fabrication en série : Grossfuss, Mauser-Werke, Gustloff-Werke et Steyr-Daimler-Puch. Dès 1942, 17 915 exemplaires sont construits, 116 725 suivent en 1943, 211 806 en 1944 et 61 877 en 1945.

Sa cadence de tir constitue l'un de ses caractéristiques les plus appréciées, de 1 200 au début de sa fabrication à 1 500 coups par minute (munition spéciale) au milieu de l'année 1944. Elle rend les différentes détonations indiscernables pour l'oreille humaine et le bruit de son tir ressemblait à une déchirure dans du tissu (Les Alliés la surnomment d'ailleurs « la tronçonneuse d'Hitler » en raison du son si caractéristique qu'elle produisait). Elle est aussi moins sensible à la poussière et plus légère avec 11,6 kg en configuration bipied. Sa cadence de tir provoque un échauffement rapide du canon dont l'échange est réalisable en 6 à 10 secondes, et deux ou trois canons sont fournis avec chaque arme, garantissant une cadence de tir pratique assez élevée. La « MG42 » peut être montée aussi bien sur les trépieds destinés à la « MG34 » que sur le nouveau modèle dessiné spécialement pour elle, le « Lafette 42 », pesant 20,5 kg. Son emploi sur les blindés est cependant assez limité car la « MG34 » donne satisfaction dans ce rôle, son canon plus lourd chauffait moins vite.

La société Mauser crée une « Maschinengewehr 45 » ou « MG42V » qui, au lieu d'une culasse verrouillée, utilise l'ouverture retardée. Seuls dix exemplaires sont produits avant la chute du régime nazi mais son système d'ouverture retardée par galet constitue par la suite la base des armes Suisses fabriquées par la SIG, le « Stgw 57/Fass 57 », de la mitrailleuse « SIG 710 », des fusils d'assauts espagnols « CETME » et des armes de la société Heckler & Koch.

La MG42, tout à la fois peu onéreuse, facile à produire en série, fonctionnelle et robuste, révolutionne l'univers des mitrailleuses au point que certains exemplaires capturés ont été utilisés par les Américains pendant la guerre. La possibilité de la monter sur bipied, trépied ou sur véhicule, ainsi que son canon démontable, en fait une arme plus polyvalente et mobile que les mitrailleuses alliées, sa cadence de tir très élevée constitue également un gage d'efficacité. Elle est donc abondamment adoptée et sert de modèle après le conflit.

Son système d'alimentation a servi de modèle à la « M60 » et à la « Minimi » de la « FN Herstal », son système de détente a été repris presque à l'identique, les pièces étant interchangeables, sur les mitrailleuses françaises « AA52 » et « AANF1 ».

Versions[modifier | modifier le code]

  • MG39 premiers prototype, encore doté d'un sélecteur de tir et ressemblant à la « MG34 ».
  • MG42 série principale pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • MG45 développement par Mauser avec culasse à ouverture retardée fabriqués seulement en dix exemplaires.
  • MG42/58 rechambrée en 7,62 OTAN. Fabriqué par la FAO (arsenal d'Oviedo) pour l'Armée espagnole.
  • MG42/59 rechambrée en 7,62 OTAN. Fabriquée en Grèce (EBO), en Iran (Organisation des industries de défense) et en Italie (Beretta et Franchi).
  • MG1 première version pour la Bundeswehr, rechambrée en 7,62 OTAN. Fabriquée au Pakistan (MG1A3 P par les POF).
  • MG2 seconde version pour la Bundeswehr, rechambrée en 7,62 OTAN.
  • MG3 troisième version pour la Bundeswehr, rechambrée en 7,62 OTAN. Également produite sous licence en Turquie (MKEK). Cadence de tir : 700 avec réducteur. Sans réducteur 1 300 coups à la minute
  • MG74 version autrichienne produite en RFA.
  • M53 version yougoslave en 8 mm Mauser (proposé par Zastava Armes en .30-06 US (rarissime et 7,62 OTAN pour l'exportation).
  • MG42 14Z (prototype). Modèle présenté en 2014 se présentant sous la forme de deux MG collées entre elles (double canon, double mécanisme et un sac de munition de chaque côtés. Elle est rechambrée en 7,62 OTAN. L'objectif du fabricant, Tactics Group, est de proposer une alternative low-cost aux "Miniguns".
  • CETME Ameli version espagnole est conçu pour tirer du 5,56 mm OTAN.
MG42/MG 3 Roller system (système à galet)

Caractéristiques techniques de la MG42 originale[modifier | modifier le code]

  • Alimentation : bandes de 50 et 250 coups
  • Cadence de tir théorique : de 1 200 à 1 300 coups à la minute
  • Fonctionnement : par court recul du canon (action directe de la veine gazeuse), culasse calée, renforceur de recul et refroidissement par air
  • Longueur du canon : 530 à 535 mm
  • Longueur totale : 1 220 mm
  • Masse : 11,5 kg sur bipied, 18 kg sur trépied léger antiaérien et 32 kg sur trépied d'infanterie
  • Munition : 7,92 mm x57 (7,92 mm Mauser)
  • Rayures du canon : 4, à droite
  • Verrouillage : par galets
  • Vitesse initiale : 750 (selon munition)

Diffusion[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Cette notice est issue de la lecture des revues spécialisées et monographies de langue française suivantes :

  • Cibles (FR)
  • AMI (B, disparue en 1988)
  • Gazette des armes (FR)
  • Action Guns (Fr)
  • Raids (Fr)
  • Assaut (Fr)

Liens externes[modifier | modifier le code]