Martin L. Gore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Martin Gore)
Aller à : navigation, rechercher
Martin L. Gore
Description de cette image, également commentée ci-après

Martin Gore à Londres en 2009.

Informations générales
Nom de naissance Martin Lee Gore
Naissance (56 ans)
Dagenham, Essex, Angleterre
Activité principale Musicien, chanteur, parolier, compositeur
Genre musical New wave, synthpop, alternative rock, electronic rock, alternative dance, electronica
Instruments Synthétiseur, guitare, chant, piano, guitare basse, orgue, harmonium, accordéon, mélodica, flûte à bec
Années actives Depuis 1977
Labels Mute Records, Sire Records, Reprise Records
Site officiel www.martingore.com

Martin Lee Gore, né le à Dagenham dans l’Essex (aujourd'hui dans le Grand Londres) en Angleterre est un compositeur, parolier, chanteur, guitariste et claviériste anglais, cofondateur du groupe Depeche Mode. Martin est le principal auteur/compositeur de Depeche Mode, et bien que Dave Gahan soit l'interprète charismatique du groupe, Gore intervient également comme chanteur, mais surtout en tant que guitariste ainsi que claviériste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère Pamela et son beau-père, qu’il pensait être son père[1], David Gore, travaillent à l'usine Ford. Martin est l’aîné de deux demi-sœurs : Karen et Jacqueline. La famille déménage à Basildon où son père trouve un emploi de chauffeur routier. Martin Lee Gore quitte la St Nichola's Comprehensive School en 1977 pour travailler dans une banque. Parallèlement, il s'implique dans le groupe Norman and the Worms. Avec ses premiers salaires il achète un synthétiseur Moog Prodigy[2].

En 1980, Andrew Fletcher, qui a fondé le groupe Composition of Sound avec Vince Clarke, lui propose de devenir membre de ce groupe. Le groupe est rebaptisé Depeche Mode lorsque Dave Gahan l'intègre.

Martin Gore, véritable âme du groupe depuis 1981, date du départ de Vince Clarke (ce dernier était en effet le compositeur principal du premier album Speak and Spell, mis à part Tora! Tora! Tora! et Big Muff composés par Martin Lee Gore), compose la totalité des morceaux (à l’exception de quelques morceaux des albums Playing The Angel et Sounds of the Universe, composés par Dave Gahan, et de quelques titres co-écrits avec Alan Wilder). Guitariste (assumé depuis la tournée Exciter en 2001), il est également aux claviers et est la seconde voix du groupe. Sur chaque album tout comme à chaque concert, il interprète deux ou trois titres en solo.

L’auteur compositeur[modifier | modifier le code]

Martin Gore dans les années 1980

Martin Gore n’a pas une écriture prolifique, son travail d’écriture et de composition se fait généralement sous la pression, lorsqu’un album est en projet. Ses inspirations proviennent davantage de son inconscient que de l’observation du monde qui l’entoure. Les thèmes traités dans ses chansons sont récurrents : souffrance, sexe, religion, vice, relations aux autres, rédemption. Ses textes à la fois simples et cyniques continuent toujours de conquérir le public de Depeche Mode 25 ans après. Si beaucoup jugent ses textes sombres, il s’en défend. Pour lui, il y a toujours une note d’espoir, un deuxième degré ou une note d’humour que le public ne capte pas toujours. Ses influences musicales majeures sont la country, le folk, le rock, l'électro allemande et le gospel. Très peu enclin au travail de studio, Gore délaisse souvent ses chansons lors de cette étape. Durant les années 1980, il a coutume de livrer des maquettes assez abouties ne permettant pas un travail de production très poussé. C'est lors de la préparation de l'enregistrement de l'album Violator qu'il va épurer au maximum chacune de ses compositions afin de permettre une plus large expérimentation, lors de l'enregistrement, entreprise essentiellement par le producteur Flood et Alan Wilder.

Sur l'album Playing The Angel, pour la première fois, il accepte que trois chansons soient composées par Dave Gahan, (Suffer Well (sorti en single), Nothing Is Impossible et I Want It All). Dans l'ensemble, les textes de cet album montrent une grande maturité : constat sur soi-même, aveu des faiblesses humaines, culpabilité, prise de conscience, condamnation de l’intégrisme religieux (John The Revelator) ainsi qu’une chanson Precious dédiée aux enfants de Martin Gore à la suite de son divorce (« les anges aux ailes d’argent ne devraient jamais connaître la souffrance »).

Discrétion et excentricité[modifier | modifier le code]

Maladivement timide lorsqu’il était jeune, élève studieux, discipliné, replié sur lui-même, la personnalité de Martin Gore s’est révélée au sein de Depeche Mode. Le temps de la messe dominicale et de l'ennui cède la place à la découverte de nouveaux plaisirs : clubs undergrounds de Berlin (ville qu'il habite pendant quelques années au milieu des années 1980) et de Londres, drogues, conquêtes amoureuses, alcool

L'excentricité des tenues vestimentaires de Martin Gore a fait couler beaucoup d’encre dans la presse britannique des années 1980 : bas résilles, rouge à lèvres, jupe, short en cuir, lingerie en dentelle, tuniques de cuir, colliers, vernis à ongles noir, cheveux crêpés et décolorés… Un style androgyne souvent emprunté au S&M, par goût esthétique, mais aussi, avouera-t-il, pour choquer et faire réagir l’Angleterre conservatrice et les éventuels machos de son public. Pour montrer aussi que le cliché femme / homme est absurde et que l'on peut s'approprier des accessoires destinés à l'autre sexe sans que cela puisse compromettre sa sexualité. Ceci lui a valu pendant longtemps d’être perçu comme bisexuel aux yeux d’un certain nombre, ce qu’il dénonce fortement : il n'a toujours été attiré que par les femmes. [réf. souhaitée]

Son style vestimentaire sur scène s'inspire du Glam rock de l’époque Ziggy Stardust. Lors de la tournée Exciter, il est vêtu de blanc avec un t-shirt orné d’une aile sur l’épaule. Lors de la tournée Touring the Angel, c’est en noir qu’il apparaît avec deux ailes dans le dos, des plumes aux pieds, un bonnet en iroquois, clin d’œil à l’époque punk et des paillettes argentées sur le visage.

