Mary-Claire King

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mary-Claire King est une généticienne américaine née le [1].

Elle a découvert en 1990 le gène BRCA1 responsable de la forme héréditaire du cancer du sein. Elle est également, à l'origine de la découverte de la proximité génétique du chimpanzé et de l'être humain. Elle est aussi spécialiste de l'utilisation de la génétique appliquée aux droits humain. Mary-Claire King a fait des études de mathématiques à Carleton College dans le Minnesota et des études de génétique à l’université de Californie à Berkeley.

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Mary-Claire King accepte un poste de professeur de génétique et épidémiologie pour l'Université de Berkley, Californie en 1976[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Cancer du sein[modifier | modifier le code]

De 1974 à 1990, King mena des années de recherche minutieuse, cherchant un marqueur génétique, un gène identifiable qui tendait à accompagner la présence du cancer du sein dans les familles. Pendant la majeure partie de cette période, la théorie prédominante était que le cancer était viral. La plupart des scientifiques ont ignoré ou attaqué ses idées. L'idée que les modèles génétiques puissent être liés à l'incidence de maladies complexes était considérée comme un long coup improbable. La génétique avait été reconnue comme significative dans les maladies liées à un lien génétique simple, telles que la maladie de Huntington, la mucoviscidose et la drépanocytose, mais les chercheurs étaient sceptiques quant à l'utilité de la génétique pour étudier des maladies plus courantes et complexes impliquant à la fois de multiples facteurs génétiques et influences environnementales. King s'inquiétait parfois de ne pas pouvoir se lancer dans une impasse en essayant d'étudier les interactions entre la génétique et une maladie humaine complexe.

En 1990, King et son équipe avaient examiné et rejeté 172 marqueurs possibles en utilisant une technique appelée analyse du couplage familial. Ensuite, l’un des membres de l’équipe a suggéré de réorganiser leurs données en fonction de leur âge, en se concentrant sur les familles dans lesquelles les membres avaient développé un cancer à un âge relativement jeune. L'idée était que les premiers cas pourraient être plus susceptibles de refléter une composante génétique, contrairement aux mutations sporadiques qui pourraient survenir à tout âge, voire même s'accumuler avec le temps. Le groupe de King a pu démontrer qu'un seul gène du chromosome 17 pouvait être lié à de nombreux cancers du sein et de l'ovaire. Jusqu'à 5-10% de tous les cas de cancer du sein peuvent être héréditaires[3]. En 1991, King nomma officiellement le gène BRCA1. Sa découverte a ouvert la voie à l'identification de la séquence du gène.

En septembre 1994, Myriad Genetics a publié un article sur le clonage positionnel de la séquence après une "course" très médiatisée par des groupes de scientifiques. En décembre 1994, King et ses collaborateurs ont publié les résultats d'une seconde cohorte de familles. Un second gène, BRCA2, a également été trouvé. Ces deux gènes, BRCA 1 et BRCA 2, travaillent ensemble pour nettoyer les cellules du corps qui ont été endommagées par des substances telles que le tabac ou aident simplement à nettoyer les cellules car elles ont vieilli. Lorsque ces gènes ne remplissent pas ces fonctions, les cellules se développent et se divisent rapidement, entraînant certains types de cancers. Les deux gènes ont fonctionné pour supprimer le développement des tumeurs cancéreuses, mais certains types de mutations génétiques pourraient les en empêcher.

En 1996, avec le soutien de la Fondation pour la recherche sur le cancer du sein (BCRF), Mary-Claire King et l’assistante sociale Joan Marks ont lancé l’étude sur le cancer du sein à New York, qui a permis de déterminer que l’incidence du cancer du sein et de l’ovaire était liée à des mutations héréditaires des gènes BRCA1. et BRCA2. Les chercheurs ont étudié des femmes d'origine juive ashkénaze à New York, un groupe connu pour avoir une incidence très élevée de cancer du sein (jusqu'à 80% de risque à 70 ans, contre 12% dans la population en général). Elle a également étudié l'incidence du cancer du sein chez les femmes palestiniennes.

La découverte du "gène du cancer du sein" a révolutionné l'étude de nombreuses autres maladies courantes. La technique mise au point par King pour identifier BRCA1 s’est depuis révélée précieuse dans l’étude de nombreuses autres maladies et affections. Les contributions de King ont permis aux gens d'être informés sur des informations génétiques qui pourraient ensuite les aider à faire les meilleurs choix pour eux-mêmes et pour leur avenir.

