Marouane Barghouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marouane Barghouti
Image illustrative de l'article Marouane Barghouti
Fonctions
Membre du Conseil législatif palestinien
En fonction depuis le
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Kobar, Cisjordanie
Nationalité Drapeau de la Palestine Palestinienne
Parti politique Fatah
Al-Moustaqbal
Religion Islam sunnite

Marouane Hassib Ibrahim Barghouthi[1] (en arabe مروان حسيب ابراهيم البرغوثي) est un homme politique et un chef de groupe armé palestinien, né le près de Ramallah. Il joue un rôle important durant la première et la seconde Intifada.

Il est arrêté en 2002 puis condamné par une cour civile israélienne à cinq peines de prison à perpétuité pour le meurtre de cinq personnes et pour soutien au terrorisme[2],[3]. Au cours de son procès, il se déclare innocent[4] et être « un homme de paix qui soutient toujours un accord de paix avec Israël »[4].

Bien qu'emprisonné en Israël depuis 2004, Marouane Barghouti est citoyen d'honneur dans une vingtaine de villes de France[5]. Il est considéré à travers le monde[6] comme un « symbole pacifique de la cause palestinienne »[5],[2] et comparé à Nelson Mandela[7],[8],[9],[10],[11],[12]

Biographie[modifier | modifier le code]

Marwan Barghouti est né dans le village de Kobar près de Ramallah, et s'engage dans le Fatah à l'âge de 15 ans. Il fait partie de la famille nombreuse des Barghouti, qui provient de Deir Ghassaneh. Il a six frères et sœurs, et son père est un immigré libanais.

À l'âge de 15 ans, Barghouti rejoint le Fatah et cofonde le mouvement des jeunes du Fatah (Shabiba) en Cisjordanie. En 1976, à 18 ans, il est arrêté par Israël pour son engagement dans des groupes militants palestiniens et pour son « appartenance à une organisation terroriste » d'après Israël[13]. Barghouti poursuit et termine ses études secondaires au cours de son incarcération, et apprend aussi l'hébreu.

Il commence des études à l'université de Beir Zeit en 1983 mais n'obtient sa licence d'histoire et de sciences politiques qu'en 1994 à la suite de son arrestation et de son exil. En 1998, il obtient une maîtrise de relations internationales. Au début de ses études, il s'engagea dans les réseaux politiques étudiants par le biais du Fatah et fut à la tête du Conseil des étudiants de son université. Le 21 octobre 1984, il se maria avec Fadwa Ibrahim, une autre étudiante de Beir Zeit. Elle possédait une maîtrise de droit et militait en faveur des droits des prisonniers palestiniens. Elle devint la principale actrice de la campagne de libération de son conjoint. Ils eurent une fille (Ruba en 1987) et trois garçons (Qassam en 1986, Sharaf en 1989 et Arab en 1991).

Première Intifada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première Intifada.

Barghouti est un des principaux meneurs de la première Intifada en 1987, et amène les Palestiniens à un soulèvement de masse contre l'État d'Israël[14]. Il est arrêté dès 1987 par l'armée israélienne et expulsé vers la Jordanie. Il ne peut revenir d'exil qu'après la signature des accords d'Oslo en 1994. Barghouti est élu au Conseil législatif de Palestine en 1996, il mène publiquement des campagnes contre la corruption au sein du Fatah et rentre parfois en conflit avec Yasser Arafat. En 2000, les tensions entre Barghouti et Arafat augmentent, il blâme ses services de sécurité de violations des droits de l'Homme.

Seconde Intifada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seconde Intifada.

Le 28 septembre 2000 la visite d'Ariel Sharon sur l'esplanade des mosquées lance la seconde Intifada et la situation politique change.

Barghouti a mené des manifestations vers des points de contrôle israéliens en Cisjordanie. Celles-ci eurent pour conséquence des émeutes et des attaques en bande organisée contre des soldats israéliens. Il condamna le recours à la terreur contre les Israéliens en Israël[14]. Quand il lui fut demandé quels civils étaient des cibles légitimes, il répondit : « Et alors que moi-même ainsi que le Fatah dont je suis membre, nous nous opposons fermement aux attaques et à la prise pour cible de civils à l'intérieur d'Israël, notre futur voisin, je me réserve le droit de me protéger, de résister à l'occupation de mon pays et de me battre pour ma liberté ». Il ajouta : « Je suis encore en quête d'une coexistence pacifique entre les États égaux et indépendants que sont Israël et la Palestine, fondée sur le retrait complet d'Israël des territoires occupés en 1967[15]. En 2001, Israël essaie de l'assassiner[16],[17] ». En 2002, il déclare : « Je ne suis pas un terroriste, mais pas non plus un pacifiste. Je suis simplement un gars normal de la rue palestinienne défendant la cause que tout autre oppressé défend : le droit de m'aider en l'absence de toute aide venant d'ailleurs », dans le Washington Post[18])