De nature réservée, les membres du groupe le voient encore aujourd'hui comme quelqu’un d’insaisissable et imprévisible, qui a du mal à exprimer ses sentiments. Ce que Martin Gore déteste par-dessus tout, lors des interviews, est parler de lui, des excès du passé et de sa vie privée.[réf. souhaitée]

Carrière personnelle[modifier | modifier le code]

Martin Gore sur scène avec Depeche Mode en 2006.

En 1989 Martin Gore enregistre son premier album de reprises de chansons qu’il affectionne particulièrement (Sparks, Tuxedomoon, The Durutti Column, etc.) : Counterfeit. En 2003, il profite du fait que Dave Gahan réalise son premier album solo pour enregistrer Counterfeit2, second album de reprises (The Velvet Underground, David Bowie et Iggy Pop, John Lennon, David Essex, Nick Cave, etc.). Les chansons sont réinterprétées à sa manière, sur fond sonore électro dépouillé, piano ou guitare. Les chansons qu’il reprend ont largement influencé son processus de création artistique au sein de Depeche Mode. Il lui arrive aussi de se produire comme DJ dans des bars londoniens et californiens.

En 2010, Martin Gore est contacté par Vince Clarke l'invitant à collaborer sur un projet techno baptisé de leurs initiales respectives, VCMG. En raison de leur éloignement géographique, les deux amis ont façonné leur album entièrement par correspondance avant de se rencontrer pour finaliser l'album, en mai 2011. Un premier EP, Spock, sort le 30 novembre 2011, précédant l'album Ssss sorti le 12 mars 2012.

En 2014, Martin L. Gore est contacté par Jean-Michel Jarre (via Vince Clarke) pour collaborer sur un titre de son album participatif Electronica, mais, travaillant sur le nouvel opus Spirit de Depeche Mode prévu pour 2017, il est contraint de refuser mais n'exclut pas un jour de travailler avec lui sur un projet.

En 2015, Martin Gore sort un nouvel album solo entièrement instrumental MG qui est salué par la critique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a eu deux liaisons sérieuses, Anne Swindell, sa petite amie du collège en 1983, et Christina Friedrich, une allemande, de 1983 à 1987. Il habite quatre ans avec Suzanne Boisvert avant de l'épouser le 27 août 1994 à Londres. Cette Texane d'origine française, née le 22 octobre 1968, est une ancienne créatrice de lingerie et mannequin. Ils ont eu trois enfants : Viva Lee née le 6 juin 1991, Ava Lee le 21 août 1995 et Calo Leon le 27 juillet 2002, se sont séparés en 2004 et ont divorcé en janvier 2006. Ils sont propriétaires de AVIA spa depuis 2003, un sanctuaire asiatique.

Martin vit actuellement à Santa Barbara en Californie pour être auprès de ses enfants dont il a la garde partagée, il n'est donc pas retourné vivre en Angleterre.

Il s'est marié avec Kerrilee Kaski en juin 2014. Ensemble, ils ont eu deux filles : Johnnie Lee le 19 février 2016 et Mazzy Lee le 13 mars 2017.

Végétarisme[modifier | modifier le code]

Martin Gore devint végétarien en 1983, pour des raisons morales et de santé.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Ses interprétations solo au sein de Depeche Mode[modifier | modifier le code]

  • Speak and Spell -1981
    • Any Second Now
  • À Broken Frame -1982
    • Shouldn't have done that
  • Construction Time Again - 1983
    • Pipeline
  • Some Great Reward - 1984
    • It Doesn't Matter
    • Somebody
  • Black Celebration - 1986
    • Black Day (face B)
    • A Question of Lust
    • Sometimes
    • It Doesn't Matter Two
    • World Full of Nothing
  • Music for the Masses - 1987
    • The Things You Said
    • I Want You Now
    • Route 66 (face B)
  • Violator - 1990
    • Sweetest Perfection
    • Blue Dress
  • Songs of Faith and Devotion - 1993
    • Judas
    • One Caress
    • Death's Door (face B)
  • Ultra - 1997
    • Home
    • The Bottom Line
  • Exciter - 2001
    • Comatose
    • Breathe
  • Playing the Angel - 2005
    • Macro
    • Damaged People
  • Sounds of the Universe - 2009
    • Jezebel
    • The sun and the moon and the stars (bonus track)
    • Little soul
  • Delta Machine - 2013
    • The Child Inside
    • Always (bonus track)
  • Spirit - 2017
    • Eternal
    • Fail

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martin L. Gore (trad. Jugurtha Harchaoui), Lays, Éditions Normant, (ISBN 978-2915685411)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "A la fin des années 80, Martin découvre que son véritable père est un noir américain. Il le rencontrera une fois, à l'occasion d'une tournée américaine", http://www.depeche-mode.be/biographies/martingore.html
  2. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]