Surdité[modifier | modifier le code]

Schizophrénie[modifier | modifier le code]

Génome humain[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]


Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Elle a recu plusieurs Doctorat honoris causa :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lisa Yount, A to Z of women in science and math - Mary Claire King, New York (lire en ligne [PDF]), pp153-156
  2. « Mary-Claire King, PhD | Division of Medical Genetics | University of Washington », sur medgen.uw.edu (consulté le 6 avril 2019)
  3. (en) « Genetic Breast Cancer Detection », sur Lemelson-MIT (consulté le 27 mai 2019).
  4. (en) « PREVIOUS BRINKER AWARD WINNERS », sur Susan G Komen Breast Cancer Foundation (consulté le 27 mai 2019).
  5. (en) « Genetics Laureates », sur Fondation Gruber (consulté le 27 mai 2019).
  6. (en) « DR A.H. HEINEKEN PRIZE FOR MEDICINE », sur Académie royale néerlandaise des arts et des sciences (consulté le 27 mai 2019).
  7. (en) « Weizmann Women and Science Award », sur institut Weizmann (consulté le 27 mai 2019).
  8. (en) « 2010 Honoree - Mary-Claire King », sur Cold Spring Harbor Laboratory (consulté le 27 mai 2019).
  9. (en) « Mary-Claire King, Ph.D. », sur Université Rockefeller (consulté le 27 mai 2019).
  10. (de) « Paul Ehrlich- und Ludwig Darmstaedter-Preisträger seit 1952 », sur Université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main (consulté le 27 mai 2019).
  11. (en) « The President's National Medal of Science: Recipient Details », sur national Science Foundation (consulté le 27 mai 2019).
  12. (en) « 2014 Lasker Awards », sur Fondation lasker (consulté le 27 mai 2019).
  13. (en) « World-renowned geneticist Mary-Claire King delivers address at HudsonAlpha », sur Hudson Alpha institute for Biology (consulté le 27 mai 2019).
  14. (en) « TÜBA 2016 Academy Prizes Awarded », sur Turkish Academy of Sciences (consulté le 27 mai 2019).
  15. (en) « Mendel Medal », sur Genetics Society (consulté le 27 mai 2019).
  16. (en) « Mary-Claire King », sur Prix Shaw (consulté le 27 mai 2019).
  17. (en) « Laureates 2018 », sur Prix Dan David (consulté le 27 mai 2019).
  18. (en) « ASHG honors Mary-Claire King with ASHG Advocacy Award », sur EurekAlert (consulté le 27 mai 2019).
  19. (en) « 2018 Franklin Medal », sur Société américaine de philosophie (consulté le 27 mai 2019).
  20. (en) « Historic Fellows », sur Association américaine pour l'avancement des sciences (consulté le 27 mai 2019).
  21. (en) « Mary-Claire King », sur Académie américaine des arts et des sciences (consulté le 27 mai 2019).
  22. (en) « Mary-Claire King », sur Académie nationale des sciences (consulté le 27 mai 2019).
  23. (en) « Mary-Claire King », sur Académie des sciences (consulté le 27 mai 2019).
  24. (en) « Honorary Degrees », sur Carleton College (consulté le 27 mai 2019).
  25. (en) « Honorary Degrees », sur Smith College (consulté le 27 mai 2019).
  26. (en) « Columbia Graduates 10,000 Students on May 21 », sur Université Columbia (consulté le 27 mai 2019).
  27. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le 27 mai 2019).
  28. (en) « Honorary Degrees », sur Université Brown (consulté le 27 mai 2019).
  29. (en) « Laudatio for Professor Mary-Claire King », sur Katholieke Universiteit Leuven (consulté le 27 mai 2019).
  30. (en) « Yale Confers 10 Honorary Doctorates at Commencement 2007 », sur Université Yale (consulté le 27 mai 2019).
  31. (en) « Princeton awards five honorary degrees », sur Université Princeton (consulté le 27 mai 2019).
  32. (en) « Honorary Degrees », sur Université de Tel Aviv (consulté le 27 mai 2019).
  33. (en) « Mary-Claire KING », sur Université de Hong Kong (consulté le 27 mai 2019).
  34. (en) « 2018 Honorary Degree Recipients », sur Université de la Colombie-Britannique (consulté le 27 mai 2019).