Marwan Lahoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marwan Lahoud (Arabe : مروان لحود), né le au Liban, est un ingénieur de l'armement libanais naturalisé français. Il a été directeur général délégué à la stratégie et au marketing du groupe Airbus jusqu'en [1]. En , il est nommé président du conseil de surveillance d'OT-Morpho, fonction qu'il n'a exercé qu'un court moment, même s'il est resté administrateur pendant deux ans de différentes entités de ce groupe, rebaptisé depuis Idemia[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, études[modifier | modifier le code]

Marwan Lahoud naît dans une famille de chrétiens maronites libanais[3]. Il est le fils de Victor Lahoud, un ancien officier supérieur du renseignement de l'État libanais.

Après deux ans de classes préparatoires au lycée privé Sainte-Geneviève de Versailles, il intègre l’École polytechnique[4],[5] en 1984. L'obtention de la nationalité française lui permet de rejoindre le corps de l'armement[a] à sa sortie de l’École polytechnique en 1986 : dans ce cadre, il choisit l'École nationale supérieure de l’aéronautique et de l'espace pour sa formation d’ingénieur de l'armement.

Haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

Marwan Lahoud a commencé sa carrière à la Délégation générale pour l'Armement, en 1989. En 1994, il devient chargé de mission au service technique des systèmes de missiles tactiques (STSMT) puis il est nommé peu de temps après adjoint auprès du directeur des missiles et de l’espace de la DGA, Jean-Pierre Rabault.

Fin 1995, il est conseiller pour les affaires industrielles, la recherche et l’armement au cabinet de Charles Millon, ministre de la Défense. Il participe à la restructuration des industries du secteur avec notamment l’éviction d’Alain Gomez de Thomson-CSF. Il prépare la fusion entre l'Aérospatiale et Dassault Aviation mais le processus échoue peu avant son terme, à cause de la dissolution de 1997[6].

Dirigeant dans l'industrie aéronautique[modifier | modifier le code]

Marwan Lahoud est recruté en 1998 par l'Aérospatiale et devient directeur du développement. Il y négocie en 2000 la fusion avec Matra, première étape de la création d'EADS[6]. En , Marwan Lahoud est nommé directeur adjoint au directeur délégué chargé de la coordination stratégique de la société Aérospatiale-Matra et au directeur délégué aux affaires militaires.

À la création d’EADS en , il est nommé senior vice-président « mergers and acquisitions », et, à ce titre, est chargé des opérations de fusions et acquisitions d’EADS, comme la création de la société Airbus, de MBDA, d’Astrium. Le , à l’âge de 36 ans, il devient président-directeur général de MBDA. Il présente son frère Imad à Jean-Louis Gergorin ; ces derniers deviennent ensuite les protagonistes de l’affaire Clearstream 2.

En , il est nommé chief strategy and marketing officer (directeur général délégué à la stratégie et au marketing) du groupe EADS. Il remplace à ce poste clé Jean-Paul Gut[3]. Dans ces fonctions, il négocie la fusion avec BAE Systems qui n’aboutira pas[7]. En 2012, il est nommé directeur général de EADS France, tout en conservant son poste de directeur stratégique[6].

Son nom est évoqué pour la direction d’Areva en 2012, puis celles de Thales[8] et de Safran en 2014[9].

En tant que directeur général délégué d'Airbus chargé de la stratégie, il quitte le groupe européen d'aéronautique et de défense, annonce Airbus dans un communiqué, confirmant l'information révélée par le site internet de La Tribune le . Son départ est effectif fin [10].

Carrière dans la finance[modifier | modifier le code]

En 2019, il est nommé président du directoire d’ACE Management[11].

