Mary Ann Mantell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mary Ann Mantell
Description de l'image Portrait of Mary Ann Mantell.jpg.
Naissance
Paddington
Décès (à 74 ans)
Pays-Bas
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale
Ascendants
George Edward Woodhouse (père), Mary Ann Woodhouse (mère)
Conjoint
Descendants

Mary Ann Rochell (née Woodhouse ; - (à 74 ans)) et une paléontologue britannique.

On lui attribue la découverte des premiers fossiles d' Iguanodon, un nouveau genre de dinosaures de l'ordre des ornithischiens, caractérisés par un bassin semblable à celui d'un oiseau.

Elle réalise plusieurs croquis de fossiles, à la plume et à l'encre, pour la description scientifique de l'Iguanodon publiée par son mari, Gideon Mantell.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Ann Woodhouse est née le à Paddington (Londres)[1] de George Edward Woodhouse et de Mary Ann Woodhouse[2].

En 1816, elle épouse Gideon Mantell et vit avec lui à Lewes. Elle accompagne Mantell lors de ses voyages de collecte de fossiles. Bien que le couple devienne une équipe de recherche cohérente, leur vie personnelle en a souffert et le couple est de plus en plus distant, ce qui aboutit à un divorce. Ils ont trois enfants ensemble, dont le scientifique et politicien néo-zélandais Walter Mantell[3]. Gideon est le principal responsable des enfants après la fin du divorce ; il meurt en 1852 d'une overdose d' opium[4].

Mary Ann Mantell décéde aux Pays-Bas le (à 74 ans)[5].

Découverte de l'Iguanodon[modifier | modifier le code]

Illustration tirée du livre Les fossiles des South Downs, gravés par Mary Ann Mantell d'après des croquis de Gideon Mantell. Le livre décrit les formations géologiques et les fossiles trouvés dans les South Downs du Sussex, en Angleterre. Marque de rayon: OUM: 1 d. 67. C'est la planche V, montrant les strates entre Brighton et Rotterdean, les strates à l'ouest de Rotterdean et le lieu d'atterrissage à Rotterdean.

En 1822, alors que Mary Ann Mantell accompagne son mari qui rend visite à un patient dans le Sussex, elle découvre de grands fossiles en forme de dents sur le bord de la route. Elle les présenta à son mari, qui les envoit, via Charles Lyell, à Georges Cuvier. Celui-ci dit d'abord à Lyell qu'il pense que les dents proviennent d'un rhinocéros. Il rétracte cette déclaration le lendemain, mais tout ce que Lyell rapporte aux Mantell est le rejet initial par Cuvier de leur découverte[6],[7].

En 1824, William Buckland rend visite aux Mantell et examine les dents fossiles ; il en conclut qu'elles proviennent d'un saurien géant. Cela encourage les Mantell à envoyer à nouveau les fossiles à Cuvier ; Celui-ci répond aux Mantell le 22 juin 1824. [8]

Les remarques les plus importantes dans la réponse de Cuvier à Gideon Mantell ont été incluses dans l'article de Mantell publié dans les Philosophical Transactions of the Royal Society of London en 1825. Cuvier avait écrit : "Ces dents me sont certainement inconnues ; elles ne sont pas [celles d'un] animal carnivore, et pourtant je crois qu'elles appartiennent, étant donné leur petite complication, leur dentelure sur les bords, et la fine couche d'émail qui les recouvre, à l'ordre des reptiles. L'aspect extérieur pourrait également être pris pour des dents de poisson similaires aux tétrodons, ou aux diodons ; mais leur structure interne est très différente de celles de [ce type]. N'aurions-nous pas un nouvel animal ici, un reptile herbivore ?" [9] Cuvier a également souligné dans sa lettre à Mantell qu '«il est impossible qu'un jour une partie du squelette réunifié ne soit pas retrouvée avec des portions de mâchoires portant des dents. C'est surtout ce dernier objet qu'il s'agit de chercher avec le plus de persévérance. »[Ibid. ]

Mantell lance une fouille de la forêt de Tilgate, qui aboutit à la découverte du reptile herbivore, l'Iguanodon [10],[11].

La découverte de ce fossile est connue pour être la première preuve d'un dinosaure reptilien préhistorique, remontant à environ 130 millions d'années[12].