Arrestation et procès[modifier | modifier le code]

Son rôle dans la seconde Intifada en fait l'un des Palestiniens les plus recherchés par les forces de sécurité israéliennes. En 2001, l'armée israélienne tente d'assassiner Barghouti, mais le missile détruit la voiture de son garde du corps[19]. Barghouti est capturé en avril 2001 à Ramallah, et il est inculpé par un tribunal civil de 26 meurtres et d'autres tentatives de meurtres[20]. Il est accusé d'avoir fondé les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa[20].

Selon le Shin Beth, durant son interrogatoire il aurait avoué avoir transféré des fonds, certains en provenance d’Arafat, à des chefs de groupes terroristes et fourni à certaines occasions des armes et reçu des comptes rendus d’acte de terrorisme. Il aurait également avoué par ailleurs avoir commandité l’assassinat d'un civil israélien. Il nie cependant ces éléments à son procès, déclarant par contre avoir été interrogé pendant 4 mois et privé de sommeil[21],[22].

Tout au long de son procès, Barghouti refuse de reconnaître la légitimité du tribunal israélien et refuse de se défendre, déclarant son innocence et qu'un tribunal civil israélien ne peut juger un citoyen et parlementaire palestinien[20]. À la place, l'accusé se sert de la tribune qui lui est offerte pour plaider sa cause politique. Il est condamné le pour cinq meurtres (4 israéliens et un prêtre orthodoxe[20]), y compris pour avoir autorisé et organisé l'attentat du Sea Food Market à Tel Aviv dans lequel trois civils furent tués. Barghouti est aussi déclaré coupable d'une tentative de meurtre pour un attentat-suicide déjoué par les forces de sécurité israéliennes. Il affirme de son côté être innocent des chefs d'accusation portés contre lui. Il est acquitté des 21 autres chefs d'accusation de meurtre. Le 6 juin, Barghouti est condamné à cinq peines de réclusion à perpétuité pour les cinq meurtres et 40 ans d'emprisonnement pour tentative de meurtre[20]. Il est en conséquence incarcéré dans une prison de haute-sécurité en Israël.

Campagne de libération[modifier | modifier le code]

Portrait de Marwan Barghouti dessiné sur le mur de séparation à Kalandia - Juillet 2013.

Depuis l'arrestation de Barghouti, ses défenseurs mènent une campagne en faveur de sa libération. Parmi eux, des importantes personnalités palestiniennes, des membres du Parlement européen et le « Bloc de la paix ». Selon le quotidien israélien Haaretz, Barghouti est vu par certains comme un Nelson Mandela palestinien, l'homme qui pourrait galvaniser un mouvement national divisé et à la dérive si il était mis en liberté par Israël[23]. Selon le porte parole de l'ambassade d’Israël: « La comparaison est hors de propos, Mandela n'ayant pas de sang sur les mains. Marwan Barghouti a reconnu les faits et s'est même dit fier de ses agissements. Le Tanzim est impliqué dans des actes terroristes contre des civils, que Marwan Barghouti organisait »[13].

À la suite de la réélection en 2006 de Barghouti au Conseil législatif palestinien, un débat sur son emprisonnement apparaît en Israël. Au cours de celui-ci, l'ancien leader du parti Meretz, Yossi Beilin, qui a occupé plusieurs postes de ministres en Israël, prendre parti en faveur d'une grâce présidentielle, souhaitant qu'il puisse contrer le Hamas. Cependant, une majorité s'oppose à la libération d'un meurtrier. Notamment, le ministre des Affaires étrangères Silvan Shalom déclare ainsi « Nous ne devons pas oublier qu'il est un meurtrier de sang froid qui a été condamné par le tribunal à cinq réclusions à perpétuité. Il est hors de question de libérer un assassin qui a du sang sur les mains et a été dûment condamné par un tribunal. »[24],[25]. Quelques députés, comme le député Meir Sheetrit de Kadima, ont suggéré de lui accordé la grâce présidentielle probablement dans le cadre de futures négociations de paix. En janvier 2007, l'ancien premier ministre Shimon Peres a déclaré qu'il signerait une grâce présidentielle s'il était élu à la présidence. Cependant, bien que Peres ait été élu à la présidence le 13 juin 2007, cette déclaration est restée sans suites.

