Martha Nussbaum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martha Craven Nussbaum
Martha Nussbaum wikipedia 10-10.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Alan Nussbaum (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Influencée par
Distinctions

Martha Nussbaum, née Martha Craven le , est une philosophe américaine qui s'intéresse particulièrement à la philosophie antique, au droit et à l'éthique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à New York. Son père, George Craven, est un avocat de Philadelphie, et le descendant d'une famille du Mayflower. Elle étudie le théâtre et les lettres classiques à l'université de New York, où elle obtient son diplôme en 1969, puis réalise un master de philosophie à Harvard en 1972 et un doctorat en 1975). C'est à cette époque qu'elle s'est mariée avec Alan Nussbaum (ils ont divorcé en 1987), s'est convertie au judaïsme et que sa fille, Rachel, est née.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Pendant les années 1980, Nussbaum a commencé à collaborer avec l'économiste Amartya Sen sur les enjeux du développement économique et de l'éthique. Avec Sen[1], elle a fait la promotion du concept de l'« approche de la capabilité » (à différencier de la "capacité" : capability approach) dans le développement, approche qui voit les capabilités (« libertés fondamentales », comme l'espérance de vie, l'engagement dans les échanges économiques ou la participation politique) comme la part constitutive du développement, et la pauvreté comme une privation de ces capabilités. Ces idées contrastent avec le discours dominant qui ne perçoit le développement qu'en termes d'augmentation du PIB et la pauvreté comme une privation de salaire. Les idées de Nussbaum sont aussi universalistes et contrastent avec le relativisme habituel associé avec l'étude du développement. Beaucoup de ses travaux sont présentés sous une perspective aristotélicienne, influencée par l'éthique de la vertu.

Nussbaum a utilisé l'approche de la capabilité pour réinterpréter la Théorie de la justice (1971) de John Rawls. Pour elle, le principe de liberté de Rawls n'est significatif que s'il est compris en termes de libertés fondamentales, à savoir les opportunités réelles basées sur le contexte personnel et social. De même, l'inégalité dans le principe de la différence doit être comprise en termes de capabilité et non une égalité de droit. [pas clair].

Depuis 1995, Nussbaum est professeure de droit et d'éthique à la faculté de droit de l'université de Chicago. Elle vécut pour un temps avec Cass R. Sunstein, un professeur de droit constitutionnel à la même université, remarié depuis 2008 et nommé à l'OIRA (Office of Information and Regulatory Affairs) par le président Obama.

Auteure à la fois très productive et très engagée[2], Nussbaum a témoigné comme expert devant la Cour suprême dans l'affaire Romer v. Evans, en 1996, où elle a critiqué la thèse selon laquelle l'histoire de la philosophie fournirait un motif au Colorado pour interdire les lois et règlements empêchant la discrimination contre les homosexuels ou basée sur l'orientation sexuelle. Cela lui a valu des attaques de la part de Robert P. George, un professeur de théorie du droit à l'Université de Princeton, tenant de la New Natural Law Theory. Elle répondit à ces attaques en publiant un article intitulé « Platonic Love and Colorado Law »[3].

Par ailleurs, elle s'est opposée à des gens aussi différents que Judith Butler et Allan Bloom à qui elle reprochait d'être des mandarins isolant la philosophie des problématiques politiques contemporaines.[réf. nécessaire] Elle a aussi critiqué Butler, et son essai Trouble dans le genre, indiquant que selon elle, Butler encouragerait les femmes à ne plus se concentrer sur les inégalités concrètes (comme les différences de salaire) au profit d'une théorie mettant en avant la « subversion ». Elle qualifie ainsi les idées de Judith Butler de « défaitisme branché »[4]. Elle s'est aussi opposée à la mutilations génitales féminines et l'interdiction de la burqa, qu'elle considère comme discriminatoire[5].

