Martin Shkreli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martin Shkreli
Description de cette image, également commentée ci-après

Martin Shkreli s'exprimant devant le Comité de la Chambre des représentants, en février 2016.

Naissance (34 ans)
Brooklyn, New York, NY, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine
Diplôme
Profession

Martin Shkreli est un gestionnaire de fonds d'investissement américain, spécialisé dans les entreprises de soins de santé. Il est le co-fondateur de MSMB Capital Management, de Retrophin Inc et le fondateur de Turing Pharmaceuticals AG, ainsi que le co-fondateur de Retrophin LLC, une société de biotechnologie fondée en 2011.

Inconnu avant le , il s'est fait connaître pour avoir fait flamber le prix d'un médicament d’un facteur 55, le Daraprim, qui passe ainsi de 13,50$ US à 750$ US, créant un scandale aux États-Unis et dans le reste du monde, et forgeant sa réputation d'homme « le plus détesté des États-Unis ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'immigrants croate et albanais, Martin Shkreli est né à Brooklyn, dans la ville de New York, le . Après ses études au Baruch College (Université de la ville de New York) où il obtient un diplôme de bachelor of Business Administration, il occupe des postes chez UBS et Intrepid Capital Management avant de créer, en 2006, son premier fonds d'investissement, Elea Capital Management.

En 2009, Shkreli lance MSMB Capital Management[1]. Shkreli aurait utilisé les actifs du fonds spéculatif MSMB capital management, qui était alors en faillite, pour fonder Retrophin[2], ce qui lui a valu le 17 décembre 2015 d'être arrêté pour fraude par le FBI.

Scandale du Retrophin[modifier | modifier le code]

Retrophin Inc.[3] est créée en 2011, par MSMB Capital, en tant que société de portefeuille spécialisée dans la biotechnologie afin de créer des traitements pour lutter contre les maladies orphelines.

En septembre 2014, Retrophin acquiert les droits de Thiola, un médicament utilisé pour traiter la cystinurie, une maladie rare. Après cette acquisition, Shkreli en tant que PDG de Retrophin, décide d'augmenter de 20 fois le prix de Thiola, alors qu'il n'a eu aucun coût de recherche ou de développement supplémentaire, n'ayant simplement eu qu'à acquérir les droits. Shkreli démissionne de la société en octobre 2014, après que le conseil de Retrophin décide de le remplacer par Stephen Aselage.

Pendant son mandat à Retrophin, Shkreli a été critiqué par l’organisation Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (en) (CREW) pour manipulation présumée du processus réglementaire de la Food and Drug Administration en vue de jouer sur le cours des actions pour son propre intérêt financier. En août 2015, Retrophin a déposé une plainte contre Shkreli, en demandant un dédommagement de 65 millions de dollars, affirmant qu'il a manqué à son devoir de loyauté envers la société biopharmaceutique dans un différend de longue date sur l'utilisation des fonds de la société.

Ayant quitté Retrophin, Shkreli crée Turing Pharmaceuticals[4].

Scandale du Daraprim[modifier | modifier le code]

Devenu président exécutif de Turing Pharmaceuticals[5], Martin Shkreli achète les droits exclusifs de commercialisation du Daraprim aux États-Unis, un médicament utilisé par des malades du sida[6], et contre la toxoplasmose et la malaria[7], classé comme médicament essentiel par l'OMS et qui est disponible depuis 1953, pour 55 millions de $US au laboratoire Impax Laboratories et multiplie, en août 2015, le prix du Daraprim par plus de 50, passant de 13,50 $US à 750 $US le comprimé[8],[9],[10]. Bien que le brevet ait expiré depuis longtemps, aucune entreprise américaine ne fabrique, actuellement, le générique du pyriméthamine[11].

Face aux critiques, Shkreli indique que le nouveau prix se situe en bas de l'échelle de ce que coûtent les médicaments pour maladies orphelines, qu'il n'est pas le premier fabricant à augmenter le prix des médicaments et que le nouveau prix permet de faire de bons bénéfices, mais pas des bénéfices scandaleusement élevés[12]. Il indique également qu'avec ces profits, il investira dans la recherche et le développement. Cette rhétorique a été appliquée par la société Gilead Sciences avec le médicament Sovaldi[13],[14]. Malgré les arguments avancés, bon nombre d'Américains pensent que Shkreli cherche à les duper. D'autant qu'un groupe de lycéens australiens a réussi à synthétiser la molécule pour un montant de 20 $US[15].

Hillary Clinton, candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine de 2016, a indiqué : « Pratiquer de tels prix abusifs dans le secteur des médicaments est scandaleux. Demain, je présenterai un plan pour les dénoncer »[16]. The Infectious Diseases Society of America (en), the HIV Medicine Association et d'autres sociétés savantes se sont également manifestées.

À la suite de ces réactions, le PDG de Turing déclare que son groupe a commis des erreurs de communication et qu'il est favorable à une baisse de prix[12].