En 2008, Marouane Barghouti était inclus dans la liste des 450 prisonniers dont le Hamas demande la libération en échange de la libération de Gilad Shalit, capturé en 2006.

Réseau des villes et collectivités pour la libération de Marouane Barghouti[modifier | modifier le code]

En mars 2008, la ville de Stains l'élève au rang de citoyen d'honneur de la ville et lance en mars 2009 le Réseau des villes et collectivités pour la libération de Marwan Barghouti[26]. Les villes d'Ivry-sur-Seine, Valenton, Gennevilliers, La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, La Verrière, Vitry-sur-Seine en font aussi partie. Ce qui est controversé et critiqué notamment par le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme. En 2015, Barghouti est déchu du titre de citoyen d’honneur à Aubervilliers[27].

Le Mairie de Stains, Azzedine Taibi, avait accroché une banderole demandant la libération de Marwan Barghouti au fronton de la maison communale en 2009. En 2016, le maire est entendu par la police sur une suspicion « d’apologie publique d’un acte terroriste »[28], le préfet considère que la banderole est « contraire au principe de neutralité des services publiques » et « susceptible de porter atteinte à l'ordre public », et le tribunal administratif de Montreuil ordonne en référé de retirer la banderole en attendant de statuer sur le fond de l'affaire[29]. Le maire est contraint de retirer la banderole mais il conteste cette décision et finit par obtenir gain de cause devant ce même tribunal[30].

Scission du Fatah[modifier | modifier le code]

Le 14 décembre 2005, Barghouti a annoncé la création d'un nouveau parti politique, al-Moustaqbal (« l'Avenir »), principalement composé de la jeune garde du Fatah ayant critiqué la corruption du parti. Ce parti projette alors de présenter une liste aux élections législatives palestiniennes de 2006 et enregistre celle-ci en même temps que l'annonce de la scission. Cette liste incluait Mohammed Dahlan, Kadoura Fares, Samir Mashharawi et Jibril Rajoub[31],[32].

La scission a suivi le refus de Barghouti à Mahmoud Abbas, qui lui proposait d'être second sur la liste du Fatah derrière le premier ministre Ahmed Qoreï. Barghouti aurait en réalité été premier sur la liste[33], mais cela n'est apparu qu'après que le nouveau parti a été enregistré.

Les réactions furent divisées : certains accueillirent favorablement la nouvelle, arguant que le nouveau parti pourrait aider à réformer les problèmes du gouvernement palestinien. D'autres considérèrent que cela profiterait au Hamas en divisant le vote Fatah. Les partisans de Barghouti s'en défendirent en disant qu'Al-Mustaqbal visait à la fois à conquérir les votes des déçus du Fatah et des modérés du Hamas qui ne votent pour le Hamas que par opposition à la corruption du Fatah. Certains observateurs ont aussi conjecturé qu'Al-Mustaqbal était principalement un instrument de chantage de la jeune garde du Fatah pour obtenir des meilleures places sur ses listes.

Finalement, Barghouti a été convaincu du fait que la création d'un nouveau parti serait irréaliste tant qu'il serait toujours en prison. Les deux listes furent réunifiées pour les élections législatives.


Activité politique depuis la prison[modifier | modifier le code]

