Mary Wilson (chanteuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mary Wilson
Mary Wilson (10695844926).jpg
Mary Wilson à l'époque des Supremes.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Las VegasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activités
Période d'activité
Autres informations
Membre de
Tessiture
Label
Genres artistiques
Site web

Mary Wilson (née le à Greenville et morte le à Las Vegas[1],[2]) est une chanteuse américaine. Elle a été cofondatrice et membre du groupe The Supremes de 1959 à 1977 avant d'entamer une carrière solo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Wilson en 1994.
Mary Wilson en 2011.

Mary Wilson naît à Greenville, dans le Mississippi, où elle est élevée par son oncle et sa tante, avant de déménager à Détroit avec sa mère lorsqu'elle a 12 ans[3]. En 1959, elle rejoint Diana Ross, Florence Ballard et Betty McGlown au sein du groupe The Primettes, qui enregistre plusieurs chansons pour le label Lu-Pines[4]. Après la faillite du celui-ci, le groupe, devenu trio, signe avec Motown et est rebaptisé The Supremes. Rapidement éclipsée par Diana Ross, Mary Wilson chante malgré tout en solo sur plusieurs disques des Supremes, notamment sur le titre Baby Don’t Go, sorti en 1962[5].

Après le départ de Florence Ballard, remplacée par Cindy Birdsong, et celui de Diana Ross en 1970, Mary Wilson continue seule l'aventure Supremes jusqu'en 1977. Si elle n'atteint plus la 1re place des charts, elle obtient tout de même quelques succès avec River Deep, Mountain High et Stoned Love[3]. Elle entame ensuite une carrière solo, tournant dans le monde entier, sur scène ou à la télévision, et participe à des événements caritatifs[3].

Mary Wilson écrit sur sa carrière dans deux autobiographies, Dreamgirls: My Life as a Supreme (1986) et Supreme Faith: Someday We’ll Be Together (1990)[4]. En tant que membre des Supremes, elle fait son entrée au Rock and Roll Hall of Fame en 1988[3].

En 2019, elle participe à la 28e saison de Dancing with the Stars [6].

Seulement quatre jours avant son décès, le , Mary Wilson annonce sur sa chaîne YouTube la sortie prochaine d’un album d’inédits des Supremes enregistrés avec Florence Ballard en 1970[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mary Wilson, une des trois Supremes historiques, est morte », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2021)
  2. (en-US) Chris Morris et Chris Morris, « Mary Wilson, Co-Founder of the Supremes, Dies at 76 », sur Variety, (consulté le 12 février 2021)
  3. a b c et d « La chanteuse Mary Wilson, pilier des Supremes, est morte », sur France Info, (consulté le 10 février 2021)
  4. a et b (en) « Mary Wilson's Biography », sur The HistoryMakers, (consulté le 10 février 2021)
  5. a et b Anthony Martin, « The Supremes : quand Mary Wilson interprétait "Baby Don’t Go" », sur RTL, (consulté le 10 février 2021)
  6. Damien Mercereau, « Sean Spicer de la Maison-Blanche au parquet de Dancing with the stars », sur lefigaro.fr, TVMag, (consulté le 15 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Wilson, Dreamgirls : My Life as a Supreme, St. Martin's Press, , 292 p. (ISBN 978-0-312-21959-8)
  • (en) Mary Wilson et Patricia Romanovski, Supreme Faith : Someday We’ll Be Together, HarperCollins, , 303 p. (ISBN 978-0-06016-290-0)
  • (en) Mary Wilson et Patricia Romanovski, Dreamgirls & Supreme Faith : My Life as a Supreme, Cooper Square, , 752 p. (ISBN 978-1-46166-094-1, lire en ligne), réunion des deux ouvrages précédents (avec l'addition de nouvelles illustrations).

Liens externes[modifier | modifier le code]