Martin Matalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matalon.
Martin Matalon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Genre artistique
Site web

Martin Matalon, né le à Buenos Aires, est un compositeur argentin, installé à Paris depuis 1993. Il est professeur de composition au Conservatoire à rayonnement régional d'Aubervilliers-La Courneuve.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Matalon étudie au Boston Conservatory of Music, puis à la Juilliard School de New York où il obtient son master de composition en 1986. Il apprend la direction d'orchestre avec Jacques-Louis Monod. Il suit les cours d'Olivier Messiaen et de Pierre Boulez au Centre Acanthes de Villeneuve-lès-Avignon (étés 1987 et 1988) ; en 1988-1989, bénéficiaire d'une bourse Fulbright, il étudie avec Tristan Murail.

En 1989, il fonde à New York l'ensemble Music Mobile, dédié à la musique contemporaine ; il le dirige jusqu'en 1996. Après son installation à Paris en 1993, il collabore avec l'IRCAM et compose La Rosa profunda pour illustrer une exposition au Centre Georges-Pompidou sur l'univers de Jorge Luis Borges, puis une musique pour la version restaurée du Metropolis de Fritz Lang. Le cinéma de Luis Buñuel inspire trois de ses œuvres : Las Siete Vidas de un gato, en 1996, à partir d’Un Chien andalou (1927), Le Scorpion, en 2001, sur L’Âge d’or (1930), et Traces II, en 2005, sur Las Hurdes (Terre sans pain, 1932).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Miracle Secret, opéra de chambre, pour cinq voix et dix instruments, d'après le conte de Jorge Luis Borges (1989).
  • Formas de arena, pour flûte, harpe et alto (2001).
  • Lineas de agua, pour huit violoncelles (2003).
  • Série Traces, pour instrument solo avec dispositif électronique :
    • Traces I, pour violoncelle (2004) ;
    • Traces II, pour alto (2005) ;
    • Traces III, pour cor (2006) ;
    • Traces IV, pour marimba (2006).
    • Traces V, pour clarinette (2006) ;
    • Traces VI, pour flûte (2006) ;
    • Traces VII, pour soprano (2008) ;
    • Traces VIII, pour violon (2012).
  • Trames, « œuvres à la lisière de l’écriture soliste du concerto et de la musique de chambre » selon l'auteur :
    • de Trame I (1997) à Trame XI (2011).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Serrou, « Matalon déploie son bel arsenal », La Croix.

Liens externes[modifier | modifier le code]