Markiyan Kamysh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Markiyan Kamysh
Kamish Ye.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (31 ans)
KievVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Markiyan Kamysh (en ukrainien : Маркіян Камиш, né le ) est un écrivain ukrainien, auteur du roman La Zone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Markiyan Kamysh est né dans la famille d'un physicien nucléaire, ingénieur du département de la conception des accélérateurs électrostatiques de l'Institut de recherche nucléaire NAN à Kiev. Après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl le , son père a travaillé comme opérateur du système d'enregistrement des neutrons Chatior et a passé deux mois à la centrale nucléaire de Tchernobyl[1].

Markiyan Kamysh

Markiyan a étudié à la faculté d'histoire de l'Université nationale Taras-Chevtchenko de Kiev, mais a abandonné ses études pour se consacrer à la littérature et à des activités de recherches illégales dans la zone d'exclusion de Tchernobyl. Durant les années 2010 à 2017 comme stalker illégal il a fait de nombreuses expéditions au-delà du fil de fer barbelé qui clôture la zone et il a vécu pendant plus d'un an dans la zone (dont plusieurs mois dans la ville abandonnée de Pripyat)[2],[3],[4],[5], [6].

De cette expérience est sorti le livre La Zone qui a obtenu des critiques très favorables [7],[8],[9],[10], [11],[12] des écrivains. Andreï Kourkov cite Kamysh parmi les écrivains qui peuvent représenter l'Ukraine dans le monde[13].

Le roman La Zone a été publié en France par les éditions Arthaud (Groupe Flammarion) dès 2016[14]. En ukrainien le titre est Oformliandia. Le magazine parisien Le Nouvel Observateur en parle comme d'un livre merveilleux [15] Les Inrocks, en parlent comme d'un texte brillant [16], L'Humanité le décrit comme fantastique, Le Point observe qu'il est bien écrit[17], et l'Hebdo de Monaco l'inclut dans sa sélection du mois[18].

En Italie c'est la maison d'édition Keller Editore qui a acquis les droits de traduction et d'édition de La Zone[19]. Corriere della Sera (Italie) a écrit sur le roman: « Grâce à un style partagé entre l'extase d'un voyage désespéré, et le désespoir qu'il fait naître, entre la ruine tragique de reliques historiques et le minimalisme cruel et sentimental de la réalité terrifiante, Kamysh écrit une œuvre capable de nous secouer face aux douleurs des hommes et de la nature.»

À l'automne 2017, la maison d'édition Nora-Drouk sort un nouveau récit de Markiyan Kamysh intitulé Tchormet sur les stalkers de Tchernobyl et l'ouvrage entre dans la liste des livres les plus attendus de l'automne 2017[20] et est classé au catalogue emblématique des ouvrages de l'Institut Ukrainien du Livre[21] Il reçoit le premier prix Olessia Oulianenka du meilleur roman [22].Le réalisateur de cinéma ukrainien Myroslav Slaboshpytskiy auteur du film The Tribe parle de Tchormet de Kamysh comme d'un texte vif et fort. Vraiment fantastique!

Markyan Kamysh à Kiev en 2014, lors de l'Euromaïdan

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • L'ouvrage du mois de l'hebdomadaire Monaco Hebdo Magazine (mai, 2016) pour le roman La Zone («Оформляндія»)[23].
  • Prix littéraire international Olesia Oulianenko (Літературна премія імені Олеся Ульяненка 2017) pour le récit Tchormet[24]
  • Top 10 des meilleurs livres italiens de 2019 par la Repubblica[25].
Markyan Kamish au sommet du Pic-vert russe dominant la zone d'exclusion, 2011
Limites de la Zone d'exclusion nucléaire de Polésie en Biélorussie. Au sud les limites de la zone d'exclusion en Ukraine n'apparaissent que sur la mini-carte en jaune foncé.

Citations[modifier | modifier le code]

« J’ai cherché l’inaccessible chez les ermites et les clandestins, par les sentes des sangliers et les chemins des contrebandiers, au tréfonds frontalier de la Zone et dans les recoins secrets de Polésie. Je suis à l’apogée de ma bêtise, je recherche l’Eldorado d’une poignée d’enthousiastes qui se rêvent en Colomb, en pionniers découvreurs de hameaux et de parcelles de forêts. Ces itinéraires secrets et ces perversions de découvreurs conviennent à ceux que plus rien d’autre n’intéresse dans la Zone. »

— La Zone

« Avec le temps, après une dixième excursion dans la Zone de Tchernobyl, on acquiert des habitudes et un instinct pour le moins curieux. On devient capable de distinguer toute la gamme des craquements de branches dans la forêt nocturne, le bruit du vent dans les conifères ou dans les branchages des feuillus. On écoute paisiblement les courants d’air et les portes qui claquent par une nuit sombre, dans les cités ouvrières abandonnées. On s’endort tranquillement au bruit grinçant et gémissant des crochets de porte, car on sait que c’est une habitude des maisons mortes que de parler à leurs hôtes. Elles exhalent leur chagrin et diffusent les prières de leurs habitants défunts. »