Affaires et corruption[modifier | modifier le code]

Son départ sans préavis en d'Airbus semble être lié au scandale de corruption dans lequel Airbus a été impliqué à partir de 2012[12]. Il est cité par de nombreuses publications comme étant au centre d'un système de commissions[12] illégales et/ou occultes. Médiapart cite les conclusions du Parquet national financier et de son homologue britannique, le Serious Fraud Office, pour qui ces commissions étaient l’œuvre du département Strategy and Marketing Organisation (SMO) de l’avionneur, service dirigé par Marwan Lahoud opérant sur les contrats d’export les plus sensibles: « Concrètement, le service était chargé de sélectionner, de traiter et de rémunérer l’ensemble des intermédiaires utilisés pour remporter les marchés, aussi bien civils que militaires.  »[13]
Selon Médiapart, « Tom Enders désigne le SMO, qu’il a démantelé en 2016, comme l’unique source de corruption au sein du groupe »[14].

Les premières affaires éclatent en 2012 après une enquête européenne sur des contrats militaires en Arabie Saoudite, en Roumanie et en Autriche.

Puis, en 2014, c’est l’affaire du Kazakhgate: «  Lors d’une perquisition chez Airbus Helicopters, la justice française découvre des mails qui attestent que le groupe a donné son accord de principe pour verser 12 millions d’euros de pots-de-vin au premier ministre kazakh pour faciliter une vente d’hélicoptères », dévoile Mediapart. Dans cette affaire, les policiers de l’Office central anticorruption (OCLCIFF) ont ensuite perquisitionné le au matin le domicile de Marwan Lahoud, le numéro 2 d’Airbus Group[15],[16].

Toujours en 2014, ce sont cette fois deux intermédiaires turcs qui portent carrément plainte contre le groupe pour réclamer le paiement de commissions dont ils estiment devoir être bénéficiaires dans le cadre de la vente de 160 Airbus à la Chine pour 10 milliards de dollars. Selon Mediapart, un feuillet rédigé par Marwan Lahoud, n°2 d’Airbus Groupe, prévoyait que les commissions pouvaient atteindre 250 millions de dollars, selon les deux agents turcs. D’après des documents cités par Mediapart, l’astuce du SMO pour dissimuler ces commissions furent des fausses factures émises au titre d’un projet fictif de pipeline en mer Caspienne…[17]

En Grande-Bretagne, le Financial Times publie le , dans un article intitulé Airbus ran 'massive' bribery' schemes to win orders, une photo de lui avec ce titre: « Marwan Lahoud, qui dirigeait l'organisation de stratégie et de marketing d'Airbus, SMO, une division dédiée à la sécurisation des ventes sur les marchés émergents et au cœur d'un catalogue d'infractions  »[18].

En Allemagne, le Handelsblatt a écrit un long article le sur ces affaires de corruption, et notamment: « Bien que le cas du Kazakhstan soit suffisamment grave, il pourrait y avoir pire à venir alors que les enquêteurs se tournent vers des contrats d'aviation civile avec la Chine et la Turquie. Dans ce dernier cas, M. Lahoud aurait signé 250 millions de dollars de pots-de-vin. Airbus dément les allégations, mais certains disent que le départ soudain de M. Lahoud de la société en février dernier apparaît désormais sous un nouveau jour »[19].

Marwan Lahoud a été mis en garde à vue en pour des commissions versées à Alexandre Djouhri, cité en cela par un article de Médiapart du [20], relayé sur la page Facebook de ce journal: «  Les anciens dirigeants d’Airbus Marwan Lahoud et Jean-Paul Gut ont été placés en garde à vue et confrontés, en juin dernier, dans l’affaire libyenne. En 2009, Claude Guéant avait fait pression pour qu’Airbus (ex-EADS) s’acquitte d’une commission au profit d'Alexandre Djouhri sur la vente d’avions à la Libye. Et les juges ont découvert qu’une somme de 4 millions d’euros avait été dirigée début 2010 vers une mystérieuse société libanaise. »

En janvier 2020, Airbus signe des accords de reconnaissance de culpabilité de corruption, concernant notamment ces affaires, avec le Parquet National Financier (PNF), et paye 3,6 milliards d’euros d'amendes pour solder douze ans de « corruption massive »[21]. Ces accords[22] permettent de clore les poursuites contre Airbus, mais ne concernent qu'Airbus en tant que personne morale et pas ses dirigeants ou ex-dirigeants. Mediapart cite sur ce point le procureur financier : « "Le procureur national financier a indiqué vendredi que l’enquête allait se poursuivre pour « examiner maintenant les responsabilités individuelles » des salariés et dirigeants de l’avionneur »[23].

