Maryvonne Herzog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herzog.
Maryvonne Herzog
Naissance
Beni Ounif, Algérie
Nationalité France Française
Profession

Maryvonne Herzog, née le à Beni Ounif, en Algérie, est une pianiste et créatrice de mode et de lingerie, spécialisée dans le travail de la dentelle. Elle est connue pour avoir été à contre courant du mouvement féministe des années 1970, en redonnant vie à la lingerie glamour, photographiée par Guy Bourdin[1], ou Jeanloup Sieff. Elle a été la première à revisiter l’idée du bustier Couture dans les années 1980 et à lancer la veste en tapisserie en 1978. À partir de 1992, sa collaboration avec Chanel l’a dirigée vers une corseterie technique : la création d’un soutien gorge wonderbra en Tweed et scoubidous, la gaine Scandale revisitée d’après les dessins de Monsieur Karl Lagerfeld. Créatrice de costumes de théâtre et cinéma, elle a travaillé pour des grands noms, comme Roland Topor. Créatrice mais aussi collectionneuse, elle a précieusement sauvegardé un rare ensemble de textiles du XXe siècle : Ses collections de lingeries depuis 1970, dentelles, robes des années 1930, tissus et une importante collection de boutons du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maryvonne Herzog à passé son enfance à Oran en Algérie où elle obtient un Premier prix de piano en 1956. Sa famille fait partie de la bourgeoisie locale. Sa mère violoniste, lui donna aussi le goût des dentelles, de la mode et de l'esthétisme. En 1958, la famille s'installe à Lyon, ou elle poursuit ses études de piano au conservatoire et obtient un premier prix en 1962.

En 1970 Maryvonne Herzog découvre et se passionne pour les archives de la famille Herzog, Maison de Couture dès les années 1910, sous le nom de « Au Quartier de l'Europe » et « Charvy ». Elle commence à œuvrer pour sauver ce patrimoine, le savoir-faire, l’histoire et la mémoire de cette époque. En 1980 elle rencontre Lola Prusac et devient une de ses proches amies jusqu'à la fin de sa vie.

Carrière dans le cinéma et le théâtre[modifier | modifier le code]

Elle débute au cinéma en 1978 puis au théâtre en 1983 avec Karen Abdelkader. Elle travaille avec Jean Marbœuf, Roland Topor, Nicole Garcia et d’autres grands réalisateurs. Ils font appel à ses talents d’expert en lingerie et corseterie, et à ses créations à partir de tissus anciens. On peut évoquer son travail dans les films et pièces suivants :

Sa collection[modifier | modifier le code]

Dès les années 1970, Maryvonne Herzog décide de constituer sa collection. Elle achète et archive un important ensemble de textiles du XXe siècle. Outre les prototypes de ses créations, 1970-2000, près de 10 000 mètres de dentelles lingerie, 75 pièces de dentelles métalliques (1910-1930), 80 pièces de dentelles Art Déco, plus de 700 m de soieries lyonnaises (1930), 90 robes anciennes (1920 –1960), des corsets, lingeries et créations diverses, ainsi qu’une multitude d’accessoires, dont une importante collection de boutons rares. En 2000, elle ferme ses ateliers de couture et commence un long travail d'inventaire et expertise.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • du 11 juin au 7 novembre 2010, Esprit Lingerie, à la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais[3],
  • Juin et juillet 2007, exposition Dentelle au Point, Galerie Joyce, Palais-Royal, Paris.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Décembre 2010- Maryvonne Herzog a été la marraine du défilé de mode du 17e Open de Tennis international féminin du Touquet. Le défilé organisé par la société Guestsquare, présentait les créations de sept marques internationales venant du Brésil, de France et d’Italie.

Presse[modifier | modifier le code]

La bibliographie de Maryvonne Herzog compte plus de 98 articles dans la presse s'étalant des années 1974 à 2005, ne sont cités dans la liste qui suit que les articles les plus récents et importants :

  • 1er mars 2005, Atmosphère, Interview
  • 1er décembre 1998 : ELLE Japon, interview,
  • 1er octobre 1997 : Le Figaro: article sur la corseterie,
  • 1er juillet 1997 : Women's Wear, interview à propos de Chanel,
  • 20 juin 1997 : Votre beauté, article à propos du film Place Vendôme,
  • 1er septembre 1995 : Vogue Paris, article à propos de sa collaboration avec Chanel,
  • 1er février 1994 : Gala, photographies du Soutien-gorge en tweed pour Chanel
  • 20 juin 1992 : Dessous mode, article sur la collection réalisée à Hong Kong,
  • 2 mai 1992 : Figaro Madame, photographie des ensembles blancs et noirs réalisés pour Nina Ricci,
  • 1er mars 1992 : Vogue Deutschland, interview,
  • 1er mars 1990 : Figaro Madame, article sur sa collection de Boutons, par Laurence Mouillefarine
  • 1er décembre 1982 : Vogue Paris, photographies de Guy Bourdin,
  • 1er août 1982, Vogue Paris, photographies de Arthur Elgort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]