Marquaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marquaix
Marquaix
Église Saint-Éloi.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Bernard Happe
2014-2020
Code postal 80240
Code commune 80516
Démographie
Population
municipale
207 hab. (2016 en diminution de 5,91 % par rapport à 2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 45″ nord, 3° 04′ 33″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 142 m
Superficie 5,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Marquaix

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Marquaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marquaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marquaix

Marquaix est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 60 km à l'est d'Amiens et à 130 km au nord de Paris, limitrophe de Roisel, la commune est desservie par la route départementale 6 (RD 6).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marquaix
Longavesnes
Tincourt-Boucly Marquaix Roisel
Hancourt

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 44, Montdidier - Chaulnes - Péronne - Roisel et ligne no 49, Péronne - Roisel - Saint-Quentin)[1].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Le territoire de Marquaix est pratiquement plat, simplement quelques reliefs au nord et la vallée peu « marquée » de la Cologne animent la plaine[2]. La Longue Viole, venant de Roisel, conflue avec la Cologne à Marquaix.

Le sol est majoritairement argileux malgré quelques hectares de terres calcaires[2].
En 1898, la localité compte 137 habitants et élit trois conseillers municipaux[2].
L'écart de Hamelet, situé sur la rive gauche de la Cologne, comportant deux fermes et une quinzaine de maisons, est rattaché à Marquaix.

Entrée du hameau de Hamelet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dès 1145 et 1147, la forme latinisée de Marceium est citée dans un cartulaire d'Homblières, pour le pape Eugène. Un titre de Mont Saint-Quentin donne Marchais par le pape Alexandre. Marquais apparait en 1214 dans un dénombrement de Philippe-Auguste[3].

En 1787, Marquais-Hamelet est cité[3].

Le nom du village pourrait venir de pays de marais[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques « cabanes » retrouvées dans les marais laissent supposer une occupation remontant à l'époque mérovingienne[2].

La Révolution apporte au village comme dans d'autres localités son lot d'anecdotes.

À la fin du XIXe siècle, une petite industrie de tissage et de broderie est présente. Le pèlerinage à la chapelle Notre-Dame de Moyenpont est encore très actif[2].

L'ancienne halte de chemin de fer de Marquaix-Hamelet[modifier | modifier le code]

Marquaix a possédé une halte sur la ligne de Saint-Just-en-Chaussée à Douai, portion comprise entre Péronne et Roisel ; la gare la plus proche était celle de Tincourt-Boucly en direction de Péronne et celle de Roisel. Elle était située sur la rive gauche de la Cologne sur la route reliant Marquaix à Hamelet. De nos jours, il ne reste que quelques vestiges de cette halte ferroviaire. Ouverte en octobre 1873 d'abord à voie unique, doublée en 1908, cette ligne de chemin de fer a cessé d'être exploitée dans les années 1970. Le tracé est aujourd'hui une voie verte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Henri Fillion    
mars 2008[4] En cours
(au 6 mai 2014)
Bernard Happe   Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 207 habitants[Note 1], en diminution de 5,91 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304323310329423425424423426
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
415400388380392384383389397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
384387358156255263244207215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
246200213198216210221222220
2016 - - - - - - - -
207--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour la scolarité primaire, la commune relève du regroupement pédagogique intercommunal basé à Tincourt-Boucly qui regroupe six communes : Aizecourt-le-Bas, Driencourt, Longavesnes, Marquaix, Templeux-la-Fosse et Tincourt-Boucly.

Ce regroupement compte quatre classes[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Éloi, reconstruite après la Grande Guerre.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Moyenpont. Elle tiendrait son nom du pont qui lui donne accès, entre les deux bras de la Coulonge. La tradition fait remonter sa construction aux croisades, quand un berger découvre une statue de la Vierge sur les lieux[11]. Le sanctuaire a été détruit pendant la Première Guerre mondiale, en 1917, il n'a été reconstruit qu'en 1925 grâce au mécénat de la baronne Perthuis de Laillevault. Des fresques y représentent la vie des Poilus[12],[13].
  • Mairie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre, Louis Blondel, né le 17 février 1787 à Marquaix, soldat au 15e régiment d'infanterie légère de 1808 à 1810, blessé en 1809 pendant la campagne d'Espagne.
  • Parfait, Joachim Buire, né le 17 avril 1794 à Marquaix, artificier au 9e régiment d'artillerie de 1813 à 1818, campagne de Saxe et Waterloo en 1815.
  • Pierre, Louis Corme, né le 20 avril 1790 à Marquaix, soldat au 100e régiment d'infanterie de ligne en 1813. Grièvement blessé, il meurt à l'hôpital de Metz le 27 février 1814.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste des communes de la Somme

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a b c d e et f Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Poiré et l'élève Ernest Trocmé, 1898, Archives départementales de la Somme, Amiens. Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales.
  3. a et b Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, Archives départementales de la Somme, tome 2, pages 25 et 26. Lire en ligne, vue 16/267.
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 février 2009)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Le regroupement scolaire.
  11. Histoire de la chapelle de Moyenpont.
  12. La chapelle sur le site du CRDP de la Somme.
  13. Abbé Étiene Serpette, Notre-Dame de Moyenpont.