Les ex-dirigeants pourront être inquiétés dans le cadre d'une enquête préliminaire toujours en cours[24].

Participation à des institutions[modifier | modifier le code]

Marwan Lahoud est un ancien de la promotion 1999 des Young Leaders de la French-American Foundation[25].

Il a été membre des conseils d'administration de Dassault Aviation et de Technip.

Il a été élu en 2013 président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), qu'il a quitté depuis son départ d'AIRBUS.

En 2014, il est nommé membre du Conseil stratégique de la recherche[26], et président du conseil d’administration de l’Institut des hautes études scientifiques (IHES)[27].

Il est membre du Conseil d'orientation de l'Institut Thomas More[28].

Il est élu en juin 2019 président de l’Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (AX)[29].

Famille[modifier | modifier le code]

Marwan Lahoud est le frère d’Imad Lahoud, connu pour avoir été impliqué et condamné à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, pour faux, usage de faux, dénonciation calomnieuse et recel d'abus de confiance, le 14 septembre 2009 par la cour d'appel de Paris [30] dans l'affaire Clearstream 2, et condamné dans diverses affaires d'escroquerie[31],[32],[33].

Il est aussi le frère de Walid Lahoud, mis en examen pour tentative d'escroquerie[34],[35].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En effet, les corps d’État — a fortiori celui des ingénieurs de l'armement rattaché au ministère de la Défense — ne sont pas accessibles aux élèves étrangers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro fr avec Reuters, « Airbus: le responsable de la stratégie Marwan Lahoud quitte le groupe », sur Le Figaro.fr, (consulté le 1er mars 2020)
  2. (en) « IDEMIA », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  3. a et b « Marwan Lahoud. Une sacrée trajectoire », Le Point,‎ (lire en ligne).
  4. De la promotion X1983, cf. « Fiche de Marwan Lahoud », sur le site de l’association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l’AX), Paris (consulté le 20 juillet 2016) ; y est notamment indiqué le grade de Marwan Lahoud dans la fonction publique : « ingénieur en chef de l'armement » ; y est aussi indiqué qu'il s'agit d’un « ancien élève étranger » désormais de nationalité française ; le codage de l'URL de sa fiche « id=19840345 » montre qu'il a passé le concours en 1984, étant enregistré sur les listes d'admission de l'année 1984, avec le no 345, c'est-à-dire avec une numérotation qui démarre après celle des trois cents élèves français admis.
  5. Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau (consulté le 20 juillet 2016), sélectionner l’onglet « Catalogues » puis cliquer sur « Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Marwan Lahoud », résultat obtenu : « Lahoud, Marwan (X 1984) » ; ceci indique que Marwan Lahoud a réussi le concours d’entrée de l’École en 1984 et que, en tant qu'élève étranger non soumis aux obligations militaires réservées à ses collègues français de la promotion 1983, il a rejoint l'École pour suivre l'année d’enseignement qui commençait pour la promotion 1983, promotion à laquelle il a ainsi été rattaché et ce jusqu'à sa sortie de l'École.
  6. a b et c Alexandra Schwartzbrod, « Marwan Lahoud. Missile dominici », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. Guy Dutheil et Dominique Gallois, avec Frédéric Lemaître et Marc Roche, « EADS-BAE : les dessous d'une négociation au pas de charge », Le Monde,‎ .
  8. Alain Ruello, « Thales : quel successeur pour trouver un second souffle ? », sur www.lesechos.fr, .
