Martine-Marie-Pol de Béhague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martine-Marie-Pol de Béhague
Martine de Béhague.jpg

Portrait de la comtesse de Béarn.

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Collectionneuse d'art, salonnièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie

Martine-Marie-Pol de Béhague, comtesse de Béarn (Paris, 1869 - Paris, ), est une mécène et collectionneuse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille cadette du comte Octave de Béhague et de la comtesse, née Laure de Haber, fille d'un banquier berlinois, elle épouse à Paris, le 10 février 1890, René-Marie-Hector de Galard de Brassac de Béarn (1862-après 1920), lieutenant de cavalerie, lui apportant une dot de 3 500 000 francs-or, mais rapidement séparé, le couple - qui ne divorce que le 20 mars 1920 par jugement du Tribunal de la Seine - sera sans postérité.

Grande voyageuse, la comtesse sillonne les océans sur son yacht à la recherche de pièces rares pour ses collections éclectiques, rassemblant ce qu'elle juge le plus beau : dessins, peintures, sculptures, manuscrits, antiques, objets extrême-orientaux, porcelaines de Saxe…

Elle possède également des toiles de Watteau, Tiepolo[Lequel ?], Guardi[Lequel ?], Fragonard[Lequel ?] et même un Titien.

Hôtel de Béarn situé au no 123, rue Saint-Dominique à Paris.

Devenue propriétaire de l'hôtel particulier de ses parents au 123 rue Saint-Dominique à Paris, elle le fait, en grande partie, reconstruire, à partir de 1893, par l'architecte Walter-André Destailleur qui édifie un véritable palais, surnommé la « Byzance du Septième » par Robert de Montesquiou, où se mêlent les styles les plus variés. Cet hôtel, "un des plus beaux palais de notre ville", selon l’écrivain Henri de Régnier, est vendu, le , à l’État roumain qui y transfère son ambassade.

Les travaux comportent en 1902 la création de la façade sur jardin, ornée de colonnes ioniques jumelées, et, en 1904, la création de la façade d'entrée sur rue.

Le décor de la Salle du Chevalier, éclairée par une lumière zénithale, est un chef-d'œuvre de Jean Dampt, aujourd'hui au Musée d'Orsay. Dampt exécute également une figure du Temps emportant l'Amour en haut-relief, présentée au Salon de 1898, qui décore le grand escalier en marbre polychrome, inspiré de l'escalier de la Reine de Versailles, selon une disposition courante dans les grands hôtels particuliers de l'époque.

La salle de Concert, édifiée en 1898 par l'architecte Gustave Adolphe Gerhardt dans le style byzantin, est le plus grand théâtre privé de Paris et bénéficie d'une décoration d'une richesse exceptionnelle : « Un beau lieu dont on ne sait s'il est le théâtre ou l'église », commentera Robert de Montesquiou.

Parfois coiffée d'une perruque verte, elle reçoit, étendue sur un sofa recouvert de peaux de bêtes, peintres, sculpteurs, musiciens, écrivains, particulièrement les "Symbolistes", notamment Paul Helleu, Pascal Dagnan-Bouveret, Carlos Schwabe et Jean Dampt.

Elle soutient notamment Verlaine. Dans son hôtel, on donne Wagner, Carmen de Bizet, Fauré dirige son Requiem.

Égérie de Paul Valéry, elle en fait son bibliothécaire à l'hôtel de Béhague qui, l'année de sa mort en 1939, devient l'ambassade de Roumanie en France.

Martine de Béhague possède également le château de Fleury-en-Bière (Seine-et-Marne), qu'elle fait entièrement restaurer et où elle fait installer le confort moderne, et La Polynésie, propriété sur la Côte d'Azur au sud d‘Hyères, sur la presqu'île de Giens, morcelée en 1957 par ses neveux et héritiers, les marquis de Ganay[1].

En 1938, la comtesse de Béhague fait construire à La Polynésie, la maison des Vigneaux pour le peintre anglais Robert Norton qui n'y résidera qu’un an puisqu'il meurt comme elle en 1939. Cette maison est acquise et rénovée en 1957 pour être offerte au poète et diplomate Saint-John Perse, par un groupe d'admiratrices américaines. Le poète vivait alors en exil depuis 1940 aux États-Unis. Il a résidé aux Vigneaux jusqu'à sa mort en 1975. La maison est longuement évoquée dans sa correspondance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voir l'inventaire de ses collections à la Bibliothèque des arts (Hôtel de Sens).
  • Catalogue de la vente aux enchères publiques d'un "Riche mobilier ancien et moderne, tableaux anciens, aquarelles, dessins, gouaches, gravures, sièges et meubles anciens, bronzes d'ameublement, céramique ancienne, bois sculptés, beaux tapis d'Orient et de la Savonnerie", au château de Fleury-en-Bière les 6, 7 et 8 mai 1928 (arch. pers.).
  • Laure Stasi, avec la participation de Benjamin Mouton, L’hôtel de Béhague, résidence de l’Ambassadeur de Roumanie en France, Paris, Bucarest, 2003
  • Laure Stasi, « Les acteurs de la topophilie à Courances et Fleury-en-Bière de 1872 aux années 1920 » in Courances, Paris, Flammarion, 2003, p. 310-320
Texte remarqué par le critique Emmanuel de Roux dans Le Monde du 18 avril 2003.
  • Laure Stasi, Delphine Desveaux, « Mariano Fortuny : un théâtre idéal moderne ? » in Histoire de l'art, novembre 2003
  • Laure Stasi, « Une série inédite de peintures de la période parisienne de Francesco Giuseppe Casanova (1727 - 1802) », conférence du 10 novembre 2001, in Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, Paris, 2002, p. 89-102
  • Laure Stasi, « Le mécénat de Martine de Béhague, comtesse de Béarn (1870-1939) : du symbolisme au théâtre d’avant-garde », conférence du 15 mai 1999, in Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, Paris, 2000, p. 337-366
  • Laure Stasi, « La Salle du chevalier : "le charme de parcourir ensemble les chemins mystérieux de l'idéal" », 48/14, in La revue du Musée d’Orsay, no 11, Paris, septembre 2000, p. 56-63
  • Laure Stasi, « Un théâtre oublié », in Beaux-arts magazine, no 194, juillet 2000, p. 18
  • Laure Stasi, La Salle de concert de l’Hôtel de Béhague, Programme, Concert exceptionnel au profit de la restauration de la Salle de concert de l’Hôtel de Béhague, Paris, Salle Gaveau, Bucarest, 29 novembre 1999

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. propriétaires du château de Courances par leur ancêtre le baron Samuel de Haber, qui l'acquiert en 1870

Liens externes[modifier | modifier le code]