Martini (constructeur automobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’automobile image illustrant la Suisse
Cet article est une ébauche concernant l’automobile et la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martini.

Martini est un constructeur automobile suisse, actif de 1897 à 1934.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1897, l'homme d'affaires suisse Adolf von Martini, fils de Friedrich von Martini, l'inventeur du fusil Martini-Henry, conçut un prototype de voiture à moteur arrière. Il poursuivit ce travail avec la construction de voitures à moteurs à V4 de 10 et 16 chevaux en 1902. Du fait que les cantons suisses étaient très hostiles aux automobiles, l'entreprise dut exporter de plus en plus, et la demande à l'étranger justifia la création d'une usine à Saint-Blaise en 1904 ; von Martini se procura un brevet de la marque française Rochet-Schneider pour utiliser des châssis en bois et des soupapes à ouverture mécanique.

Le capitaine H.H.P. Deasy sur la 16HP Double Phaëton en 1904.
1912 Martini GA.

Rapidement, son agent britannique le capitaine H.H.P. Deasy prit part dans une 16hp (16 ch) en 1904 à un raid de 3 200 km à travers les Alpes, comportant plus de 34 cols répartis entre la France, l'Italie et la Suisse. Durant l'été 1906, avec une 20hp (20 ch) et une quatre-cylindres 40hp (40 ch), Deasy s'engage dans une compétition contre les six-cylindres Rolls-Royce. Martini perdit cette course de 6 400 km appelée la « Bataille des Cylindres ».

En 1907, une 28hp à transmission par chaîne apparaît, et au rallye du Kaiserpreis, la marque se place treizième et quinzième. En 1908, l'arbre de transmission devient un standard pour les modèles 12hp, 16hp et 20hp. À la Coupe de Voiturettes de la même année, des Martini se classent septième, huitième, et dixième pour la victoire par équipe. La voiture utilisée était vendue comme un modèle de 1909, la 10/12.

La première guerre mondiale et la récession en découlant touchèrent la Suisse et les exports de Martini. En 1924, la firme est récupérée par les frères Steiger de Burgrieden ; l'année suivante Martini prend part à une nouvelle « Bataille des Cylindres » avec un nouveau six cylindres breveté par Wanderer. La voiture ne se vendit même pas en Suisse et la NF à moteur de 4,4 litres et freins aux quatre roues (ce qui est inhabituel pour l'époque) ne suffit pas à renflouer la marque. La NF fut vendue jusqu'à la faillite de Martini en 1934. En trente-sept années d'existence, Martini a commercialisé 3 500 véhicules[1].

En 2015, une série de timbres poste rappellent l’industrie automobile suisse. Un modèle Martini de 1897 est représenté avec une valeur faciale de un franc[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]