Martin Steffens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martin Steffens
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Martin Steffens, né en 1977, est un professeur de philosophie. Il est notamment spécialiste de la philosophe Simone Weil.

Agrégé de philosophie, Martin Steffens est professeur de philosophie en hypokhâgne et en khâgne. Auteur de plusieurs ouvrages dont « Petit traité de la joie, consentir à la vie », « La vie en bleu » et « Rien que l’amour : repères pour le martyre qui vient ».

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Martin Steffens est agrégé de philosophie. Il enseigne à Metz, en classes préparatoires au lycée Georges de la Tour[1]. Il est l'auteur d'études, de conférences et d'articles sur Nietzsche, Léon Bloy, Simone Weil ou Léon Chestov.

Verbatim[modifier | modifier le code]

« Le meilleur est désormais sûr.
Le véritable disciple de Jésus, celui que je m'efforce d'être, sait que tout lui a été donné, en Christ. Qu'on ne peut donc plus rien lui enlever. Qu'ont-ils à nous prendre ces barbares ? La vie, si bonne soit-elle, n'est que la préface maladroite qu'un traducteur inquiet aura rédigée pour un chef-d'œuvre littéraire. Notre vie n'a de sens qu'indexée à la vie éternelle du Seigneur, cette vie promise à ceux qui, n'ayant pas tenu à leur vie, l'ont pleinement reçue d'un Autre.
Non pas que la vie ici-bas ne soit pas belle et bonne : mille fois la promesse de notre vie future y fut tenue et nous avons senti, alors, comme nous sommes éternels. La terre est bonne, elle ressemblerait, sauf notre péché[2], au Paradis. Mais elle n'est pas le Paradis. Et elle l'est d'autant moins, que le Paradis qui nous attend est plus que celui qui fut perdu : Dieu ne veut pas le retour au même, il a ajouté à notre péché, il a renchéri sur lui, il a fait de nos détours autant de routes qui mènent au ciel.
Nous ne prenons pas la mesure de notre péché. Nous ne prenons pas non plus la mesure de ce que Dieu en a fait : le lieu même de sa révélation en tant que Dieu-Amour. Nos fautes ont contraint Dieu à dévoiler son cœur. »

— Rien, que l'amour : repères pour le martyre qui vient, 2016, p. 68-69 (prix de littérature religieuse 2016)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Nietzsche, Ellipses, coll. « Pas à pas », 2008.
  • Simone Weil, éditions Nouvelle Cité, coll. « Prier 15 jours avec », 2009.
  • Avec Pierre Dulau et Thierry Formet, Une journée de philosophie : les grandes notions vues à travers le quotidien, Ellipses, 2010.
  • Petit traité de la joie, consentir à la vie, Éditions Salvator, coll. « Forum », 2011 (essai) (ISBN 978-2706707759)
prix « Humanisme chrétien » 2013[3]
prix de littérature religieuse 2016[4],[5]
Dossiers
  • René Descartes, Méditations métaphysiques : 1, 2 et 3, Gallimard, 2006.
  • Simone Weil, Les Besoins de l'âme : extrait de L'Enracinement, Gallimard, 2007.
Traduits en italien

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. cette insistance avec laquelle on refuse d'aimer et se laisser aimer.
  3. « Prix Humanisme chrétien » sur aes-france.org (consulté le 30 mars 2017)
  4. a et b Claire Lesegretain, « Martin Steffens reçoit le Prix 2016 de littérature religieuse » sur la-croix.com, 16 mars 2016 (consulté le 30 mars 2017)
  5. a et b « Le prix de littérature religieuse » sur le site du Syndicat des libraires de littérature religieuse (SLLR) (consulté le 30 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]