Mary Eleanor Wilkins Freeman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mary Eleanor Wilkins Freeman
Mary E. Wilkins cph.3b16502.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MetuchenVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Mary Eleanor WilkinsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinction
Œuvres principales
A New England Nun (d), Young Lucretia and Other Stories (d), The Pot of Gold and Other Stories (d), Pembroke (d), Collected Ghost Stories (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Mary Eleanor Wilkins Freeman
signature
Grave of Mary Eleanor Wilkins Freeman.jpg
Vue de la sépulture.

Mary Eleanor Wilkins Freeman, née le et morte le , est une autrice américaine de premier plan du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Freeman est née à Randolph, Massachusetts le , d'Eleanor Lothrop et de Warren Edward Wilkins, qui la baptise à l'origine « Mary Ella »[1]. Les parents de Freeman sont des protestants congrégationalistes, lui accordant une enfance très stricte[2]. Les contraintes religieuses jouent un rôle clé dans certaines de ses œuvres.

En 1867, la famille s'installe à Brattleboro dans le Vermont, où Freeman obtient son diplôme de l'école secondaire locale avant de fréquenter le Mount Holyoke College à South Hadley dans le Massachusetts, de 1870 à 1871. Elle termine ensuite ses études au Glenwood Seminary à West Brattleboro[3]. En 1873, lorsque leur commerce de marchandises sèches dans le Vermont échoue, la famille retourne à Randolph. La mère de Freeman meurt trois ans plus tard et elle change son deuxième prénom en « Eleanor » en sa mémoire[3].

À l'adolescence, Freeman est de plus en plus prise entre le besoin d'amour de sa mère et son souhait d'éviter de devenir comme sa mère et de sombrer dans la forme de passivité de sa mère. Malgré les pressions constantes de sa mère pour qu'elle participe aux tâches ménagères, aucune discipline ne peut empêcher Mary de passer de la lecture à la réalité d'un travail de cuisine détesté. Selon la biographie de Freeman par Edward Foster : « Ne se souciant pas des tâches ménagères, elle les évitait et ne pouvait pas non plus être émue par des tactiques disciplinaires ». Il est clair que la tension croissante entre Mary et sa mère est centrée sur sa résistance à entreprendre les tâches attendues d'une « bonne fille »[4].

Au fil des années, le contraste entre Mary et sa sœur Anna devient évident. Tandis que sa sœur Anna entreprend volontairement les travaux domestiques et répond de mieux en mieux aux attentes de ses parents, Mary commence à les rejeter discrètement. Elle résistera toute sa vie au monde domestique de sa mère. Son histoire, « La révolte de la mère » est particulièrement significative dans ce contexte, car l'histoire semble avoir été écrite comme un hommage au travail de sa mère, une forme de travail qu'elle n'a jamais appréciée de son vivant[4].

Le père de Freeman meurt subitement en 1883, la laissant sans famille immédiate et avec une succession valant seulement 973 $. Wilkins repart dans sa ville natale, Randolph et emménage avec une amie, Mary J. Wales. C'est à cette époque que ses écrits deviennent sa seule source de revenus[5],[6].

Image de Mary E. Wilkins Freeman numérisée à partir du texte de son roman Jane Field, publié en 1892.

Freeman commence à écrire des histoires et des poésies pour enfants alors qu’elle est encore adolescente pour aider à subvenir aux besoins de sa famille. Sa carrière de rédactrice de nouvelles débute en 1881 lorsqu'elle obtient la première place dans un concours de nouvelles avec «The Ghost Family»[7]. Lorsque le surnaturel suscite son intérêt, il en résulte un groupe de nouvelles combinant réalisme national et surnaturalisme, qui se révèlent très influentes. Son œuvre la plus connue est écrite dans les années 1880 et 1890 alors qu'elle vit à Randolph. Elle produit plus de deux douzaines de volumes de nouvelles et de romans publiés. Elle est surtout connue pour deux recueils d'histoires, A Humble Romance and Other Stories (1887) et A New England Nun and Other Stories (1891)[6].

Avec ses œuvres comprenant des histoires pour enfants, des poèmes et des nouvelles, Mary Wilkins Freeman cherche à démontrer ses valeurs en tant que féministe. À l'époque où elle écrit, elle le fait de manière non conventionnelle ; par exemple, elle ne veut pas affaiblir ses personnages féminins et les montrer comme ayant besoin d’aide, ce qui était un trope commun dans la littérature[8]. À travers des personnages tels que Louisa dans sa nouvelle, « A New England Nun », Freeman défie les idées contemporaines concernant les rôles, les valeurs et les relations féminines dans la société[9]. En outre, la nouvelle de Freeman « The Revolt of Mother » illustre les luttes des femmes des zones rurales et le rôle qu'elles ont joué au sein de leurs familles. « The Revolt of Mother » lance la discussion sur les droits de la femme rurale, inspire de nombreuses autres discussions sur le manque de contrôle des femmes rurales sur les finances de la famille et cherche à améliorer la structure des familles agricoles au début du XXe siècle[10].

En avril 1925, Freeman devient la première récipiendaire de la médaille William Dean Howells de l'Académie américaine des arts et des lettres[11].

Freeman fait une crise cardiaque et meurt à Metuchen le 15 mars 1930, à l'âge de 77 ans. Elle est enterrée au cimetière Hillside, à Scotch Plains[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mary Eleanor Wilkins Freeman en 1900.