En Inde, plusieurs génériques de pyriméthamine sont disponibles pour un prix allant de 0,05 à 0,10 $US par comprimé (de 3 à 7 roupies indiennes). Au Royaume-Uni, la boîte de 30 comprimés de Daraprim coûte 13 £ (20 $US) soit 0,43 £ (0,60 $US) le comprimé. En France, il est commercialisé, par Sanofi-Aventis, sous le nom de Malocide au prix de 12,94 les 20 comprimés soit 0,65 € (0,72 $US) le comprimé[17].

KaloBios Pharmaceuticals[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, un groupe d'investisseurs, avec à leur tête Shkreli, acquiert une participation dans KaloBios Pharmaceuticals[18], Inc. (NASDAQ : Kbio[19]), une société biopharmaceutique basée à South San Francisco, en Californie. Shkreli a été nommé directeur général de la nouvelle société, et a également prévu de continuer son rôle de PDG de Turing Pharmaceuticals.

Après son arrestation, le cours de KaloBios a chuté de 50 %[20].

Martin Shkreli et le rap américain[modifier | modifier le code]

Martin Shkreli achète le dernier album du Wu Tang Clan édité à un seul et unique exemplaire, intitulé Once Upon a Time In Shaolin, en mai 2015, pour un montant de deux millions de dollars. L'accord voulait qu'il n'ait pas le droit de le vendre mais qu'il soit autorisé à le diffuser gratuitement sur internet. Les membres du Clan expliquent n’avoir appris qu’après coup, qu’ils avaient fait affaire avec « l’homme le plus détesté de l’année 2015 ». Si bien qu’ils décident d’en donner une « portion significative » à des associations de charité[21]. À la suite d'un différend avec un des membres du groupe, l'entrepreneur menace d'endommager l'album en question. À la suite de ce différend, il a tourné un clip dans lequel il provoque Ghostface Killah en ces termes : « Je vais t'effacer des livres d'histoire du rap. »[22],[23]. Le 9 novembre 2016, il diffuse des extraits de l'album du Wu-Tang Clan[24] suite à la victoire de Donald Trump à l'Élection présidentielle américaine de 2016[25]. En septembre 2017, Martin Shkreli met en vente cet album sur la plateforme EBay.

En 2016, il annonce sur Twitter sa volonté d'acheter le dernier album du rappeur Kanye West, The life of Pablo pour un montant de 10 millions de dollars, pour empêcher le monde d'en profiter. Il prétend par la suite s'être fait arnaquer par un proche de Kanye West nommé « Daquan », en essayant d'acheter cet album. Tous les sites d'actualités postent alors qu'il s'est fait plumer, mais il s'avère qu'il ne s'est rien passé et que son fameux tweet « Who the fuck has my fifteen million dollars?? » est encore un troll[26].

Shkreli suspendu par Twitter[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 2017 Twitter a suspendu le compte de Shkreli, après que celui-ci a harcelé sur le réseau social la journaliste Lauren Duca (en)[27].

Arrestation, audition et procès[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 2015, Martin Shkreli est arrêté[28] par le FBI pour fraude en valeurs mobilières dans l'affaire du Retrophin[29] et accusé d'être à la tête d'un système de Ponzi[30]. Il aurait utilisé les actifs du fonds spéculatif MSMB capital management, qui était alors en faillite, pour fonder Retrophin[2].

Un communiqué de presse du ministère de la Justice indique : « Martin Shkreli est présumé avoir engagé plusieurs programmes pour prendre au piège les investisseurs grâce à un tissu de mensonges et de tromperie[31],[32] ».

Il est inculpé de 7 chefs d'accusation par un juge fédéral de Brooklyn[33] et démissionne de la direction générale du laboratoire Turing Pharmaceuticals[34].

La juge du district de Brooklyn Kiyo Matsumoto (en) a autorisé Shkreli à se rendre, le 4 février 2016, à Washington pour comparaître à une audience du Congrès sur les prix des médicaments[35]. Sur conseil de ses avocats, dont Ben Brafman, celui-ci a indiqué qu'il ne ferait que s'identifier puis affirmer le privilège du 5e amendement de la Constitution des États-Unis[36].

Après avoir posé des questions, les parlementaires ont autorisé Shkreli à quitter la salle, celui-ci invoquant inlassablement le 5e amendement, avec un sourire narquois et parfois arrogant[36]. À la fin de cette audition un élu a indiqué « Je n'ai jamais vu la Commission parlementaire être traitée avec autant de mépris ». Sorti de l'audience, Shkreli a immédiatement tweeté « Difficile d'accepter que ces imbéciles représentent le peuple »[36].

Accusé de huit chefs d'accusation, dont deux chefs d'accusation de fraude en valeurs mobilières et de diverses accusations de complot, pour avoir trompé les investisseurs sur sa performance financière désastreuse en tant que gestionnaire de portefeuille de fonds de couverture, Shkreli, défendu par l'avocat Benjamin Brafman, devrait être jugé le 26 juin 2017[37],[38],[39],[40].

