Marthe Villalonga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villalonga (homonymie).
Marthe Villalonga
Description de cette image, également commentée ci-après

Marthe Villalonga au festival de Cannes 2016

Nom de naissance Marthe Sylvia Gilda Marie Thérèse Villalonga[1]
Naissance (84 ans)
Fort-de-l'Eau (aujourd'hui Bordj el Kiffan), département d'Alger
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession actrice

Marthe Villalonga, née le à Fort-de-l'Eau (aujourd'hui Bordj el Kiffan), en Algérie française, est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord pianiste, Marthe Villalonga prend cependant la voie de la comédie. Elle est remarquée dès 1958 dans une pièce à succès, La Famille Hernandez, de Geneviève Baïlac, contant les aventures d'une famille pied-noir. Elle débute au cinéma en 1964 avec Déclic et des claques de Philippe Clair. Après avoir joué dans de nombreuses séries pour la télévision, elle décroche un rôle important au cinéma dans Le Clair de terre en 1970. Son premier succès public viendra avec les films d'Yves Robert, Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, où elle joue la mère envahissante de Guy Bedos, alors qu'elle a moins de 2 ans de plus que son fils à l'écran (son visage a toujours fait âgé, même jeune). Puis elle interprète Marguerite Narboni, pied-noir, dans Le Coup de sirocco d'Alexandre Arcady en 1979. Ce rôle lui collera d'ailleurs à la peau car elle sera souvent engagée pour jouer des rôles de mère juive alors que, dit-elle, « Je ne suis ni mère, ni juive ![2] » ce qui ne l'a pas empêchée de triompher au théâtre dans Comment devenir une mère juive en dix leçons. La série Maguy lui permettra de s'imposer dans le cœur du public et précédera La Calanque (avec Jean-Pierre Darras sur TF1[3]). André Téchiné lui donne l'occasion de diversifier son jeu dans deux de ses films, Les Innocents et surtout Ma saison préférée.

En 1993, elle est nominée pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour le film Ma Saison Préférée d'André Techiné.

En 2003, au festival de télévision de Monte-Carlo, elle reçoit la Nymphe d'or de la meilleure actrice pour le film Nés de la mère du monde de Denise Chalem.

Elle reçoit en 1997 le prix Reconnaissance des cinéphiles à Puget-Théniers décerné par l'Association Souvenance de cinéphiles pour l'ensemble de sa carrière. En 2010, elle joue au côté de Bruno Madinier dans la pièce Le mal de mère.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Marthe Villalonga au festival de Cannes 1994.

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Théâtre (sélection)[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marthe&ident=58128&debut=0&record=0&from=ok Les gens du cinéma
  2. Phrase confirmée sur France Inter le 26 décembre 2013 dans l'émission On va tous y passer.
  3. « La Calanque - L'Encyclopédie des Séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le 27 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]