  9. Guy Dutheil et Cédric Pietralunga, « Safran : l’État a choisi Philippe Petitcolin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Anne Bauer, « Le chef de la stratégie d’Airbus, Marwan Lahoud, quitte le groupe sans préavis », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017).
  11. Pascal  Gateaud et Olivier  James, « "Je considère la finance comme une industrie", juge l’ex-directeur de la stratégie d'Airbus », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2020)
  12. a et b « Airbus ran ‘massive’ bribery scheme to win orders », sur Financial Times (consulté le 22 février 2020).
  13. https://www.mediapart.fr/journal/economie/270717/le-gigantesque-scandale-de-corruption-qui-menace-airbus?onglet=full
  14. https://www.mediapart.fr/journal/economie/191017/chez-airbus-un-parachute-dore-80-millions-deuros
  15. Nicolas Beau, « Kazakhgate, nouvelles perquisitions chez Marwan Lahoud », sur Mondafrique, (consulté le 29 février 2020)
  16. Yann Philippin, « Les 12 millions d’euros d’Airbus pour le premier ministre kazakh », sur Mediapart (consulté le 23 février 2020)
  17. martine orange et Yann Philippin, « Le gigantesque scandale de corruption qui menace Airbus », sur Mediapart (consulté le 22 février 2020)
  18. (en-GB) « FT », sur Financial Times (consulté le 22 février 2020)
  19. (en) « Bribery Scandal(s): Airbus rocked by corruption allegations », sur www.handelsblatt.com (consulté le 22 février 2020)
  20. Fabrice Arfi et Karl Laske, « Guéant-Djouhri: les juges sur la piste des commissions occultes d’Airbus », sur Mediapart (consulté le 22 février 2020)
  21. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/corruption-airbus-evite-le-pire-838561.html
  22. https://www.agence-francaise-anticorruption.gouv.fr/files/files/20200129%20CJIP%20AIRBUS%20signée.pdf
  23. Martine Orange et Yann Philippin, « Airbus paye 3,6 milliards d’euros pour solder douze ans de «corruption massive» », sur Mediapart (consulté le 1er mars 2020)
  24. Transparency International e.V, « Airbus bribery investigation highlights power of international cooperation in tackling corruption », sur www.transparency.org (consulté le 22 février 2020)
  25. « Past Classes | French-American Foundation », sur frenchamerican.org (consulté le 19 juin 2015)
  26. Décret du 3 février 2014 portant nomination au Conseil stratégique de la recherche
  27. « Accueil > Conseil d'administration », sur www.ihes.fr (consulté le 6 décembre 2014)
  28. « Qui sommes-nous ? – Institut Thomas More », sur institut-thomas-more.org (consulté le 25 juin 2019)
  29. « Accueil > L'Association > Le Conseil d'administration > Le Bureau », sur www.ax.polytechnique.edu (consulté le 28 juin 2019)
  30. Le Point magazine, « Clearstream: les condamnations de Lahoud et Gergorin définitives », sur Le Point, (consulté le 26 février 2020)
  31. « Imad Lahoud condamné dans une affaire d'abus de bien sociaux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2020)
  32. « Imad Lahoud condamné à trois ans de prison avec sursis pour la faillite du fonds Volter », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2020)
  33. Par Geoffroy Tomasovitch Le 31 août 2016 à 06h59, « Les condamnés de Clearstream de retour au tribunal », sur leparisien.fr, (consulté le 26 février 2020)
  34. « Un frère d'Imad Lahoud mis en examen »
  35. https://www.mediapart.fr/journal/france/021209/un-frere-dimad-lahoud-comparait-devant-le-tribunal-pour-escroquerie
  36. Décret du 9 avril 2004 portant promotion et nomination
  37. Décret du 12 juillet 2013 portant promotion et nomination

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]