— La Zone

« Tout en ingurgitant de l’alcool mélangé à l’eau des marais, on inspecte les étoiles, on fixe les braises et on se dit que cette Zone est la meilleure chose qui existe dans la nature. Le scénario de ces promenades est horriblement trivial : cheminer tranquillement, faire la chasse aux démons dans sa tête, avec l’espoir de glisser sous toutes les couettes du monde et de s’éteindre pour deux jours. Chez soi. Dans l’obscurité et la sérénité des rêves. Écraser les bosquets, traîner ses savates sur l’artère du chemin de fer oublié, envahi d’arbres, devenu le fief des loups depuis longtemps. Les traverses se sont transformées en cachettes pour les serpents et les sentiers parallèles appartiennent aux sangliers. »

— La Zone

Liens web[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Position citoyenne[modifier | modifier le code]

Dès les premiers jours de la Révolution ukrainienne de 2014 l'écrivain a rejoint la protestation dans la rue [26]. Participant à l'égalité à Kiev. Avant l'élection présidentielle Kamysh appelle a ne pas voter pour Vladimir Zelenski[27]. Le , il participe à l'action de protestation Normandie complot-trahison du pouvoir refusant ce qu'il considère comme une reddition (format Normandie) [28]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (uk) « Markiyan Kamysh » (consulté le 25 octobre 2019)
  2. (uk)« Markiyan Kamysh: Il n'y a aucune zone. La zone est dans nos têtes - 5 janvier 2016 - articles | Litcentr », sur litcentr.in.ua (consulté le 11 février 2016)
  3. « Tchernobyl, 30 ans après: La zone interdite, «l’endroit le plus exotique sur Terre» », sur www.20minutes.fr (consulté le 23 octobre 2018)
  4. (uk) Анастасія Грібанова і Олег Карп'як ВВС, « "Pourquoi je marche dans la zone de Tchernobyl - histoire d'un illégal (Чому я ходжу в Чорнобильську зону)" - розповідь нелегала », Україна (consulté le 23 octobre 2018)
  5. « Marianne, Univers de béton dans une jungle amazonienne »
  6. (uk) « Markiyan Kamysh », sur www.facebook.com (consulté le 15 septembre 2019)
  7. (uk) « Après le stalker » (consulté le 11 février 2016)
  8. (uk) « La Zone : le temps qui passe » (consulté le 11 février 2016)
  9. (uk) « La Zone. Portail de la réalité alternative du stalker », sur http://www.chytomo.com/ Читомо,‎ (consulté le 11 février 2016)
  10. (uk) « Choc et frisson: 10 livres du forum de Lviv » (consulté le 11 février 2016)
  11. (uk) « Les dix ouvrages importants de l'année (Десять важливих книжок року, що минає) », sur LB.ua (consulté le 11 février 2016)
  12. (uk) « Australopithèque, stalkers et pour une fois sans porc-épic » (consulté le 11 février 2016)
  13. (uk) « Andriï Kourkov, écrivain ukrainien (Андрій Курков, український письменник) » (consulté le 23 octobre 2018)
  14. (uk) Administrator, « la Zone ou promenade dans la Zone de Markiyan Kamysh en avril 2016 », sur nora-druk.com (consulté le 11 février 2016)
  15. « Tchernobyl 30 ans après : au coeur de la zone interdite » (consulté le 22 avril 2017)
  16. Emily et Barnett, « Les Inrocks - Reportage dans la zone interdite de Tchernobyl », (consulté le 8 mai 2016)
  17. « Le Point (4_28_2016) » (consulté le 8 mai 2016)
  18. « Culture Sélection de mai - Monaco Hebdo », Monaco Hebdo, (consulté le 25 juin 2017)
  19. (it) « Tchernobyl territoire de l'âme ; interview de Markiyan Kamysh - Etnie », Etnie, (consulté le 11 avril 2017)
  20. (uk) « le livre le plus attendu au forum des éditeurs : en ukrainien et en prose », Читомо,‎ (consulté le 21 février 2018)
  21. (uk) « Institut Ukrainien du livre (Український інститут книги) », sur www.facebook.com (consulté le 21 février 2018)
  22. (uk) « À Kiev a été annoncé le nom du lauréat du prix Olessia Oulianenka », Українська правда _Життя (consulté le 20 octobre 2017)
  23. « Culture Sélection de mai - Monaco Hebdo », (consulté le 20 octobre 2017)
  24. (uk) « À Kiev est annoncé le nom du lauréat du prix littéraire Olesia Oulianenko » (consulté le 20 octobre 2017)
  25. (it) « I libri più belli dell'anno ve li consiglia Robinson », sur la Repubblica, (consulté le 30 janvier 2020)
  26. « La mémoire : les Ukrainiens se rappellent comment a commencé Maïdan », sur www.theinsider.ua (consulté le 11 février 2016)
  27. (en-GB) « Le musicien Sviatoslav Vakartchouk vs Zelenski Ne votez pas pour une blague (Вакарчук проти Зеленського? Соцмережі про флешмоб "Не по приколу") »,‎ (consulté le 7 janvier 2020)
  28. (uk) « Markiyan Kamysh », sur www.facebook.com (consulté le 7 janvier 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]