Martha Cecilia Bustamante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martha Cecilia Bustamante

Nationalité Colombienne
Domaines Physique, histoire des sciences
Institutions Université d'Orsay
Diplôme Université Paris-Diderot
Renommé pour Travaux en histoire des sciences

Martha Cecilia Bustamante est une physicienne et historienne des sciences colombienne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Martha Cecilia Bustamante a obtenu une maîtrise de physique à l'Université pédagogique nationale de Bogota en 1981. Puis elle est venue poursuivre ses études à Paris, où elle a obtenu un DEA d'astrophysique à l'Université Paris-Diderot en 1984. Elle a ensuite poursuivi par une thèse en épistémologie et histoire des sciences en 1990 dans cette même université.

Elle est depuis chercheuse en histoire des sciences[2], tout d'abord à l'Université d'Orsay, au sein de l'IN2P3, puis à l'Université Paris-Diderot au sein du laboratoire SPHERE (anciennement REHSEIS). Elle enseigne l'histoire des sciences à l'Université Panthéon-Sorbonne.

Ses recherches ont porté ou portent notamment sur les travaux de scientifiques aussi divers que: Gaspard Monge, Laurent Schwartz, Émile Borel, Pierre Auger, Louis Leprince-Ringuet, Jacques Hadamard, Paul Langevin, Jacques Solomon, Alexandre Proca, Giuseppe Occhialini, etc[3].

Elle a publié en 2005, à l'occasion de l'Année de la physique, le livre La physique de Paul Langevin, un savoir partagé, en collaboration avec Catherine Kounelis.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • Le mésotron : sa découverte et sa nature (1929-1947), thèse de doctorat, histoire des sciences, Université Paris-Diderot, 1990.
  • Bruno Rossi au début des années trente: une étape décisive dans la physique des rayons cosmiques, Archives internationales d'histoire des sciences, 1994.
  • Jacques Solomon : profil d'un physicien théoricien dans la France des années trente, Revue d'histoire des sciences, 1997.
  • Jacques Solomon et Paul Langevin, filiation et différences, Revue Épistémologiques, 2002.
  • Rayonnement et quanta en France: 1900-1914, Revue Physis, 2002.
  • La physique de Paul Langevin, un savoir partagé, avec Catherine Kounelis, catalogue de l’exposition, ESPCI, Paris, Somogy Éditions d'Art, 2005.
  • Naissance et premiers pas de la Société française de physique: 1873-1905, avec Andrés Martinez et Terry Shinn, Bulletin de la Société française de physique, 2005.
  • Giuseppe Occhialini and the history of cosmic ray physics in the thirties: from Florence to Cambridge, dans: The scientific legacy of Beppo Occhialini, Springer Verlag, 2006.
  • Jacques Solomon: rassembler tous les universitaires patriotes, L'Humanité, 2010.
  • Paul Langevin et le conseil Solvay de 1911: au cœur de l'histoire de la physique du XXe siècle, Images de la Physique, 2011.
  • Le Traité du calcul des probabilités et de ses applications: étendue et limites d’un projet borélien de grande envergure (1921-1939), avec Matthias Cléry et Laurent Mazliak, North-Western European Journal of Mathematics, 2015.
  • Les notes d'Émile Borel sur un cours de Paul Langevin sur la théorie du rayonnement thermique entre émission, perception et compréhension, Archives Internationales d'Histoire des Sciences, 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martha Cecilia Bustamante, sur le site du laboratoire SPHERE.
  2. Martha Cecilia Bustamante, sur le site du CNFHPST.
  3. Liste de publications de Martha Cecilia Bustamante, sur le site THEUTH.

Liens externes[modifier | modifier le code]