Mary Jackson (mathématicienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mary Jackson
Mary Jackson with a model (medium close-up).jpg

Portrait de Mary Jackson, 1977

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
HamptonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Mary Winston Jackson (9 avril 1921 – 11 février 2005) est une mathématicienne et ingénieure en aérospatial américaine. Elle a travaillé à la National Advisory Committee for Aeronautics (NACA) qui est devenu la NASA en 1958[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Mary Winston Jackson grandit à Hampton, en Virginie. Elle y suit ses études et excelle au lycée. Elle s'inscrit à l'université de Hampton et obtient une licence en mathématiques et sciences physiques en 1942. Elle est intronisée dans la société étudiante Alpha Kappa Alpha (en)[3]. Après sa licence, elle accepte un poste de professeure de mathématiques dans une école noire dans le comté de Calvert au Maryland. En 1943, elle retourne à Hampton et occupe un poste de réceptionniste à l'United Service Organizations[4]. Elle aide des étudiants noirs de sa communauté à créer leur propre soufflerie[5] et s'investit dans le scoutisme[2], (elle est cheffe scout pendant 20 ans). Elle est ensuite employée comme bibliothécaire au département de santé de l'université de Hampton. Elle occupe ensuite un autre poste comme secrétaire pour l'armée au Fort Monroe.

Carrière à la NACA-NASA[modifier | modifier le code]

Mary Jackson au travail en 1980.

En 1951, elle entre dans la section informatique du centre de recherche Langley et travaille dans un groupe de calculatrices[6] dirigé par Dorothy Vaughan[2]. Ce groupe, appelé West Area Computers, est composé entièrement de mathématiciennes afro-américaines. En 1953, l'ingénieur Kazimierz Czarnecki l'invite à travailler avec lui au département de recherche sur la compressibilité. Ils travaillent ensemble sur la soufflerie supersonique. Elle suit ensuite une formation spéciale pour devenir ingénieure et des cours du soir de mathématiques et de physique. Elle doit demander à la ville de Hampton une autorisation pour suivre les cours dispensés au lycée d'Hampton, alors réservés aux blancs. Elle réussit la formation et en 1958, elle devient la première femme noire ingénieure de la NASA. La même année, elle publie les premiers résultats de ses recherches intitulés Effects of Nose Angle and Mach Number on Transition on Cones at Supersonic Speeds[7]. Elle analyse ensuite les données d'expériences de soufflerie et d'expériences de vol à vitesse supersonique afin d'analyser les efforts aérodynamiques comme la poussée ou la traînée[2]. Elle a écrit et co-écrit 12 articles techniques pour la NACA et la NASA[8],[9]. Plusieurs années plus tard, elle est promue et travaille avec les officiers mécaniciens navigants.

Jackson aide les femmes et les minorités à avancer dans leur carrière en leur conseillant quoi étudier pour passer facilement de mathématicienne à ingénieure (suivant sa propre expérience)[10].

Après 34 ans passés à la NASA, Jackson atteint le plus haut grade d'ingénieure qui lui est possible sans devenir une dirigeante. Elle accepte une diminution de salaire pour se réorienter dans l'administration et l'égalité des chances. Après avoir suivi une formation au siège de la NASA, elle retourne à Langley où elle a travaillé pour faire changer les choses et mettre en valeur les femmes et les minorités qui excellent dans leur domaine. Elle travaille en tant que manager responsable du programme pour les femmes auprès du bureau d'égalité des chances de la NASA[10]. Elle travaille à la NASA jusqu'à sa retraite en 1985[1].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Mary Winston Jackson apparaît dans le livre intitulé Hidden Figures de Margot Lee Shetterly, adapté au cinéma en 2017 sous le titre Les Figures de l'ombre, où elle est incarnée par l'actrice Janelle Monáe[11],[12].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]