Impact en paléontologie[modifier | modifier le code]

Mary Ann Mantell réalise 364 lithographies de ces fossiles[13], qui sont ensuite utilisées dans la publication scientifique de son mari The Fossiles of the South Downs publiée en 1822 [14]et dans Illustrations of the Geology of Sussex publiées en 1827, dans lesquelles Gideon Mantell décrit l' Iguanodon, ainsi nommé en raison de sa ressemblance avec l'iguane moderne[11]. La découverte de l'Iguanodon suscite l'enthousiasme des paléontologues : d'une part car c'est le deuxième plus grand fossile de reptile découvert et d'autre part car les dents de l'Iguanodon suggèrent que le grand reptile est un herbivore, alors que beaucoup croyaient que tous les ancêtres des reptiles étaient des carnivores, comme le Megalosaurus[15], découvert par William Buckland, en 1676.

Dessin lithographique de la dent d'Iguanodon - par Mary Ann Mantell

Liens externes[modifier | modifier le code]

"The Discovery of the Iguanodon". Natural History Museum. Retrieved 16 December 2020.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Marilyn Bailey Ogilvie et Joy Dorothy Harvey, The Biographical Dictionary of Women in Science: L-Z, Taylor & Francis, (ISBN 041592040X, lire en ligne), 837. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Gideon Mantell, Illustrations of the Geology of Sussex, London, Lupton Relfe, , 71–78 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mary Ann Mantell » (voir la liste des auteurs).

Références[modifier | modifier le code]

  1. BUREK, C. V. & HIGGS, B. (eds) The Role of Women in the History of Geology. Geological Society, London, Special Publications, 281, 1–8. DOI: 10.1144/SP281.1.
  2. Turner, Burek et Moody 2010.
  3. Marilyn Bailey Ogilvie et Joy Dorothy Harvey 2000, p. 837.
  4. BUREK, C. V. & HIGGS, B. (eds) The Role of Women in the History of Geology. Geological Society, London, Special Publications, 281, 1–8. DOI: 10.1144/SP281.1.
  5. « England and Wales National Probate Calendar 1858-1966] »
  6. BUREK, C. V. & HIGGS, B. (eds) The Role of Women in the History of Geology. Geological Society, London, Special Publications, 281, 1–8. DOI: 10.1144/SP281.1.
  7. « Iguanodon », Wikipedia, Wikimedia Foundation, (consulté le 14 février 2021) : « On 23 June 1823 Charles Lyell showed some to Georges Cuvier, during a soiree in Paris, but the famous French naturalist at once dismissed them as those of a rhinoceros. Though the very next day Cuvier retracted, Lyell reported only the dismissal to Mantell »
  8. « Iguanodon », Wikipedia, Wikimedia Foundation, (consulté le 14 février 2021) : « In 1824 Buckland described Megalosaurus and was on that occasion invited to visit Mantell's collection. Seeing the bones on 6 March he agreed that these were of some giant saurian—though still denying it was a herbivore. Emboldened nevertheless, Mantell again sent some teeth to Cuvier, who answered on 22 June 1824 that he had determined that they were reptilian and quite possibly belonged to a giant herbivore. »
  9. Mantell, « Notice on the Iguanodon, a newly discovered fossil, from the sandstone of Tilgate, in Sussex. By Gideon Mantell, F. L. S. and M. G. S. Fellow of the College of Surgeons, In a Letter to Davies Gilbert, Esq. M. P. V. P. R. S. &c. &c. &c. Communicated by D. Gilbert, Esq. », Royal Society Publishing, Royal Society of London, (consulté le 14 février 2021) : « As these teeth were distinct from any that had previously come under my notice, I felt anxious to submit them to the examination of persons whose knowledge and means of observation were more extensive than my own; I therefore transmitted specimens to some of the most eminent naturalists in this country, and on the continent. But although my communications were acknowledged with that candour and liberality which constantly characterises the intercourse of scientific men, yet no light was thrown upon the subject, except by the illustrious Baron Cuvier, whose opinions will best appear by the following extract from the correspondence with which he honoured me. »
  10. « Dinosaur History », Brooklyn College City University of New York (consulté le 20 septembre 2015)
  11. a et b Mantell 1827.
  12. (en) « Female fossil hunters: Mary Ann Mantell, Mary Anning, and Joan Wiffen », Te Papa’s Blog, (consulté le 2 octobre 2020)
  13. « Forgotten women in an extinct saurian (man’s) world SUSAN TURNER1*, CYNTHIA V. BUREK2 & RICHARD T. J. MOODY3 », sur citeseerx.ist.psu.edu (consulté le 12 mars 2021).
  14. (en) Brooklyn College, « Dynosaur History », sur academic.brooklyn.cuny.edu (consulté le 12 mars 2021)
  15. « Gideon et Maryann Mantell », sur academic.brooklyn.cuny.edu (consulté le 12 mars 2021)