Marlène Zarader

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zarader.
Marlène Zarader
Marlène Zarader.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Marlène Zarader, née en 1949 à Alger, est une philosophe française, professeure émérite à l'université Paul-Valéry-Montpellier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît en Algérie, puis vit à Paris, à partir de 1961. Elle retourne à Alger, à 18 ans, comme institutrice durant une année, puis elle réussit l'agrégation de philosophie, discipline qu'elle enseigne d'abord au lycée, puis à l’université Paul Valéry de Montpellier où elle obtient un poste en 1983[1]. Spécialiste de la phénoménologie et de l'herméneutique allemandes, elle propose des enseignements sur Hegel, Heidegger auquel elle a consacré en 1983 sa thèse de doctorat intitulée Heidegger et les paroles de l’origine[2], Gadamer et Sartre et plus récemment s'intéresse à la littérature et au cinéma[1]. Marlène Zarader participe activement à faire connaitre la pensée phénoménologique à travers diverses publications et conférences.

Elle est membre honoraire de l'Institut universitaire de France (2007-2012)[3].

En 2018, elle est élue membre de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Heidegger et les paroles de l'origine, Paris, Vrin, 1986, réédition 2013 (ISBN 978-2711608997)
  • La dette impensée. Heidegger et l'héritage hébraïque, Paris, Le Seuil, 1990, réédition Vrin 2013. Traduit en anglais par Bettina Bergo (Stanford University Press, 2006)
  • L'Être et le neutre. À partir de Maurice Blanchot, Lagrasse, Verdier, 2001 (ISBN 978-2864323310)
  • La patience de Némésis, préface d'Yves Bonnefoy, Chatou, Les Éditions de la Transparence, 2009
  • Lire Être et temps de Heidegger, Paris, Vrin, 2012
  • Lequel suis-je? Variations sur l'identité, Paris, Les Belles Lettres, "Encre marine", 2015
  • Lire Vérité et méthode de Gadamer, Paris, Vrin, 2016.
  • Cet obscur objet du vouloir, Lagrasse, Verdier, 2019

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Weill, « Marlène Zarader résiste à l’obscur », sur lemonde.fr, (consulté le 2 juin 2019).
  2. Thèse, Université Paris-4, 1983, notice du Sudoc [1].
  3. « Marlène Zarader », notice sur iufrance.fr, [2].
  4. Marlène Zarader (29-12-1949), Académie des sciences et lettres de Montpellier.

Liens externes[modifier | modifier le code]