Fin 2004, Barghouti annonce depuis la prison son intention de se présenter aux élections législatives palestiniennes de 2006 suivant la mort du président Yasser Arafat. Le 26 novembre 2004, il apparaît qu'il pourrait retirer sa candidature en réponse à la pression du Fatah en faveur de Mahmoud Abbas. Cependant, le 1er décembre, juste avant la date limite, sa femme l'enregistre comme candidat indépendant. Le 12 décembre, à la suite des pressions du Fatah de se retirer en faveur de Mahmoud Abbas[34], il abandonne sa candidature et déclare qu'il le fait pour l'unité palestinienne. Le 11 mai 2006, les principaux prisonniers palestiniens ont publié le Document des prisonniers palestiniens, à la suite d'une idée initiée par Barghouti et par les dirigeants du Hamas, du FPLP, du Jihad islamique palestinien et du FDLP. Ce document propose une base sur laquelle un gouvernement de coalition devrait être formé au sein du Conseil législatif de Palestine et est fruit de l'impasse qui suivit la victoire du Hamas aux élections législatives de 2006. Ce document appelle aussi à la négociation avec l'état d'Israël dans le cadre du processus de paix. Ce texte gagna rapidement en popularité et est maintenant considéré comme la pierre angulaire d'un futur gouvernement d'unité nationale. Selon le journal israélien Haaretz, bien que le Fatah ne soit pas représenté officiellement dans les négociations de février 2007 pour un gouvernement d'unité nationale, Barghouti a joué un rôle de médiateur entre le Fatah et le Hamas et a formulé le compromis atteint le 8 février 2007[35]. Le , il est sanctionné par les autorités pénitentiaires pour avoir lancé un appel à la « résistance populaire pacifique »[36].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. en français مروان se transcrit Marouane, et البرغوثي devrait se transcrire El Barghouthi, le ث n'étant pas un t, mais un th. L'habitude fautive d'écrire Barghouti est cependant très répandue.
  2. a et b http://www.rfi.fr/hebdo/20150724-aubervilliers-palestine-interdite-marwan-barghouti-citoyen-honneur-israel-justice-prisonniers
  3. http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/in-rare-court-appearance-marwan-barghouti-calls-for-a-peace-deal-based-on-1967-lines-1.409329
  4. a et b [1]
  5. a et b France: l'ambassadrice d'Israël à Paris dénonce des initiatives d'élus, I24News, 28 juillet 2016.
  6. Pierre Barbancey, Le Nobel de la Paix à Barghouti, une exigence qui gagne la planète, L'Humanité, 13 juin 2016.
  7. Martin Linton, Release Marwan Barghouti. He can be Palestine's Nelson Mandela, The Guardian, 28 mars 2014.
  8. [2]
  9. [3]
  10. [4]
  11. (en) Oakland Ross, « The destiny of Marwan Barghouti », The Toronto Star,‎
  12. (en) Oakland Ross, « 'Palestinian Mandela' pulls strings from jail », The Toronto Star,‎
  13. a et b (fr) Armin Arefi, « Marwan Barghouti, le nouveau Mandela ? »,‎ (consulté le 2 juillet 2016)
  14. a et b (en) « Profile: Marwan Barghouti », BBC News,‎ (lire en ligne)
  15. (Washington Post 2002 op-ed)
  16. [5]
  17. [6]
  18. (en) Want Security? End the Occupation, Washington Post,
  19. (en) « Profile: Marwan Barghouti - BBC News » (consulté le 5 août 2016)
  20. a, b, c, d et e Spencer Tucker, The Encyclopedia of the Arab-Israeli Conflict, ABC-Clio, 2008, p.199.
  21. [7]
  22. « Barghouti Gave Orders to Terror Groups With Arafat's Silent Approval, Israeli Documents Reveal », sur Haaretz.com,‎
  23. (en) By Reuters, « Marwan Barghouti: Peace talks with Israel have failed - Haaretz Daily Newspaper | Israel News », Haaretz.com (consulté le 9 juillet 2010)
  24. (en) « Barghouti´s Popularity Spurs Campaign to Free Him - Politics & Gov't - Israel News », Israel National News,‎ (consulté le 9 juillet 2010)
  25. (en) « Politics - Israelis may release jailed Fatah leader », The Daily Star,‎ (consulté le 9 juillet 2010)
  26. « http://www.liberezbarghouti.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30
  27. (fr) « L'honneur déchu de Marwan Barghouti à Aubervilliers - Hebdo - RFI »,‎ (consulté le 2 juillet 2016)
  28. http://www.leparisien.fr/stains-93240/stains-banderole-barghouti-le-maire-entendu-par-la-police-12-05-2016-5790305.php
  29. http://www.ouest-france.fr/europe/france/stains-la-mairie-contrainte-de-retirer-une-banderole-pro-palestinienne-4111788
  30. http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/118263-160628-france-la-mairie-de-stains-ne-retirera-pas-la-banderole-propalestinienne
  31. « http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1134309581046&pagename=JPost/JPArticle/ShowFull » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30
  32. « http://dwb.newsobserver.com/24hour/world/story/2979990p-11657995c.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30
  33. (en) « Fatah splits before key election », BBC News,‎ (lire en ligne)
  34. Barghouti withdrawal leaves Abbas with clear path to succeed Arafat
  35. article
  36. Israël : Barghouthi puni dans sa prison, Le Figaro, 1er avril 2012.