Martha Nussbaum en 2010

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aristotle's De Motu Animalium, Princeton University Press, 1978
  • The Fragility of Goodness: Luck and Ethics in Greek Tragedy and Philosophy, Cambridge University Press, 1986
    • traduction française : La fragilité du bien. Fortune et éthique dans la tragédie et la philosophie grecques [« The Fragility of Goodness »], Éditions de l’éclat, coll. « Polemos », , 704 p. (ISBN 978-2-84162-383-9)
  • Love's Knowledge - Essays on Philosophy and Litterature, Oxford University Press, 1990
    • traduction française : La connaissance de l'amour : Essais sur la philosophie et la littérature [« Love's Knowledge:Essays on Philosophy and Litterature »], Cerf, , 589 p. (ISBN 978-2204091800)
  • The Therapy of Desire - Theory and Practice in Hellenistic Ethics, Princeton University Press, 1994
  • Poetic Justice - The Literary Imagination and Public Life, Beacon Press (en), 1995
    • traduction française : L'art d'être juste [« Poetic Justice. The Literary Imagination and Public Life »], Flammarion Climats, , 275 p. (ISBN 9782081290105)
  • Love of Country - Debating the Limits of Patriotism, Beacon Press, 1996
  • Cultivating Humanity - A Classical Defense of Reform in Liberal Education, Harvard University Press, 1997
  • Sex and Social Justice, Oxford University Press,; 1998
  • Women and Human Development - The Capabilities Approach, Cambridge University Press, 2000
    • traduction française : Femmes et développement humain : L'approche des capabilités [« Women and Human Development:The Capabilities Approach »], Éditions des femmes, (ISBN 978-2721005755)
  • Upheavals of Thought - The Intelligence of Emotions, Cambridge University Press, 2001
  • "The Incomplete Feminism of Musonius Rufus, Platonist, Stoic, and Roman." In The Sleep of Reason: Erotic Experience and Sexual Ethics in Ancient Greece and Rome., University of Chicago Press,
  • Hiding From Humanity - Disgust and Shame in the Law, Princeton University Press, 2004
  • Frontiers of Justice : disability, nationality, species membership, Cambridge (Mass.), Harvard university press, 2006
  • Liberty of conscience : in defense of America's tradition of religious equality, New York, Basic books, 2008
  • From Disgust to Humanity : Sexual Orientation & Constitutional Law, Inalienable Rights Series, Oxford University Press, 2009
  • Not for Profit : Why Democracy Needs The Humanities, The Public Square Book Series, Princeton University Press, 2010
    • traduction française : Les émotions démocratiques : Comment former le citoyen du XXIe siècle ? [« Not for Profit:Why Democracy Needs The Humanities »], Flammarion Climats, , 204 p. (ISBN 978-2081259546)
  • Creating Capabilities: The Human Development Approach, Harvard University Press, 2011
    • traduction française : Capabilités : Comment créer les conditions d'un monde plus juste ? [« Creating Capabilities: The Human Development Approach »], Flammarion Climats, , 300 p. (ISBN 978-2081270770)
  • Philosophical Interventions: Book Reviews 1986-2011, Oxford University Press, 2012
  • The New Religious Intolerance: Overcoming the Politics of Fear in an Anxious Age, Harvard University Press, 2012
    • traduction française : Les religions face à l'intolérance : Vaincre la politique de la peur [« The New Religious Intolerance:Overcoming the Politics of Fear in an Anxious Age »], Flammarion Climats, , 361 p. (ISBN 978-2081301283)
  • Political Emotions: Why Love Matters for Justice, Harvard University Press, 2013
  • The Monarchy of Fear: A Philosopher Looks at Our Political Crisis, Oxford University Press, 2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur la notion de "capabilités" humaines, chère à Amartya Sen et développée dans une perspective féministe par Martha Nussbaum, voir Pierre Ansay, « Martha Nussbaum : Femmes et développement humain », Politique, revue de débats, Bruxelles, n° 66, septembre-octobre 2010, pp. 78-85.
  2. (en) Geoffrey Galt Harpham, « The Hunger of Martha Nussbaum », Representations, n° 77 (hiver 2002), p. 52-81.
  3. Martha Nussbaum, « Platonic Love and Colorado Law... », in Virginia Law Review, vol. 80, n° 7 (oct. 1994), p. 1515-1651.
  4. (en) Robert Boyton, « Who Needs Philosophy ? : A profile of Martha Nussbaum », The New York Times Magazine,‎ (lire en ligne)
  5. Cf. Martha Nussbaum, "Veiled Threats?", New York Times, 11/07/2010"All five arguments are discriminatory. We don’t even need to reach the delicate issue of religiously grounded accommodation to see that they are utterly unacceptable in a society committed to equal liberty. Equal respect for conscience requires us to reject them."

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]