Lors d'une visite à Metuchen, dans le New Jersey, en 1892, elle rencontre le Dr Charles Manning Freeman, un médecin non pratiquant qui a sept ans de moins qu'elle. Après des années de cour et de retards, ils se marient le . Immédiatement après, elle s’impose sous le nom de « Mary E. Wilkins Freeman », qu’elle demanda à Harper's d’utiliser pour toute publication de son travail[5]. Le couple construit une maison à Metuchen, où Freeman devient une célébrité locale pour ses écrits, bien qu’elle publie parfois des représentations fictives satiriques de ses voisins[5]. Son mari souffre d'alcoolisme et d'une dépendance aux somnifères. Il a aussi la réputation de conduire des chevaux rapides et de jupon. Il a été interné à l'hôpital psychiatrique du New Jersey à Trenton[Quand ?], et les deux sont légalement divorcés un an plus tard[5]. Après sa mort en 1923, il laisse la majeure partie de sa fortune à son chauffeur et un dollar à son ancienne femme[5].

Héritage[modifier | modifier le code]

  • L'opéra en un acte The Village Singer de Stephen Paulus est adapté d'une nouvelle de Freeman ; il est commandé par l'Opéra Théâtre de Saint-Louis et est créé en 1979[12],[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Decorative Plaques (1883)
  • The adventure of d'Ann (1886)
  • A Humble Romance and Other Stories (1887)
  • A New England Nun and Other Stories (1891)
  • The Revolt of Mother (1891)
  • Young Lucretia and Other Stories (1892)
  • The Pot of Gold and Other Stories (1892)
  • Jane Field (1892)
  • Giles Corey (1893)
  • Pembroke (1894)
  • Comfort Pease and Her Gold Ring (1895)
  • Madelon (1896)
  • Once Upon a Time (1897)
  • Jerome, a Poor Man (1897)
  • Silence, and other Stories (1898)
Mary E. Wilkins, photo de la couverture intérieure de People of Our Neighborhood (1898)
  • People of Our Neighborhood (1898)
  • In Colonial Times (1899)
  • The Jameson (1899)
  • Evelina's Garden (1899)
  • The Love of Parson Lord and Other Stories (1900)
  • The Heart's Highway: A Romance of Virginia in the Seventeenth Century (1900)
  • Understudies (1901)
  • The Portion of Labor (1901)
  • A Far-Away Melody and Other Stories (1902)
  • Six Trees (1903)
  • The Wind in the Rose Bush and Other Stories of the Supernatural (1903)
  • The Givers and Other Stories (1904)
  • The Debtor (1905)
  • Doc Gordon (1906)
  • The Fair Lavinia, and Others (1907)
  • By the Light of the Soul (1907)
  • The Shoulders of Atlas (1908)
  • The Winning Lady, and Others (1909)
  • The Green Door (1910)
  • The Butterfly House (1912)
  • The Yates Pride (1912)
  • The Copy-Cat, and Other Stories (1914)
  • An Alabaster Box (1917)
  • Edgewater People (1918)
  • The Best Stories of Mary E. Wilkins (1927)
  • Collected Ghost Stories (1974)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fishinger, Sondra, Past and Promise: Lives of New Jersey Women, Syracuse, NY, Syracuse University Press (ISBN 0-8156-0418-1), « Mary E. Wilkins Freeman, 1852–1930 », p. 139
  2. (en) Freeman, Mary E. Wilkins, The Norton Anthology of American Literature, New York, Norton & Company, , 7e éd., p. 625-26
  3. a et b (en) Fishinger, Sondra, Past and Promise: Lives of New Jersey Women, Syracuse, NY, Syracuse University Press, , « Mary E. Wilkins Freeman, 1852–1930 », p. 140
  4. a et b (en) Glasser, « In a Closet Hidden: The Life and Work of Mary E. Wilkins Freeman » Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « :0 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  5. a b c d e et f (en) Fishinger, Sondra, Past and Promise: Lives of New Jersey Women, Syracuse, NY, Syracuse University Press, , « Mary E. Wilkins Freeman, 1852–1930 », p. 141 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Fishinger141 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Fishinger141 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  6. a et b (en) « Mary Eleanor Wilkins Freeman | American author », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 11 février 2019)
  7. (en) Eppard, « "Mary E. Wilkins Freeman's first published story" », American Literary Realism, vol. 45,‎ , p. 268+ (lire en ligne)
  8. (en) J. Carter, The Greenwood Encyclopedia of Folktales and Fairy Tales, Greenwood Press, , 375 p.
  9. (en) Harris, « Mary E. Wilkins Freeman’s ‘A New England Nun’ and the Dilemma of the Woman Artist », Studies in American Humor,‎ , p. 27–39
  10. (en) Garvey, « Less work for 'Mother': rural readers, farm papers, and the makeover of 'The Revolt of 'Mother », Legacy: A Journal of American Women Writers,‎ , p. 119
  11. (en-US) « Awards – American Academy of Arts and Letters » (consulté le 11 février 2019)
  12. (en) The Village Singer opera in one act, « The Village Singer », sur En.schott-music.com (consulté le 18 avril 2017)
  13. (en) « EAM: Stephen Paulus The Village Singer in Production in New York and California », Eamdc.com (consulté le 18 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]