Comme prévu, le procès s'est ouvert le 26 juin 2017, le tribunal tentant, durant 3 jours, de constituer un jury impartial en raison du dégout que provoque Shkreli auprès de la population[41].
Après cinq jours de délibérations, les jurés l'ont reconnu coupable et ont condamné Shkreli de trois des huit chefs d'accusation[42] :

  1. fraude en matière de valeurs mobilières dans le cadre de son fonds de couverture MSMB Capital
  2. Fraude en matière de valeurs mobilières dans le cadre de MSMB Healthcare
  3. complot pour commettre des fraude en matière de valeurs mobilières liées au régime boursier Retrophin, dans lequel il a essayé de contrôler silencieusement une grande partie du stock de Retrophin.

Les jurés ont uniquement mis l'accent sur le fait que Shkreli avait l'intention de nuire aux investisseurs qui lui ont donné de l'argent.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MSMB correspondant à Martin Shkreli et Marek Biestek ses deux fondateurs.
  2. a et b Martin Shkreli, l'homme le plus détesté du monde, arrêté
  3. (en)Site de Retrophin.
  4. (en)Site de Turing Pharmaceuticals.
  5. (en) L'équipe dirigeante de Turing Pharmaceuticals.
  6. Le prix d'un médicament pour les malades du sida multiplié par 54 par un fonds d'investissement sur francetvinfo.
  7. Résumé des caractéristiques du DARAPRIM 25 mg.
  8. Un entrepreneur achète un médicament et augmente son prix de 50 fois sur Radio-Canada.
  9. Scandale aux USA : le prix du médicament Daraprim augmente de 5000 % ! sur contrepoints.
  10. Le prix d’un médicament contre la toxoplasmose bondit de 5 400 % en un jour sur lemonde.fr.
  11. La Pyriméthamine sur vidal.fr
  12. a et b Le Temps, « Turing renonce à augmenter le Daraprim », (consulté le 24 septembre 2015).
  13. Hépatite C et Sovaldi : aujourd’hui, grâce à Médecins du Monde, le scandale rebondit.
  14. Sovaldi : pourquoi le remède à l'hépatite C peut coûter 705 euros en Inde et 41 000 euros en France sur huffingtonpost.fr.
  15. (en) Raveen Hunjan, « Daraprim drug's key ingredient recreated by high school students in Sydney for just $20 », sur www.abc.net.au
  16. Un hedge fund augmente de 5.500% le prix d'un médicament utilisé par des malades du VIH.
  17. Éthique pharmaceutique : l’affaire Daraprim, vieil antiparasitaire soudain vendu au prix de l’or.
  18. Site de KaloBios Pharmaceuticals
  19. Cours et résumé des données de l'action KaloBios Pharmaceuticals, Inc
  20. Martin Shkreli, l’homme qui fait bondir le prix des médicaments, inculpé pour fraude
  21. [1]
  22. Martin Shkreli menace d’endommager l’unique copie du dernier album de Wu-Tang Clan sur lemonde.fr
  23. Le controversé Martin Shkreli menace d'endommager l'album du Wu-Tang Clan dont il détient l'unique exemplaire sur huffingtonpost.fr
  24. [2] Martin Shkreli leaks Wu-Tang Clan album in celebration of Trump victory (en)
  25. Pour célébrer Trump, Martin Shkreli dévoile des titres inédits du Wu-Tang Clan sur lefigaro.fr
  26. Martin Shkreli, escroqué prétendu et troll avéré
  27. L’entrepreneur Martin Shkreli suspendu par Twitter pour avoir harcelé une journaliste sur lemonde.fr
  28. (en) How Martin Shkreli Allegedly Created a 'Ponzi Scheme' With Biotech Stocks
  29. (en) Martin Shkreli Arrested on Fraud Charges - The New York Times
  30. (en) Martin Shkreli, Pharma Executive, Arrested on Fraud Charges sur wsj.com
  31. (en) Martin Shkreli Charged With Defrauding Former Hedge Funds Investors And Then Misappropriating More Than $11 Million In Assets From Publicly Traded Retrophin Inc. (RTRX) To Pay Back Defrauded Investors
  32. (en) Martin Shkreli is part of a federal probe involving a biotech company that fired him last year. sur huffingtonpost.com
  33. Martin Shkreli inculpé pour fraude sur directmatin.fr
  34. Martin Shkreli veut éviter une audition au Congrès US sur reuters.com
  35. (en) Ex-drug CEO Shkreli gets green light to appear before Congress sur reuters.com
  36. a, b et c Le Congrès américain face au "visage de la cupidité" de Martin Shkreli sur levif.be
  37. (en) Martin Shkreli, le visage infâme de scandaleux hausses de prix des médicaments, était de retour en cour fédérale jeudi
  38. (en) Le procès de Martin Shkreli sur des accusations de fraude en valeurs mobilières fixée au 26 juin 2017
  39. (en) Matthew Goldstein et Alexandra Stevenson, « Martin Shkreli Appears to Adopt a New Legal Strategy: Silence », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  40. (en) Jason Silverstein, « Martin Shkreli hires Benjamin Brafman, high‑profile attorney who defended Sean Combs, Michael Jackson and Dominique Strauss‑Kahn », Daily News, New York, (LCCN sn83030450)
  41. Derrière le procès de Martin Shkreli le financier sans scrupule, celui de Martin Shkreli le troll
  42. Martin Shkreli Is Found Guilty of Fraud