Maschinengewehr 13

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une MG 13 exposée au Deutsches Panzermuseum à Munster.

La Maschinengewehr 13, ou MG 13 en abrégé, est une mitrailleuse allemande de l'entre-deux-guerres bâtie sur la base d'une mitrailleuse de la Première Guerre mondiale refroidie par eau. L'histoire du MG 13 commence en 1919 ; surtout utilisée pendant la Guerre d'Espagne (1936-1939), elle est remplacée au milieu des années 1930 par la MG 34, qui elle-même sera remplacée par la MG 42 au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Technique[modifier | modifier le code]

Construite en acier usiné, la MG13 possède une boîte de culasse rectangulaire, une crosse tubulaire métallique, un canon muni d'un refroidisseur perforée et d'un cache-flamme. La poignée pistolet et celle de transport sont en bois. L'arme dispose d'un sélecteur de tir, d'un bipied, d'un guidon nu et d'une hausse tangentielle. L'arme peut être utilisé comme arme antiaérienne. Elle est alors équipée d'une grille de visée et montée sur un trépied. Le levier d'armement est à droite. Le chargeur peut être courbe (25 coups) ou à double tambour (75 coups).

Munition Cadence de tir théorique Longueur Canon Masse à vide Chargeur
7,92mm Mauser 750 coups par minute 145 cm 71 cm 9,5 kg 25/75 cartouches

Production et diffusion[modifier | modifier le code]

Fabriquée en Allemagne de 1930 à 1935, la MG13 fut utilisée d'abord par la Reichswehr (Heer, Marine, aviation et comme mitrailleuse sur le Panzer I). Mais bientôt remplacé par la MG34, l'essentiel de ces armes fut livré à la Chine, à l'Espagne et au Portugal (adoptée ici sous le nom de Mitrailleuse Dreyse M/938). La MG13 participa ainsi à la Guerre civile espagnole et à la Guerre sino-japonaise. Elle continua sa carrière durant la Seconde Guerre mondiale en armant les Panzer I (dans sa variante MG13K sans crosse avec canon court de 60 cm) et les blockhaus du Mur de l'Atlantique. Quelques MG13 connurent les Guerres coloniales portugaises. La MG13 est citée par Jean-Patrick Manchette dans un de ses polars.

Sur les autres projets Wikimedia :