Mary Pollard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pollard.
Mary Pollard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Essex (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
DublinVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Marie "Paul" Pollard () est une bibliothécaire à la Bibliothèque du Trinity College Dublin et une spécialiste des premiers livres imprimés[1],[2].

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Marie "Paul" Pollard est née dans l'Essex en Angleterre, le 5 juin 1922. Elle est l'aînée de trois filles et d'un fils de Richard Payne Pollard et son épouse (née Wilkinson). Son père est un irlandais émigré. Pollard va à Hawnes School avant d'étudier la médecine un certain nombre d'années. Elle abandonne avant la fin de ses études de médecine pour s'intéresser à la bibliothéconomie. Elle accepte un poste au Southlands Teacher Training College, actuellement une partie de l'université de Roehampton, où elle étudie pour la Library Association[1],[3]>.

Carrière[modifier | modifier le code]

Pollard vient à Dublin, en 1957 pour occuper deux postes à temps partiel, un à la bibliothèque Marsh et un à la bibliothèque du Trinity College Dublin. La bibliothèque Marsh ne pouvant pas lui payer un salaire complet, lui fourni à la place un appartement situé sous la bibliothèque. Celui-ci est notoirement froid et elle y vit le reste de sa vie. Elle garde ces deux emplois pendant 8 ans, jusqu'à ce qu'elle ait un poste à temps plein à la Trinity. Tout au long de sa carrière, sa spécialité est les premiers livres imprimés, devenant la bibliothécaire des livres rares à la Trinity en 1964. Ses recherches et sa thèse pour la bourse de la Library Association sont intitulées The woodcut ornament stocks of the Dublin printers 1551–1700 with lists of unsigned works identified as from their presses et elle reçoit une distinction[1],[3].

Elle est responsable du département des livres imprimés anciens, qui sont conservés dans le pavillon est nouvellement reconstruit de l'ancienne bibliothèque. Celui-ci est ouvert aux lecteurs en 1968. Ce service traite initialement les livres d'avant 1800, mais couvre ensuite l'intégralité du contenu de l'ancienne bibliothèque et de la galerie qui comprend des ouvrages du XIXe siècle. Pollard supervise une amélioration globale des livres anciens de la bibliothèque avec relativement peu de fonds. Elle identifie des lacunes dans les collections de la bibliothèque dans la littérature anglaise du XVIIIe siècle, en théâtre et en linguistique, ainsi qu'en politique, en économie et dans le social en Irlande. Elle tente de combler ces manques. Lorsque les fonds sont disponibles, elle dirige l'achat de collections tel que celle de Jonathan Swift et des objets liés à T. A. Hollick en vente chez Sotheby's en 1976 avec l'argent de la succession d'Alfred Chester Beatty[1].

Pollard met en place l'utilisation de règle de catalogage anglo-américaine, créant catalogue des livres imprimés anciens plus rigoureux et élaborant un code complémentaire dans les années 1970 qui permet une analyse complète de tous les aspects physiques d'un livre. Au cours de la même période, elle commence à enseigner de manière informelle à des universitaires et des diplômés sur la bibliographie historique. Ces cours sont finalement inclus officiellement dans le Master of Philosophy des études de la réforme et de l'illumination. Dans le cadre de son travail pour ce cours, Pollard crée une presse à main, la Trinity Closet Press, maintenant installé dans le sous-sol de la College Printing House. Elle est nommée sous-bibliothécaire en 1970 et première gardienne des livres imprimés anciens en 1980. Elle prend sa retraite du poste de gardien en 1983 afin de se concentrer sur ses recherches sur le commerce du livre à Dublin. Cette recherche est publiée dans deux livres : Dublin's trade in books, 1550–1800 (1989) et A dictionary of members of the Dublin book trade, 1550–1800 (2000). Le premier volume est à l'origine une conférence Lyell donnée à Oxford. Au début des années 1960, Pollard fondé sa propre presse à main dans une salle inutilisée de la bibliothèque Marsh avec l'aide de Liam Miller. Pendant 20 ans, elle publie des éditions très limitées, de la prose et des versets satiriques sur les événements contemporains[1],[3].

Fin de vie et héritage[modifier | modifier le code]

En 2001, l'université de Dublin lui décerne un doctorat en lettre honoraire et en 2002, elle est élue membre de l'Académie royale d'Irlande. Son dernier livre A Festschrift, That woman!: studies in Irish bibliography est publiée en 2005. Pollard meurt le 24 juin 2005. Elle possédait une vaste collection de 11 500 livres pour enfants d'avant 1914 dans son appartement, qu'elle a collecté pendant 50 ans. Elle a un intérêt particulier pour les livres pour les objets et ouvrages irlandais pour les filles. Cette collection, connu sous le nom Pollard Collection, est léguée à la Bibliothèque du Trinity College Dublin, avec ses carnets de notes de collecte[1],.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Charles Benson, Dictionary of Irish Biography, Cambridge, Cambridge University Press, , « Pollard, Mary ('Paul') »
  2. The Oxford companion to the book, Oxford University Press (ISBN 9780198606536), « Pollard, Mary ‘Paul’ (1922–2005) Librarian and bibliographer »
  3. a b et c (en-GB) Toby Barnard, « Paul Pollard: Historian of the Dublin book trade », The Independent,‎ (lire en ligne)