Marka (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marka.
Marka
Description de l'image Marka - Huy.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Serge Van Laeken
Naissance (56 ans)
Molenbeek-Saint-Jean, Belgique
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Instruments Guitare
Années actives Depuis 1981
Site officiel marka.be

Marka, de son vrai nom Serge Van Laeken, né le à Molenbeek-Saint-Jean, est un chanteur belge francophone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marka en concert au Ravel le 1er septembre 2012.

Après des débuts dans de petits groupes bruxellois, Marka rejoint le groupe Allez Allez en 1981. Fort du succès du E.P. "African Queen", le groupe obtenant des passages radio aussi bien au nord qu'au sud de la Belgique, Allez Allez joue au festival Torhout-Werchter 1982 (avec notamment U2, Talking Heads et les Pretenders). En février 1983, Marka forme ensuite Les Cactus.

En 1992, un premier album solo voit le jour. Marka signe chez Columbia France en mars 1995 pour trois albums et sort deux des titres qui auront une jolie carrière: Accouplés et La Poupée Barbue.

En 1997, il sort "L'Idiomatic".

Après la sortie de l'album L'homme qui aimait la scène en 1998, une version revue de Caroline de MC Solaar voit le jour.

Il signe aussi l'hymne officiel des Francofolies de Spa en 2000. En 2001 sort l'album Avant-Après avec Letches Bong, Comment te le dire et Je parle.

Il enregistre en 2003 un best of qui sort sous le nom de C'est tout moi.

En mars 2006, il commence sa tournée Aktion Man qui passe par Tokyo, Pékin et Hanoï avant de rejoindre la Belgique.

En 2008 naît, de la fusion entre Marka et le groupe cubain de La Sonora Cubana, un nouvel album produit par Havana Club. Yo Hablo en est le premier single.

En 2010, il retrouve ses paroliers Jacques Duvall et Thierry Robberecht pour un nouveau projet en français qui donne naissance à l'album Made in Liège[1].

Il est marié à Laurence Bibot avec qui il s'est produit dans le spectacle À nous deux au Botanique. Il a également sorti avec elle un CD intitulé Monsieur et Madame.

Avant tout un homme de scène, ses chansons sont assez percutantes et rythmées, et font la part belle aux jeux de mots divers et à son univers décalé.

Passionné de football (et du club du FC Brussels), il est aussi apparu au générique d'une émission de radio belge sur Bel RTL Il va y avoir du sport.

Marka profite de ses concerts à l’étranger pour réaliser des documentaires. À ce jour, il en a trois à son actif : Señor Marka, Si j’étais japonais et Laisse-moi chanter ta chanson.

A l'été 2017, Allez Allez se reforme pour plusieurs festivals d'été, dont les Francofolies de Spa et le Brussels Summer Festival. Il publie à cette occasion une biographie intitulée "Allez Allez"[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marka est marié à la comédienne Laurence Bibot. Il est également le père du rappeur Roméo Elvis et de la chanteuse ANGELE[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Je vous dis tout (1992)
  • Merci d'avance (1996)
  • L'Idiomatic (1998)
  • L'Homme qui aimait la scène (1999)
  • À nous deux, live en duo avec Laurence Bibot (2000)
  • Avant après (2001)
  • L'État c'est moi (2003)
  • C'est tout moi (2004)
  • Aktion Man (2006)
  • Monsieur Madame, en duo avec Laurence Bibot (2008)
  • Marka y La Sonora Cubana (2008)
  • Made in Liège (2010)
  • Days of wine and roses (2015)

De plus, en 2002, il reprend Mon père et ses verres de Boby Lapointe sur l'album Boby Tutti-Frutti - L'hommage délicieux à Boby Lapointe de Lilicub.

En 2013, il sort un livre Marka se reprend, accompagné d'un cd best of, qui donne naissance à un spectacle théâtral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Marka est un diminutif de Markassou, le surnom que lui avait donné une petite amie africaine et qui signifie « petit tigre d'Afrique ». Comme le veut la coutume punk, il a hérité de ce nom dans ses premiers groupes. Il serait plus juste de dire que son surnom vient d'un polo avec une pub (tête de sanglier) d'un saucisson d'Ardenne belge, polo qu'il mettait souvent à l'époque « punk ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]