Markus Feldmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Markus Feldmann
Illustration.
Photo officielle de Markus Feldmann
Fonctions
66e conseiller fédéral

(6 ans, 10 mois et 2 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Eduard von Steiger
Successeur Friedrich Traugott Wahlen
Chef du Département de justice et police

(6 ans, 10 mois et 2 jours)
Prédécesseur Eduard von Steiger
Successeur Friedrich Traugott Wahlen
Président de la Confédération suisse

(1 an)
Élection
Vice-président Hans Streuli
Chancelier Charles Oser
Prédécesseur Max Petitpierre
Successeur Hans Streuli
Conseiller national

(4 ans et 30 jours)
Législature 33e (1947-1951)

(9 ans, 10 mois et 30 jours)
Législature 30e (1935-1939)
31e (1939-1943)
32e (1943-1947)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Thoune (Suisse)
Origine Canton de Glaris
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB)
Diplômé de Université de Berne
Profession Avocat
Journaliste

Markus Feldmann
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Markus Feldmann, né le à Thoune et mort le à Berne, bourgeois de Glaris et Berne, est un homme politique suisse, conseiller fédéral de 1952 à 1958.

Biographie[modifier | modifier le code]

Markus Feldmann fait ses études de droit à Berne où il obtient son brevet d’avocat en 1921 et son doctorat en 1924. De 1928 à 1945, il est rédacteur en chef de la Neue Berner Zeitung, organe du parti des paysans, artisans et bourgeois du canton de Berne (aujourd’hui Union démocratique du centre).

Markus Feldmann a joué un rôle important à l’époque du nazisme, durant laquelle il a lutté contre toutes les tentatives allemandes de mettre au pas la presse suisse.

De 1935 à 1945, puis de 1947 à 1951, il siège au Conseil national. De 1945 à 1951, il est membre du Gouvernement du canton de Berne. Élu au Conseil fédéral le 13 décembre 1951, il y remplace Eduard von Steiger à la tête du département de justice et police. Début 1957 il refuse de couvrir le procureur René Dubois qui a livré à la France des transcriptions d'écoutes téléphoniques effectuées par les renseignements suisses à l'ambassade d'Égypte. Celui qui est à la fois chef du Parquet et chef du contre-espionnage se suicide.

Départements[modifier | modifier le code]

Présidence de la confédération[modifier | modifier le code]

  • 1956

Liens externes[modifier | modifier le code]